Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2012

Refuser le mariage homosexuel

Ci dessous un article de Minurne Résistance qui devrait ouvrir les yeux de ceux qui pensent encore pouvoir "éclairer" de soi disant "Résistants" comme certaine Dame de "Résistance" Républicaine.

La France est perdue si nous ne sommes pas capables de restaurer nos valeurs essentielles et la famille en est une.

La France est perdue si nous ne faisons pas l'unité des patriotes autour de ces valeurs.

La France est perdue si nous ne faisons pas alliance avec ceux qui ont, avec nous, des valeurs, des pratiques et des codes sociaux qui se ressemblent.

La France est perdue si nous nous contentons de ne combattre que pour un des éléments de la problématique.

Le combat contre l'islamisation de la France est aussi le combat de ceux qui veulent que la famille reste une valeur essentielle.

Le combat contre la mondialisation et la marchandisation de l'Homme rejoint les deux premiers.

Le combat pour une écologie systémique qui commence par la maîtrise de la démographie et de l'immigration fait partie du tout.

Bien sur chacun des "groupes" en présence  peut prétendre imposer "SA" priorité, mais ce serait conduire la France au désastre, nous le voyons avec le comportement indigne de nos élites de droite comme de gauche qui démontre à l'évidence qu'ils ne songent qu'à une seule chose, la défense de leurs intérêts personnels ou de clan.

La démocratie, la République n'a plus de sens, pas plus que la Nation, la Patrie ou encore l'intérêt général. Bref nos élites ne savent même plus ce que signifie des mots comme "humanisme" "éthique" ou encore "altruisme" seul compte leur carrière et l'intérêt de leur clan.

Il est grand temps que le peuple de France balaie cette engeance …d'un revers de neurones pour commencer !             

Francis NERI   

Bonne lecture !

Ceux qui revendiquent un statut pour les couples homosexuels accusent facilement leurs opposants d’homophobie. Ainsi, pour ne pas passer pour homophobes, nous évitons le débat. Il faut au contraire proclamer avec force que refuser le "mariage" homosexuel n’a rien à voir avec l’homophobie. Nous pouvons avoir un grand respect pour les personnes homosexuelles tout en contestant le fait que le couple homosexuel soit présenté par l’Etat comme un modèle social au même titre qu’un couple marié. Cette capacité à désapprouver un acte tout en respectant la personne est d’ailleurs un des héritages de l'humanisme des Lumières. "Je ne suis pas d'accord, mais je respecte…", disait Voltaire...

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L'ARTICLE DE MAURICE D.

Commentaires

Je viens de lire avec attention le papier de Minurne. Quelques trucs me laissent un peu perplexe :

"voyez comme les pédérastes et les lesbiennes s'aiment, ce serait injuste et cruel de les priver des joies du mariage et de l'élevage d'enfants ! "
Le mot "pédéraste" est un faux-sens. La pédérastie est comme la pédophilie, un crime commis sur un enfant et comme tel justement réprimé par la loi. L'ensemble aurait dû être remplacé par "homosexuels hommes et femmes". Ou à la rigueur "tantes et gouines" avec second degré bien perceptible...
Quant au mot "élevage", il fait un peu "salon de l'agriculture" !

L'emploi à plusieurs reprises du mot "gouine" vient contredire l'affirmation de respect professée quelques lignes plus bas car justement, on n'y perçoit aucun second degré.

Enfin, "Il s’agit de faire passer l’idée selon laquelle la différence sexuelle n’est que de l’ordre du biologique et ne concerne donc pas l’identité profonde de la personne. Chacun peut donc choisir son orientation sexuelle (hétéro, homo, bi, trans, etc.) indépendamment de son sexe." ne me semble pas être l'opinion des zélateurs du mariage homo, bien au contraire. L'homosexualité, au vu des résultats des recherches que l'on a conduites sur elle, ne semble absolument pas être un choix, donc de nature culturelle, mais bel et bien un état contre lequel il semble être vain de lutter. Bref, on est homo comme on a les yeux bleus ou bruns, on ne choisit pas de l'être ou non... Et c'est justement parce que leur homosexualité ne résulte pas d'un choix raisonné que les homos demandent le droit à l'adoption, car l'homosexualité n'étouffe pas le désir d'enfant. Au sein d'un couple homo, un enfant ne peut pas provenir d'un "accident" comme c'est encore le cas chez des couples hétéros (malgré la contraception), et sera donc très désiré, ce qui laisse augurer une éducation dans une ambiance d'amour. Le modèle sexué manquant dans le couple homo-parental, l'enfant saura toujours le trouver dans un(e) proche parent(e) oncle ou tante, un(e) enseignant, un(e) entraineur(se) de sport, etc.

