Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2019

Comment tuer le peuple Français ?

En 2014, je propose qu'on arrête de mentir aux jeunes, de leur dire qu'un master de sociologie est une bonne affaire et que les cours de théâtre mènent à tout : la sociologie, ça ne sert à rien pour gagner sa croute, et le théâtre, quand c'est bien, ce qui est rare, c'est magnifique, mais dans les deux cas il ne faudra pas venir se plaindre si aucun salaire ne tombe en fin de mois et accuser l'État ou les riches de ses propres turpitudes.

Le peuple a encore le sentiment d'appartenir à une même collectivité il faut donc, dans l’esprit des élites politico-médiatiques et économico-financières, très vite dissoudre ce désir d’unité, prendre le risque  d'un creusement entre les classes sociales, d'un accroissement des écarts de revenus, d'une dissolution de l'unité du peuple, du sentiment, qu'il a encore, d'appartenir à une même collectivité.

Le capitalisme débridé a apporté dans le monde son lot de malheurs, d'injustices, et surtout de brutalités. Les pays qui s'y livrent délaissent leurs pauvres et leurs faibles, laissant les forts tout écraser au nom de l'autorégulation du marché et des vertus de ce système, mais cela n’a rien à voir avec les Juifs, les Chrétiens, les Musulmans ou les Sionistes 

Je réfute l'idée que notre pays soit mort. J'espère, je n'en suis pas certain, que la France n'est pas morte. Psychologiquement, il parait que rien n'aide plus que d’être au pied du mur, de se dire que c'est maintenant ou jamais.

Aux armes donc citoyens !

Francis NERI

01 01 14

Y a t'il quelque-chose à changer en mai 19 ?

Commentaires

Les philosophes et sociologues ne sont peut-être pas bien récompensez de leur travail. Mais leur travail est passionnant et indispensable de tout temps et singulièrement maintenant.
Que vous le vouliez ou non la société est fragmentée. L'unité culturelle, sociale, ethnique ou politique est un leurre. Il y a des consensus mouvants, des identités changeantes et multiples mais jamais d'unité même si ont peut faire dans ces conditions communauté.
Tout système est à déconstruire. Déconstruire les systèmes est la seule méthode pour se libérer même si de facto un autre système se remets déjà en place aussitôt le précédent éteint. C'est cette déconstruction permanente qui est libératrice.
Que la France, LUE, le monde occidental etc. mutent ou disparaissent un jour ou l'autre c'est dans l'ordre des chose. Et si une telle chose arrive c'est que l'ancien n'est tout simplement plus adéquat. Il n'y a rien de pire que d'être nostalgique et vouloir conserver ses illusions anciennes.

PS aucune région du monde n'a jamais été apaisée tout au plus moins violente et encore.

Écrit par : Olivier MONTULET | 19/02/2019

" Et si une telle chose arrive c'est que l'ancien n'est tout simplement plus adéquat. Il n'y a rien de pire que d'être nostalgique et vouloir conserver ses illusions anciennes. PS aucune région du monde n'a jamais été apaisée tout au plus moins violente et encore."
Oui Un système est un ensemble d'éléments en interaction dynamique, orienté vers un but...une particule élémentaire aussi.
La question du but est donc posé, celui de la trajectoire également, de la prospective, du chaos, du hasard et de la nécessite et de l''éternelle question : comme rester au contrôle et réguler un système global ??
Le faut il d'ailleurs ?

Écrit par : gosein | 23/02/2019

Les commentaires sont fermés.