Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2008

Lettre à un ami « égaré »

Bonjour Pierre[1],

Tu m’invites à participer à un « cercle du silence » organisé Place Kleber à Strasbourg pour les sans papiers par quelques gauchistes excités » et autres syndicalistes de l’Education Nationale qui doivent s’ennuyer durant leurs longues vacances scolaires. 

Je te remercie, mais je ne suis pas à Strasbourg et j'ai fort peu de temps car les rencontres que j'anime m'en prennent beaucoup. Mais par respect pour toi, je voulais prendre ce temps pour te dire que si j'admire ton esprit critique et ta méfiance envers les médias, les pouvoirs, Sarkozy et la droite, le 11.9 etc. et que je partage ton désir d'approfondir et de ne pas se laisser manipuler (porter sur les choses et les gens SON regard et SA main), je trouve que ta réserve, ta douce "paranoïa" comme tu dis toi même est par trop sélective. 

Pour ma part, je me méfie de ces "cercles du silence" mis en scène par des individus de la gauche en déshérence et de la gauche extrême ou tes amis d’un certain « collectif », par exemple, qui voudrait accueillir tout ceux qui ne se sentent pas bien chez eux pour des raisons diverses et qui viennent en plus nous donner des leçons de civisme, de démocratie, de liberté etc.. (Il y a pas mal d'individualités de ce type dans certains Centres Sociaux ) et nombres d'associations de gauche. Ils sont excédentaires dans l'Education Nationale. Personnellement je suis contre le fait de régulariser les sans papiers.

Leur culture, dont tu nous parles, ne m'intéresse que dans la mesure ou ils ne viennent pas contester la mienne ou de ce que mes ancêtres ont fait AVEC les leurs. Je pense que l'immigration clandestine, sinon l'immigration tout court doit être stoppée. Elle n'est utile qu'aux marchands de sommeil, aux barbares intégristes  et aux esclavagistes modernes comme par exemple le fils de Khadafi (toi qui est si bien informé tu dois être au courant) Et, par charité, mais aussi parce que ce n’est pas du même niveau, je ne m'étendrai pas sur Ségoléne qui faisait travailler au noir ses salariées.

Bref et pour faire court, je dirai qu'il est temps de cesser de faire dans le mondialisme, le bien penser, le tiers mondisme et le socialo communisme moyenâgeux. De penser que les immigrés sont bons et que nous sommes mauvais. Il est  urgent  de s'occuper de nous en temps que membres du vivant et non pas d'un pays, d'une caste, d'un parti, d'une religion ou d'une ethnie et de nous reprendre.

Nous n'avons rien à gagner avec le multiculturalisme sinon à notre disparition. Bref, cessons de nous tirer des balles dans le pied, sinon dans la tête. Pensons plutôt à réduire la population mondiale et en particulier celle des pays qui nous expédient leur surplus de population.

Nous sommes déjà 6 milliards et nos enfants auront à faire face à trois milliards de plus d'ici 2040. Je ne serai plus là. J'espère bien (et je sais que tes amis du Collectif Justice aussi, qui croient encore se faire un nom sur une extrême droite qui n’existe plus que dans leur imagination) Mais mes enfants oui, alors, pour eux et pour ceux que tu aimes, disons "halte à la croissance" et refusons "après moi le déluge" comme j'entends dire de plus en plus souvent par des gens " de gauche" et de "droite». Luttons pour cela à commencer par la croissance démographique. Aidons ces peuples à réguler leur population et à s'inscrire dans une économie régionale adaptée à leur écosystème. Enfin faisons s'élever leur niveau de conscience, par l'éducation, la formation et la socialisation.

Une tache immense nous attends tous. C'est l'objectif de l'IESE qui comme tu le sais, puisque tu en fais parti, depuis longtemps mène ce combat. Car hélas, nous en sommes là en France : l'acculturation, l'éducation et la socialisation nécessaires et prioritaire avant tout (le dernier faisant clairement état d'intégration à nos valeurs et à notre culture). C'est notre devoir de Français, d'Européens et de Citoyens du Monde et c'est ce que j'attends des membres de l'IESE et de ceux qui y travaillent en réseau avec nous et qui sont de plus en plus nombreux.

