Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2011

Convergences

L’analyse systémique consiste à sélectionner les évènements signifiants, les relier, observer les interactions et les rétroactions, en tirer des informations utilisables pour agir au présent sur l’avenir. C'est, semble t-il, ce qu'ont fait un certain nombre d'analystes économiques qui parlent moins la langue de bois que d’habitude.

Du coup, la question de l'islamisation de la France, des dangers de l'immigration incontrôlée, la construction et le financement des mosquées font moins recette et nos concitoyens se déplacent avec plus de réticence pour manifester contre.

Je trouve qu'ils ont raison, manifester, s'indigner ne sert pas à grand chose sinon à convaincre ceux qui sont déjà convaincus.

Convaincre un socialiste de ne pas votez pour Monsieur Hollande au 2eme tour de la présidentielle, parce qu’il est islamo compatible et qu’il conduira la France au désastre, est un tour de force particulièrement épuisant !

Ce qui bien entendu n’interdit pas de maintenir la pression, mais il vaut bien mieux le faire en reliant systématiquement les problèmes posés par la mondialisation à ceux de l’islamisation et de les combattre ensemble.

Rien ne pourra être fait sans changer le pouvoir en place et il n'est pas sur que  nous y parvenions en 2012. Il se peut par contre que la crise qui se prépare, que nous ne pourrons pas éviter et qui sera d'une violence inouie, nous en donne l'occasion. 

Alors commençons par nous renseigner sur ce qui nous attend, échanger à ce sujet, s'y préparer.

Prenons en référence quelques uns des évènements dits signifiants, c'est-à-dire les Points d’amorçage de la crise « nouvelle » prévue pour octobre ou novembre de cette année :

-Les Etats sont encore très fragiles et très endettés

-Les banques se remettent péniblement d'une des plus graves crises financières des 100 dernières années et sont en train de se constituer des capitaux suffisants pour être en accord avec les nouvelles normes "Bâle III"

-L'onde de choc systémique que pourrait produire un défaut de la Grèce est mal appréhendée. D'aucuns pensent que cela aura un effet domino "à la Lehman", d'autres pensent que le système financier pourrait absorber le choc. 

-La situation économico-financière des Etats Unis 

En voici, ci-dessous, quelques uns développés par  Simone Wapler qui intervient sur « la Chronique Agora »

Francis Neri

PS: La synthèse en réponse au post de Bertrand est en cours. Je vous remercie collectivement de vos judicieuses interventions 

§

Convergence n°1 : La faillite de la première économie du monde

Je ne vais pas revenir sur la situation cataclysmique des Etats-Unis. Un petit rappel suffit : ils croulent actuellement sous 14 300 milliards de dollars de dette -- au minimum. D'après Bill Gross, investisseur légendaire et président du fonds obligataire PIMCO, le total des programmes de relance, dettes, déficits et obligations non-provisionnées américains pourrait se monter en fait à... 100 000 milliards de dollars.

Evidemment, il est strictement impossible de rembourser une telle somme. Pour financer les gigantesques besoins financiers des Etats-Unis, la Fed a préféré faire marcher la planche à billets... notamment par le biais de l'assouplissement quantitatif, le fameux "QE2", qui lui a permis d'émettre 600 milliards de dollars de liquidités depuis novembre dernier en rachetant les propres obligations du Trésor US.

Cet argent venait bien à propos pour alimenter les marchés boursiers. Sauf que... 

Convergence n°2 : Le QE2 prend fin le 30 juin prochain.

La Fed n'a pour l'instant pas laissé entendre que l'opération serait renouvelée... et cela pourrait être le premier domino d'un enchaînement potentiellement catastrophique pour l'économie mondiale.

Rappelez-vous ce qui s'est passé après la fin de la première opération d'assouplissement quantitatif mise en place par la Fed : il n'a fallu que quelques semaines pour voir les économies et les bourses repartir à la baisse, faute d'injection monétaire quotidienne.