Bref, je ne pense pas que le mariage homo présente un risque pour la société car il revêtira toujours un caractère minoritaire, et que l'homosexualité ne se transmet ni par contagion physique, ni par prosélytisme. On ne "convertit" pas un hétéro à l'homosexualité, pas plus que l'inverse, à moins que celui-ci soit déjà un homo qui s'ignore ou qui ait refoulé ses pulsions naturelles jusqu'à ce que l'occasion de les exprimer se présente.

Ce qui me parait être un bien plus grand danger pour l'avenir de notre société, c'est la démission de trop nombreux parents en matière d'éducation, et qui ainsi fabriquent des enfants-rois qui deviendront des personnages égoïstes, vaniteux, tyranniques, bref imbuvables. Nous en connaissons tous (1). Ces parents, qui sont quand même deux pour élever un enfant, se reposent sur l'enseignant, qui, lui, est seul face à 30 fauves, pour ce rôle d'éducation. "Vous vous êtes mis à deux pour faire un crétin. Vous ne pensez tout de même pas que moi tout seul je vais en faire un génie !" À leur décharge, je pense que le terme de "ministère de l'Education Nationale" est très mal approprié, et je lui substituerais volontiers celui de "ministère de l'Instruction Publique" car l'éducation, c'est d'abord le rôle des parents. Celui de l'Etat, c'est l'instruction, le savoir, la formation professionnelle et l'apprentissage de la vie en société, cette dernière en association avec les parents.
J'ai deux grands enfants. Une fille de 20 ans, qui est autiste Kanner, et un grand gars de 27 ans, ingénieur. J'ai d'excellentes relations avec les deux, bien que l'autisme ait mis autrefois de gros bâtons dans les roues de la nôtre, à ma fille et moi, époque aujourd'hui révolue grâce à un sérieux travail que nous avons fait tous les deux. Dans leur éducation, j'ai appliqué un principe simple sans en avoir conscience à l'époque : des barrières. Une barrière, c'est certes un truc emmerdant car ça empêche d'aller au-delà (tout en titillant la tentation de transgression nécessaire à la construction de la personne), mais c'est aussi un truc sur lequel on peut s'appuyer, se reposer. C'est rassurant aussi. En-deça de la barrière, on ne risque rien. Au-delà, les risques sont clairs. Mais sans repères, les enfants d'aujourd'hui sont paumés et cherchent les limites qu'ils ne trouvent pas. Et ce n'est pas la très mauvaise nounou au rôle de laquelle on place la télé qui les leur donnera, ces limites.
J'appliquais aussi le principe de "contrats" : "tu fais une connerie, attends-toi à quelque chose de désagréable en retour. Tu fais un truc sympa, tu mérites une récompense". Il faut surtout s'y tenir rigoureusement tout en faisant en sorte que l'enfant ressente, dans tous les cas, qu'on le respecte et l'aime.

Bien à vous, cordialement
ChB

(1) On en a même eu un à la tête de l'Etat.

Écrit par : goshein | 26/11/2012

Il m'a semblé interessant d'insérer dans ce débat une réponse de mon ami CATON à Ch. B. puisque le débat s'est largement propagé sur internet.
Francis NERI

A Charles B…

Monsieur,

Le caractère excessif des propos que vous avez adressé à monsieur NERI concernant mon point de vue sur ce sujet mais aussi mettant en cause ma personnalité m’ont laissé de vous je le confesse, une impression peu flatteuse. Je vous imagine plutôt jeune, et cela appelle une l’indulgence et une compréhension que je vous avais déjà accordée puisque j’ai refusé une polémique qui devenait stérile avant même d’être engagée du moins pour ce qui me concerne.

