Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2017

Un coup d'état

Je rejoins une fois de plus l'analyse de David. L'élection de demain ne sera pas une élection banale en désignant l'adversaire comme fasciste, en utilisant les méthodes du fascisme ; çà ne laisse rien présager de bon. Je pense même que cette élection est un coup d'état, par les urnes certes mais un coup d'état tout de même.
Jean-Pierre Guéguen

Là nous commençons à entrer dans du réel...nous allons commencer à comprendre que les élites de cette civilisation agonisante vont tenter de sauver leur rêve, initialement fait pour toute l'humanité.
Elles ont compris que c'était impossible, que la croissance fictive par l’endettement était suicidaire, et en conséquence, vont le réduire, le restreindre à elles seules et, disons, à une minorité qui leurs sera (qui leur est déjà) associée. ...ceux qui par exemple un Jacques Attali appelle les "hypernomades" et que moi j'appelle les individus "hors sol" et qui peuplent les grands centres des grandes métropoles, sont à l’aise à Paris, Londres ou New York
Les couches populaires vont souffrir ...ils n'ont plus besoin de vous les ami(e)s.
Ils sont entre eux et ils vont vous laissez « crever » : « Tous ensemble …tous ensemble tous comme le dit Mélenchon »

Allez demain votez pour eux ...pauvres innocents ! Après demain vous aurez la gueule de bois, mais ce sera trop tard !

Francis-claude Neri
06 05 17

10/04/2017

Egrégore

(Pouvoir de la pensée collective focalisée.)

A quelques jours de l’échéance capitale que représente l’élection présidentielle de 2017, je me demande si l’énergie positive et créatrice de la population sera suffisante pour renverser toutes les prédictions pessimistes de ceux qui vivent en troupeau et veulent conserver encore et toujours sa protection.

Saurons nous comme Jonathan le Goéland nous élever au dessus de la mêlée et regarder venir avec méfiance et colère ceux qui participent au génocide du peuple français.
Saurons nous ne plus faire confiance à ceux qui nous ont livré pieds et poings liés à l’invasion arabo-musulmane et africaine ?
Saurons nous rejeter ceux qui nous proposent encore et toujours plus d’Europe, plus d’union européenne, plus de mondialisation, donc plus de souffrances et plus d’humiliations pour le peuple de France.
Saurons nous enfin en finir avec ces apprentis sorciers de la gauche bien pensante  qui veulent nous obliger à accepter l’idée folle que nous sommes responsables de la misère des autres et à la porter sur nos épaules au détriment de notre peuple ?

Préparons nous à les recevoir mes amis, spirituellement et matériellement, si votre liberté, l’amour de votre pays et l’avenir de vos enfants vous tient à cœur.

Se préparer, c’est accepter que nous vivions dans un monde où les paramètres sont incalculables, où l’infiniment grand et l’infiniment petit n’est pas seulement une théorie, mais une définition de ce que l’homme ne parviendra probablement jamais à comprendre et à contrôler.

Puisque nous ne pouvons ni comprendre, ni contrôler l’avenir, alors soyons sur nos gardes et soyons prêts. Renonçons à la « pensée magique » qui nous fait dire que tout va s’arranger.
Faisons confiance à notre instinct, à ce qui est inscrit en nous, que nous ressentons de tous nos sens. Faisons appel à notre libre choix lequel est modulé par nos croyances et nos expériences.
Faisons appel à la raison, qui vient de ce que l’on entend, que l’on choisit d’entendre, qui distingue et sélectionne.

Les enjeux planétaires qui comportent le potentiel de bouleverser complètement nos vies sont nombreux : crash économique et financier mondial, guerre au moyen orient qui peut devenir une 3eme guerre mondiale, nouveaux actes terroristes, invasion non seulement économique, due aux guerres, mais aussi en raison des bouleversements climatiques en cours, pandémies mortelles.

Dans ces conditions le 23 avril notre bulletin de vote sera responsable ou coupable. Sachons bien choisir le guerrier ou la guerrière qui va nous conduire au combat.