La question, maintenant, est de savoir qui va racheter la dette américaine, si la Fed cesse de le faire ? Qui va financer les déficits américains ?

L'Europe ? Au cas où vous auriez vécu sur la planète Mars ces dernières semaines, elle a ses propres soucis et bien peu d'argent à consacrer au renflouage des Etats-Unis.

Le Japon, traditionnellement grand acquéreur de titres US ? Là encore, entre marasme économique et catastrophes naturelles, les Nippons ont fort à faire. Ils rapatrient leur argent pour reconstruire leur pays.

La Chine, plus grand détenteur étranger d'obligations américaines ? Hélas, là-bas aussi, le ciel s'assombrit : la bulle immobilière semble commencer à se dégonfler... tandis que l'inflation galopante fait descendre les Chinois dans la rue. La Chine a d'autres chats à fouetter que de renflouer les Américains

Non... il n'y a personne. Et c'est précisément ce manque de recours extérieur qui m'inquiète le plus. Les marchés pourraient juger que sans l'oxygène financier du QE2, les Etats-Unis sont littéralement en "mort économique cérébrale".

La première puissance économique au monde ne vaudrait alors guère mieux que la Grèce. Le chaos s'ensuivrait. La perte de confiance dans le dollar -- qui est la monnaie étalon mondiale -- provoquerait un effondrement massif des marchés actions ET obligataires.

Dans la panique qui suivrait la réalisation d'une telle hypothèse, tout serait vendu. Des milliers de milliards d'euros d'actifs en tous genres s'évaporeraient dans le monde entier. Ce serait la GAF -- la Grande Apocalypse Financière que je prévois de longue date.

"Allons donc ! Les Etats-Unis, en faillite ? La première économie au monde ? Impossible", vous dites-vous peut-être. "Ils sont trop gros pour couler".

C'est sans doute aussi ce que ce sont dit les investisseurs de Lehman Brothers avant son effondrement à l'automne 2008 : "allons donc ! Lehman, en faillite ? Une maison centenaire ? Impossible. Ils sont trop gros pour couler".

Sauf que l'impensable s'est produit. Et la situation actuelle est si tendue... la surchauffe est telle pour le système financier mondial... que l'explosion tant redoutée pourrait se produire. 

Convergence n°3 : L'explosion de la Zone euro

Là encore, les signes se multiplient.

La presse grand public commence à aborder le sujet. L'économiste Nouriel Roubini, qui avait prévu la crise des subprime, envisage la disparition de la Zone euro d'ici cinq ans... Bref, cela pourrait bientôt sentir le roussi pour la monnaie unique.

Permettez-moi de faire un bref récapitulatif de la situation.

Je ne vous apprends rien en vous disant que la Grèce est au coeur du problème. Profondément endettée, avec une croissance en panne, elle sombre -- et menace d'entraîner toute la Zone euro dans sa chute.

En mai dernier, elle a reçu 110 milliards de dollars d'aide de la part de l'Union européenne et du FMI. Aujourd'hui, il lui faudrait une nouvelle rallonge monétaire... et ne parlons même pas de commencer à rembourser tout ce qu'elle doit.

Il y aurait beaucoup à dire sur les enjeux économiques et monétaires qui entourent la Grèce, mais je ne vais pas vous faire toute une tartine sur le sujet ; il suffit d'ouvrir votre journal pour en avoir tout votre content.

Je vais plutôt me concentrer sur la menace bien concrète que la Grèce fait peser sur l'argent que vous, moi et chaque Français a sur son compte en banque.

C'est très simple : la Grèce a emprunté, et ne peut pas rembourser. Il y a donc de très fortes chances qu'elle fasse défaut -- en termes polis, on parlera de "rééchelonnement"... de "reprofilage"... ou de "restructuration"... mais la réalité, c'est qu'elle laissera ses créanciers le bec dans l'eau.

Or qui sont ces créanciers ?

Les banques européennes, qui détiennent 95 milliards d'euros de dettes grecques publiques ou privées.

