Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2018

« L’affaire » Mennel et les « naïfs » .

Mennel Ibtissem est cette jeune candidate au concours de chant organisé sur TF1 qui, depuis quelques jours défraie la chronique dans le microcosme médiatique, au point d'avoir inspiré une Tribune dans le quotidien de gauche "Libération", à la suite de la décision de la chanteuse au visage de poupée angélique, ornée d'un turban, de se retirer d'un concours où des voix de grande qualité rencontrent un succès populaire, souvent hautement mérité.

Ce retrait spectaculaire - au sens premier du mot - serait dû à une campagne de dénigrement dont la jeune chanteuse aurait été "victime" sur les réseaux sociaux, de la part de spectateurs laïques qui, selon Libération, lui reprochent son turban, et d'avoir interprété en langue arabe, un succès de la chanson populaire.

En fait, le problème est ailleurs :

S'il est vrai que c'est le port d'un turban, rappelant le voile islamique et revendiqué comme tel, qui a amené des internautes à enquêter sur la jeune femme, ce n'est pas le voile en soi qui a suscité le scandale mais bel et bien les prises de position de celle-ci, dont l'accumulation a une signification, tout comme sa proximité avec la galaxie des Frères Musulmans.

L'auteur de la tribune de Libération, dont la sensibilité aux thèses "islamo-gauchistes" est évidente, a choisit de réduire les griefs retenus par les réseaux sociaux à la diffusion de deux tweets choquants et problématiques, écrits juste après des attentats qui ont ensanglanté la France, pour aussitôt les écarter d'un revers de main.

La "culture de l'excuse" de plus en plus banalisée, fait que l'auteur de cette Tribune, attribue ce faux pas à la "jeunesse" de la chanteuse.

Une fois de plus "l'angélisme" destructeur a frappé.

En effet, en approfondissant leurs recherches, les internautes ont découvert que sous ce visage de pucelle angélique se cache, en réalité, une militante avertie de l'Islamisme radical.

Ces internautes, trop curieux aux yeux de ceux qui prennent la défense de la chanteuse, ont mis en évidence que la jeune femme est une fidèle de l'écoute des prêches et informations d'islamistes notoires: Hassan Iqioussen, Nabil Ennasri, Tariq Ramadan, ou Marwan Muhammad.

De plus, elle fréquente les associations islamistes les plus emblématiques telles que Baraka City, Syria Charity.

Son clip sur la Palestine a été tourné et sponsorisé par le CBSP, organisation liée aux frères musulmans, classée parmi les organisations terroristes aux USA et au Canada.

Le CBSP est une organisation puissante qui possède des fonds considérables, dont on devine l'origine, et les emploie à la défense de la cause islamique.

Les mêmes internautes "trop curieux" auraient découvert qu'elle contribuait à la promotion de Sofiane Meziani, sur son compte Instagram à destination des plus jeunes. Fine fleur des frères musulmans, Sofiane Meziani est un intellectuel islamiste, de la trempe d'un Ramadan, et qui théorise avec subtilité la nécessité de lutter contre la démocratie.

Une jeune femme de vingt ans passionnée de chanson qui cherche ses références dans le corpus idéologique des frères musulmans, ne peut que difficilement se prévaloir d'une innocence juvénile et d'une erreur de parcours innocente.

Elle participe également à la promotion du  «hijab day», dont elle est l'une des ambassadrices depuis 2015.

Quant à la chanson du Juif Léonard Cohen, présentée comme la preuve de l'ouverture d'esprit de la jeune chanteuse, et dans son interprétation elle escamote le sens des paroles de la chanson, en cachant aux téléspectateurs qui ne comprennent pas l'Arabe, la dimension hébraïque du chant de léonard Cohen, pour en détourner le sens et le transformer en un chant religieux islamique.

On voit bien que le but de ce jeu subtil est ici d'installer de la confusion: «vous voyez bien qu'elle n'est pas radicale, ni islamiste, sinon elle ne reprendrait pas un juif, ne chanterait pas hallelujah et ne serait pas maquillée» !!!

 L'enseignement à tirer de cette curieuse affaire est que les fondamentalistes ont appris à s'adapter à tous les contextes et à brouiller les pistes. Une femme voilée qui reprend la chanson d'un juif, quoi de mieux pour faire passer la pilule ???

La stratégie est subtile : chez les frères musulmans, on a le voile coquin et glamour pendant la période de séduction et d'influence. On commence par le miel et on finit par le piment !!! Le durcissement viendra plus tard, car il vient toujours.
Mais quand il est là, il est déjà trop tard !!!

Le Gouvernement semble vouloir s'occuper, enfin !!! des avancées dangereuse pour l'unité nationale, d'un radicalisme musulman qui s'introduit partout, profitant de la naïveté stupide ou, pire encore, des calculs obscurs de ceux qui depuis des lustres nous enfument avec leur déversements de bons sentiments et de prétendue bienveillance, qui ne sont que le voile qui masque une coupable lâcheté dont les générations futures paieront le prix.

berdepas
23 02 18