Pour ma part, mon choix est fait, ce sera Marine. Elle a l’énergie, la compétence et l’amour de la France chevillé au corps. Enfin, je considère que ceux qui sont responsables du problème ne peuvent faire partie de la solution…et ceci exclut tous les autres.   

Francis-claude Neri
10 04 17

12/03/2017

Etre efficace.

La droite a toujours promis mais n’a jamais rien fait !
J’avoue être surpris quand je vois des auteurs de Boulevard Voltaire vouloir sauver le soldat Fillon, le soutenir bec et ongles au nom de la défense de la vraie droite et larmoyer sur cette pauvre Penelope, recluse dans son château. Messieurs, je vous le dis : attention, auriez-vous la mémoire courte ?

Souvenez-vous, pour les plus âgés, à la suite des attentas du GIA algérien à Paris, Charles Pasqua, en 1986, alors qu’il était ministre de l’Intérieur, déclarait : « Il faut terroriser les terroristes, car la guerre est engagée. » Pourtant, le combat contre l’islamisme est toujours aussi présent, il n’a pas été éradiqué, il a simplement muté en sortant du simple cadre algérien.

Souvenez-vous, en juin 1991, au cours d’un dîner-débat du RPR, Jacques Chirac prononçait un discours particulièrement explosif :

« Notre problème, ce n’est pas les étrangers, c’est qu’il y a overdose. Il est certain que d’avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d’avoir des musulmans et des Noirs […] Comment voulez-vous que le travailleur français, qui habite à la Goutte-d’Or, qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15.000 francs, et qui voit sur le palier, à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50.000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! [Applaudissements nourris] Si vous ajoutez à cela le bruit et l’odeur [rires nourris], eh bien, le travailleur français sur le palier devient fou. Et il faut le comprendre, si vous y étiez, vous auriez la même réaction. Et ce n’est pas être raciste que de dire cela. Nous n’avons plus les moyens d’honorer le regroupement familial, et il faut enfin ouvrir le grand débat qui s’impose dans notre pays, qui est un vrai débat moral, pour savoir s’il est naturel que les étrangers puissent bénéficier, au même titre que les Français, d’une solidarité nationale à laquelle ils ne participent pas puisqu’ils ne paient pas d’impôts ! […] Il faut que ceux qui nous gouvernent prennent conscience qu’il y a un problème de l’immigration. »

Jean-Marie n’aurait pas dit mieux, il aurait même été moins féroce.

Résultat néant : rien n’a été entrepris et l’immigration continua de plus belle !
Souvenez-vous, Sarkozy, le 19 juin 2005, dans la cité des 4.000 à la Courneuve : « Dès demain, on va nettoyer au Kärcher la cité. On y mettra les effectifs nécessaires et le temps qu’il faudra, mais ça sera nettoyé. » Interpellé quelques jours plus tard à l’Assemblée sur le sujet, il persiste et signe : « Il faut nettoyer le quartier des trafics et des délinquants, réitère-t-il, avant d’ajouter : « Je ne retire rien. Je ne regrette rien. Je ferai ce que j’ai dit et nous aurons des résultats. Cela prendra le temps qu’il faudra. »

Hélas, cinq mois plus tard, les banlieues s’embrasaient et, douze ans après, il y a toujours plus de zones de non-droit. Quant au fondamentalisme, il se porte à merveille dans les quartiers.

Ce que n’ont pas compris certains, c’est que la droite n’a pas de volonté affirmée quand il s’agit de l’immigration et de l’islamisme. Dès que la gauche et les « racailles » s’opposent à ses mesurettes et descendent dans la rue, la droite abdique et, comme la seiche, lâche son écran de fumée avant de reculer et de fuir.

Les mots de François Fillon, dimanche sur France 2, en apportent d’ailleurs la preuve : « Ma principale adversaire, c’est madame Le Pen » (il n’a cité ni Macron ni Hamon). Ne vous illusionnez pas : le candidat de la droite se pliera comme ses « illustres » prédécesseurs au politiquement correct s’il accède en mai au pouvoir.

Claude-paul Rabard
LE MARDI 7 MARS 2017