Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2014

Le phénomène migratoire

Pour des raisons essentiellement démographique (7 à 8 enfants par femme) gérer les migrations de main-d’œuvre, économique et politique par l’intégration et le développement en Afrique sub-saharienne est un vœu pieu. 

Surtout si l’on entend résoudre le problème posé par l’immigration Musulmane et d’Afrique de l’Ouest en France par la « remigration ».

Les flux migratoires en provenance de l’Afrique sub-saharienne à destination de l’Europe via le Maghreb ont considérablement augmenté provoquant des drames humains considérables qui tournent de plus en plus souvent au massacre dans certaines régions où la présence Islamiste est conséquente.
 
Les pays du Maghreb sont dans l’incapacité de mettre en place des réponses politiques adaptées en tant que pays d’accueil, de transit et de départ et, pour notre sauvegarde, nous devrions observer avec la plus extrême attention les systèmes de conflits et enjeux sécuritaires entre l’Afrique de l’Ouest et les pays du Maghreb.

Il m’apparaît de plus en plus évident qu’une épuration ethnique et raciale est en cours et que les causes sont d’origine économiques, démographiques, culturelles et cultuelles.

Le succès de la reprise en main de l’Afrique de l’Ouest par les Islamiste me paraît à terme inévitable sans intervention en force de l’Occident. Elle préluderait à une invasion des pays Occidentaux, la France serait en première ligne et une guerre dévastatrice serait inévitable. C’est la raison pour laquelle je persiste à penser que la  « remigration » est une bonne formule, à la condition qu’elle s’accompagne d’une re-colonisation de l’Afrique de l’Ouest afin d’y imposer nos règles, nos codes, nos lois, en commençant par une stricte régulation des naissances.

Francis NERI

08 10 14      

07/09/2014

Fondamentaux

Revenons à Laplace (pour l’exemple) et ses trois éléments en interaction dynamiques (Terre, Lune, Soleil). Eléments qu’il choisit judicieusement pour ses analyses prospectives…c’était je crois la position de la Lune dans le temps et dans l’espace par rapport à l’influence de la Terre et du soleil sur elle.

Considérons la situation actuelle…que chacun, selon son degré d’optimisme, voit  « pas désespérée mais presque ».

Nous avons trois possibilités une fois que l’essentiel parvient à notre conscience : La lutte, la soumission, la fuite. Que celui ou celle qui voit une autre réponse possible me fasse signe…çà m’intéresse car je pense que les hommes et les femmes ont selon leur biologie des attitudes et des comportements très différents et la plupart du temps complémentaires.

Je dis la plupart du temps car Belkacen se mêle de nous uniformiser et elle va y parvenir !

Je disais donc : faisons interagir ces trois possibilités.  J’entends par là estimer le pourcentage de gens qui sont respectivement pour une réponse ou une autre sur également trois « sujets » : Economie, immigration, culture ; qui sont également en interaction réciproques.

Je vous fais grâce des détails :

Les gens qui ont fait leur choix de manière consciente, raisonnée et se sont organisés.            

Les gens qui sont des éternels candides, ne voient rien venir, ne voient pas la nécessité de choisir et vivent dans leur bulle spatio-temporelle personnelle.                                          

Les gens qui sont à l’origine de la « situation » et ne veulent qu’une chose « que çà doure »

Et revenons aux fondamentaux :

Quels sont mes (nos) intérêts vitaux ?

Quels sont mes (nos) ennemis ?

Devons nous les combattre, Avec qui ? Comment ? 

Trois questions comme exemple !

L’Islamisme est-il notre ennemi ?

L’UE actuelle est-elle notre ennemie ? Les marchés financiers sont-ils nos ennemis ? 

Et une réflexion d’ordre général : « De vastes régions du monde qui n’avaient jamais adhérées à notre vision occidentale s’y opposent à présent avec violence » A quoi faut il s’attendre de leur part ? Doit-on les combattre ? Doit-on remettre en question notre vision du monde ?  

J’estime à 5% les partisans de la lutte !

J’estime à 25 % les partisans de la fuite !

J’estime à 70 % les partisans de la soumission !

Selon moi les jeux sont fait pour ce qui concerne la France et l’Occident en temps que tel ! Mais comme disait l’autre…Il n’est pas nécessaire …. Qu’en pensez-vous ?

Francis NERI

07 09 14

20/08/2014

Colonisation islamique

Ni les Yazidis en Irak ni les Coptes Chrétiens en Egypte ne sont des “occupants” ou des “colons”, pas plus que les Juifs ne le sont en Israël. Ils sont, tous les victimes d’un ennemi commun qui semble vouloir un Moyen-Orient débarrassé des Non-Musulmans.

L’actuel narrative palestinien dit que tous les Musulmans de Palestine sont des natifs et que tous les Juifs sont des colons. Ce narratif est faux.

Il y a toujours eu une présence juive, certes modique, mais continuelle, en Palestine, depuis la destruction de Jérusalem par Rome, il y a deux mille ans et, comme nous le verrons, la plupart des Musulmans vivant en Palestine, lorsque l'Etat d’Israël a déclaré son indépendance, en 1948, étaient des colons musulmans venus d’autres régions de l’Empire ottoman, qui s’étaient réinstallés et vivaient en Palestine depuis bien moins que 60 ans.

