Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2021

L’islam n’est que le miroir de nos démissions

Le monde ancien est de retour ! L’Histoire EST faites de cycles et nous revenons pour effacer Cohn Bendit ! Il nous faut sortir de la société du vide.
Si l’intelligence est, on pourrait récupérer ce qui est encore récupérable du patrimoine chrétien et des valeurs de la chrétienté française avant que ce nouvel ordre mondial, que "l'élite de l'ombre" veut nous imposer avec ce fameux "big reset", soit installé définitivement ! Et il n'est pas trop tard !
- Ce n’est probablement pas pour rien qu’Eric Zemmour s’associe avec De Villiers (note de FCN) -
« C'était mieux avant. » Mais de quel « avant » parlons-nous ? Celui de la société de consommation triomphante des années 1960-1975 ou de la société chrétienne millénaire qui l'a précédée ?
Tout change en effet au cours de ces « quinze piteuses » qui voient la destruction méthodique de l'art de vivre et de la culture populaire, la remise en cause du monde vertical de l'autorité et l'effondrement des vieilles croyances.
La petite-bourgeoisie éduquée, soucieuse de se démarquer du moule dans lequel elle avait été formée a imposé l'hégémonie du progressisme. Patrick Buisson nous confronte à nos contradictions. Avec La fin d'un monde, il nous éclaire sur ces passions françaises dont il s'est fait le décrypteur et nous donne le grand livre contemporain des objecteurs de modernité.
https://www.youtube.com/watch?v=unn_Pl323Hw&t=8s

06/06/2020

Les régulateurs

Les régulateurs vivent peut être dans un plan différent, astral ou temporel, et je me demande souvent si ceux que j’ai repéré ne viendraient pas de ce plan.

Voilà une chose qui ne m’était jamais venu à l’esprit, que la bonne nourriture qu’ils servent nous remplit lorsqu’on à faim, très faim, même lorsqu’on ne sait pas vraiment pour quelles raisons on a si faim et de quoi !

Ils semblent dire qu’il faut être plus fort que sa colère, remplacer la tristesse par de la joie et que sa joie demeure.

Après qu’il faut aussi donner de la bonne nourriture à l’autre, celui qui vous ressemble et vous est proche afin qu’il reste, lui aussi, serein et optimiste.

Les choses alors ne peuvent que bien tourner.

L’essentiel est de repérer le plus rapidement possible les dragons, les trolls et autres bestioles qui nous rendent la vie impossible et dont il faut se débarrasser au plus vite en les renvoyant « au pays du mal ».

Aller au travail !

Il nous faut reconstruire notre « château ».

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

06 06 20

 

 

19/04/2018

Choisir

Nous ne sommes plus face à des choix politiques orientés en fonction des intérêts  et des valeurs que chacun décide de privilégier mais à une « vérité » que des gens « raisonnables » connaissent et nous imposent « pour notre bien ».
Il n’est nullement question de démocratie, ce mot ne veut plus rien dire du tout tant il est galvaudé. Il est seulement question d’adaptation …nous nous adaptons au monde qui vient. Un monde dont nous abandonnons à d’autres la maitrise ou nous mourrons …
Eux savent, nous pas !

A mon avis ils ne maitrisent rien du tout …tout ce qu’ils peuvent encore imaginer, c’est imposer au monde un ordre occidental qui ne marche pas,  car basé sur des « valeurs » dites universelles qui ne le furent jamais, sinon imposées par la guerre.

La réalité, c’est que l’infinie diversité politique, historique, éthique, religieuse ou culturelle empêche (en particulier en France) l’unité et le rassemblement de se faire sur des valeurs et des intérêts.
Surtout si ces valeurs sont à présent volontairement décriées et que les différences se creusent entre les intérêts et les valeurs du peuple et des élites ;

D’autre part, il n’est pas dans l’intérêt des agents de l’Empire, en déclin, de réaliser cette unité. Ils ont plutôt tendance à accentuer ces différences plutôt que de les réduire.

La coexistence paisible d’autant de valeurs et d’intérêts divers reposera nécessairement sur la puissance et la violence à laquelle recouvrera le pouvoir pour nourrir la puissance de l’Empire qui prend le relais des nations.

C’est par sa dimension « universelle » que l’Empire peut succéder à l’Etat-Nation en exportant cette universalité à travers le monde.
Mais c’est là que l’attendent les « empires multipolaires » que sont à présent la Russie, la Chine et quelques autres.
Pour l’Empire US, la désintégration à commencée et comme toujours, par la désintégration du centre.

Pour nous en tirer, nous allons devoir retrouver la Nation qui est bien sur, broyeuse de différences et niveleuse de particularisme, mais facteur d’unité politique et d’homogénéisation sociale.
Et c’est à la base qu’il faut la reconstruire et en dehors des appareils ET des institutions.

Il est temps de s’y mettre !

Francis-claude Neri

19 04 18