Et sur ces 95 milliards -- accrochez-vous -- près de la moitié appartiennent à des banques françaises : 42,3 milliards d'euros pour être exacte. Parmi elles, trois sont particulièrement exposées à la dette grecque. Le 16 juin, l'agence Moody's a menacé de dégrader les notes de la Société Générale, du Crédit Agricole et de la BNP Paribas.

Vous imaginez le danger qui pèse sur des établissements financiers possédant des milliards d'euros de créances irrécouvrables. Après tout, il ne suffirait pas de grand'chose pour déclencher une réaction en chaîne qui plongerait l'Europe tout entière dans le chaos : l'Union européenne pourrait ne pas trouver d'accord pour continuer à financer la Grèce, par exemple... ou bien le pays pourrait basculer dans le chaos politique, suite à une aggravation des manifestations qui se déroulent déjà depuis plusieurs jours.

Et n'oubliez pas que les banques françaises se retrouveraient en première ligne. 

Convergence n°4 : Le 30 juin n'est pas la seule date à surveiller...

Même si la Fed nous annonce un QE3 en dernière minute, d'autres échéances arrivent bientôt.

Il y a le 2 août pour être précise. Si les républicains et les démocrates ne parviennent pas à se mettre d'accord sur un budget d'ici là... l'Amérique pourrait -- tout comme la Grèce -- être officiellement en faillite. Les fonctionnaires fédéraux ne seraient plus payés, le pays ne pourrait plus assumer ses obligations, le gouvernement serait paralysé, etc.

Il n'y a pas beaucoup de chances que cela arrive, ceci dit. Le plafond de la dette américaine a été relevé à de nombreuses reprises -- 74 fois ces 10 dernières années. Mais les débats autour de la dette US pourraient faire naître de nombreuses tensions sur les marchés... sans parler d'une possible dégradation de la notation de la dette américaine par une agence comme Moody's ou Standard & Poor's si les discussions s'éternisent.

Côté européen, je ne sais pas par où commencer, tant les facteurs susceptibles de faire basculer les marchés abondent : échec des discussions sur la Grèce avec l'Allemagne... aggravation des troubles sociaux en Grèce même... faillite "surprise" d'un autre pays comme l'Espagne ou l'Irlande...

§

Une autre convergence : les crises sociales, dont  ne parle pas Simone Wapler et pour cause, elle s’intéresse avant tout à la finance et à l’économie, comme elle le précise : « je ne peux pas réparer une politique monétaire qui a mal tourné ou un déficit budgétaire hors de contrôle. Je ne suis pas non plus Obama ou Sarkozy ; je ne peux rien faire contre le chômage et une économie qui s'enlise ».

Alors que faire vers qui et quoi se tourner ? Y a-t-il d’autres « convergences » à relever ?  
Que disent, et surtout font, les « politiques » sur les questions économiques, énergétiques, écologiques, les valeurs, la justice sociale, la démondialisation, l’islamisation pour ne citer que celles qui me viennent à l’esprit et me semblent être des « items » signifiants devant faire partie de l’analyse ? 

Et enfin « les printemps arabes », comment les interpréter, où les placer ?  

Existe t-il quelque part au monde un ordinateur assez puissant pour collecter ces données, les modéliser et tracer des scénarios pour l’avenir ? J’aimerais le croire, mais je me dis qu’un tel outil entre les mains de nos politiciens me fait froid dans le dos car le divorce est bel et bien consommé entre les peuples et leurs élites et il y a fort à parier que les premiers n’ont pas grand chose à attendre des seconds qui, s’ils savent à quelles sauces nous allons être dévorés, se gardent bien de nous l’annoncer.  

17/06/2011

Le défi

Bonjour,

Je vous livre, sans commentaire, celui de Bertrand à notre dernière note: Alsace, laïcité et Islam. j'ai simplement mis en gras les paragraphes qui pour moi sont particulièrement signifiants. Nous attendons avec impatience vos observations.

