Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2016

Melting-pot culturaliste

Grande campagne contre le racisme actuellement lancée par notre gouvernement chéri.
Il est temps, car cette insupportable haine des Français envers "une certaine communauté" n'a pas raison d'être et il devient urgent de faire comprendre à la population que son attitude négative et parfois insultante nuit à la bonne marche de la société telle que l'ont voulue nos gouvernants nous promettant depuis des décennies que le melting-pot culturaliste était une bonne chose pour nous Européens.
Notre bon Premier Ministre ne cesse de nous dire que :
"Le racisme, ça commence par des mots. Ça finit par des crachats, des coups, du sang."
Les évènements de janvier et de novembre 2015 à Paris, et ceux de Bruxelles hier ne prouvent-ils pas que son raisonnement est juste ?
Qu'elle doit être notre réaction face à tous ces Chrétiens, ces Bouddhistes, ces Indouistes, ces Juifs et ces athées qui tabassent des "noirs et des Arabes" (pour schématiser) gratuitement par simple haine ou par bêtise, ignorance et peur de "l'autre" ?
Une tête de porc accrochée au seuil d'une mosquée n'est-ce pas là un acte d'une violence jamais égalée ?
Voilà toute l'ironie de la chose... car quant à dépenser 3 millions d'euros pour une campagne antiraciste ne serait-il pas plus judicieux de la faire contre les tueries de masse qui nous plongent dans l'angoisse permanente, dans la tristesse de voir les nôtres tomber sous les coups d'adversaires sans pitié et contre lesquels nous n'avons aucune défense ?
Pour nos élites il est impératif de faire comprendre aux "petite gens" que nous sommes que nous devons mourir en silence sans haine et sans ressentiments que l'islam ne nous veut pas de mal, même lorsque l'actualité nous prouve le contraire, et que nous devrons continuer d'accueillir sur notre sol de nombreux autres musulmans, avec le risque de voir se glisser parmi eux quelques candidats au suicide qui assassineront nos amis, nos enfants, nos parents, nos compatriotes.
Mais la logique actuelle des gouvernants européens c'est : Qu'est-ce que la mort de quelques uns quand ont peut en sauver tant d'autres ?
L’Europe est devenue un échiquier et nous sommes les pions, certains tomberont et seront éliminés, mais peu importe, c'est le jeu et notre instinct de survie doit être balayé à grands renforts de campagnes publicitaires qui nous culpabiliseront si nous ne jouons pas sans tricher.

24 03 16

Lise Baylac

 

Les commentaires sont fermés.