Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2013

La traitrise de la paix

Vous ne pouvez acquérir que les pouvoirs que vous êtes capable de concevoir.

Le pouvoir par : l’énergie, la compétence, le statut.

Prendre le pouvoir, c’est souvent la rencontre, la conjonction entre un homme, ou une femme, et un lieu, une date, un contexte

Un système se transforme, se refait à partir de ce qu’il est fait, de ses constituants de base. Il s’établit de nouvelles relations en interne comme en externe pour une meilleure adaptation à son environnement. Il peut grandir et se modifier en intégrant de nouveaux éléments à la condition que ces derniers soient compatibles avec les constituants de base. Dans le cas d’un rejet, les intrus sont soit éliminés par les anti-corps soit ceux-ci détruisent les constituants de base et c’est le « grand remplacement ».

C’est exactement ce qui nous attend avec l’immigration, en particulier musulmane : soit il y a assimilation, intégration, apport de méthodes ou de moyens mieux adaptés qui enrichissent le système,  soit il y a le « grand remplacement ».

Mais comme dans le second cas les anti corps ne se laisseraient pas faire, ce serait la guerre civile.

Pour ma part, je considère qu’il y a un bon moment que nos élites de gauche comme de droite ont renoncé à l’assimilation et choisi le « grand remplacement ». Les raisons en sont simples : nous étions un peuple indocile, résistant à la mondialisation dite libérale et au multiculturalisme. Un peuple qui ne voulait pas renoncer à ses acquis, à son histoire, a ses valeurs. Un peuple qui veut garder sa terre et ses racines, un peuple qui veut vivre, travailler et mourir au pays.

Ce peuple, Marine LE PEN l’a compris et elle seule peut rendre son « homéostasie », son équilibre à notre système, en mettant fin à l’action des prédateurs qui nous gouvernent. C’est un systémicien qui vous le dit, elle seule est en mesure de faire en sorte que le système ne se détruise pas dans une épouvantable guerre civile à la Libanaise, ce serait la fin, le « grand étripement »

Avec elle, faisons « le grand nettoyage », réveillons les « anticorps » faisons le tri parmi les nouveaux éléments et n’acceptons que ceux qui veulent vraiment apporter leurs « richesses » au système.  Rejetons impitoyablement ceux qui veulent en abuser et imposer des dogmes qui ont démontré ailleurs leur nocivité.               

Je hais la guerre,  mais il faut se méfier de la traîtrise de la paix pendant laquelle le mythe de l’égalité se répand, les hommes perdent leur dignité et leur combativité. Ils végètent et ils cèdent un jour leur sol aux envahisseurs.

Si nous ne réagissons pas ici et maintenant nous aurons la guerre …et le déshonneur en même temps pour avoir voulu une paix impossible.

Je conçois la vie comme un seul ensemble, cohérent et déformable, mais je suis aussi déterminé par mon héritage biologique ET social. Mes enfants et petits enfants le sont également et, je sais qu’ils prendront les armes à leur tour dans ce combat pour la survie de ce système qui a fait de nous ce que nous sommes et ma foi n’y a pas trop mal réussi …qu’on se le dise !

Francis NERI 

20 12 13