Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2012

Menteurs !

Comme nombre d’entre vous,  au cours de cette soirée France 2  « Des paroles et des actes » j’attendais beaucoup de cette rencontre de François Fillon avec la France.

Sachant que Martine Aubry devait apporter sa contribution au débat, j’espérais qu’enfin je pourrais y voir plus clair et décrypter les actes possibles au delà des paroles et en quoi ces actes se différenciaient.

Je n’ai pas un préjugé favorable envers Martine Aubry et pour cause, mais j’ai pour habitude de dissocier mes sentiments de ce que je considère pour de la raison, du moment que celle-ci s’alimente de faits. J’étais donc décidé à l’écouter sans idées préconçues.            

J’ai, d’autre part, un profond respect pour François Fillon en raison de son pragmatisme et de son honnêteté qui, malheureusement, à tourné à la naïveté, en particulier devant le piège tendu par Martine Aubry concernant Marine Le Pen.

Le rejet de Marine Le Pen et de ses électeurs par l’UMP est une faute lourde de conséquences. François Fillion est, lui aussi, tombé par deux fois dans le piège de Martine Aubry : Diabolisation de MLP, procès du discours de Dakar et refus de la proportionnelle. Elle pense ainsi être parvenue à priver Nicolas Sarkozy du vote FN au second tour 

Ce fut d’ailleurs sa conclusion en fin de débat : «  J’ai la réponse que je suis venue chercher ».

Enfin, Martine Aubry avec l’aide de David Poujadas, qui lui a aménagé des « respirations »,  semble avoir réussi  à faire penser que TOUS les problèmes de la France sont liés à un gouvernement en place depuis 2007, alors que les problèmes actuels sont la conséquence de l'inaction, de l'incompétence et souvent de la corruption de notre classe dirigeante depuis plus de 30 ans, qu’elle soit de droite comme de gauche !

Martine Aubry a réussi à éviter un vrai débat de fond dans le registre économique, déjà, la semaine dernière, le malaise de François Hollande sur ce sujet face à un Alain Juppé lui même mal à l'aise n'avait pas permis de nous éclairer sur les différences entre les deux candidats.
Un échange raisonnable et constructif entre opposants était pourtant possible. Mais  Martine Aubry, comme François Hollande, sont incapables d'écouter leur interlocuteur et surtout de l'entendre.

C’est une des « grandes erreurs », ou plutôt une faute lourde, du début de septennat de Nicolas Sarkozy qui, par sa main tendue aux socialistes et sa "Grande Ouverture Ministérielle", crut naïvement, ou fit semblant de croire, qu’ils soutiendraient ses réformes dans l’intérêt de la France.

Bref je pense que Martine Aubry a gagné des points dans cet « échange ». François Fillon a plutôt semblé "courir après " elle : "mais nous sommes en train de le faire " et "nous allons le faire».

Globalement, j’ai le sentiment que l’UMP et le PS c’est "bonnet blanc et blanc bonnet". Ces deux partis, et leurs représentants, sont prisonniers d’un système qu’ils ont contribué alternativement à construire… 15 ans chacun, comme l'affirmait Alain Juppé…

Ils ne sont plus crédibles. J’en reviens après ce débat à ma réflexion première : « Si vous êtes le problème vous ne pouvez pas faire partie de la solution ».

Il semble qu’il y ait là une incapacité « congénitale » à regarder en face les contradictions fondatrices de nos difficultés, comme l’immigration, la dette, le protectionnisme ou le capitalisme financier.

Ils n’en finissent pas de se battre avec l’idée qu’ils disent se faire des déficits, de la croissance anémique et du chômage qu’ils combattent avec leurs préjugés, leurs dogmes et un moral de perdant.         

Et pourtant ils savaient ! Ils savaient pour la dette publique, ils savaient pour l’Europe, ils savaient tous, y compris les plus « jeunes »,  depuis au moins 10 ans. Ils savaient qu’il ne fallait pas désarmer les Etats Nations sans qu’une Europe politique ne se mette en place, ils savaient qu’il ne fallait pas créer une monnaie « unique » sans Etat et une banque centrale sans gouvernement, ils savaient que la dette ne servait qu’à financer leur modèle social « impossible ». Ils savaient depuis 1973 et ils ont menti depuis le début et ont continué à mentir pour servir les intérêts de leur camp et de leur classe.

