Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2017

La France est en train de mourir

Nous sommes des millions à le penser : la France est en train de mourir.
Cette mort que nous sentons venir, c’est la mort de quinze siècles d’histoire de France, de plusieurs millénaires de civilisation européenne.
Car « l’establishment » des mondialistes fait la guerre à notre histoire, il la détruit patiemment, par l’Ecole, par les médias. La haine de nos origines est l’essence de leur construction lentement élaborée.
Cette guerre ne se fait pas seulement contre le passé, lointain ou récent. Elle se fait chaque jour contre les vivants de 2017.
Partout, la mondialisation et son idéologie, le mondialisme, frappe. Et leurs victimes ne doivent pas seulement dire merci, mais aussi pardon. Pardon d’être là, pardon d’être Français, pardon d’être blanc, pardon de gêner, pardon de croire que la France est le pays des Français.
Ces Français qui souffrent sont des millions. Ils sont les victimes immolées dont le sacrifice doit être tu et même enseveli sous les mensonges. Ils sont la France et ils vivent en direct sa disparition.
Il n’existe pas plus grande victime qu’eux , car il vivent dans un pays ou l’Etat mène une guerre contre eux, un pays ou l’étranger passe avant l’autochtone, un pays ou il lui est dit qu’il est une brute, un égoïste, un raciste et un assassin esclavagiste.
Cela ne peut pas durer, çà a assez duré ! Un Etat qui fait la guerre aux siens doit être combattu.
Un Etat qui prend ses ordres à Bruxelles ou à Berlin n’a plus rien de national, il n’est plus légitime, il doit disparaître.
L’élection de mai et de juin17 nous donne une chance. C’est sans doute la dernière pour que les choses se passent avec le minimum de tension.
Nous devons nous doter d’un gouvernement et d’une majorité à l’Assemblée nationale qui soit issue du peuple, de ce peuple bafoué et qui ne veut pas mourir, qui veut une nation puissante et pas une société de consommateurs.
S’il y a assez de Français qui le veulent, c’est à dire une minorité agissante, une avant-garde déterminée, alors la France ne mourra pas, nous la sortirons du tombeau s’il le faut !
Un peuple mérite ses chefs, et Fillon, Macron et quelques autres, ce n’est pas une punition divine. Ils ne seront pas si nous ne les voulons pas …et nous n’en voulons pas, alors nous sommes prêts à les combattre pour permettre à celle que nous avons choisie d’être notre chef de guerre : Marine !

Qu’ils se le disent !
Francis-claude Neri

21/06/2016

Être blanc et français est une faute

Oui je sais mon cher François Paganel que le verbe être t’indispose, en partie, parce qu’il est réducteur mais que veux tu je n’en ai pas d’autre et les périphrases non Aristotéliciennes ne sont plus de mise quand « on » nous impose le choix d’un camp …
Alors oui, RADICALISONS nous.
Quand un Eric Cantona, l’intellectuel du football mondial, reproche à Deschamps d’avoir un nom français et de ne pas avoir connu de métissage dans sa famille, il nous dit en substance qu’être blanc et français est une faute.

Les évènements actuels reflètent l’accélération de la désintégration communautariste de notre société.
L’origine sociale, ethnique, culturelle et cultuelle est revendiquée par les non assimilés extra européens en particulier pour exiger des droits nouveaux
Il leur faut se poser en victime afin que la société française se sente débitrice à leur égard. Si elle ne fait pas repentance  et qu’elle ne reconnait pas sa dette, elle est alors raciste et il est logique de se dresser contre l’homme blanc, hétérosexuel, colonialiste et esclavagiste, à l’origine de tous les malheurs du monde.