Amicalement

Francis NERI

25 juillet 08



[1] Le prénom a été changé.

Commentaires

Bonjour Francis,

Je vais moi aussi faire court.
Tu n'as pas compris un traitre mot de ce que je t'ai expliqué. Je n'ai pas d'amis, ni en politique et ni en religion, sinon je me porterai financièrement et socialement beaucoup mieux, non ? Les amis qui sont autour de moi, sont des amis de coeur, venant de différents parties. Tous les jours nous sommes confronté à des artistes, qu'ils soient de droite ou de gauche, nous n'en avons cure.

Depuis 40 ans, j'ai vu la droite et la gauche passer le plus clair de son temps à se faire la guerre et voir les avantages sociaux fondrent comme neige au soleil sur le peuple.

Pour ma part, j'ai un profond respect pour ceux qui créent des entreprises (les PME), ils en ont bavé et beaucoup méritent l'argent qu'ils gagnent à la sueur de leur travail. Ils ont des responsabilités terribles et nous l'oublions.
De l'autre, j'ai aussi un profond respect pour les travailleurs, ils sont le coeur d'une entreprise, mais sont de moins en moins respecté, surtout s'ils sont éfficaces dans leur travail. Une honte !
A qui revient la faute, je vous laisse y répondre.

Depuis notre discusion sur le cercle, je me suis rendu compte que la droite ne semble pas trop faire dans le social et l'humanitaire (j'y ai tout de même trouvé une exception : Le Rotary à Noël, mais c'est bien mince). Alors, si j'ai bien compris, je peux annoncer toutes les infos de droite, mais pas celle de gauche. Bel enseignement de liberté que voilà. Bravo. Mais il n'en est pas question, la parole est à tous. Pour notre part, nous n'avons que trop vu le résultat de la politique des sans papier sur les enfants de ces familles dont beaucoup avaient suivi une scolarité depuis des années (voilà pourquoi, il y a tant de personnes de l'éducation nationale), on apprend à ces enfant à être français et lorsqu'ils sont bien intégrer, on les envoient dans un pays dont ils ne connaissent ni la langue, ni la culture. Imagine leurs destins.
J'ai fait mon choix en mon âme et conscience. Que ne ça soient que des "Gauchistes" qui lutent contre me soulève une question ?
Je ne pense pas que dans le peuple français, les gens de droite n'ont pas de coeur (ça serait une horreur et je ne le crois pas) et je suis même sur que pas mal d'entre eux ne sont pas plus d'accord avec cette politique des sans papiers. Qui parle pour eux ? C'est ça surtout le problème.

J'attendais de ce 21ème siècle plus d'humanité de notre part à tous et je ne vois que profit à n'importe quel prix et surtout, les Mick Mack, je n'apprécie pas le monde dans lequel je vis et de voir toutes nos valeurs, pourtant ancrées par des lois, disparaitre rapidement.

Je voudrais bien croire que ce qui se passe en ce moment nous amènera à une meilleure vie pour tous, mais j'en doute fort de part les faits car je ne vois rien de bon depuis 1 an sauf pour les industries et c'est mauvais signe.

Toutefois, ce mail du cercle a bien démontré une chose. Nous avons adressé un communiqué à ce sujet. Nous ne l'avons pas diffusé pour une appartenance quelconque, nous avons jugé que l'information était importante, c'est tout. Il est clair que nous ne pouvons pas laisser tout le monde rentrer dans notre pays, mais il y a l'art et la manière et les solutions abordées actullement soint loin d'être les meilleures, elles ne font que détruire des vies en les changeant de contexte. Où est le bien dans tout ça ? Je voudrais bien que tu me l'explique.
Je crois qu'il faut plutôt combattre le mal, n'est pas la France qui a donné autant de pouvoir à Khadafi, Romeni et consor (Ah, Pétrole, Pétrole) ? Si nous ne l'avions pas fait il n'y aurait pas autant d'éxode (Et encore du Mick Mack).

