Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2017

Appliquer l’article 16

En 2005, j’avais échangé quelques mots avec mon père, ancien combattant d’Algérie, au sujet des émeutes. Je n’admettais pas que l’on n’envoie pas l’armée pour rétablir l’ordre, mais j’avoue qu’il su un peu me convaincre, à l’époque, en me rétorquant « qu’il y allait avoir des morts, et que c’est le cas quand on mobilise la troupe contre des civils, t’avais qu’à voir en Algérie… »

Oui très cher père, c’est vrai, la « troupe » postée rue d’Isly ne réprima pas les « mauvais » en effet. Mais quand les « fellouzes » fussent-ils des gamins endoctrinés par leurs parents ou grands-parents, détruisent la métropole alors il faut frapper, et frapper fort, et même si notre armée n’a pas toujours épousé la cause du peuple français, je reviens à mon idée initiale ; il fallait terroriser cette fange résiduelle du FLN.

Ils ont 12 ans de plus aujourd’hui, et certains sont même en responsabilité, mais rien, jamais rien ne les départira de cette haine recuite à l’infini, de n’avoir jamais eu des ancêtres capables de développer leur pays.

Nous avons été « les chances » de toutes nos colonies, les architectes de leur émancipation, et l’avenir a démontré ce qu’ils ont fait des infrastructures que nous leur avons léguées. La haine de la France se recuit dans l’ignorance et l’outrance dans de trop nombreux appartements de cités, et maintenant que « Alger la blanche » n’est plus à défendre, il est urgent de ne plus retenir nos coups.

Patrick Escudie

23 03 17

03/07/2016

Repentants

« Que la France garde son caractère original héritée depuis des siècles et en fasse montre à qui veut l'entendre et surtout, qu'il n'oublie pas ses véritables racines qui pourraient lui conférer les ressorts vitaux qu'il lui faut d'urgence. »

Manfred Krause

Nous sommes effectivement devant une  vraie question ; celle de notre mémoire et de notre identité que les Repentants nous imposent en « devoir de mémoire ».
Ce n’est pas nouveau et nos amis allemands commencent à peine à s’en libérer !

Mémoire et identité c’est un peu la même chose et avec le prêche des sectateurs de la « repentance coloniale », les Français doivent comprendre que le devoir de mémoire qu’ils cherchent à nous imposer est celui d’une mémoire artificielle construite pour les besoins de leur cause.
Leur histoire n’est pas une histoire de la colonisation, mais des discours tenus SUR la colonisation, dont la sélection relève de l’arbitraire et nous sommes NOUS Français jugés par d’autres Français à partir de critères moraux et nous mériterions un nouveau Nuremberg pour les satisfaire.
Pour les repentants, de gauche comme de droite d’ailleurs, les représentations sont substituées au réel, leurs mots deviennent la seule réalité…pour ce qui nous concerne notre premier devoir c’est d’établir les faits, les replacer dans l’environnement qui les a produits, en hiérarchiser l’importance, en comprendre la portée ; c’est là le préalable à toute tentative de connaissance du passé.   

Un journal comme Le Monde affirme : « La France doit faire face à ses crimes en Algérie … comment JUGER nos crimes en Algérie … »

Nous sommes là devant une campagne de dénigrement de la France et des Français eux mêmes.
En accusant, sans la moindre preuve, c’est la France, ses valeurs et ses institutions que l’on cherche à atteindre et clairement dans le but de saper ses fondements.

Comment peut on par exemple admettre que les repentants au pouvoir puissent cautionner le discours du Président  Bouteflika qui n’a pas hésité à assimiler la France –dont la présence en Algérie est toujours qualifié « d’occupation » dont les harkis auraient été les « collabos » - à l’Allemagne de Hitler : « Qui ne se souvient, disait il, des fours de la honte installés par l’occupant dans la région de Guelma, au lieu dit El Hadj-Mabrek ? ….Ces fours étaient identifiés aux fours crématoires des nazis…..Ces fours étaient identiques aux fours crématoires des nazis.
«  L’occupation » a adopté la voie de l’extermination et du génocide qui s’est inlassablement répétée durant son règne funeste »

Les repentants au pouvoir non seulement ne dénoncent pas ce genre de discours, mais ils l’approuvent et s’en servent pour détruire l’idée même de France.

