Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2010

Entité

En réponse à Gabriel, Raymonde D me prie de vous transmettre le document ci-joint. Elle précise à l'intention particulière de Gabriel que pour elle, il existe d'autres chemins que la religion et, que la promotion de l'excellence n'est en rien le mépris du plus « faible », mais l'acceptation d'une plus grande responsabilité.

C'est effectivement par la sublimation que notre libido fait de nous des êtres sociaux plutôt que des barbares. C'est l'énergie libidinale qui est à l'origine de ce qu'Aristote appelait la philia, l'amitié entre les individus (philia, en grec, veut dire amour). Aristote dit que pour vivre en société il faut que nous nous aimions, que nous ayons de l'estime les uns pour les autres, et d'abord pour nous-mêmes.

§

Imaginez !

Un heptagone : 7 éléments

Des triades : Triangle équilatéral

Des nœuds de réseau : a préserver

Des monades : individualités

Une gestalt : forme à conserver

Une énergie qui relie, rassemble, motorise : libidinale

Une organisation : fractale, systémique

Imaginez, par exemple, une entité qui aurait 7 points de contacts externes, évoluant dans un univers enfanté par son expérience du monde, de ses rêves, illusions, doutes, frustrations, réussites, échecs, mis en commun.

Un univers qu'elle développerait avec toujours plus de force, d'envergure, de compétences et qu'elle ferait partager à ceux qui vivent une réalité cauchemardesque, faite de rivalités, d'ennemis à combattre, de mort à semer.

Une gestalt interactive, de construction systémique, qui aurait extirpée de son âme les racines de la violence, qui ne tuerait plus, considérant qu'elle n'a plus d'ennemis. Qui serait comptable de toute énergie qui peut être employée à des fins plus utiles que la dominance et la mort à donner.

Son objectif consisterait simplement à assurer la permanence et la sécurité d'un univers instable, faisant coexister les bulles temporelles à évolution divergentes.

Nous sommes en effet, devant un problème qui est celui de la représentation, de l'interprétation d'un phénomène : le « temps fractal » et la création de bulles temporelles dont nous ne faisons que commencer à appréhender les conséquences globales : exclusion, compétition, violence, dominance, provoqués par les divergences temporelles des rythmes d'évolution.

C'est la mémoire et la culture qui créent nos identités au sein de nos bulles temporelles, nous différencient et provoquent l'exclusion, puis le choc de ces cultures et identités avec toutes les conséquences dramatiques que nous connaissons pour l'espèce humaine en expansion.

Les préjugés et les jugements de valeur d'ordre idéologiques et à visées démagogiques prennent le pas sur la réflexion critique, le débat ouvert et constructif. C'est l'essentiel constitutif de la nécessité de changer de pratiques, d'attitudes et de comportements.

Pour cela chaque Gestalt devra intégrer le concept de préservation de la forme, au sein de laquelle émerge des individus singuliers, de temporalités fortes. Des nœuds de réseau, qu'il faut accompagner et préserver afin d'éviter les phénomènes d'exclusion compétitives entre communautés, peuples et nations qui créent des déséquilibres néfastes à l'avenir de l'humanité.

Raymonde D.

 

21/03/2010

Nouvel ordre mondial 2

Le texte de Raymonde intitulé "Nouvel Ordre Mondial", dont j'ai fait l'analyse puis la synthèse, a été vivement commenté. J'ai choisi de publier le commentaire de Gabriel qui ouvre largement le débat qui est on ne peut plus d'actualité.

Salut Francis,

J'ai lu et relu le texte de Mme Raymonde D .

D'accord sur le début : nous devons sortir de notre cadre de référence qui nous conditionne pour élargir notre vision des choses.

D'accord sur le fait de réhabiliter l'érotisme (élargi au désir qui est le moteur )sachant que celui-ci doit être résolu , pour une vie plus créative .

J'essaie toujours de  partir de ma propre vie, de mon propre vécu car souvent certains concepts me paraissent abstraits. Et puis chaque être a son propre vécu ce qui fait que les choses n'ont pas la même importance, le même impact pour tous : les chemins sont multiples.
Ensuite ceci :

" Procurer du plaisir ne devrait pas être le but mais le moyen de sélectionner les êtres les mieux adaptés. La sélection naturelle ne faisant plus son office, la sélection érotique se substitue à elle. Les êtres sélectionnés ayant pour responsabilité d'introduire dans le cycle
reproductif, la plus grande quantité possible de leurs gènes.

