Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2019

C.Q.F.D.

1) On peut penser dans l'affaire de la préfecture de police que les informations dont nous disposons ne sont que la partie émergée de l'iceberg.
Il est logique de penser à moins d' avoir affaire au plus stupide des terroristes de l'histoire du monde du terrorisme que cet homme a copié et transmis les fichiers des personnes proches des terroristes qui les ont balancées..

2) À travers ses institutions telles que sa police et la DGSI, son préfet Lallemand, son ministre de l'Intérieur Castaner, sa hiérarchie policière, sa justice, jusqu'au Conseil d'État et au Premier Ministre voire au Président de la République Française, Chef des Armées, en passant par le Parlement et les chefs de Partis politiques, un Etat qui affirme avoir fait de la lutte antiterroriste une de ses priorités, qui se révèle sur une période aussi longue, dans des circonstances aussi graves, incapable de fonctionner, au point de ne pas être en mesure de protéger ses informateurs a totalement failli à sa tâche.

3) Un système étatique qui failli à ce point, a perdu les deux composantes conjointes de sa légitimité, la délégation par le peuple de sa souveraineté au prétexte du professionnalisme et de la compétence de ses institutions garantes de l'ensemble de l'édifice démocratique et républicain.

François Amsallem
6 10 19

Écrire un commentaire