Nos libertés de pensée et la raison se perdent et c'est très grave.

Écrit par : facedange | 01/08/2008

Vous avez écrit à votre ami égaré:"Mais mes enfants oui, alors, pour eux et pour ceux que tu aimes, disons "halte à la croissance" et refusons "après moi le déluge" comme j'entends dire de plus en plus souvent par des gens " de gauche" et de "droite». Luttons pour cela à commencer par la croissance démographique. Aidons ces peuples à réguler leur population et à s'inscrire dans une économie régionale adaptée à leur écosystème. Enfin faisons s'élever leur niveau de conscience, par l'éducation, la formation et la socialisation."
J'adhère entièrement à vos propositions . Ce n'est pas d'accueillir toute la misère du monde, comme on dit, qui y mettra fin. Je suis prête à faire tout ce qui est dans mes (modestes) possibilités pour faire avancer les choses.

Écrit par : Aurore de Provence | 01/08/2008

« Serions nous, humains, des génies individuels et des idiots collectifs, capables chacun de merveilles d’inventivité, mais incapables de prendre en main notre destin commun. »

Bonjour,
Un petit mot pour mon ami qui apparemment sort de son "égarement " puisqu'il ouvre une possibilité de dialogue.
Je lui pardonne bien évidement son propos catégorique:" Tu n'as pas compris un traitre mot de ce que je t'ai expliqué."
Cela ressemble trop à cette dictature de la pensée que justement il pense combattre et que l'on appelle aujourd'hui le "bien penser" et qui hier encore relevait de la dictature stalinienne.

Je préciserai donc que la complexité des champs sociaux, touchant à la personne dans toutes ses dimensions, mais aussi aux actions collectives, nous oblige à élargir nos grilles de lecture c'est-à-dire reconsidérer le cadre, les règles, les processus pour une intervention sociale écosystémique
Face à la crise systémique globale, la rupture impose parfois des positions éthiques ou morales de haute voltige qui font le plus souvent appel à l’objectivité qu’à la subjectivité.
Ce « cercle du silence » en est un parfait exemple. Ceux qui animent ces manifestations, des apprentis sorciers selon moi, savent parfaitement jouer sur la sensibilité et la générosité des citoyens européens ainsi que sur la permissivité de nos lois pour que le maximum de migrants soient reçus sur nos territoires.
Les associations qui accueillent, guident et conseillent les malheureux fuyant la misère, la barbarie et la férocité de leurs dirigeants utilisent, entre autre, qui la longueur des procédures du permis de séjour du droit d’asile, qui l’obligation de scolarité pour tout enfant se trouvant sur le territoire Français, qui le mariage avec un conjoint français, qui le regroupement familial etc. etc.
Dans ces brêches s’engouffrent des masses qui n’ont aucune vocation ni aucune chance de s’intégrer dans un monde occidental en profonde mutation qui devra opérer des sacrifices considérables s’il veut survivre, y compris à assister ces masses sur leur territoire ce qui compte tenu de leur précarité et de la barbarie de leurs dirigeants ne sera pas une mince affaire.
Mais la réalité de la réalité vient d 'Aurore de Provence que je remercie de son commentaire "Vous avez écrit à votre ami égaré: "Mais mes enfants oui, alors, pour eux et pour ceux que tu aimes, disons "halte à la croissance" et refusons "après moi le déluge" comme j'entends dire de plus en plus souvent par des gens " de gauche" et de "droite». Luttons pour cela à commencer par la croissance démographique. Aidons ces peuples à réguler leur population et à s'inscrire dans une économie régionale adaptée à leur écosystème. Enfin faisons s'élever leur niveau de conscience, par l'éducation, la formation et la socialisation."
J'adhère entièrement à vos propositions. Ce n'est pas d'accueillir toute la misère du monde, comme on dit, qui y mettra fin. Je suis prête à faire tout ce qui est dans mes (modestes) possibilités pour faire avancer les choses.