Amitiés

Francis NERI 

Francis, Hervé et Roger,

J’ai lu avec intérêt votre post du jour sur le blog de Francis. Vous espérez un sursaut « républicain » ou simplement une réaction de défense et de sauvegarde des valeurs de notre civilisation. Vous avez acquis la certitude que les prochaines campagnes électorales seront violentes et qu’une révolte va avoir lieu qui se transformera en guerre civile. Rien ne me semble si sur. Je crains plus une désaffection croissante pour la politique et une oligarchie de moins en moins légitimée par les urnes mais toujours plus totalitaire et complice de l’islamisme conquérant.

Qui milite aujourd’hui dans votre sens au sein de RR ou dans des partis politiques ? Qui a le courage de protester contre l’islamisation de l’Europe et l’abandon des valeurs de notre civilisation ? En Alsace je n’ai vu personne de moins de trente ans, voire de moins de quarante ans dans les réunions de RR ou de partis politiques prêts à s’engager dans ce sens… Cette absence de jeune est le reflet de notre société vieillissante, individualiste et hédoniste comme des dérives de notre culture pagano-chrétienne.

D’abord la civilisation pagano-chrétienne qui a été instaurée sournoisement par un évêque arien Eusèbe de Nicomédie à la mort de l’Empereur Constantin 1er en mai 337, promeut l’idéologie du salut individuel qui a conduit progressivement au fil des siècles à une philosophie sociale individualiste et hédoniste, contrairement à l’eschatologie judéo-araméenne qui conçoit de salut que collectif à travers la communauté, les actes de chacun ayant un impact sur le salut de tous. Ces deux modes de pensées s’affrontent et l’islam dérivé de la tradition judéo-nazaréenne a également une vision eschatologique communautaire : en dehors de l’umma, point de salut !

Avec un jeune de moins de trente ans sur trois sans emploi et 15 millions de retraités sur une population active potentielle de 26 Millions d’individus (mais réelle d’à peine 23 Millions !) auquel il faut ajouter maintenant presque 45% des 45-60 ans sans emploi ou en emploi précaire, vous comprendrez que la préoccupation majeure est le pouvoir d’achat lié à l’emploi ou la précarité de l’emploi. Quelles dispositions ont les plus de 45 ans pour la révolution ou une quelconque reconquête ? Bien trop attachées à leur maigre patrimoine, elles ne veulent surtout pas prendre de risque pour éviter d’en perdre une parcelle… Quant aux autres, lorsqu’ils ne se cramponnent pas à leurs privilèges, ils acceptent n’importe quelles conditions pour ne pas perdre leur poste et avantages acquis.

Donc pour descendre dans la rue et faire la « révolution » qui reste-t-il ? Les jeunes de banlieues issues de l’immigration ou immigrés sans emploi et sans avenir : la no-futur génération ? Pas d’espoir, pas d’avenir, pas de présent… Ils survivent par la violence et pour la violence, baignant dans la délinquance depuis leur enfance au point de n’avoir jamais eu d’autres repères et d’être né asociaux. Ils se sont affranchis de nos lois et ne comprennent même pas le fossé de désœuvrement qui les sépare du reste de la population. Face aux magistrats qui tentent d’appliquer un code pénal d’une extrême complexité, ils sont insensibles aux discours moralisateurs pour les faire rentrer dans le rang. Ils sont déjà en révolte, même s’ils sont la plupart du temps empêchés d’exprimer leur révolte dans la sphère publique. Et quels sont leurs revendications ? Ces jeunes de banlieues sont comme ceux de Tunisie et d’Egypte : frustrés par des images marketing qui les poussent à consommer alors qu’ils n’ont pas de ressources, ils sont seulement assoif d’une « liberté » de consommation qui est en réalité une envie boulimique d’acheter et pourrait se résumer à un accès illimité et libre à tous ces produits marketing que les média leur vendent en boucle sur leurs écrans de TV, d’ordinateur et d’Iphone ou de smartphone. Les trafics liés à l’économie parallèle dans les banlieues, sont naturellement la seule voie pour se donner les moyens de leurs rêves pré-formatés… Et en face à ces jeunes frustrés et sans avenir, quelle jeunesse militante avons-nous à opposer ? Quels sont ses jeunes « couillus » susceptibles de militer aujourd’hui par exemple à RR ? Endoctrinés par la déséducation nationale qui prône le multiculturalisme et la tolérance sociale, nie les différences ethniques et religieuses tout en rejetant le christianisme comme fondement de notre civilisation, nos jeunes préfèrent se réfugier dans un monde totalement virtuel, passant leur journée et leur nuit devant des consoles de jeu et s’abrutissant devant leurs écrans d’ordinateur ou de téléphone portable avec des échanges de messages en langage codé (mdr, xpldr, tkt…) sur des réseaux sociaux où ils étalent le vide de leur vie avec des centaines d’ «amis virtuels » voire de « frères virtuels »…