Ce racisme anti blanc est insupportable et, à Béziers, la salle s’est violemment dressée contre toute forme d’accommodements raisonnables et imposée une vision dure visant à reprendre le pouvoir « majoritaire » en priorité contre des  minorités islamistes, d’Afrique noire, arabo musulmanes  ou autre,  qui veulent imposer leur différence en contestant systématiquement et violemment le pouvoir établi, nos codes sociaux, nos valeurs, notre identité, notre histoire, en massacrant nos concitoyens et en voulant nous remplacer.
Ces envahisseurs ont trouvé des alliés au sein de la gauche, de l’extrême gauche et d’une partie de la droite.
C’est donc un combat sans merci qui est engagé. La fibre patriotique des français se réveille, en témoigne le nombre important de candidatures pour l’armée et la police qui font renaitre le patriotisme et incite à sortir de notre résignation, à nous préparer à combattre ceux qui veulent nous détruire de l’intérieur.

Francis NERI

21 06 16

                       

19/06/2016

Démocratie de marché. L’ordre marchand

« L islam n est pas, et ne sera jamais une menace économique, militaire. Les pays musulmans ont essayé se lancer dans des politiques de puissance. Ils ont tous échoué. Accéder à la puissance nécessiterait la liberté soit le renoncement à l islam elle même. A minima, l incurie de nos élites fait qu’elle est en train de devenir une puissance politique. Plongées en pleine fin de l histoire, nos élites laissent l initiative stratégique à des pays aussi ridicules que le Qatar, l Arabie ou la Turquie. »

 « Oui je l affirme, la menace islamique est la plus grande menace de l occident depuis des millénaires. La conquête culturelle laisse des empreintes permanentes alors que les conquêtes militaires n ont que des effets transitoires. »

Philippe Saint Mistral
…….

Oh la la ! quelles sombres perspectives mon cher Philippe …je n’y crois pas … et d’ailleurs, fort justement  vous semblez ne pas le croire vous même : « L islam n est pas, et ne sera jamais une menace économique, militaire … mais elle touche aux fondements même de la culture et des valeurs de l occident. »

C’est un peu contradictoire car il n’y a, depuis que le monde est monde, que trois pouvoirs possibles : le religieux, le militaire, le marchand  et en ce moment, le marchand domine les deux autres et ce n’est pas prêt de changer car il sait s’organiser autour d’une richesse, d’une langue, d’une philosophie, ou d’un chef !
Le pouvoir marchand qui est dominant a mis les deux autres à sa disposition et ne va certainement pas faire la guerre au pouvoir religieux islamiste mais il va l’utiliser puis s’en débarrasser une fois ses objectifs atteints.  

C’est la liberté marchande qui a fait naitre la liberté politique et de siècle en siècle, l’humanité impose la primauté de la liberté individuelle sur toute autre valeur.
Le marché ET la démocratie façonnent une part croissante de la réalité du monde et conditionnent  l’avenir.

Ce que nous verrons plutôt que le retour de l’islam c’est un effacement rapide de la démocratie devant le marché tout puissant …en cela réside le véritable défi : comment concilier le marché avec la régulation et le contrôle démocratique ?
On se battra probablement contre l’islam, on se bat déjà… assez mal. Mais avant que naissent ou renaissent des forces altruistes et universalistes sous l’empire de la nécessité écologique, éthique, économique, culturelle et politique, on se battra surtout pour l’eau, pour le pétrole, pour conserver un territoire, pour imposer une foi, pour en combattre une autre, pour détruire l’Occident, pour faire régner ses valeurs. Ce qui n’est pas un problème pour le marché qui tire profit de tout.      

Le retour de l’islam au cœur de l’Histoire n’est plus possible …il a eu sa chance ! Cette force à la fois religieuse, politique et militaire s’éteint en 1148 à Cordou en interdisant l’étude de la pensée grecque et en expulsant juifs et chrétiens de son empire, c’est à dire en se fermant à la science et en perdant la direction de « l’Ordre marchand ».

Les chrétiens firent de même …heureusement il y eu le protestantisme !  

Francis NERI

19 06 16