Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2010

La carte et le territoire

La carte n'est pas le territoire !

Ce texte adressé par Gérard Brazon gerard.brazon@neuf.fr est un exemple concret de de ce que nous ne savons pas faire, c'est-à-dire appliquer à la lecture des évènements mondiaux et globaux une approche systémique. Ici est évoqué un principe clé de sémantique générale : " La carte n'est pas le territoire qu'elle représente !" 

Après avoir lu, s'il vous plait, poser vous une question :"Que se passe t-il actuellement, sous nos yeux, en Grèce, en.....?" Et, si vous osez, encore une question: "Notre carte mentale est-elle représentative du territoire , ou si vous préférez de la réalité, et que faut-il changer pour y voir plus clair ?

Enfin je suggère de réfléchir à une autre "implication" que nous propose Joêl de Rosnay:"Si l'on veut avoir une vision la plus précise possible de la réalité nous pouvons; "nous élever ( ou prendre du recul) pour mieux voir le plus de réalité possible, relier les évènements pour mieux les comprendre et enfin les situer  dans leur contexte pour mieux agir (ne pas se disperser) "

§

La Kabylie

La carte nous dit que c'est une petite région montagneuse située au nord de l'Algérie, où la population parle un dialecte berbère.

Le territoire dit que c'est un pays de quelque 40 000 kilomètres carrés (une fois et demi la Belgique, trois fois la Flandre, trois fois la Wallonie) situé au nord de l' « Etat failli » par excellence, mi-totalitaire, mi-mafieux, et totalement non-fonctionnel, l'Algérie « arabo-islamique » . Mais aussi une nation de dix millions d'âmes. Cinq millions d'habitants, tous Kabyles, en Kabylie. Deux autres millions de Kabyles dans le Grand Alger, sur cinq millions. Un à deux millions de Kabyles en France. Historiquement, la Kabylie fut le principal foyer de résistance à la colonisation française. Pendant la guerre d'indépendance, de 1954 à 1962, les maquis kabyles ont fourni 80 % de la force de frappe du FLN. Mais après l'indépendance, ce dernier, rallié sous l'influence d'Ahmed Ben Bella au nationalisme arabo-islamique, a mis la Kabylie au pas, pendant une guerre civile de plus d'un an, de l'automne 1963 à l'été 1964. La langue berbère était interdite. Le rôle de la Kabylie dans la guerre d'indépendance, nié. La réalité d'un peuple qui se voulait profondément algérien, bafouée.

Les Kabyles se sont réveillés voici trente ans, quand l'Etat-FLN commençait à se désintégrer sous le poids de son ineptie, au printemps 1980. Manifestations, répression : des centaines de morts. Depuis, la Kabylie vit en état de sécession virtuelle. Un puissant mouvement autonomiste, dirigé par un chanteur-poète, Ferhat Mehenni, milite de manière non-violente pour la création d'un Etat kabyle laïque, doté d'une large autonomie, qui pourrait être à l'Algérie ce que le Québec est au Canada. Mehenni procède par étapes depuis le début de l'année. Voici dix jours, pour célébrer les trente ans du printemps kabyle ou berbère, il a proclamé un gouvernement provisoire kabyle. Des dizaines de milliers de personnes manifestaient au même moment en sa faveur à Tizi-Ouzou et dans les grandes villes de Kabylie.

Mais la carte dit : Algérie. La classe politique européenne, et notamment la classe politique française, qui devrait être un peu mieux informée, voient donc le problème kabyle sans le voir. Au mépris de leurs principes. Au mépris de leurs intérêts aussi. Un Etat kabyle laïque et non-violent apporterait de la sérénité au Maghreb et par voie de conséquence à la France et à l'Europe. Mais « il n'est pas sur la carte ». Et pour les princes qui nous gouvernent, c'est la carte qui vaut. Jusqu'à ce que le territoire se venge, bien entendu.

La carte avait déjà été invoquée contre le territoire à Munich, en 1938, contre la Tchécoslovaquie. Avec les conséquences que l'on sait. La leçon ne cesse d'être rabâchée, mais personne ne croit qu'elle s'applique à lui. Comment l'Union européenne, qui ignore ce qui se passe littéralement sous ses yeux à Bruxelles, ose-t-elle préconiser un « partage » de Jérusalem ? Comment la même Union, aveugle devant les Kabyles, ose-t-elle se mêler du droit des Juifs à Israël ?

© Michel Gurfinkiel, 2010