 

Pour qu’il y ait une guerre civile, il faut que deux parties de la population soient prêtes à en découdre. Si des fanatiques religieux tentent depuis le début des années 80 de recruter des adeptes dans nos banlieues pour faire la révolution islamique, le résultat est peu probant. Après l’échec des attentats terroristes des années 80-90, les islamistes ont choisi la voie de la colonisation démographique pour accéder au pouvoir sans violence mais dans les urnes en prenant le temps pour faire tomber le fruit quand il sera mur. Donc les religieux ne cherchent plus l’affrontement mais la cohabitation nécessaire à une bonne compromission de nos oligarques, le temps de devenir majoritaires et de s’en débarrasser, exactement comme au premiers temps de la conquête arabo-sarrasine de Syrie Palestine, de Perse et d’Egypte. ET ce que vous déplorez c’est d’assister à l’abandon progressif par nos politiques des valeurs de notre société occidentale ? Mais à Stuttgart qui s’opposait à la manifestation contre les persécutions des chrétiens d’orient en terre d’islam ? Des jeunes gauchistes verts et communistes radicaux.

Les hordes sauvages des banlieues comme au moyen âge défendent « leurs territoires », ces « territoires perdus de la république ». Il se décompose en plusieurs zones : celle où ces hordes sauvages vivent, celle où elles organisent leurs trafics qu’elles cherchent à agrandir, et enfin, les nouveaux territoires à conquérir. Actuellement la guerre des bandes fait rage pour le contrôle des territoires rentables pour l’expansion des trafics notamment dans les beaux quartiers des grandes villes comme Neuilly ou le 16ème à Paris. L’islam n’est présent dans l’univers de ces jeunes que comme un vague référent culturel machiste dans lequel la femme est « soumise ou pute ». Car la plupart des jeunes sauvages ne pratique pas et n’ont comme seule valeur que l’argent, sésame pour consommer « librement ». Ils sont en réalité comme nos jeunes de culture pagano-chrétienne qui ne sont plus ni croyant, ni pratiquant, mais lobotomisés par les modes et flash publicitaire. Demandez donc à l’un ou l’autre ce que représente les jours féries de la Pentecôte et de l’Ascension… Je doute qu’ils soient capables de vous répondre.

Votre vision de notre société se résume à une majorité silencieuse d’individus qui n’ont ni l’âge de faire la révolution, ni même l’envie de peur de perdre leur travail et le peu de bien qu’il possède. La précarité de l’emploi tient à la gorge la population active et le chômage ruine tout espoir de révolte dans l’autre. Un individu ne se révolte que quand il n’a plus rien à perdre : c’est l’énergie du désespoir !

