Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2016

Fureur Populaire

On observe la mise en place de la Fureur Populaire par ceux-là même qui usent des plus grands moyens de la conjurer ! Vous disposez d'une explication ?

Jacques Borek

Pour ma part, je considère que si la Fureur Populaire éclatait le pouvoir actuel déclarerait l'Etat d'urgence, produirait une loi d'exception comme par exemple la loi du 22 prairial an II (10 juin 1794) , prélude à la "terreur", prendrait des mesures "provisoires" et suspendrait les élections de mars 17 ...
Ce n'est pas pour rien que Marine Le Pen, elle, parle de "France apaisée" elle ne veut pas tomber dans le piège.
Donc NOUS avons tout intérêt à tempérer l'ardeur de certains qui veulent rapidement renverser CE gouvernement.
Prenons le pouvoir et ensuite c'est NOUS qui serons du bon coté de la matraque :-)
Si nous n'y parvenons pas il se pourrait alors que NOUS revisitions notre position.

Francis-claude Neri

Nous avons du mal

Francis, j'agrée pleinement, mais me demande pourquoi cette partie au Pouvoir fait tout pour augmenter l'agacement et l'inquiétude proportionnelle aux Tranquillisants qu'elle distribue à l'opposition, majoritaire à présent, par les Médias aux ordres.
Tout semble monter aux extrêmes par le fait de la gestion générale de ce mouvement de Gauche hétérogène contradictoire divisé et globalement délirant !?
Je sais le monde parfaitement cinglé...mais j'ai du mal quand même...! ?

Jacques Borek

Oui nous avons du mal à comprendre nos élites Euromondialistes en particulier politiques et économico-financières,. car nous ne fonctionnons pas au même niveau de communication.

Et le positionnement actuel de la gauche n'est qu'un élément de la problématique.

Nos attitudes déterminent des comportements qui au niveau de NOTRE quotidien n’intègre pas de données de géopolitiques.
Nous nous bornons à nous demander comment trouver du travail, le garder, nous loger correctement, nous mettre en sécurité avec notre famille, avoir de bonnes relations avec notre voisinage ...et ce n'est pas une mince affaire.

Ces individus "hors sol" comme on dit, pensent avoir une vision globale et se croient en charge du destin planétaire ...ils ne savent pas (ou ne veulent pas) faire l'aller retour entre le local et le global et ne savent plus situer le niveau auquel il faut régler les problèmes.

Individus hors sol(s) ils ne comprennent pas la notion de subsidiarité; ils pensent par exemple que ce qui est bon pour l'agriculteur, disons Américain, est bon pour l’agriculteur français. Ils nous disent : l'agriculteur qui croit que l'Europe est mauvaise pour lui la trouverait encore plus mauvaise si la France en sortait.

Essayant de le manipuler, de le culpabiliser pour qu'il se tienne tranquille, crève en silence dans son coin et laisse la place à Monsanto et aux multinationales agricoles.

Ils confondent (ou plutôt font semblant de confondre) droits de l'Homme et droits du citoyen ; que le citoyen Algérien qui fabrique les autos Renault à moindre coût est plus intéressant de ce fait que le citoyen français qui n'a plus de travail ...

Ces individus "hors sol national" s'en moquent comme de leur première chemise pourvu que quelqu'un achète leurs voitures.

Tout çà mériterait un plus long développement mais l'essentiel y est. Il justifie à mon sens notre besoin d'une véritable révolution des attitudes et des comportements des "nationaux et souverainistes" envers ces "individus" de la "mondialisation heureuse".

A ceux d'entre nous qui le peuvent et le savent d'orienter leurs attitudes et leurs comportements dans ce sens.

C'est, je l'espère, ce que Marine Le Pen et quelques autres ont commencé à faire.

Francis-claude Neri

29 10 16

24/01/2014

Analyse systémique et communication III

Les systémiciens.

Nous sommes des personnes dont les problèmes de la communication dans différents domaines intéressent : managérial (ou organisationnel), pédagogique, thérapeutique.

Nous tentons une synthèse vaste et le moins abstraite possible à partir de données très concrètes.  

Nous nous intéressons et nous tachons de décrire la façon dont un message (une information), est créé et la façon dont il (elle) est reçu perçu, interprété, recréé par celui qui l’entend.

Nous constatons que dans chaque cas étudié plusieurs analyses différentes peuvent être considérées comme correctes.

L’analyse systémique nous aide à analyser un système, ses relations, ses interactions, ses rétroactions. Cette approche permet de discerner parmi les différents résultats prospectifs celui qui présente les meilleures possibilités d’émergence d’une situation managériale, pédagogique ou thérapeutique la plus stable possible et présentant, par conséquence, la meilleure solution de continuité de ce système.

Cette méthode permet de faire évoluer des systèmes vers des changements de type 2 c'est-à-dire qui se déterminent par rapport à un but, sont régulés et contrôlés. 