Ils portent une lourde responsabilité sur l’état de délabrement économique, social, culturel  de NOTRE pays.
Ils vont devoir le payer cher et avec les intérêts cumulés.

Francis Neri
03 07 16     

14/02/2015

Algérie, colonisation pétrole et humiliation.

Une chance pour la France ?
 
Au moins en Algérie avions-nous apporté des bienfaits qu’elle n’avait jamais connus avant nous : les routes, les chemins de fer, l’électricité, le téléphone, les hôpitaux, l’amélioration sanitaire de la population, etc. Je crains que les Algériens qui sont chez nous ne soient fiers que d’avoir ramené leur fraise ! On dit d'ailleurs toujours, sur un ton approbateur, des Arabes que ce sont des gens fiers. Fiers de quoi ? Question à ne jamais leur poser.
C’est à nous qu’on demanderait des justifications dans ce cas-là. Jamais à eux ! Eux sont fiers. Point final. Leur fierté se suffit à elle-même.

Ils sont fiers d’être fiers. Si fiers d’ailleurs que, comme tu as pu le constater, tout leur est motif d’humiliation et de ressentiment. Chez nous on appelle cela vanité. Parce que la vraie fierté, la vraie dignité, est d’assumer ses choix et de se prendre en charge et non pas de se carapater de son pays, surtout quand on approuve que celui-ci ait commis tant d’atrocités et de crimes pour devenir indépendant.

Tout, absolument, tout, leur est humiliation. Même les guerres gagnées, comme celle d’Algérie. Qui aurait dû se sentir humilié d’avoir dû capituler comme en rase campagne, sous la pression des Américains et des Russes qui voulaient se faire bien voir d’un pays riche en pétrole, alors que nous avions gagné la guerre au moins sur le terrain ? Nous, bien sûr : les Français, les vaincus. Eh bien pas du tout. Ce sont eux les Algériens vainqueurs qui ne cessent de nous bassiner avec leur « humiliation ».

L’Occident a rendu les Arabes fabuleusement riches grâce au pétrole qu’il a « inventé » et qu’ils lui vendent chèrement quand ils ne s’en servent pas comme moyen de chantage contre lui. Or qui se sent humilié ? Les Arabes,encore et toujours. Ils couvent et cuvent leur humiliation sur leur tas d’or noir.

Pourquoi "inventé" le pétrole ?

Parce que toute la technologie sans laquelle le pétrole ne serait resté qu’un sédiment rocheux stérile a été inventée et fabriquée par les Occidentaux « de souche », que les gisements ont été découverts par eux et que, en somme, le pétrole n’existe que par eux. C'est un cadeau royal qu'on a fait aux Arabes, en particulier aux Algériens, puisque l'indépendance est intervenue à peine les installations pétrolières en état de fonctionner. Nous n'en n'avons même pas profité. Un double cadeau même. En effet, les régions pétrolifères du Sahara n’appartenaient pas à l’Algérie, vu que ce pays n’a jamais eu d’existence ni comme nation ni comme Etat avant 1962. Merde, à la fin!

L'Algérie n'a en effet jamais eu d'existence avant l'indépendance. C'est une pure création de la colonisation

Mais alors pourquoi nous reproche-t-on d'avoir ravi la liberté à un pays qui n'existait pas? Bonne question qui n'est ni ne sera jamais posée. Quant au Sahara, il appartenait au moins autant au Nigéria, au Mali et au Maroc. C’est la France qui l'a rattaché à l'Algérie, département français à l'époque, et c’est l’Algérie qui en a hérité. L'Algérie nous doit de ce fait ses richesses et jusqu'à son existence ! Eh oui, ce pays nous doit tout mais prétend nous interdire de le signaler émoticône grin

Quoi qu'il en soit, l'humiliation, justifiée ou non, n'a jamais empêché de se retrousser les manches et de se mobiliser les neurones. Au contraire. Prends le Japon. Il n'a pas été humilié, le Japon ? Il avait perdu la guerre et reçu deux pruneaux nucléaires des Etatsuniens qui l'ont occupé pendant plusieurs années.

Dans un état épouvantable après la guerre, il ne possédait, lui, NI pétrole NI aucune autre richesse minière importante sur son sol. Malgré ça, tu as vu ce qu'il est devenu en quelques dizaines d'années ? LA DEUXIEME PUISSANCE ECONOMIQUE MONDIALE ! Et il faudrait croire à l'égalité des peuples ?

