Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2015

Réguler, contrôler, remédier.

Au delà des gouvernants et des gouvernances...il y a les peuples. Alain Persat pense que les peuples sont suffisamment adultes pour prendre eux mêmes leur destin en charge.
"Soit nous faisons confiance aux gens en les supposant suffisamment murs pour construire entre eux une société pacifique et libre, dans ce cas ils ne se choisiront pas des chefs mais des projets et nommeront ou éliront pour cela des compétences pour les réaliser de façon bien contrôlée.
Soit nous ne leur faisons pas confiance dans ce cas l’autorité d’un chef est nécessaire et les peuples seront soit en révolte soit en soumission à ce chef, ma réussite dépendant uniquement du hasard et de l’honnêteté ou de la roublardise de ce chef.

Cette seconde solution est exactement la situation actuelle dont nous déplorons les résultats. Alors je préfèrerais tenter la première solution. Car je ne vois pas comment cela pourrait être pire que le suicide collectif actuel.
La réalité nous fera certainement la surprise de mélanger les deux ! "
....

 Je souhaite effectivement une surprise ! Mais Je suis assez incrédule !!

Du coup çà me fait penser à mes amis Arméniens et à leur martyre qui s'oublie comme tous les martyres et je me demande ce qu'ils en pensent ! 

Situé en actuelle Turquie, prés de la frontière Syrienne, Mardin est une ville chère aux chrétiens. Dés le III e siècle vivaient là des Syriaques parlant la langue du Christ (l'araméen).
Au XIX siècle, sous l'occupation Ottomane (encore eux), la moitié des ses habitants y priait encore Jésus et la vierge Marie plutôt qu'Allah. parmi eux, 8 000 Arméniens. Qui seraient, à partir de Pâques 1915, arrêtés, chassés, déportés, violés, massacrés- comme des centaines de milliers de leurs frères, victimes du premier grand génocide du XXe siècle.

Alors les peuples ...et leurs chefs, sont ils prêts à se comporter en adultes ou faut il, dans la minorité de leurs âmes, les conduire avec fermeté sur les chemins de la régulation, du contrôle et de la rémédiation ?

Francis NERI
29 01 15