L’analyse minutieuse des attitudes et des comportements montre que les messages révèlent une grande quantité de matériaux inconscients dont le processus est primaire et relève des émotions.

Le port du voile islamiste témoigne ou résulte, sans doute, d’un intérêt sexuel et /ou de son refus puritain.

La notion de transfert doit également être prise en compte dans ce qu’il implique comme projection. Toute personne qui émet des signaux qui lui ont été « enseignés » le fait en supposant que le récepteur de ces signaux les comprendra, qu’elle est au même « niveau de communication » c'est-à-dire qu’elle lui « ressemble » psychologiquement, qu’elle est de même culture, de même identité etc.

La notion de projection est liée à celle de transfert. Quand je me projette (par un texte) sur facebook ou sur mon blog vers un « ami », je postule qu’il interprétera mon écrit comme s’il l’avait lui-même rédigé.

Qu’il est au « même niveau de communication ». 

Ce transfert projectif joue bien évidemment de façon prospective puisque je considère que cet ami agira dans le même sens que moi car nos représentations d’un évènement sont identiques comme nos attitudes et nos comportements.

Par exemple dans le contexte actuel, le Président François Hollande se projette en permanence sur les citoyens et comme il ne tient aucun compte du retour (fead back) que les Français lui adressent il risque de le payer très cher, s’il croit que nous allons le suivre dans ses « projections ».

Ce Président fait ce qu’on appelle, en matière de systémique, une identification. Il s’attend en effet à ce que nous réalisions des actions significatives inspirées du passé dans des circonstances qu’il croit similaires.

Il veut que nous réalisions des changements de type 1 c'est-à-dire faire toujours plus de la même chose. Il veut que nous l’imitions, que nous modelions nos propres actes sur les siens.
Ce que bien évidemment NOUS ne ferons pas.

De ce fait, la réponse que nous pourrions produire devrait lui donner une indication sur notre disposition envers ces propositions de gouvernance.
Si nous lui disons que c’est absurde et que nous n’y croyons pas un instant, il va penser que nous avons mal interprété son message, de manière plutôt bornée, que nous ne voulons rien entendre et il va vouloir le répéter sans cesse. 

Il ne sert donc à rien de démentir sa pseudo  « vérité » qu’il considère comme factuelle et incontournable. 

Une fois de plus je constate que le système n’est pour rien dans l’affaire de nos échecs ce sont bien certains hommes et certaines pratiques qu’il faut changer.

Qu’attendons-nous ? 

Francis NERI

24 01 14 

            

16/12/2013

Intégration, Désintégration !

Lorsque les Français votaient en 2012 pour la gauche, la plupart le faisaient contre Nicolas Sarkozy mais non pour une adhésion aux idées de la gauche ou tout au moins une grande partie d'électeurs déçus par ces 5 années de promesses pas toujours tenues, point s'en faut et de descente aux enfers.

Excepté une petite frange de la population réellement de gauche, on voyait se rejoindre pèle mêle dans cet électorat des gens se situant plutôt à droite ou au centre, mais aussi une foule de gens inquiets pour leur avenir, inquiets du rôle des institutions européennes et pensant qu'une nouvelle politique de fermeté face à l'E.U serait enfin mise à l'œuvre.

Ce qui fit la différence pour l'emporter fut l'apport massif des nouveaux Français, d'origine émigrée associé à des hommes politiques tels que Bayrou qui appelèrent à voter pour Hollande et il serait faux d'attribuer la victoire d'hollande pour 1,56% de différence à l'apport massif d'électeurs du Front comme on l'entend sans cesse dans l'UMP. Ajoutons à cela qu'à cette époque dans le camp de droite certains ont fait preuve de mollesse pour soutenir leur candidat, des critiques transparaissaient montrant une certaine passivité. Si l'on prend le premier tour et le second, c'est bien dans le camp du FN qu'est venu l'apport qui a réduit le score d'Hollande. Ceci est un fait et non une supposition mais dans l'un ou dans l'autre camp, bon nombre d'électeurs n'ont pas voté pour mais contre l'adversaire, ce qui montre bien un désaveu pour l'un et un refus pour l'autre.

Sans doute et c'est ce qui est important, cette frange de 1,56% a été déterminante et suffisante pour ouvrir la boite de pandore et ceux qui votaient pour une nouvelle politique de relance économique et une remise au pas de l'Europe devaient vite déchanter et s'apercevoir qu'en fait la priorité c'était de mettre en place tout ce qui était véhiculé par la frange dela Franc Maçonneriedésireuse d'anéantir enfin notre pays.La Loisur le mariage pour tous devenue une priorité nationale allait déboucher sur toutes une série de mesures allant dans ce sens jusqu'au fameux rapport sur l'intégration qui fait scandale mais est logique quand on sait ce qui anime la pensée réelle des dirigeants de gauche sous contrôle de la maçonnerie.