Ils nous mentent depuis quarante ans… au moins ! Comment peuvent-ils encore solliciter nos suffrages ?     

A présent, il est important de pouvoir comparer l'ensemble des programmes et pas seulement ceux des deux partis majoritaires dans les sondages...

La semaine prochaine, David Poujadas recevra, à nouveau Marine Le Pen qui essuya les plâtres de l’émission. C’est avec une grande curiosité que je comparerai son évolution.

Il faut dire qu’elle était tombée dans un vrai traquenard, en particulier avec Laurent Joffrin et Caroline Fourest.

Il ne lui sera probablement rien évité, mais elle a la peau dure, les dent longues et elle sait nager.

Ceux qui se trouveront face à elle auront intérêt à bien préparer leurs interventions. Elle ne leur fera pas le moindre cadeau, car elle se sait la seule alternative à la pensée européiste, mondialiste et qu’elle est le porte-drapeau des ouvriers et des classes moyennes qui attendent d’elle autre chose que les « belles et creuses promesses » de ses concurrents !

Francis NERI

03 01 12        

http://semanticien.blogspirit.com

Commentaires

Pour moi, le choix est simple: ni gauche ni droite. Je voterai FN sans regret et sans honte. Je pense que ces magouilles et ces mensonges ont assez duré. Ils ont assez prouvé leur incompétence et leur mépris du peuple. La France a besoin de dirigeants qui croient en elle et qui lui redonne sa splendeur et sa grandeur qui est la sienne. Je ne vois que Marine Le Pen pour réaliser ce grand projet. Comme vous, c'est donc avec un grand intérêt cette fois, que je regarderai cette émission la semaine prochaine !!!

Écrit par : christophe | 03/02/2012

Je suis entrain de lire "l'oligarchie des incapables" de Sophie Coignard édité chez Albin Michel et le parallèle entre ce livre et votre écrit est concordant, mon cher Francis. La gauche comme la droite ont construit un système à leur avantage permettant privilèges, enrichissement et pouvoir grâce à un réseau de relations et d'influence avec le monde des entreprises et de la finance. La France est depuis des années entre les mains d'un cercle fermé dont le mot d'ordre est "silence, on s'enrichit" par un incroyable cumul de revenus, d'indemnités et de rentes de situation. L'intérêt du peuple est complètement oublié.

Écrit par : François LITTERST | 04/02/2012

Je ne peux que malheureusement qu'approuver ce que vous dites et je l'ai vécu dans la fonction publique en tant que Contrôleur de De la Gestion de ces crédit tant français qu'européens nous avions des dossiers où le Trésorier Payeur Général de Région est même intervenu en personne pour demander la saisie de la Chambre Régionale des Comptes et le justice et rie n'a été fait .
Nous étions deux 2quipes par Région et je dirigeais une.
Je suis en Arrêt pour longue Maladie pour harcèlement moral aggravé et sous traitement psychiatrique qui m'interdit de conduire et de travailler.
Mon collègue et ami qui dirigeais l'autre équipe à fait un AVC en pleine réunion de programmation et s'en est tiré que de justesse et il doit prendre sa retraite.......c'est ce qui lui est demandé.
Voilà les vrais dessous des cartes et cela ne sent pas bon. Ce qu'il faut assainir avant de faire quelque chose c'est la classe politique actuelle, mais on a les élus que l'on mérite et notre médiocrité nous mets dans ce jeux de tennis entre Gauche et Droite.
Que faire et le fond du problème.

Écrit par : Herbecq | 04/02/2012

QUE FAIRE ??? Mais c'est évident, ne surtout pas voter pour les pourris qui prétendent nous gouverner et qui s'en foutent plein les popoches !

ALORS VOTER POUR MARINE LE PEN évidemment si elle obtient ses 500 signatures. Voilà pourquoi elles ne les obtiendra pas... Et voilà pourquoi nous allons droit vers le chao ! Car si Marien Le PEN ne les a pas, les élections seront empêchées dans chaque bureau de vote. Quand un pouvoir mafieux et affairiste tente de priver un peuple de sa liberté d'expression et de son droit de vote, il s'expose à sa révolte voire à une révolution sanglante... Le dictateur syrien sera tout sourire lorsque les oligarques français montront sur l'échaffaud !

Écrit par : Bertrand | 14/02/2012

Les commentaires sont fermés.