Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2020

Des soubresauts pathétiques.

On peut en faire une analyse précise, et Jean-Marc Vittori le fait bien.

Le choix de son titre montre qu'il reste lucide, contrairement à la plupart des journalistes économiques et opérateurs financiers, saluant les 750 Milliards de la BCE comme les pacifistes saluaient Daladier après Munich en pensant qu'ils étaient sauvés.

L'on peut aussi prendre un peu de recul, avec ce constat simple :

Le COVID-19 tue beaucoup plus massivement ceux qui étaient déjà affectés par une autre pathologie. L'Euro et les marchés européens sont des cocaïnomanes forcenés depuis des années, sniffant une poudre dure appelée Quantitative Easing. Même sous assistance respiratoire aiguë, ses chances de survie sont très limitées.

C'est le seul patient dont je ne pleurerai pas le décès. La gigantesque pompe à spoliation qu'est devenu le système financier de la BCE - démolissant le véritable esprit d'entreprise - doit mourir.

Marc Rameaux

20 03 20

 

Écrire un commentaire