Alors soyons objectif : l’oligarchie au pouvoir tant économique que politique, entretient cette situation depuis la fin des années 70 pour précisément pouvoir asservir le reste de la population. Et l’arme fatale est précisément l’immigration massive encouragée et volontairement incontrôlée, basée sur une supercherie démographique dérivée des conceptions malthusiennes mal comprises : le taux d’accroissement et de renouvellement des générations fait la force et la dynamique de l’économie de demain… Les démographes en tête desquels le redoutable Alfred SAUVY ont convaincus les politiques dans les années 70 de ces inepties et nous n’en finissons pas de payer pour ces immigrés vas nus pieds et bras cassés venus avec leurs pondeuses redresser notre taux de natalité pour en faire le premier de l’UE. Alors que la réalité est plus simple : l’automatisation, la robotisation, les télécommunications et l’informatique ont révolutionné les techniques de conception, de production, de gestion, de vente et de communication dans les années 80-90 avant que les délocalisations et la globalisation des échanges n’achèvent de détruire notre appareil productif. Le secteur secondaire qui représentait plus de 21% de la population active en 1981, représente aujourd’hui moins de 7% de cette même population et bon nombre d’industriels à l’image de PSA continuent d’annoncer des fermetures de sites après avoir délocalisé au début des années 2000 dans les ex-PECO ou en Asie…). L’emploi de masse dans les secteurs primaire et secondaire ayant disparu, le « déficit de naissances » des années 80-90 n’avaient nullement besoin d’être comblé ni compensé par l’arrivée massive d’une main d’œuvre sous qualifiée et encore moins par une immigration sociale sous couvert de regroupement familiale (autre énorme connerie du célèbre communiste Chirac !). Les emplois de demain et d’hier ayant disparu, je ne comprends pas pourquoi les portes sont grandes ouvertes aux immigrés, si ce n’est pour maintenir une pression à la baisse sur les salaires avec un corolaire absurde qui est alors le maintien d’un trop haut niveau de charges sociales puisque l’immigration de colonisation que nous vivons est essentiellement faite de profiteurs sociaux !

Les générations d’enfants analphabètes immigrés ont réussi à abaisser le niveau scolaire des jeunes Français et détruit le système éducatif national faisant fuir les vocations. Les grands pères immigrés dans les années 60-70 parlaient à peine le Français ; leurs pères savaient à peine lire et écrire et ne trouvaient déjà plus d’emploi depuis la fin des années 70 et ne vivent plus que des subsides de l’état providence socialiste ; alors les fils en échec scolaire se sont réfugiés dans les petits trafics avant de sombrer dans la délinquance ou le fanatisme religieux dans les années 90-2000. Que va faire la 4ème génération qui profite de la discrimination positive depuis 2004 ? Car le vrai scandale est précisément là : le comble du racisme et de l’intolérance, celui de la préférence apparente des minorités visibles incompétentes au détriment d’une jeunesse française capables et compétentes, sacrifiée sur l’autel de la repentance coloniale et de la peterisation de l’oligarchie qui nous gouverne. AU passage vous aurez remarqué la surreprésentation d’avocats et de personnels de l’éducation nationale parmi ces politiques… Et qui peut prétendre qu’en apprenant par cœur les codes de droit, on saura résoudre les problèmes notamment économiques…

Alors qui va faire se dresser contre les hordes sauvages de nos banlieues que les migrants d’Afrique subsaharienne et du Maghreb viennent grossir par centaines de mille chaque année ? Les retraités en déambulateur et chaise roulante ? Il n’y aura pas de guerre civile et la population se laisse cuire doucement mais surement pour finir à la sauce barbare comme cette grenouille plongée dans l’eau tiède que l’on amène lentement à ébullition… (l’eau pas la population !)

Et si une furieuse envie de vous révolter vous prenez, évitez de tout casser, car vous êtes solvables, vous et donc vraiment justiciable… Tandis que celui qui n’a pas d’argent peut tout casser et s’en tirera avec un rappel à la loi et des excuses à faire dans le bureau du juge. La CIVI sera alors chargée d’indemniser les pauvres victimes et comme se sont des assureurs, selon un barême négocié et minimisé… Le pretium doloris n’a aucune valeur en France (ou si peu…).