Elle applique au sein de sa pratique ce qu'elle appelle « l'eugénisme érotique » Il s'agit de transformer l'énergie libidinale en énergie rentable."

Là j'adhère pas : attention délire!

Donner ainsi une finalité à l'érotisme en vue d'améliorer l'humanité relève de l'idéologie :
je pense modestement que l'érotisme est l'humanisation des pulsions en vue du bonheur, simplement .
Je crois qu'il faut revenir à cette notion de bonheur ! Il y a les ingrédients du bonheur, les hormones du bonheur et les anti-bonheur ...

Ensuite nous retrouvons des notions de Reich (société, santé et libido ) et Freud ( rêve )
Ensuite " En fait, conclut elle, nous devons identifier et fédérer, sur notre objectif de Nouvel Ordre Mondial, les êtres évolués au mental supérieur, utiles pour la mise en oeuvre d'une finalité planétaire. "

Dès qu'elle se laisse aller : je ne suis plus !

Qui sont donc ces êtres ? Les scientifiques, des hommes politiques, les mystiques, les spirituels ... ?

Les hommes sont limités par nature : même Gandhi, ou Einstein n'avaient pas toutes les réponses, loin de là ....

Amicalement

16/03/2010

Nouvel Ordre Mondial

Bonjour,

J'ai reçu il y a quelques temps un document de mon amie Raymonde D. que je considère comme très important. J'en ai fait, avec son accord, une synthèse la plus fidèle possible.

Raymonde est médecin psychiatre, elle est très réservée en ce qui concerne la psychanalyse et s'appuie plutôt sur les travaux de l'Ecole de Palo Alto. Je vous fais juge de la qualité de sa réflexion. Quant à son approche d'un Nouvel Ordre Mondial, il semble s'appuyer sur la force de l'effet génétique, d'une sorte d'intentionnalité. Elle prétend qu'il existe une variété de personnes qui sont des « noeuds de réseau » et qui agissent comme des ponts entre les groupes sociaux. J'espère en savoir plus bientôt. Je vous en ferais part, pour ceux que cela intéresse et qui voudraient approfondir la question !

 §

Nous construisons le monde, alors que nous pensons le percevoir. Ce que nous appelons "réalité" individuelle, sociale ou idéologique est une interprétation, construite par et à travers la communication. Nous sommes tous, individuellement, comme enfermé dans une construction systématisée, qui constitue notre monde, notre réalité.

Il est bon pour tout être humain de découvrir d'autres mondes, sortir de sa « construction », de ses conditionnements et porter sur les choses, les gens et les évènements « son » regard et « sa » main.

Il est pour cela un outil donc Raymonde fait l'apologie : l'érotisme. Elle explique que « l'énergie libidinale », dont l'utilisation serait dévoyée, entre en conflit avec les conventions et un comportement civilisé qui s'est égaré.

Procurer du plaisir ne devrait pas être le but mais le moyen de sélectionner les êtres les mieux adaptés. La sélection naturelle ne faisant plus son office, la sélection érotique se substitue à elle. Les êtres sélectionnés ayant pour responsabilité d'introduire dans le cycle reproductif, la plus grande quantité possible de leurs gènes.

Elle applique au sein de sa pratique ce qu'elle appelle « l'eugénisme érotique » Il s'agit de transformer l'énergie libidinale en énergie rentable.

Elle affirme que cette énergie est composée de bien autre chose que de la seule pulsion sexuelle.

C'est selon elle son blocage ou son dévoiement qui provoque des désordres émotionnels modifiants le fonctionnement du métabolisme et causant des dommages physiques au cerveau.

Elle est convaincue que la base essentielle de notre personnalité repose sur l'affectivité et que les pensées et les actions n'en sont que des conséquences., d'où l'idée que l'éducation et la socialisation doivent être basées sur le concept d'équilibre entre trois forces : l'affectivité, la raison, la connaissance.

Un des concepts les plus importants pour la compréhension des désordres psychiques serait celui de la pression de l'inconscient collectif. Ce sont les autres qui rendent l'individu névrosé lorsqu'ils l'empêchent d'assouvir ses pulsions. Sartre a repris le thème : L'enfer c'est les autres, le « moi » et l'ego y sont profondément remis en cause.

