Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2016

Alain Juppé

J’ai un immense dégout pour une certaine classe politique dont Alain Juppé est un des plus sinistre représentant.
Juppé, roi du politiquement correct fait du « populisme » et donc du populaire un ennemi de la Nation
La colère du populaire va lui faire payer cher la façon dont il le traite d’imbécile, de raciste et de  fasciste, car c’est bien comme cela qu’il voit les électeurs et sympathisants du FN voire de tous ceux qui ne sont pas de son idéologie immigrationiste, tiers mondiste, multiculturaliste et mondialiste à la fois.

Ce mandarin d’une classe en sursis appartient à une autre planète, factice, hors sol, méprisante.  Il va vite se rendre compte que les classes populaires ont brisé leurs chaines, qu’il ne nous aura plus avec ses discours émotionnels, compassionnels, de bienveillance envers l’ennemi islamiste, et les bons sentiments tournés exclusivement vers les migrants des pays de l’islam.
Il se garderait bien par exemple de plaindre une seconde les chrétiens d’Orient.

Le politiquement correct, bête noire de Marine Le Pen, est le mur que les Français doivent abattre par dessus la classe dominante qui s’accroche au pouvoir et les partis enfermés dans la poursuite de leurs propres intérêts.
La France insoumise doit imposer sa parole libérée, sans concession à l’islam pour prix de la paix civile qui annonce la capitulation.
Alain Juppé se dit le seul à pouvoir battre Marine Le Pen ; nous affirmons que Marine le Pen est la seule en mesure de battre les ennemis intérieurs de la France et Alain Juppé le premier.         

Francis-claude Neri
27 10 16

13/01/2016

Sarkozy

Il veut « rebondir » et revenir aux commandes du pays. Pour quelles raisons ?

A mon avis il ne peut plus faire autrement que de jouer le jeu de ses maitres. C'est un peu comme certains de ces avocats de talent qui flirtent d'un peu trop prêt avec la mafia qui les couvrent de "bienfaits" et dont ils sont redevables et doivent exécuter leurs basses œuvres
Ce n'est plus qu'un pion au service de la Triplice : un certain islam, un certain libéralisme et une certaine gauche.

Triplice qui à l'instar d'un moteur Brownien fonctionne en récupérant l'énergie désordonnée de la matière pour créer un mouvement ordonné ...bref tirer du chaos que ces trois éléments provoquent un "ordre" à leur avantage.

Et pas besoin du N.O.M pour fonctionner en cohérence. Chacun de ces trois éléments est simplement « allié objectif et de circonstance avec les deux autres »

Notre réponse devrait être non pas de détruire la triplice...c'est devenu impossible, mais d'introduire une multitude de grains de sable dans leur machinerie et de les bloquer.
En "bloquant" l'élément Sarkozy on introduit une perturbation
 
dans leur « système global »

Nous pouvons dire aussi "Qu'il faut éliminer du système (du pouvoir) TOUS ceux qui s'y IDENTIFIENT" Il y a du travail, mais c'est la seule façon de s'en sortir !

Francis NERI
13 01 16

16/12/2013

Intégration, Désintégration !

Lorsque les Français votaient en 2012 pour la gauche, la plupart le faisaient contre Nicolas Sarkozy mais non pour une adhésion aux idées de la gauche ou tout au moins une grande partie d'électeurs déçus par ces 5 années de promesses pas toujours tenues, point s'en faut et de descente aux enfers.

Excepté une petite frange de la population réellement de gauche, on voyait se rejoindre pèle mêle dans cet électorat des gens se situant plutôt à droite ou au centre, mais aussi une foule de gens inquiets pour leur avenir, inquiets du rôle des institutions européennes et pensant qu'une nouvelle politique de fermeté face à l'E.U serait enfin mise à l'œuvre.

Ce qui fit la différence pour l'emporter fut l'apport massif des nouveaux Français, d'origine émigrée associé à des hommes politiques tels que Bayrou qui appelèrent à voter pour Hollande et il serait faux d'attribuer la victoire d'hollande pour 1,56% de différence à l'apport massif d'électeurs du Front comme on l'entend sans cesse dans l'UMP. Ajoutons à cela qu'à cette époque dans le camp de droite certains ont fait preuve de mollesse pour soutenir leur candidat, des critiques transparaissaient montrant une certaine passivité. Si l'on prend le premier tour et le second, c'est bien dans le camp du FN qu'est venu l'apport qui a réduit le score d'Hollande. Ceci est un fait et non une supposition mais dans l'un ou dans l'autre camp, bon nombre d'électeurs n'ont pas voté pour mais contre l'adversaire, ce qui montre bien un désaveu pour l'un et un refus pour l'autre.

Sans doute et c'est ce qui est important, cette frange de 1,56% a été déterminante et suffisante pour ouvrir la boite de pandore et ceux qui votaient pour une nouvelle politique de relance économique et une remise au pas de l'Europe devaient vite déchanter et s'apercevoir qu'en fait la priorité c'était de mettre en place tout ce qui était véhiculé par la frange dela Franc Maçonneriedésireuse d'anéantir enfin notre pays.La Loisur le mariage pour tous devenue une priorité nationale allait déboucher sur toutes une série de mesures allant dans ce sens jusqu'au fameux rapport sur l'intégration qui fait scandale mais est logique quand on sait ce qui anime la pensée réelle des dirigeants de gauche sous contrôle de la maçonnerie.