Mais puisque vous avez le cran de prendre du recul, ce qui à mes yeux est une incontestable qualité qui ouvre des possibilités de dialogue intelligent et constructif, et , que je ne pratique pas la rancune qui est une faiblesse, dont je me défends. Même si parfois, je ne me satisfais pas toujours en ce domaine, j’y travaille néanmoins..
Caton était une conscience rigoureuse c’est vrai, et s’il fut souvent honoré il ne fut pas toujours compris et souvent combattu. Mais il apportait à sa société une lucidité et une conscience qui, très vraisemblablement, permirent d’éviter bien des drames et des erreurs. C’est ce qui m’attire dans sa personnalité intelligente, constructive , pratique et utile. Ne vous laissez pas obséder par CATON puisque désormais, vous savez pourquoi j’ai choisi ce pseudonyme.
Si vous êtes prêts à un vrai dialogue avec quelqu’un qui ne partage pas votre point de vue sur ce sujet, je suis intéressé autant que votre vision est honnête et porteuse de vérités utiles à notre société, visant à servir nos enfants et leur environnement futur. Je peux aborder ces questions avec vous, comme je le ferais, avec toute personne de bonne volonté. Mais il faut se poser cette question : Est ce souhaitable de faire de nos enfants des déviants sexuels et de rétablir la cité Cananéenne de Sodome et Gomorrhe ?

Pour le moment je reste soucieux de l’influence de l’homosexualité sur l’équilibre et, la qualité de notre société, ou qu’il s’agisse du modèle à offrir à notre jeunesse. Je ne condamne pas, c’est un terme que je redoute, par ce qu’il suggère d’irréversible et de suffisant. Je sais que l’homosexualité n’interdit nullement un certain nombre des qualités qui font des hommes ou des femmes remarquables sur bien des points. Durant mon service militaire j’ai connu un garçon homosexuel cultivé et intelligent qui s’est tué en parachute. Je garde sans que ses orientations sexuelles ne me préoccupent ; de lui, le souvenir de quelqu’un de bien. Mais, il n’affichait pas sa déviance. Entre nous il avait le cran de se plaisanter lui-même. Nous ne pouvions que mieux l’en respecter, et il était intégré dans une société qu’il ne tentait pas d’homosexualiser. Dans ce domaine, l’exhibitionnisme vulgaire auquel il nous est donné d’assister, est un facteur appauvrissant de l’image que nous donnons à notre société ? Il est difficile de na pas penser que cella n’ait aucune influence sur notre forme d’esprit. Ce n’est pas l’image que m’a laissée mon camarade trop intelligent pour cela, ni Cocteau qui n’avait pas que cette faiblesse

Pour moi l’homosexualité est une dérive, un drame humain, mal maîtrisé et qui mérite plus de compassion que de condamnation, à la condition qu’il ne prétende pas bouleverser une société qui se crée déjà suffisamment d’autres problèmes à résoudre par ailleurs. Beaucoup d’homosexuels parlent de leurs souffrances cet aspect ne doit pas être occulté non plus.

Il est certain que cette question mérite notre attention afin de protéger notre société contre les déviances induites supplémentaires, sans ostraciser ni promouvoir. Les erreurs en ce domaine sont vite commises si l’on se contente des ‘’ bruits qui courent ‘’ Ainsi lorsque vous dites que l’homosexualité ne concerne que des adultes. Certains homosexuels, non des moindres, ont pratiqué des tentatives de corruption de masse de la jeunesse (Jean Louis Bori s’il me souvient bien) Il faut s’interroger sur les situations auxquelles une communauté homosexuelle trop importante, ou trop puissante, nous exposerait à terme. Entre autres, notre démographie n’en a guère besoin. Je dis donc que celui ou celle qui est libre de ses choix personnels, n’est pas pour autant libre de les imposer aux autres par contrainte ou séduction, ni de les imposer à l’ensemble de la société ce qui devient une faute grave surtout à l’encontre d’une jeunesse ainsi désorientée. Qui peut proposer à la jeunesse une société stérile ? Les pauvres solutions qui ont vu le jour laissent pensifs les individus quelque peu responsables, sur des suites inquiétantes. Ainsi, légiférer pour une communauté me parait une dérive sociale celle là, montrant toute la déstabilisante complexité surgissant de ces particularismes. Voyez la réglementation sur le mariage, si l’expression pour ces gens a encore un sens. Tout cela devient je le crains, terriblement dérisoire et tragi comique.