La dysfonction du moi associée à la pression sociale survient lorsqu'il est confronté à un stress allant au-delà de sa capacité d'adaptation. Sous l'influence d'anxiété extrême, le moi a tendance à régresser et ces fonctions peuvent être touchées de façon variable.

Il lui reste la possibilité de se réfugier dans le rêve, et l'énergie libidinale est ainsi réorientée vers des réalités virtuelles. Elle peut à nouveau s'écouler et constituer un ensemble de fonctions cognitives qui peuvent être englobées dans un mécanisme cognitif particulier, celui de la « métareprésentation[1] » qui peut conduire à une orientation vers les croyances culturelles, en particulier religieuses.

Le risque existe que cette forme de représentation d'un réel imaginaire fasse sombrer les plus fragiles dans la schizophrénie.

Mais cela n'en vaut il pas la peine ? Après tout, il s'agit simplement de modélisation, puis de régulation et de contrôle ; la majorité d'entre les humains est susceptible d'y parvenir par l'éducation.

Elle soutient que l'ocytocine, l'hormone des câlins développe des sentiments de confiance ou d'amour. Elle améliorerait grandement les contacts sociaux et de ce fait le lien social.

Contrairement aux théories qui voudraient nous réduire à notre égoïsme supposé et à la lutte pour la survie, la confiance réciproque, l'altruisme et la coopération sont bien génétiquement programmés au profit de la reproduction de l'espèce 

On sait aussi que les concentrations en ocytocine sont maximales chez l'homme et la femme lors de l'orgasme. Elle agit en libérant de la dopamine dans le mésencéphale ce qui confère un sentiment de bien-être.

Il existe bien sûr un mécanisme opposé générant de l'agressivité lorsque la confiance est rompue. Cet antagoniste serait, chez l'homme, la dihydrotestostérone (DHT) stimulant le désir de confrontation.

L'envie des autres est inscrite dans le cerveau, dit elle encore. Les scientifiques nomment cela la «contagion du désir». Ce mécanisme empathique permet de se mettre à la place de l'autre et motive pour obtenir la même chose, ce qui est un moteur de développement et d'action. Si la contagion du désir déborde au point où le comportement devient pathologique ou criminel, on est au-delà de la limite de la motivation.

Je suis médecin et je lutte, pour prévenir les névroses et les conflits sociaux, en permettant à chaque individu de développer ses capacités affectives, intellectuelles et corporelles.

Il y a trop longtemps, en particulier, que nous faisons le procès de l'érotisme au nom de l'éthique (qui relève de la sphère personnelle) ou de la morale (qui relève d'une subjectivité collective).

J'examine, écrit-elle ; la possibilité d'une autre logique, basée sur l'absence de préjugés et de jugements de valeur et un ensemble de techniques qui tendent vers l'efficacité d'un système non aristotélicien. L'application d'une logique non A et d'une approche systémique des comportements sociaux, se traduit dans les faits du quotidien par un progrès social, matériel et psychologique incontestable.

En fait, conclut elle, nous devons identifier et fédérer, sur notre objectif de Nouvel Ordre Mondial, les êtres évolués au mental supérieur, utiles pour la mise en oeuvre d'une finalité planétaire. Outre que nous leur devons la plupart des grandes découvertes, ils nous sont nécessaires en particulier grâce à leur capacité d'empathie[2] et à l'insight[3], deux composantes de l'énergie libidinale et qui présentent de plus, l'aptitude à recevoir des informations d'un certain niveau de complexité.

Elle termine par un appel à la prudence :

Il s'avère que nombre d'individus, lorsqu'ils sont fascinés par une idéologie messianique, sont susceptibles de devenir de grands criminels, parmi les plus terribles que l'histoire ait connu. L'énergie libidinale détournée de son objet premier, peut s'investir dans des comportements criminels et provoquer l'adhésion des masses à un leader charismatique névrosé et à l'idéologie meurtrière.



[1] Par exemple, la pensée "Jean croit qu'il va pleuvoir.

[2] Capacité à comprendre l'autre et à percevoir ses émotions

[3] Découverte éclair. Intuition