On note, généralement, que deux évènements historiques déterminants sont systématiquement occultés, lorsqu’on évoque le conflit arabo-israélien.

- L’un est l’usage fait par les dirigeants musulmans de la jizya (une taxe discriminatoire uniquement imposée aux Non-Musulmans, afin de les « protéger » du meurtre, de la confiscation ou de la destruction de leurs biens), de façon à réduire la quantité de Juifs vivant en Palestine, avant le Mandat britannique, institué en 1922.

-L’autre point important, ce sont les incitations offertes par l’Empire ottoman pour réinstaller en Palestine, les populations musulmanes déplacées, à partir d’autres régions de l’Empire ottoman.

Jusqu’à la fin des années 1800, d’antiques communautés juives ont dû fuir la Palestine pour échapper à la brutalité des autorités musulmanes ottomanes. Comme l’historienne égyptienne Bat Ye Or l’écrit dans son livre : « La Dhimmitude » :

“On acquittait la Jizya au cours d’une cérémonie publique humiliante, lors de laquelle les Non-Musulmans, au moment de payer, étaient frappés sur la tête. Et si ces taxes n’étaient pas réglées, les femmes et les enfants étaient réduits en esclavage, les hommes étaient jetés en prison et torturés jusqu’à ce qu’une rançon soit versée. Les communautés juives de beaucoup de villes importantes sous la férule musulmane, ont été ruinées par de telles exigences. Cette coutume d’extorsion financière légale et d’abus a anéanti presque en totalité des populations indigènes pré-arabes, dans ce qui subsistait encore de sa paysannerie… En 1849, les Juifs de Tibériade ont envisagé l’exil, à cause de la brutalité, des exactions et de l’injustice des autorités musulmanes. En supplément des taxes habituelles, un Cheikh arabe qui dominait Hébron avait exigé des Juifs paient un extra de 5.000 piastres par an pour la protection de leur vie et de leurs propriétés. Le Cheikh les menaçait d’attaquer Hébron et de les en expulser, si cet impôt n’était pas versé ».

Les dominants musulmans ne se sont pas contentés de maintenir très bas le nombre de Juifs, par le biais d’impôts discriminatoires, ils ont aussi augmenté la population musulmane en fournissant des incitations financières aux colons musulmans, pour qu’ils s’installent dans la région.

Ces incitations comprenaient des terres gratuites, 12 d’exemption d’impôt et de service militaire.

Bat Ye’or poursuit :

“Au début des années 1800, la population musulmane en Palestine était très minime (tout juste 246.000). C’est à la fin des années 1800 et au début des années 1900 que la plupart des colons musulmans se sont installés en Palestine, grâce aux incitations du Gouvernement ottoman, pour réinstaller les populations musulmanes, à cause d’évènements tels que l’occupation austro-hongroise de Bosnie-Herzégovine, la Guerre de Crimée et la 1ère guerre mondiale. Ces évènements ont provoqué l’arrivée d’une grande quantité de réfugiés musulmans, qui étaient relocalisés ailleurs dans l’Empire Ottoman… En 1878, une loi ottomane a offert des terres aux Colons musulmans, en Palestine. Des colons musulmans de Crimée et des Balkans se sont installés en Anatolie, en Arménie, au Liban, en Syrie et en Palestine ».

Justin McCarthy, professeur d’histoire à l’Université de Louisville, écrit sur sa carte annotée : « Migration Forcée et Mortalité dans l’Empire Ottoman« , remarque également qu’il y a eu environ 5 millions de Musulmans déplacés, à cause de l’occupation austro-hongroise de Bosnie-Herzégovine, de la guerre de Crimée, des guerres dans les Balkans, de la guerre d’Indépendance turque et de la 1ère Guerre Mondiale.

Sergio DellaPergola, de l’Université Hébraïque de Jérusalem, dans son article : « Démographie en Israel/Palestine : Tendances, Perspectives et Conséquences Politiques, » livre une estimation de la population de Palestine à différentes périodes. Comme le démontrent les données démographiques ci-dessous, la plupart des Musulmans vivant en Palestine en 1948, lorsque l’Etat d’Israël est créé, n’y vivait depuis pas plus longtemps qu’une soixantaine d’années.

1890 : Population Arabe : 432,000

1947 : Population Arabe :1.181.000

Croissance de la population arabe, entre 1890 et 1947 : 800,000

"Les Yazidis en Irak et les Coptes Chrétiens en Egypte ne sont pas des “occupants” ou des “colons”, pas plus que les Juifs ne le sont en Israël. Ils sont, tous autant qu’ils sont, victimes d’un ennemi commun qui semble vouloir un Moyen-Orient débarrassé des Non-Musulmans."

Ezequiel Doiny est un écrivain basé au Maryland, USA

Sujets en lien : Israel

Par Ezequiel Doiny 15 août 2014 at 4:45 am gatestoneinstitute.org

Adaptation : Marc Brzustowski.