Qui assumera le mal ainsi fait le moment venu ?
Personne car les coupables ne seront plus, c’est pourquoi ils s’en foutent aujourd’hui si vous m’accordez cette expression

J’ai du rôle de chacun de nous, du plus modeste au plus brillant, une autre idée : Une société n’est jamais que ce qu’en font les comportements de ses citoyens dont l’action la constitue quoi qu’on pense.

Sans rancune dans l’espoir d’un dialogue constructif.

JD CATON

Écrit par : goshein | 04/12/2012

Je cite ChB :

"L'homosexualité, au vu des résultats des recherches que l'on a conduites sur elle, ne semble absolument pas être un choix, donc de nature culturelle, mais bel et bien un état contre lequel il semble être vain de lutter. Bref, on est homo comme on a les yeux bleus ou bruns, on ne choisit pas de l'être ou non..."

Tout à fait exact. De même qu'être aveugle ou sourd n'est absolument pas un choix, mais bel et bien un état contre lequel il serait vain de lutter, par exemple en exigeant pour les aveugles le "droit" de conduite des bus ou encore, pour des sourds, le "droit" de conduire un orchestre. Au nom d'un "droit" à l'égalité sans aucune justification, la DISCRIMINATION se justifiant pleinement dans de tels cas (au sens de "distinction entre deux situations radicalement différentes").

Que l'homosexualité soit ou non un choix (et elle est bel et bien un choix dans certains cas), elle n'ouvre aucun "droit" au mariage ou à l'enfant. Il faut savoir accepter les limites de sa condition, même si elles sont cruelles : l'aveugle NE PEUT PAS être conducteur de bus, le sourd NE PEUT PAS être chef d'orchestre, l'homme NE PEUT PAS pas être "mère", et la femme NE PEUT PAS être "père". Et comme la véritable finalité du mariage est la procréation, on m'aura compris... Toute tentative de "girodigitoculie" est condamnée à l'échec dans ce domaine comme dans tout autre. Elle conduit même directement à la psychose individuelle ou - en l'occurrence - collective. Une société qui autorise le "mariage" des invertis et l'"homoparentalité" (superbe oxymore !) est une société devenue folle.

Point barre.

Écrit par : François | 28/11/2012

Je dirais qu'il s'agit là d'une magnifique démonstration. Le bon sens comme on ne peut que l'aimer.

Écrit par : François LITTERST | 28/11/2012

@ François
Enfin le langage du bon sens !

