Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2010

« Ulysse de Tennyson »

Gérard a provoqué des saines réactions chez les "anciens", dont je fais modestement parti ! Je dois dire toutefois que je n'ai pas l'impression que les jeunes soient tous en retrait de leurs aînés. Probablement un problème d'éducation et de socialisation. Alors chacun à sa place et ma foi aidons les à s'engager, guidons les, conseillons les et, pourquoi pas, être devant eux !

En guise de cadeau un petit poème et "haut les coeurs" les hommes !  Nous avons encore à dire et à faire !

§

« Ulysse de Tennyson »

Venez mes amis

Il n'est pas trop tard pour partir en quête

D'un monde nouveau

Car j'ai toujours le propos

De voguer au-delà du soleil couchant

Et si nous avons perdu cette force

Qui, autrefois remuait la terre et le ciel,

Ce que nous sommes, nous le sommes ;

Des cœurs héroïques et d'une même trempe

Affaiblis par le temps et le destin,

Mais forts par la volonté

De chercher, lutter, trouver et ne rien céder.

§

Après tout, l'histoire, dit-on, n'a pas de sens : un petit groupe d'hommes ...et de femmes, peut la déterminer, pourvu qu'ils le veuillent, qu'ils en aient l'énergie et les moyens.

 

 

 

05/10/2010

Envahisseurs

J'avais perdu Gérard de vue depuis une bonne trentaine d'années et puis il y eu cette manifestation à Strasbourg et ma brève apparition à la télé. Nous avons repris contact et ma foi décidés de refaire, avec quelques amis, un bout de chemin ensemble à Résistance Républicaine. Il m'a envoyé un texte que j'ai décidé de publier. Il attend vos remarques !

Ps: Il a lu "Les chemins de l'avenir" !

§

Une couverture, pour quelque chose peut-être...

Merci pour les lectures, toujours aussi passionnantes, réalistes, sensées ou le devenir, notre demain se trame aujourd'hui. Notre grande difficulté consiste, et là, je reprends une "parole ancestrale" :"ils ont des yeux et ne voient point" à faire prendre conscience à nos concitoyens, de toutes confessions et nationalités ici en France, à nos amis Européens, (pour commencer) que: Pour jouir des libertés dont nous disposons actuellement, acquises "durement" au prix du sacrifice de sa personne, nos ancêtres, nos Anciens, n'ayant pas l'instruction et les connaissances de maintenant, n'ont pas hésité depuis la nuit des temps à se battre contre "l'obscurantisme sous toutes ses formes" cherchant à nuire à nos sociétés libres, ou l'homme dans sa dignité reste tête haute devant son destin... et non inclinée vers un tapis devant le tyran d'un « dieu sanguinaire et complètement absurde ».

Le danger est à nos portes, dans nos maisons (et pour certaines personnes dans leurs "ventres")! Quel prix devrons-nous payer devant ce qui se prépare? Nous le savons mais refusons de l'admettre. Ces "envahisseurs" n'ayant qu'un objectif, nous asservir dans le sang et par le sang (bien que de beaux parleurs s'en défendent) sans aucune pitié.

Ce n'est pas avec nos règles HUMANISME, structure majestueuse de notre culture occidentale que nous les arrêterons. Les pancartes brandies à bout de bras sont pour « eux » tout aussi à craindre que les accords d'Evian. Ils n'en ont que faire... l'actualité nous montre journalièrement les atrocités perpétrées aux quatre coins du globe par des « innocents incultes » au nom de ce dieu sanguinaire, inhumain par ses paroles et l'endoctrinement de ses tueurs « kamikazes »...

Chez eux, la vie d'un homme ne vaut pas plus que celle d'un mouton, une fin identique leur est réservée : la vie de l'homme pour satisfaire « Allah » s'il lui a désobéi, la vie de l'animal pour assouvir la faim du barbare après son œuvre de cruauté dans la plupart des cas.

Je suis dans l'expectative et prêt à en « découdre » « définitivement sur notre sol » pour nous libérer du « joug » sous toutes ses formes que nous imposent ces indésirables ENVAHISSEURS.

Nos élus ne sont que des marionnettes aux mains de ces gens-là. L'argent étant le sang du diable, ils n'attendent que la fin du mois sans se soucier un instant du tous les jours de leurs concitoyens...

 

Gérard GABIER