Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2008

Communication managériale et systémique

Quelques notions complémentaires de systémique, de prévention, gestion du stress et des conflits car je considère que stress et conflits font partie du même système.

·          Rétroagir avec son environnement

·          Rester libre, conscient et manœuvrant

·          Prévenir et gérer les conflits

Représentation 

Une représentation est une opération mentale qui permet à un objet de pensée d'être présent à l'esprit, en particulier lors de la reproduction d'une perception antérieure.

Une représentation est donc un symbole qui rend compte de l'environnement et de soi-même, c'est une traduction de la réalité (une carte mentale de la réalité).

Le programme moteur est une représentation réalisée de l'action. On comprend une situation car on l’a vécu avant (exemple : le geste sportif).

Les représentations diffèrent suivant les humains en fonction de leur vécu, de leur passé, de leur environnement, de la nature de leurs apprentissages, etc.

L’information

Une information est un élément qui rend compte de l'environnement et de notre relation avec cet environnement. Elle permet une réduction de l'incertitude pour tendre vers une probabilité. L'incertitude étant liée a la transformation de l'environnement, aux conditions de l'environnement.

Tout événement qui réduit une incertitude constitue une information et la quantité d'information qu'il apporte est proportionnelle à la quantité d'incertitude qu'il réduit.

Toute réduction d’incertitude réduit en même temps l’apparition du stress.

L’information est un processus actif de la part de l'observateur qui questionne son environnement. Ce questionnement a pour origine l'incertitude. En apportant des informations celles-ci vont tenter de réduire ces incertitudes. Il s'agit aussi de savoir se poser les bonnes questions. Un expert pourrait se définir comme celui qui se pose les bonnes questions. Une information est une compilation de plusieurs indices qui n'ont pas de sens pris séparément, ce ne sont que des potentiels électriques.

En conclusion, on peut dire que l'incertitude est liée aux conditions de l'environnement mais aussi aux questionnements posés à l'environnement ainsi qu'aux bonnes questions que l'on se pose.

L'information est construite par l'environnement. Cela dépend du sens que l'on donne à son environnement. Il y a donc traitement de certains indices : formes, couleurs, mouvements …par exemple !

L’attention : « Qui oriente le traitement de l'information. » L'attention est une fonction cognitive permettant de sélectionner les indices et d'orienter le fonctionnement du système.

L'orientation de l'attention repose sur une métaphore du "faisceau" attentionnel. On pourrait se représenter un entonnoir qui aspire, intègre les informations. Le faisceau de cet entonnoir peut-être long, large et orienter dans n'importe quelle direction. Plus ce faisceau est large et plus il y a une grande disponibilité pour traiter un nombre conséquent d'informations mais l'attention est diffuse.

Si au contraire le faisceau est étroit, on focalise son attention donc une plus grande concentration. On peut rapprocher l'attention à la concentration.

On peut automatiser certaines tâches ce qui libère son attention vers d'autres tâches d'où la possibilité de produire différentes actions en même temps.

Pour améliorer son attention, l'idéal est d'essayer de l'automatiser ce qui permet une diminution du coût attentionnel, donc une meilleure gestion de ses ressources (notion d'efficience) et, également retarde (inhibe) l’apparition du stress émotionnel.)

L'automatisation n'est pas un réflexe puisqu'elle peut être modifiée et accepter des réafférences.

L’automatisation permet de produire des conditionnements positifs plus efficaces pour l’action.

Le Système de traitement de l’information (STI) utilise des filtres. Cela s'explique par le fait qu'il a une capacité limitée du traitement de l'information ce qui implique une sélection d'informations pertinentes C'est le processus de concentration.

Perception

Dans le cas de la perception, les stimuli sensoriels ne signifient rien avant qu'on leur donne un sens. C'est pour cette raison qu'un même stimulus peut prendre différents sens en fonction de la situation et de la personne.

Décisions

Le système de représentation construit les associations stimuli-réponse avec intervention de la mémoire et notamment de la rapidité de disponibilité des programmes moteurs. Ces décisions sont prises de façon intentionnelle.

Gérer l’incertitude

Plus un événement est probable, moins le niveau d'incertitude est élevé et moins l'information liée à cette événement génère de difficultés de réponse, d’appréhension, de doutes ou d’inquiétudes.

Plus l’on se pose de questions sur l’évènement à venir et plus nous sommes dans l’incertitude de la réponse à donner

Gérer l’incertitude c’est se préparer à un choix de réponses possibles à des évènements possibles. Exemple : Si je gifle mon épouse, je dois m’attendre à trois types de réponses.

·       Elle me rend ma gifle et au-delà, car comme elle est moins forte que moi elle prend pour cela son couteau de cuisine.

·          Elle baisse la tête en signe de soumission et je ne suis pas fier de moi.

·          Elle prend la fuite avec les enfants et porte plainte pour violences conjugales.

Conséquences : je vais me contenter de garder les mains dans mes poches et trouver une autre façon de gérer notre conflit[1] car dans les trois cas, les possibilités d’occurrence de ces trois situations me sont défavorables, elles le sont également pour ma femme, mes enfants et le système familial que nous formons. Et je ne parle pas des grands parents, des voisins et des amis, voire de mon employeur qui sera bien évidement au courant de « ma conduite inqualifiable » !

L’expert en communication managériale

La notion d'expertise c’est savoir  se poser les bonnes questions, c'est-à-dire extraire, sélectionner de l’environnement les informations (indices) utiles, et celles là seulement, en filtrant les « bruits » parasites  puis,  donner du temps à sa réaction. Ainsi, le temps de réaction que prend un expert pour répondre rend compte de la complexité d'une tâche, puisque plus la tâche sera complexe, plus il y aura d'informations et plus la quantité d'informations est importante, plus le temps de réaction est long.

Le contexte joue un rôle important dans la reconnaissance des indices en orientant l'attention.

L'information visuelle est interévénementielle. Elle met en relation différents événements.

L’analyse systémique et expertise : les caractéristiques

·          La "lecture" est souvent anticipée. L'expert place son attention au moment précis ou va apparaître l'événement.

·          Seuls les événements les plus pertinents sont analysés. Leur nombre est restreint.

·          Le temps passé à consulter chaque événement est long. L'information est complète.

·          Le temps total d'analyse est réduit.

·          La réponse est déclenchée pendant l'analyse de la situation. Le délai est court.

·          Les réponses motrices sont pertinentes.

·          Les coûts de la dépense énergétique pour produire l’action sont faibles

A l'inverse toutes les habiletés non acquises ont un coût énergétique plus élevé, et une moindre efficacité comme :

·          Les phases d'apprentissage ;

·          Toutes les tâches cognitives, décisionnelles : la compréhension de la lecture, d’un jeu interactif (football, conduite de balle aux pieds) etc…

En conclusion

Je considère que la « communication managériale et systémique »  est un modèle très bien construit qui permet d'avoir une lecture très cohérente du comportement humain et une grande efficacité dans l’action.

Elle permet d’accéder à l’expertise, et ainsi d’améliorer sa pratique professionnelle.

 



[1] Prévenir et gérer les conflits en gérant son stress : Francis NERI

Les commentaires sont fermés.