Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/07/2019

Effondrement

Je ne fais pas le moins du monde confiance à mon intuition, au contraire je me méfie de mes biais cognitifs.

La thèse et l'antithèse de l'effondrement relèvent de domaines techniques variés incluant la finance, le fonctionnement du système capitaliste dans son ensemble dépendant de la croissance, la climatologie, la pollution, la biocapacité, l'agronomie, la question des ressources, en particulier celle des pics de sources d'énergies fossiles.

Trancher cette question est pour un individu lambda, un travail de nature épistémologique, généralement très au-delà de ses capacités cognitives, de son bagage scientifique de ses connaissances techniques, des dogmes qui régissent sa pensée, de sa pertinence analytique, de sa plasticité cérébrale, plus précisément il s'agit de se faire une idée en mesurant la validité des éléments de la thèse et celle de ceux de l'antithèse.

Ce n'est pas à la portée de tout le monde mais quand bien même l'obstacle principal reste la dissonance cognitive, liée à l'incapacité d'imaginer la fin de quoi que ce soit, en particulier la sienne propre, a fortiori celle de son environnement, du système de la société à partir de données abstraites en contradiction avec ce que ses sens perçoivent et son quotidien, c'est-à-dire l'abondance, la consommation, "le Progrès"...

Les personnes qui ont contracté un crédit, celles qui se projettent dans une carrière professionnelle celles qui ont des enfants a fortiori en bas âge, ne peuvent-être blâmées si elles sont dans l'incapacité d'imaginer l'effondrement.

Il va de soi que cette incapacité à se projeter dans un avenir incertain, difficile, voire apocalyptique, en chevauche une autre, souvent appelée le grand remplacement.

 

François Amsallem ·

04 07 19

Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/

16/10/2018

Après le Bataclan

Au lieu de perdre notre temps, notre énergie, et surtout le sens et la finalité de nos luttes, en rivalités intestines sur les responsabilités d’un tel ou d’une telle, d’une idéologie ou d’une autre, d’une religion ou d’une autre, nous devrions concentrer nos forces sur la composantes des trois « problématiques » qui font cause commune contre nous :

- L’islam dans toutes ses composantes.
- La gauche multiculturaliste, immigrationniste et aux valeurs universalistes.

- L’oligarchie mondialiste financière et du CAC 40 de nos mégapoles et de l’UE.

Ayons conscience que ces trois là œuvrent consciemment, délibérément ou pas, en cohérence. Ils ont les mêmes objectifs : nous réduire à notre plus simple expression, en finir avec notre histoire, nos cultures, nos identités etc.
Et comme l’explique très bien
Renaud Camus…nous remplacer, substituer à nos peuples trop éduqués et trop socialisés, trop réfractaires aux dogmes consuméristes et au monde « Orwellique » qu’ils nous concoctent, un peuple soumis à la religion et appliquant servilement leurs directives.

Ce n’est pas en suivant les « injonctions » des partis politiques qui se passent à tour de rôle le pouvoir depuis près de 50 ans que nous pourrions sortir de cette prison et du triste destin qui nous est promis.

Il appartient à nous, le peuple de la France oubliée des puissants, de prendre en main NOTRE destin. De nous projeter dans un  a-venir qui soit de NOTRE volonté…l’occasion nous sera donné de dire non aux prédateurs qui veulent à nouveau nous imposer leur Europe des marchés.

Sachons les distinguer et ne pas redonner notre confiance à ceux qui nous trahissent depuis si longtemps ; disons leur « NON ».
Pour cela regroupons nous à partir de NOS réseaux, NOS groupes, NOS pages, NOS blogs, nos journaux en lignes.
Constituons NOS groupes locaux d’information, de communication, de résistance ET d’action et à partir d’eux, imposons NOS choix d’une Europe des nations ET des peuples.

Grace à nos réseaux, nous avons gagné au Bataclan …si nous gagnons la bataille Européenne …tous les espoirs nous serons permis aux municipales et à la Présidentielle …

Plus que jamais c’est à NOUS de jouer.

Alors sachons nous structurer, nous organiser avec méthode, nous donner des objectifs, des moyens, agir localement tout en pensant nationalement et au delà.

Nous aurons à dire avec QUI nous voulons avancer et comment.

Nous aurons à refuser de nous laisser enfermer dans leur partis politiques de droites comme de gauche ; incapables qu’ils sont de se rassembler dans l’intérêt du peuple, qu’ils manipulent et abusent TOUS sans le moindre remord.

« Plus est en nous » et çà commence maintenant !

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/
16 10 18

29/05/2018

Renan nous avait prévenus

"L'islamisme ne peut exister que comme religion officielle; quand on le réduira à l'état de religion libre et individuelle, il périra. L'islamisme n'est pas seulement une religion d'État, comme l'a été le catholicisme en France, sous Louis XIV, comme il l'est encore en Espagne, c'est la religion excluant l'État...

Là est la guerre éternelle, la guerre qui ne cessera que quand le dernier fils d'Ismaël sera mort de misère ou aura été relégué par la terreur au fond du désert. L'Islam est la plus complète négation de l'Europe; l'Islam est le fanatisme, comme l'Espagne du temps de Philippe II et l'Italie du temps de Pie V l'ont à peine connu; L'Islam est le dédain de la science, la suppression de la société civile; c'est l'épouvantable simplicité de l'esprit sémitique, rétrécissant le cerveau humain, le fermant à toute idée délicate, à tout sentiment fin, à tout recherche rationnelle, pour le mettre en face d'une éternelle tautologie : Dieu est Dieu..."


Ernest Renan
1862, Collège de France

Fritz Helmut Dabber

29 05 18

Renan nous dit aussi: "La critique ne connait pas le respect. Elle juge les dieux et les hommes"
Cette irrévérence puissance portant sur toute chose un œil ferme et scrutateur est par son essence même coupable chez nos "bien pensants" de lèse majesté divine et humaine.

Francis-claude Neri

29 05 18