Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2015

Laïcité

Une France qui aurait "aménagé" la laïcité perdrait-elle son âme?

"La République ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte". Voici l'une des lois fondamentales de la France (avec une exception pour l'Alsace suite à un chantage de sa part en 1919 : c'était ça ou elle demandait à la SDN de rester attachée à l'Allemagne).

Le mot même de "religion" n'est pas employé, puisqu'une "religion" n'a aucune définition, ça peut être absolument n'importe quoi, une croyance, une idéologie, un système social, une philosophie, une entreprise à but lucratif, etc. Dans les pays qui n'ont pas eu la sagesse d'éliminer le mot "religion" de leurs lois, et qui reconnaissent les "religions", des petits malins ont réussi à ne plus payer d'impôts en présentant leurs entreprises comme des "religions" (ex. la Scientologie aux USA). En Hollande un patron de bar rigolo a même fondé officiellement une "religion" qui ordonne de fumer dans son bistrot, échappant ainsi à la loi anti-tabac au nom du "respect des religions".

Chez nous la loi ignore superbement la notion même de "religion". Elle n'a aucune existence légale, et nul n'a la possibilité de demander à s'affranchir de la loi commune au nom de sa "religion".

Alors faut-il "aménager" la laïcité? C'est à dire y renoncer...? Aménagerait-on le code de la route, pour permettre par exemple aux possesseurs de voitures anglaises avec le volant à droite à rouler à gauche? Cela n'aurait aucun sens.

"Racines chrétiennes" ou pas, l'âme de la France ne s'est pas figée au Moyen-Age. Depuis il y a eu l'Edit de Nantes, la Révolution, l'affaire Dreyfus, la laïcité... L'âme de la France ce n'est pas seulement le sacre des rois à Reims et le "blanc manteau d'églises", c'est aussi les tranchées de 14-18 où tout le monde, juifs, catholiques, libre penseurs, protestants, y compris les troupes coloniales avec des musulmans ou des animistes, est allé se faire massacrer ou estropier "pour la Patrie".

Il n'y avait pas de communautarisme. Les tirailleurs marocains ou algériens ne se mutinaient pas s'il y avait des lardons dans le rata commun. Les juifs ne disaient pas : "Non mon Capitaine, je ne viens pas, c'est shabbat." Les curés, autrefois dispensés de porter les armes, faisaient le service militaire comme les autres.

Moi ça m'effraie, les gens qui parlent "d'aménager la laïcité", évidemment pour favoriser l'émiettement communautaire.
De reconnaître à certains des droits spéciaux, en fonction de leur naissance. Pas vous ?

François Paganel

 

Les commentaires sont fermés.