Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2014

Analyse systémique et communication III

Les systémiciens.

Nous sommes des personnes dont les problèmes de la communication dans différents domaines intéressent : managérial (ou organisationnel), pédagogique, thérapeutique.

Nous tentons une synthèse vaste et le moins abstraite possible à partir de données très concrètes.  

Nous nous intéressons et nous tachons de décrire la façon dont un message (une information), est créé et la façon dont il (elle) est reçu perçu, interprété, recréé par celui qui l’entend.

Nous constatons que dans chaque cas étudié plusieurs analyses différentes peuvent être considérées comme correctes.

L’analyse systémique nous aide à analyser un système, ses relations, ses interactions, ses rétroactions. Cette approche permet de discerner parmi les différents résultats prospectifs celui qui présente les meilleures possibilités d’émergence d’une situation managériale, pédagogique ou thérapeutique la plus stable possible et présentant, par conséquence, la meilleure solution de continuité de ce système.

Cette méthode permet de faire évoluer des systèmes vers des changements de type 2 c'est-à-dire qui se déterminent par rapport à un but, sont régulés et contrôlés. 

L’analyse minutieuse des attitudes et des comportements montre que les messages révèlent une grande quantité de matériaux inconscients dont le processus est primaire et relève des émotions.

Le port du voile islamiste témoigne ou résulte, sans doute, d’un intérêt sexuel et /ou de son refus puritain.

La notion de transfert doit également être prise en compte dans ce qu’il implique comme projection. Toute personne qui émet des signaux qui lui ont été « enseignés » le fait en supposant que le récepteur de ces signaux les comprendra, qu’elle est au même « niveau de communication » c'est-à-dire qu’elle lui « ressemble » psychologiquement, qu’elle est de même culture, de même identité etc.

La notion de projection est liée à celle de transfert. Quand je me projette (par un texte) sur facebook ou sur mon blog vers un « ami », je postule qu’il interprétera mon écrit comme s’il l’avait lui-même rédigé.

Qu’il est au « même niveau de communication ». 

Ce transfert projectif joue bien évidemment de façon prospective puisque je considère que cet ami agira dans le même sens que moi car nos représentations d’un évènement sont identiques comme nos attitudes et nos comportements.

Par exemple dans le contexte actuel, le Président François Hollande se projette en permanence sur les citoyens et comme il ne tient aucun compte du retour (fead back) que les Français lui adressent il risque de le payer très cher, s’il croit que nous allons le suivre dans ses « projections ».

Ce Président fait ce qu’on appelle, en matière de systémique, une identification. Il s’attend en effet à ce que nous réalisions des actions significatives inspirées du passé dans des circonstances qu’il croit similaires.

Il veut que nous réalisions des changements de type 1 c'est-à-dire faire toujours plus de la même chose. Il veut que nous l’imitions, que nous modelions nos propres actes sur les siens.
Ce que bien évidemment NOUS ne ferons pas.

De ce fait, la réponse que nous pourrions produire devrait lui donner une indication sur notre disposition envers ces propositions de gouvernance.
Si nous lui disons que c’est absurde et que nous n’y croyons pas un instant, il va penser que nous avons mal interprété son message, de manière plutôt bornée, que nous ne voulons rien entendre et il va vouloir le répéter sans cesse. 

Il ne sert donc à rien de démentir sa pseudo  « vérité » qu’il considère comme factuelle et incontournable. 

Une fois de plus je constate que le système n’est pour rien dans l’affaire de nos échecs ce sont bien certains hommes et certaines pratiques qu’il faut changer.

Qu’attendons-nous ? 

Francis NERI

24 01 14 

            

Les commentaires sont fermés.