Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2013

Le principe de réalité.

Ce texte est pour ceux qui n'ont toujours pas compris et qui veulent encore voter pour la gauche ou la droite de L’UMPS. Ceux qui croient encore aux vertus du mondialisme économique et financier, à l’Europe des marchands et au multiculturalisme.

La gauche est, comme les islamistes, profondément anti-occidentale et ceci explique leur connivence.

La raison en est commentée, fort justement selon mon humble avis, par Oriana Fallachi à l'aide d'un passage de l'essai que le libéral Autrichien Friedrich Hayek écrivit dans les années trente au sujet de la Russie bolchévique et de l'Allemagne national-socialiste. Le voila !

« Ici on n’abandonne pas seulement les principes d'Adam Smith et de Hume, de Locke et de Milton. Ici, on abandonne les caractéristiques les plus solides de la civilisation développée, par les Grecs et les Romains et le Christianisme, de la civilisation occidentale.

Ici on ne renonce pas seulement au libéralisme du XVIIIe et XIXe siècles, au libéralisme qui a parachevé cette civilisation.

Ici, on renonce à l'individualisme dont, grâce à Erasme De Rotterdam, à Montaigne, à Cicéron, à Tacite, à Périclès, à Thucydide, cette civilisation est l'héritière. A l'individualisme, aux idées de l'individualisme qui, à travers les enseignements que nous ont apportés les philosophes de l’antiquité classique et, après eux, le Christianisme, la Renaissance et les lumières, ont fait de nous ce que nous sommes.

Le socialisme est basé sur le collectivisme. Et ceux qui rejettent l’individualisme rejettent la civilisation occidentale »

Quand à la droite, le problème c’est qu’elle a, elle aussi, oubliée son histoire, ses valeurs, ses codes sociaux et qu’il n’y a plus de frontières entre elle et la gauche. Elles sont toutes deux responsables de nos problèmes et ne peuvent, ni l’une ni l’autre, être de la solution. Ce n’est pas de leur intérêt de classe et de clan.

Ce qui ne veut pas dire que l’on doit rejeter la chaleur et la force du groupe et de tout investir sur la capacité de l’individu à l’autorégulation.

Ce serait persister dans une erreur plusieurs fois millénaires et qui, chaque fois, nous conduit à l’extinction d’une civilisation ou à un recul historique. 

Un homme seul est un homme mal accompagné, mais Il faudrait attendre plusieurs millénaires pour que cet homme apprenne à s’autoréguler en tant qu’individu, groupe et espèce et crée des liens sans contraintes et dans l’intérêt du plus grand nombre avec ses semblables.

La morale, l’éthique, l’altruisme seront encore pour longtemps des notions à enseigner et quelques fois à coups de martinets sinon à coups de canons.

La morale et ces autres notions sont toujours mauvaises conseillères en politique comme en économie. C’est un désastre en géopolitique.

Seul compte à présent le principe de réalité, et c’est à partir de celui ci que l’on peut penser palier à cette triple insuffisance de régulation, de contrôle et de sanction au niveau de l’individu, des nations et du système global.        

En attendant que nous devenions raisonnables, nous ne pouvons pas laisser tous ces renards libres se promener autour des poulaillers libres. Ils n’ont aucun respect pour la liberté des poules. Ils utilisent même cette liberté pour les croquer plus vite et sans le moindre risque.

Nous ne pouvons avoir aucune confiance dans ces coqs fanfarons installés sur leur tas de fumier. Ils disent protéger leurs poules et leurs poussins contre les chiens de garde et laissent entrer les renards affamés qui tournent autour de l’enclos.  

Il faut donc reprendre en main et fermement, poules, coqs, chiens de garde et tenir les renards éloignés.

Je répète souvent que « mémoire et identité c’est un peu la même chose, et que c’est cette mémoire que l’on veut nous faire oublier.

Il y a une effroyable collusion entre la gauche, l’islam et les « mondialistes » du Siècle, entre autres, pour nous conduire à cette perte de mémoire et cet enfermement.

La « triplice » est en marche, à nous de ne pas nous laisser emporter par les idéologies à son  service qui livrent la France à l’Islam et à la marchandisation de nos corps et nos esprits.

Pour ce qui nous concerne Français, ici et maintenant, dans l’urgence, commençons par nous débarrasser au plus vite de François Hollande, son équipe et de remettre à la raison ceux qui se disent d’une droite qui n’existe plus qu’en termes d’Atlantisme et qui desservent nos intérêts.

A partir de là, nous saurons comment nous reprendrons le contrôle de nos destins…si possible dans le cadre de la démocratie, de la République et du bulletin de vote.              

 

Francis NERI

21/09/13

http://semanticien.blogspirit.com