Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2009

Vous avez dit Titanic ?

 Le soldat Sarkozy

16/10/2009 à 11:57 / Politique

«Ce n'est pas mon fils qui est visé, c'est moi»

C'est affligeant de constater que même sur un bateau au bord du naufrage, les passagers continuent de s'occuper de querelles et de polémiques stériles. Nicolas Sarkozy semble se battre, pour nous et nos enfants, de toutes ses forces, avec générosité, énergie et talent. Je veux le croire, malgré les doutes qui parfois m’assaillent. Il possède en plus la compétence et le charisme qui lui permettent de montrer le chemin aux autres nations.

Au lieu de perdre notre temps en discussions stériles sur l'avenir de Jean Sarkozy ou sur la sexualité de Mr Mitterrand chacun de nous devrait s'interroger sur les défis que nous devons encore affronter et la manière d'y faire face :

 

  • La crise écosystémique qui ne fait que commencer.
  • L'impossible développement démographique des pays du sud et leur lutte pour une improbable égalité qu'ils viendront chercher au nord et en vain.
  • Le refus systématique des "pays riches" à mettre un frein à leur boulimie consommatrice.

Commençons par nous inquiéter sérieusement de ces immigrants qui loin de chercher à se fondre dans la civilisation des pays occidentaux, s'organisent en minorités agissantes pour développer leur culture et maintenir leur identité.

Comment se comprendront ces "nouvelles sociétés" : jeunes, violentes et passionnées, se sentant volontiers incomprises, avec nos sociétés "mûres", sceptiques, éprises de sécurité et de mesure ?

Quelles sont les conséquences immédiates et futures de nos comportements passés et présents ?
Comment la société française peut-elle répondre, pour elle même et en tant que membre d'un plus grand ensemble, à ces questions que lui posent, dans l'urgence, les avenirs possibles ?
C’est en conjuguant la raison, la connaissance et l’émotion, et en dépassant ces vaines polémiques, que nous pourrons répondre.

 

Les commentaires sont fermés.