Amitiés à tous deux

Francis NERI

Écrit par : F.NERI | 01/08/2008

Bonjour Francis,

Je vois que le problème est dû à une salade russe dans ton texte Francis. Si tu avais thématisé chaqu'un de tes points, mes propos aurait été plus Clair.

Concernant le Cercle du Silence :

Je suis propriétaire d'un média http://www.canal12.fr, lorsque l'on décide de créer un média (aussi petit soit-il, s'en est un, il a déjà permis à plus de 50 artistes de mieux se promouvoir, de se faire connaitre auprès de personnes qui ne les auraient jamais connu et ça en 4 mois) il y a certaines responsabilités à avoir et une certaine éthique à respecter.
Nous avons pris comme support :
La constitution française, les droits de l'homme (et de l'animal) et la réglementation de la CNIL, jugeant qu'il y a des lois et qu'il faut les respecter (mais vraiment les respecter et je crois que c'est bien ça le problème).
J'ai aussi, un autre avantage, et non des moindres, qui me rassure aussi pour être à la tête d'un média : L'on peut creuser jusqu'en Chine, je n'ai aucun cadavre dans mon placard, aucune appartenance politique et religieuse (à part d'être né catholique). J'ai toujours respecté les lois citées au dessus, j'ai donc mon mot à dire. Finalement je ne suis que le pure produit de ce que l'on m'a enseigné. Me dire à 44 ans que tout ça c'est du flan, c'est trop tard, le mal est fait. :)

Donc, si l'on suit bien notre constitution, j'étais donc en droit de diffusé l'annonce du cercle (et je ne dis pas devoir, je ne veux pas choquer, faut la relire).

Concernant la politique :

Ca n'est pas bien d'argumenter en faisant sortir les cadavres des autres de leur placard, c'est petit, car on pourrait pratiquement le faire avec chaque personnage politique, car au concours des plus affreux, je doute que Ségo soit la pire. Mais j'en arrête là, je ne rentre pas dans ce jeu, je démontre juste que c'est petit.

Concernant la mondialisation :

Une petite annecdote : Lorsque j'étais petit, dans le milieu des années 60, nous avions la télévision (mon père était chef d'entreprise). Un jour, je devais avoir 4 ans, je vois sur l'écran une petit garçon du même âge que moi avec un gros ventre :
- Dis donc papa, lui demandais-je, il dois trop manger ce garçon.
Mon père m'explique que c'est parcequ'il n'a pas à manger qu'il est ainsi.
J'ai mis du mal à comprendre au départ, forcément à cet âge là. Plus tard, j'ai donné de l'argent pour essayer de régler le problème (j'en donne encore maintenant, mais...). 30 ans plus tard le problème n'est toujours pas réglé. Combien faut-il de millions, voir de milliard, pour régler ce problème.

La mondialisation actuelle est politico-économique (le pétrole gère en bonne partie la planète) et me dérange beaucoup. D'un coté il y a le gaspillage, de l'autre l'apauvrissement. D'un coté, l'on invente des quotas laitiers pour des questions économiques, de l'autre on en manque. L'on provoque un déséquilibre que nos générations risquent de payer très cher par notre faute.

C'est drôle comme l'être humain a un penchant pour aller vers les catastrophes, c'est du vice.

Moi je rêverais d'une mondialisation plus équitable en apportant l'excédent des uns aux autres, amener l'eau dans le désert (comme thierry SABINE ou BALLAVOINE et de nos jours l'UNICEF), voir renaître des champs dans les coins les plus arrides. Bref 7 milliards d'individus devraient avoir un minimum = un toit et à manger, je dirais même plus, ça devrait être valable pour chaques espèces de la planète, il serait peut-être temps. Nous sommes au 21ème siècle et cela répondrait grandement au différents problèmes liés à la croissance dont vous parlez.
- Ah Utopie, pourquoi les gens ne rêvent-ils pas plus de toi ?
- Parcequ'ils se disent sérieux.
- Ouais, je vois le résultat.


