Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2012

Usage et pratique

Le Monde, journal dit sérieux produit un article « nauséabond » à propos de l'émission sur France 2 qu’il intitule": Le choc des populismes"!

Gérard Brazon en fait sur son blog une chronique comme d’habitude sans concessions :

http://puteaux-libre.over-blog.com/article-le-journal-le-monde-ment-comme-d-autres-par-gerard-brazon-100120121.html

Et il a 100 fois raison notre ami Gérard et son article marque un tournant dans notre prise de conscience du triste état de la presse française et plus généralement de l’ensemble des médias aux ordres qui ne savent plus que faire pour travestir la terrible réalité : il n’y a plus de médias LIBRES !

Ils semblent d’autre part décidés à étouffer la prise de conscience du peuple.

Ils travestissent tous la réalité et c’est immensément grave, car cela pose le problème de l’usage et de la pratique des outils mis à notre disposition.

L’usage d’un outil d’information comme la presse est fonction du contexte, de l’époque, des variables : sociologiques, économiques, culturels etc.…mais il reste un invariant : l’obligation pour les journalistes de fournir des informations de bonne foi sur la base de faits exacts.  Ces informations doivent, en outre, être fiables et précises. 

En pratique, il me semble que la plupart des médias usent de manipulation et de désinformation.

Pour eux, seuls paraissent compter les intérêts et les positions de force. Bref aller à la soupe vers le plus fort et le plus riche !

Pour bien comprendre à quel point il s’agit ici de désinformer et manipuler l’opinion dans le sens voulu par nos élites actuelles de droite comme de gauche, il faut dissocier les notions d’usage et de pratique.

  • on parle d’usage lorsque l’on met l’accent sur l’objet, car c’est lui qui offre des fonctions et des services qui permettent des usages.
  • on parle de pratique lorsque l’on met l’accent sur l’homme

Et l’on peut alors, par exemple, réfléchir à l’usage de la Tour Eiffel à l’exposition universelle  (1889) et en 2012 ou encore l’islam au 15 eme siècle et de nos jours.

Pour la Tour Eiffel les praticiens actuels mettent l’accent sur l’objet qui rapporte et les usagers sur le symbole.

Pour ce qui concerne l’Islam les praticiens exigent des musulmans qu’ils fassent usage d’un objet mortel : la Charia !

Nous assistons bien à une inversion des valeurs !

Alors les « praticiens » des médias que font-ils de l’outil ? Et nous usagers que faisons-nous pour échapper à leur diabolique emprise qui n’est rien d’autre que la « marchandisation » de l’homme dans son corps, sa pensée, sa liberté ?  

Heureusement qu’il existe internet et les réseaux sociaux. Finalement c’est le seul véritable média permettant encore une expression libre qui révèle notre insouciance coupable d’usager et de praticien, qui s’exprime par la dette, le dérèglement climatique, la démographie d’un monde plein comme un œuf, l’immigration et le péril islamiste, qui ne sont que la conséquence de nos inconséquences.

Alors battons nous pour que demeure notre liberté de penser, de débattre et de contester. Restons lucides et « manoeuvrants », c’est la condition de notre survie en tant qu’individu et en tant que peuple.

Francis NERI

http://semanticien.blogspirit.com

26/02/12

 

Commentaires

Cette réflexion met l'accent sur notre liberté de penser et d'expression. La main-mise du Crédit Mutuel sur la presse régionale comme "l'Alsace", les "DNA", "l'Est Républicain", etc permet de s'interroger sur les finalités de la volonté de Michel Lucas de s'emparer de tous ses médias. Michel Lucas est décrit dans de nombreux écrits comme un homme pingre, sauf avec sa propre personne qui dispose d'un revenu très confortable de plus de 1.2 millions d'euros par an. Quelles valeurs un tel homme est-il capable de vouloir transmettre aux médias, sinon celui peut-être de la cupidité ?