Nombre de maçons eux-mêmes ne pensaient pas qu'on puisse aller si loin dans l'autodestruction comme nombre d'électeurs également du candidat Hollande. Le rejet global actuel s'explique par tout cela : l'enfoncement dans la crise, le chômage, la dette, l'E.U et sa dictature et une politique dictée par la finance internationale; par le Nouvel Ordre Mondial qui entend imposer petit à petit une remise au pas des pays occidentaux et un remplacement voulu des populations jusqu'à une révolte qui tournera à la guerre civile devenue cette fois inéluctable.

Ce qui permet la rapide déliquescence de notre société décidée par le N.O.M c'est le manque de culture politique et historique de la plupart, la passivité du plus grand nombre et le refus de voir la réalité telle qu'elle est.

Si l'on veut un exemple tout à fait récent de ce refus et du déni de réalisme c'est l'incroyable participation aux louanges d'un Mandela dont on a oublié qu'il fut l'instigateur du massacre de fermiers blancs en Afrique du Sud mais aussi dans les pays voisins dont le Zimbabwe ou Mugabe l'ami de Mandela, aidé par lui, a chassé la plupart des colons blancs qui n'avaient pas été exterminés, faisant d'un pays riche : un pays pauvre sous assistance économique.

Beaucoup de ceux qui ici se plaignent de subir la gauche sont tombés dans le piège des tenants de l'Ordre Mondial en encensant un homme qui a certes beaucoup dit de belles paroles cachant une politique marxisante et finalement meurtrière pour quantité de blancs qui ont été massacrés bien avant que le donneur d'ordres ne disparaisse. N'oublions pas que le même Mugabe a été acclamé à Soweto lors de l'enterrement de Mandela.

Tout en fait est étrangement lié, d'un côté on fait un héros, voire une idole d'un combat contre le blanc, de l'autre on introduit la théorie du genre et les dérives d'un rapport sur l'intégration qui n'est rien d'autre qu'une immense trahison et de la volonté d'en finir avec notre pays et sa population d'origine. Si ce rapport a été divulgué c'est bien pour voir les réactions de la population française, voir jusqu'où on pouvait aller sans craindre une révolution et il faut reconnaître que la passivité du plus grand nombre montre que ce rapport va être suivi d'effets. Certes on le fera par petits bouts pour ne rien risquer, mais d'ici 2017, si rien ne bouge, nous aurons de vrais textes de lois et cette fois tout sera bouclé légalement par le fait de détenir un pouvoir que certains ne veulent pas remettre en cause par souci de légitimité, comme je l'ai vu sur certains commentaires irresponsables.

Lorsque les choses vont aussi loin, le devoir de tous s'impose : renverser un régime de forfaiture. Pour ne pas craindre de censure, je n'irai pas plus loin, mais je crois que tous comprendront ce que je veux dire.

Si les peuples qui ont sombré dans la dictature s'étaient révoltés à temps, avaient simplement cessé de payer leurs impôts, leurs contributions, bon nombre de ces régimes auraient été asphyxiés. Nous n'aurions pas connu les dérives totalitaires qui ont suivies. La révolte n'est pas nécessairement due aux armes ou à l'affrontement. Des milliers de gens couchés par terre sont plus difficiles à déloger que des manifestants au contact avec les forces de sécurité. Des groupes mobiles peuvent fixer ces forces par de rapides actions à l'arrière.

Des milliers de demandes d'étalement des impôts et des charges peuvent paralyser les services. Des retraits massifs d'argent peuvent gripper le système bancaire.
Je ne voudrais pas énumérer toutes les formes d'actions, d'autres le font mieux que moi mais au final, je pense que si nous n'arrivons pas à provoquer un changement par les urnes, l'horizon 2017 risque d'être aléatoire car en 3 ans (plus l'année 2014) tout peut aller très vite jusqu'à devenir irréversible. Je crois que beaucoup partagent cette analyse

Il faudra réunir les conditions qui permettraient d'arriver à faire bouger les choses : d'abord écraser la gauche aux municipales, montrer qu'on ne veut pas de candidats prêts à se rallier au bouleversements voulus par la gauche, ensuite il faudra un raz de marée en faveur du FN aux Européennes en écartant tous les candidats issus de ceux qui souhaitent un maintien dans l'U.E ou même plus d'Europe. Bref nous devrons laminer tous ces politicards allant de la gauche à la droite favorables à l'Europe. C'est un vrai réveil patriotique d'une patrie désormais en danger de mort qui sera nécessaire.

Nous pouvons gagner si nous sommes tous dans ce même camp, il n'y en a pas d'autre, chacun doit le comprendre ou se résigner.

NOUS, ne nous résignerons pas !

Ivan Smolensky