Nombre de maçons eux-mêmes ne pensaient pas qu'on puisse aller si loin dans l'autodestruction comme nombre d'électeurs également du candidat Hollande. Le rejet global actuel s'explique par tout cela : l'enfoncement dans la crise, le chômage, la dette, l'E.U et sa dictature et une politique dictée par la finance internationale; par le Nouvel Ordre Mondial qui entend imposer petit à petit une remise au pas des pays occidentaux et un remplacement voulu des populations jusqu'à une révolte qui tournera à la guerre civile devenue cette fois inéluctable.

Ce qui permet la rapide déliquescence de notre société décidée par le N.O.M c'est le manque de culture politique et historique de la plupart, la passivité du plus grand nombre et le refus de voir la réalité telle qu'elle est.

Si l'on veut un exemple tout à fait récent de ce refus et du déni de réalisme c'est l'incroyable participation aux louanges d'un Mandela dont on a oublié qu'il fut l'instigateur du massacre de fermiers blancs en Afrique du Sud mais aussi dans les pays voisins dont le Zimbabwe ou Mugabe l'ami de Mandela, aidé par lui, a chassé la plupart des colons blancs qui n'avaient pas été exterminés, faisant d'un pays riche : un pays pauvre sous assistance économique.

Beaucoup de ceux qui ici se plaignent de subir la gauche sont tombés dans le piège des tenants de l'Ordre Mondial en encensant un homme qui a certes beaucoup dit de belles paroles cachant une politique marxisante et finalement meurtrière pour quantité de blancs qui ont été massacrés bien avant que le donneur d'ordres ne disparaisse. N'oublions pas que le même Mugabe a été acclamé à Soweto lors de l'enterrement de Mandela.

Tout en fait est étrangement lié, d'un côté on fait un héros, voire une idole d'un combat contre le blanc, de l'autre on introduit la théorie du genre et les dérives d'un rapport sur l'intégration qui n'est rien d'autre qu'une immense trahison et de la volonté d'en finir avec notre pays et sa population d'origine. Si ce rapport a été divulgué c'est bien pour voir les réactions de la population française, voir jusqu'où on pouvait aller sans craindre une révolution et il faut reconnaître que la passivité du plus grand nombre montre que ce rapport va être suivi d'effets. Certes on le fera par petits bouts pour ne rien risquer, mais d'ici 2017, si rien ne bouge, nous aurons de vrais textes de lois et cette fois tout sera bouclé légalement par le fait de détenir un pouvoir que certains ne veulent pas remettre en cause par souci de légitimité, comme je l'ai vu sur certains commentaires irresponsables.

Lorsque les choses vont aussi loin, le devoir de tous s'impose : renverser un régime de forfaiture. Pour ne pas craindre de censure, je n'irai pas plus loin, mais je crois que tous comprendront ce que je veux dire.

Si les peuples qui ont sombré dans la dictature s'étaient révoltés à temps, avaient simplement cessé de payer leurs impôts, leurs contributions, bon nombre de ces régimes auraient été asphyxiés. Nous n'aurions pas connu les dérives totalitaires qui ont suivies. La révolte n'est pas nécessairement due aux armes ou à l'affrontement. Des milliers de gens couchés par terre sont plus difficiles à déloger que des manifestants au contact avec les forces de sécurité. Des groupes mobiles peuvent fixer ces forces par de rapides actions à l'arrière.

Des milliers de demandes d'étalement des impôts et des charges peuvent paralyser les services. Des retraits massifs d'argent peuvent gripper le système bancaire.
Je ne voudrais pas énumérer toutes les formes d'actions, d'autres le font mieux que moi mais au final, je pense que si nous n'arrivons pas à provoquer un changement par les urnes, l'horizon 2017 risque d'être aléatoire car en 3 ans (plus l'année 2014) tout peut aller très vite jusqu'à devenir irréversible. Je crois que beaucoup partagent cette analyse

Il faudra réunir les conditions qui permettraient d'arriver à faire bouger les choses : d'abord écraser la gauche aux municipales, montrer qu'on ne veut pas de candidats prêts à se rallier au bouleversements voulus par la gauche, ensuite il faudra un raz de marée en faveur du FN aux Européennes en écartant tous les candidats issus de ceux qui souhaitent un maintien dans l'U.E ou même plus d'Europe. Bref nous devrons laminer tous ces politicards allant de la gauche à la droite favorables à l'Europe. C'est un vrai réveil patriotique d'une patrie désormais en danger de mort qui sera nécessaire.

Nous pouvons gagner si nous sommes tous dans ce même camp, il n'y en a pas d'autre, chacun doit le comprendre ou se résigner.

NOUS, ne nous résignerons pas !

Ivan Smolensky