LES CULTURES

Comme tu l'as bien constaté, j'ai déjà bien assimilé la mienne (pour ma part je n'ai été aucunement anticonstitutionnel dans mes propos), mais...
J'ai constaté bien des fois dans ma vie que de n'avoir qu'une seul culture a ses lacunes, ça ne répond pas à tout. Et non, contrairement aux idées bien pensantes, nous ne détenons pas la science infuse, nous pensons que nous savons tout, que nous avons tout et c'est une erreur.
Rappelez vous de la chanson de Gabin "Je sais", voilà un ancien qui avait raison. Pour savoir, il faut être ouvert aux autres peuples, ne pas se croire supérieur à eux (ni inférieur), échanger les points de vue, prendre en compte le contexte géo politique et historique, etc...
Moi j'adore la connaissance et je dois beaucoup dans ma vie aux autres cultures aussi, elle m'enrichisse et c'est passionnant. j'en sais même plus sur certaines cultures que les propres natifs, c'est assez drôle. Je suis scénariste, il le fallait bien et j'en suis très heureux. J'adore l'histoier aussi avec un grand H (pas la scolaire), elle est révélatrice de beaucoup de choses.

Les enfants

Pour ma part, je n'en ai fait aucun, ce qui ne m'empêche pas de penser à ceux des autres dont les votres (car dans vos textes respectifs vous n'avez parlé que des votres). Je ne suis ni vénal, ni égoïste et ne vous accuse pas plus de l'être. Mon grand père était un homme respectable dans le Haut Rhin, il était très famille, il avait 12 enfants, il n'a cessé de penser à leur avenir, pourtant ça n'a pas empêché ma mère et sa descendance de se retrouver en bas. C'est la vie. Un riche milliardaire aujourd'hui, peut voir ça descendance sous les ponts demain et c'est valable pour tous, l'argent n'y fera rien, il peut disparaître comme neige au soleil.

L'économie française :

Anecdote : Toujours dans les années 60. Lorsque j'étais petit, les hypers éxistaient déjà. J'allais faire les courses chaque semaines avec mes parents. Les hyper s'appelaient INNO, BAG ou Carrefour. Il y avait un geste que tout le monde faisait à cette époque et qui ne pouvait pas échapper à mes yeux d'enfant, un sacro saint rituel du consommateur :
Il retournait à chaque fois l'article qu'il avait en main pour en voir la provenance, si c'était "Made in FRANCE" le produit se retrouvait généralement dans le caddie et c'était valable à l'étranger aussi. Je suis sur que chez vos grand mères, vous devez trouver des "Moulinex" ou "Seb" de cette époque qui fonctionnent encore, ce qui n'est plus le cas de nos jours. Malheureusement à partir des années 80, la politique économique était au jetable et c'était déjà le début de la surconsommation qui nous pose tant de problème aujourd'hui.
Nous avons tout délocalisé, perdant au passage, l'une des meilleures mains d'oeuvres qualifiées.

L'idée serait de revenir en arrière. De créer une industrie française locale, qui irait à contre courrant de ce qui se fait actuellement. Faire revenir le long terme, la qualité, justifiant par conséquent le prix plus cher par la main d'oeuvre française (entre un appareil qui vous dure 1 année et un autre 20, le consommateur pourra donc faire un choix selon l'usage). Beaucoup de grandes marques ont perdu leur ora à cause de cela. Revenir à ce systeme, nous rendrez économiquement plus fort, dans l'air du temps, réglant ainsi, le chomage (quoique, n'oubliez pas que les robots vont faire leur intrusion dans moins de 5 ans, ce qui ne va pas arranger le problème) et notre économie. Qui n'achèterai pas un produit deux fois plus chère en aillant la garantie d'en avoir pour 20 fois plus. C'est faisable.