Écrit par : François LITTERST | 27/02/2012

Pourquoi stigmatiser ainsi le dirigeant du Groupe Crédit Mutuel -CIC qui poursuit efficacement depuis plusieurs années et manifestement avec succès la stratégie de sa banque. Il est incontestablement le principal acteur de ce succès. Il ne fait pas parti de l'énarchie et n'est pas non plus sorti du sérail des grandes écoles parisiennes... En revanche il a œuvré avec pugnacité pour faire du Crédit mutuel l'un des plus grands groupes financiers français.
Pourquoi ne parlez-vous pas de la situation qui prévalait dans la presse quotidienne avant 2002 date à laquelle une directive euroépenne a imposé la libre concurrence dans la manufatcure et la distiribution de la presse et du livre ? Souvenez-vous jusqu'en 2002 du tout puissant syndicat du livre qui décidait des emabauches dans la profession... Or c'est ce syndicat qui gérait l'impression de la presse quotidienne nationale et parisienne ainsi que des hebdomadaires nationaux... Et qui tenait le syndicat du livre ? La CGT aux mains des bolcheviques !
Vous ne rappelez pas non plus que les Messageries de Presse Parisiennes maîtrisaient la distribution et l'ensemble du réseau de points de vente des journaux en France. Or qui avait la main mise sur la MPP puis à partir de 2003 la NMPP ? Evidemment nous retrouvons les mêmes... bolcheviques. Au moins je suis rassuré, personne risque d'accuser Michel Lucas d'avoir soutenu les bolcheviques.
Alors pouvez vous précisez l'intérêt de rapporter les écrits désobligeants de média aux ordres au sujet de Michel Lucas ? Ces propos me semblent plus trahir l'inquiétude de certains dirigeants, gênés par les investissements du groupe Crédit Mutuel dans la PQR. Avant lui les DNA ont changé de "principal actionnaire" à plusieurs reprises passant notamment des mains du groupe Hachette-Filipacci à celles d'Hersant... A l'époque déjà j'avais entendu des critiques acerbes sur les nouveaux acquéreurs ou repreneurs. La seule question intéressante à poser à l'intéresser et de savoir quelle stratégie Michel LUCAS poursuit en faisant main basse sur la PQR dans la région Nord-Est voire en France ? Mais celà ne doit pas nous empêcher d'étudier les rapports de forces dans la distribution des principaux quotidiens en France...

Écrit par : Bertrand | 27/02/2012

Bonjour Francis,
Evidemment Gérard comme toi avez raison de rappeler que les média ne sont plus là pour nous informer mais bien un outil au service des oligarques qui les dirigent pour nous manipuler et nous gaver de désinformations. Nous savons tous que le gogo ne s'intéresse à une histoire que si elle est suffisamment belle et cautionner par un "expert". Alors d'émissions en pseudo-débats, de flash info en journaux télévisés, tu constates les attaques virulentes des pseudo experts à l'encontre de Marine Le Pen et leur servile complaisance à l'égard des "hommes" du système. Les média contribuent largement à la fabrique de l'opinion publique. Pourtant depuis déjà presque 30 ans tous les politologues leur expliquent combien il est inutile car contreproductif de diaboliser le candidat du FN... et donc nous assistons à un magnifique numéro de charme de Henri Gaino qui évidemment fait du raccolage électorale sur de l'échec de la pêche aux 500 signatures de Marine Le PEN. Et cette sournoise complaisance à l'égard des "vrais débats et thèmes" soulevés par le FN, n'a de valeur que dans l'adhésion aux solutions préconisées pour y répondre... Et là il est clair le principal conseiller du petit Nicolas, il n'y a aucune convergence. Alors quel électeur de Marine Le PEN peut encore croire à une convergence de vue entre Gaino et Marine ?
Enfin si je comprends bien le rapport d'usage des origines à nos jours entre d'une part la tout Eiffel et d'autre part l'islam du XVè siècle à travers la charia, c'est pour les praticiens (???) la rentabilité et pour les usagers, l'attachement au symbôle. Seulement contrairement à la visite de la tour Eiffel, en île de France tout le monde ne connait pas l'origine de la viande qu'il achète et notamment ne sait pas s'il va contribuer ainsi au financement de l'islamisme en France... EN clair chacun est libre de payer sa visite de la tour Eiffel qui au passage sert tout de même d'antenne relais de télécommunications... alors que personne ne peut choisir en connaissance de cause en achetant de la viande en Ile de France de financer ou pas l'islamisation de la France. Donc deux solutions : devenir végétarien ou ne manger que de la viande de porc. Là au moins on est sur de pas financer l'islamisation de la France.

Écrit par : Bertrand | 27/02/2012

Pourquoi parler ainsi de la main-mise de Michel Lucas sur la prese? C'est très simple à comprendre par un exemple, parmi d'autres. J'ai transmis des articles objectifs en tant qu'ingénieur en génie énergétique aux journaux du Crédit Mutuel concernant les biocarburants. Et qu'est-il advenu ? Articles non publiés. Pourquoi ? Parce que le Crédit Mutuel est partie prenante dans cette filière et ne veut pas lui faire de tort. Aujourd'hui, la fabrication des biocarburants est un vrai scandale économico-politico-financier qui ne doit pas être révélé. Dormez en paix braves gens !

Écrit par : François LITTERST | 28/02/2012

Les commentaires sont fermés.