Après ceux qui prétendent ‘importe quoi, et ceux qui se taisent cela rafraîchit un peu !
Mais enfin la condition Humaine ne peut être définie par les fantaisies ou les déviances et les délires des uns ou des autres !
Le sexe est un fait comme le sont le vent, le soleil et l’eau auxquels l’homme ne peut rien changer et ne peut que s’adapter. Mais de surcroît c’est une loi naturelle, à laquelle , hommes et femmes sont, qu’ils le veuillent ou non, irrémédiablement soumis. Toutes leur tentatives pour s’en soustraire, ne sont que des leurres dramatiques et les tentatives de s’y soustraire, ont quelque chose de dérisoire et d’inutile, ,de tragique par les conséquences potentielles induites.
On ne peut nier l’éventualité d’ attirances contre nature, mais il s’agit d’un combat que l’individu doit conduire contre lui-même afin de retrouver son équilibre. S’il n’y parvient pas il n’est tenu par aucune loi a cacher et à combattre cette déformation il ne peut s’affranchir en contaminant la terre entière. C’est un peu comme si tous les malades du SIDA ou de la lèpre s’efforçaient de contaminer le reste du monde. A bien y réfléchir, la finalité n’est elle pas comparable pour une société qui se laisse engloutir par ces comportements dénaturés ? Les encourager par son silence ou sa passivité est une gravissime lâcheté qui peut favoriser le déséquilibre de toute une société qui devient alors folle et se désagrège par sa propre démence. Quelle belle réussite pour les adversaires de la France que cette décomposition intérieure. .François a raison de dire que cette psychose individuelle entretenue par de puissants moyens médiatiques fait courir le risque d’une dérive sociale majeure. Sous cet angle, ces individus représentent un grave danger pour la société toute entière, qui, si elle a conservé un minimum de conscience d’elle-même, doit pouvoir exiger d’elle-même l’indispensable préservation, ainsi qu’elle doit se défendre d’une épidémie car sa survie est en jeu également.
Voir la lâcheté politique qui accompagne ces hideuses tentatives, laisse perplexe sur la qualité mentale des gens qui prétendent nous gouverner. Ces comportements légitiment la folie musulmane concernant la femme et l’abrutissement qui en découle poussant certains aux crimes les plus odieux.
Ayons le culte de l’équilibre et de l’harmonie collective véritables, impossible sans la prise en compte de l’harmonie individuelle..
JD CATON

Écrit par : goshein | 29/11/2012

Merci François pour cette réponse que je transmet à Charles. Le débat reste ouvert.
Rendez vous ce soir pour la conférence ?

Écrit par : goshein | 28/11/2012

Bonjour, vos arguments procèdent d'une certaine logique, et méritent le respect. Mais je le les partage pas. François, ainsi pour vous l'Etre Humain serait un animal fini, incapable de dépasser ses limites ? S'il en était ainsi, nous n'aurions jamais eu l'idée de faire du feu, d'inventer la roue, l'agriculture et l'élevage, l'écriture et ainsi de suite. Nous serions encore une variété de chimpanzé. Si je rapporte ceci à mon cas personnel, je n'aurais jamais eu l'idée d'aider ma fille à combattre son autisme comme la Résistance a combattu le nazisme, jouant pour ma part le rôle des Alliés. Je me serais résigné et aurais renoncé à faire progresser ma fille. Et j'aurais eu tort.
Jacques (au passage, merci pour avoir pris le temps de me faire une longue réponse perso), si je comprends vos craintes de voir l'homosexualité faire des adeptes comme un parti politique ou une religion cherchent à recruter des membres, je ne les partage pas non plus. L'homosexualité n'est pas contagieuse, que ce soit par contact physique (sinon je le serais pour avoir fait la bise à des amies lesbiennes), ou par prosélytisme, ce que je n'ai jamais ressenti de la part des homosexuel(le)s que j'ai été amené à rencontrer, que ce soit des rencontres occasionnelles ou par amitié durable. Et encore une fois non, l'homosexualité n'est pas contre nature : de nombreuses espèces animales (oiseaux et mammifères surtout) la pratiquent.
Moi non plus, je n'aimerais pas une société entièrement homosexuelle. Quel ennui ! Mais je ne crois pas à son avènement, l'homosexualité restera un fait mineur (ce qui ne veut pas dire qu'il faille s'en désintéresser). Et je pense que la société a d'autres soucis plus importants à régler. La pauvreté croissante, l'exclusion des plus faibles en font partie, de même que l'islamisation rampante que, comme vous, je crains bien plus que l'homosexualité. Mais celle-ci est le fait de quelques exaltés minoritaires qui savent, malheureusement, bien manipuler les foules. Si on veut combattre cette islamisation, c'est à sa source, c'est à dire au niveau de ces exaltés, qu'il faut la combattre. C'est exactement comme dans l'éducation des enfants : c'est une histoire de limites.

Écrit par : Charles | 06/12/2012

Les commentaires sont fermés.