Au reste si la misère et l’humiliation étaient des excuses valables, alors il faudrait excuser les Allemands d’avoir été nazis car eux aussi les ont connues et, contrairement aux Arabes, en grande partie par notre faute à cause du traité de Versailles.

Qu’il existe des Arabes et des "musulmans modérés" (il serait plus exact de dire des gens modérément musulmans, vu les prescriptions explicites des versets médinois), qui ne feraient pas de mal à une mouche, c’est l’évidence. Toutefois les as-tu souvent entendus ou vus manifester contre les crimes atroces de leurs coreligionnaires ?

- Non, pas vraiment.
- Ce sont surtout ces crimes qu'ils condamnent avec "modération", plutôt que de s'en indigner sans ambiguïté. Et puis qu'ils soient la majorité, après tout, on n’en sait strictement rien. Ce n'est qu'un préjugé favorable car on ne peut sonder le coeur ni l’esprit d’un milliard et demi de personnes. Pas même de six millions. *On ne peut que s’en tenir aux apparences et les apparences révèlent que la violence est plus grande dans les sociétés arabo-musulmanes que dans les autres*.
D’ailleurs cette notion de minorité ne veut rien dire : ôte les femmes, les jeunes enfants, les vieux, les malades et les infirmes, il ne reste toujours qu’une minorité violente, même dans les sociétés qui le sont le plus.
En réalité, le problème n’est pas de savoir si seule une minorité est ceci ou cela, mais si sa proportion est plus importante que dans la plupart des autres cultures. D’ailleurs on peut se demander si les identités culturelles ne sont pas imprimées, déterminées, par des minorités significatives. Par exemple, les savants et les chercheurs sont très minoritaires en Occident par rapport à la population, pourtant cette minorité est infiniment plus importante en proportion que dans tous les pays non occidentaux, musulmans en particulier. Elle est donc significative de la culture occidentale.

Les féministes aussi ne sont qu’une minorité en Occident, mais cette minorité est plus importante en proportion que dans tous les autres pays. Elle est donc significative aussi de la culture occidentale.

On dit par ailleurs que les immigrés d'Afrique du Nord ou subsaharienne sont une chance pour la France, une richesse. Que n’ont-ils choisi alors d’être d’abord une chance pour leur patrie d’origine qu’ils aiment tant et que n'y retournent-ils pour l'enrichir!
Quelle chance pourraient-ils être pour une France qu’ils détestent alors qu'eux ou leurs pareils ont plongé les pays qu’ils vénèrent, pays très riches je le répète, dans la faillite ?

Quels sont d'ailleurs les pays de jeunes qui ne sont pas dans le gouffre ? Ce sont les pays de vieux qui sont inventifs, créatifs et dynamiques et ce sont les pays de jeunes qui sont dans la misère économique, intellectuelle et morale ; une misère si grande que la jeunesse ne pense qu’à fuir vers les pays de vieux.

Contrairement au cliché à la mode, une population jeune est davantage un handicap qu’un atout. Du reste, leurs récriminations permanentes s’accommodent mal de cette idée qu’ils seraient une richesse. Au contraire, ils apparaissent bien plus incapables que les étrangers venus avant eux et qui ont su s’en sortir sans jamais rien demander, là où eux en veulent toujours plus, n’en n’ont jamais assez pour un résultat globalement affligeant. Pour le moment, la richesse, c’est nous qui la dépensons pour eux. L’argent que la France met dans ces banlieues des deux Afriques est pharamineux. Ces quartiers et les établissements scolaires qui en font partie regorgent d’aménagements de tous ordres pour occuper les "jeunes". Mais au lieu de s’en réjouir, ils les démolissent ou les brûlent, et après, comme pour les HLM, se plaignent que rien n’est fait pour eux.ation

Désolé. C’est plutôt la France qui était une chance pour eux. Une chance qu’ils ont lamentablement ratée. Au fait, comment se fait-il que ceux qui en France vantent avec le plus d’enthousiasme cette « richesse » issue de l’Afrique, sont les premiers à s’en tenir soigneusement à l’écart ?
Pour en laisser généreusement le voisinage au populo ?

François Paganel