Cordialement,

Bertrand

 

 

 

13/06/2011

Alsace, laïcité et Islam

En commentaire à une chronioque que vous pouvez trouver sur "La droite Alsacienne" qui parle de mosquées et de laïcité.

Bien à vous 

De quoi parle t'on finalement, de défense de la laïcité ou d'une incontestable islamisation de l'Alsace ? Ceux qui se posent encore des questions devraient faire un tour place Kléber le soir, ou monter dans un tram vers minuit !

Ceux qui subventionnent les mosquées, maires ou conseillers généraux, de droite ou de gauche, du nord ou du sud, ont un point commun : ils soutiennent financièrement des lieux de culte musulmans au mépris de la loi. Avec notre argent.

Le concordat concerne deux religions la juive et la protestante. Y en  a t-il une troisième ? Toute subvention déguisée ou pas pour une mosquée est un déni de droit et ceux qui le font auront des comptes à rendre.

Si les musulmans veulent des mosquées, des minarets et des salles de "sensibilisation" à leur culture, qu'ils paient le terrain et financent la construction intégralement et personne n'y verra d'inconvénients.

Quant à ceux des catholiques, des protestants et des juifs qui compatissent et y voient une occasion de revenir sur la loi de 1905 feraient bien de réfléchir à ce que beaucoup d'Alsaciens aimeraient bien supprimer le concordat.

Tout le monde n'est pas croyant ou pratiquant et je crois même que ceux qui ne le sont pas sont majoritaires, que leur patience est mise à rude épreuve et qu'ils sont fatigués de payer et de risquer une nouvelle "guerre" des religions pour des convictions dont ils se moquent comme de leur première chemise.   

Jean Philippe Maurer est très gentil, trop peut être et il ne brille pas par ses positions tranchées. Il va falloir pourtant qu'il choisisse son camp s’il veut être soutenu aux prochaines législatives.

Croyez moi, il faut faire en sorte que nos élus potentiels aient plus peur de perdre nos suffrages que ceux des musulmans et de leurs affidés.

Quand à Fabienne Keller et Robert Grossmann ils ont fait la preuve de leur dhimitude, de leur manque de courage et de leur mépris pour le peuple Alsacien.

La gauche ... mieux vaut ne pas en parler, je sens monter ma colère rien qu’à observer leurs manœuvres.

Tous ces "politiciens" ont une peur bleue de perdre leur place et ma (foi) quand on a peur a ce point et bien "on" la perd. Certains même dans d’autres temps y ont perdu la tête.

Ils ne savent que tenir des discours d'arrière garde, jeter de la poudre aux yeux, formuler des promesses qui n'engagent que les citoyens crédules.

Ce n'est pas comme cela, et avec eux, que nous ferons face aux défis qui nous sont adressés et qui font se recroqueviller nos politiques, nos économistes, nos intellectuels confortablement installés dans leur fromage.

Ceux qui  n'ont rien à perdre n'ont pas peur et nos envahisseurs n'ont effectivement que leur rage et leur religion moyenâgeuse à nous opposer. Ils pensent que c'est suffisant pour nous promettre à nouveau, et à un jour qu'ils espèrent proche: "la valise ou le cercueil".

Nous devrons commencer par donner un grand coup de balai afin de chasser du pouvoir tous ceux qui s'identifient  à la mondialisation libérale prédatrice, à l'Europe des marchands, à l'Euro qui tue nos entreprises et désespère nos salariés ... après nous nous occuperons des islamistes ...s'ils n'ont pas fuit entre temps

Je me dis que l'histoire a peu ou pas de sens, une poignée d'hommes ...et de femmes, peut la déterminer. Il suffit qu'ils sentent même confusément ce qui flotte dans l'atmosphère d'une époque, savent s'en emparer et répondre courageusement aux aspirations des peuples 

Car ce que l'on sent venir, si l’on n’y porte pas vigoureusement remède, c'est la débâcle de notre civilisation

Alors debout l'Alsace et en avant !

Francis NERI

Résistance Républicaine Alsace