Conclusion :

Toute cette histoire n'a fait que confirmer mes positions :
Nous avons des lois en FRANCE et nous ne les respectons pas assez, il suffit de voir nos textes respectifs pour le comprendre. Nous avons une facheuse tendance, en France comme aux Etats Unis, à être anti constitutionnel et l'on brode le tout par des excuses qui ne tiennent pas la route pour des profits personnels (c'est nécessaire, etc...). Les peuples n'ont plus confiance en leur valeur
A quoi servent ces lois si elles ne sont pas respectées ? Pas étonnant non plus de voir la pagaille de ce 21ème siècle.
Imaginez dans 200 ans dans les cours d'histoire :
- Le 21ème siècle est une période de régression et de féodalité
Tous les jours je vois les gens du peuple, qu'ils soient ouvriers, artistes ou grands chefs d'entreprise, de droite comme de gauche, je les écoute tous et, étrangement, personne ne se sent à l'aise dans la société actuelle. Il faudrait se poser peut-être la question pourquoi et ça n'est surement pas en regardant notre égo que l'on peut y répondre. Tout le monde s'inquiète pour l'avenir, pourtant si chaque individu pensait un peu plus aux autres, l'on serait plsu rassuré, vu qu'il y aurait toujours quelqu'un pour veiller sur nous.

Tu vois Francis, il y a peut-être un Bug dans le programme, mais je n'en suis pas responsable. Je suis français, l'on m'a fait comme ça, j'aime mon pays, sa culture (qui vient aussi d'autres cultures) et sa philosophie. J'en suis même fier et tant bien même je resterai le Dernier de Mohicans à respecter ses valeurs et à) les combattre, je le ferai. J'y ai cru et y crois encore, même si elle ne me le rend pas à ma juste valeur.

Écrit par : Facedange | 02/08/2008

Cher ami bonjour,

Merci pour cette « explication » qui aura, j’espère pour toi, permis de te libérer de cette tension provoqué sur ton média http://www.canal12.fr qui t’aura valu, j’ai eu quelques échos, bien des désagréments. Je dirai pour conclure que les commentaires et opinions socio-politiques si ils sont envisageables sur un blog comme celui qui t’accueille aujourd’hui sont, à mon avis, déconseillés sur ton média qui a, j’imagine, pour toi des objectifs économiques, c’est à dire te faire vivre avec ta famille. Bref je considère que l’on utilise pas une liste d’abonnés, qui veulent voir des films, pour une expression politique. C’est peut être cela qui est à l’origine de tes soucis.
Je t’invite, si vraiment tu veux t’exprimer «politiquement » à le faire sur ce blog. Je ne te censurerai pas si tu n’es pas trop long et si tu respectes les opinions et les points de vue des un(e)s et des autres.
Tu pourras même y trouver des amateurs pour ton média si tu ne dérives pas (c’est à dire si tu reste factuel- des faits, pas des opinions) et que tu te contentes de diffuser des films ou des reportages comme c’est, je crois, ton objectif.
Pour le reste, au cas ou je n’ai pas été assez clair, ce blog à un objectif et un seul : promouvoir la démarche écosystémique (qui est en rupture avec les grilles de lecture du passé) par l’éducation, la formation, la socialisation et l’action sur le terrain.
Pour cela un certain nombre d’acteurs venant d’horizons très divers se rassemble en réseau afin d’inscrire concrètement cette démarche dans un environnement politique.
Tes « explications » sont donc parfaitement recevables, et dans ce contexte elles illustrent ton point de vue que je respecte, même si je ne le partage pas entièrement, c’est le cas pour l’immigration et la démographie et je considère avoir été clair la dessus.
Si tu le veux bien, le débat est donc clos et pour ma part, je passerai à autre chose : la bataille des valeurs et du sens que la gauche semble avoir perdu, et la défense du
« vivant » qui a bien besoin de nous tous. Tu es cordialement invité à participer activement à ce combat décisif si tu veux politiquement mettre en œuvre quelques uns des idéaux dont tu fais état.

Bien cordialement

Francis NERI

Écrit par : F.NERI | 02/08/2008

Les commentaires sont fermés.