Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2008

Le quart de l'humanité

Bonjour,

J'ai reçu un grand nombre d'observations pertinentes concernant les deux notes précédentes et je sais que je devrais répondre personnellement à chacun d'entre vous. Pourtant vos remarques manifestent globalement les mêmes préoccupations que Michel, Anne de Provence ou Claude Heidet, et je les remercie particulièrement d'avoir pris la peine de s'exprimer sur ce blog.

Ma réponse, c'est : "le quart de l'humanité" Je dirai à Michel que pour ma part, je reste très optimiste, après tout l'humanité à survécue à des crises encore plus terribles et, c'est souvent au fond de l'abîme que l'on trouve les ressources pour remonter. Qu'il ne s'inquiète pas trop pour ses enfants. S'il les a correctement élevés, c'est à dire en les rendant le plus responsables possible, ils ont des grandes chances de s'en tirer dans un monde qui sera le leur. Claude lui, pense peut être un peu trop en noir et blanc. Parfois c'est l'Occident le méchant, parfois le Sud qui est gentil, exploité etc. A mon avis les choses sont plus complexes et après tout ne demandons pas à nos enfants de porter la robe de bure, ils en ont assez sur le dos. Anne de Provence est fidèle à elle même, une fantastique générosité et l'amour des autres. J'ai pour vous Madame beaucoup d'estime. Vous me faite penser un peu à mon amie Françoise, celle qui écrit de si jolis petits poèmes sur son blog.

Le quart de l'humanité

Nous sommes un peu plus de 6 milliards sur cette planète que j’aime bien, personnellement. Si j’ai été maltraité par la vie, je m’en estime responsable et je n’éprouve aucune rancune envers ceux qui ont contribué à mes coups durs. Je n’avais qu’à être plus attentif et me garder. J’aurai pu aussi écouter ceux qui tentaient de me dissuader d’emprunter des chemins périlleux.

Je n’ai jamais eu besoin de la solidarité de qui que ce soit et si je perçois une retraite qui me suffit, bien que modeste, je l’ai constituée grâce à mon travail. Bref, je ne dois rien à personne en particulier. Je suis héritier de cette civilisation occidentale qui a construit mes parents et qu’eux mêmes ont construit et j’en suis fier.

Je ne suis pas naïf pour autant, et ma mémoire est encore vive. Je suis assez âgé pour avoir vécu la colonisation et la décolonisation, la fin de la dernière guerre mondiale, celle d’Indochine et plus précisément l’Algérie.

Bref, grâce à une certaine lucidité et la fin de nombreuses fictions idéologiques, ainsi que de mes illusions, en particulier socioéducatives ou socioculturelles, comme il vous plaira, je reste persuadé de la supériorité des valeurs occidentales, du libéralisme et de la mondialisation, du pragmatisme et du bon sens.

La société libérale endigue la frustration des masses et la fait consommer. La planification socialiste canalise la violence populaire et la transforme en destructions révolutionnaires. Entre la planification et la libre entreprise, comment choisir  et le faut-il ?

Depuis le temps que je me pose cette question, je n’ai toujours pas la réponse.

Je ne suis pas mère Thérésa, et de loin, mais depuis de nombreuses années, je tâche de rendre simplement un peu de ce qui m’a été généreusement accordé : la liberté de penser et d’entreprendre, un emploi épanouissant, une vie familiale heureuse, deux beaux enfants, un logement décent, l’éducation, la santé et même la sécurité, cette grande illusion.

Trop beau pour être vrai pensez vous ? Eh bien non ! J’ai eu mon lot de difficultés et de coups durs, mais je dois avoir un potentiel de « résilience » suffisamment élevé et puis, tout ce qui m’arrive est humain et, j’aime ce sentiment d’appartenir à cette drôle d’espèce au sein de laquelle j’ai rarement eu froid.

Ce qui « m’interpelle » et m’inquiète, en fait, ce n’est pas l’avenir de l’Occident, du Tiers Monde, du Sud ou des traders américains, même si les conséquences des attitudes et des comportements des uns et des autres interagissent avec les nôtres et nous conduisent à une nouvelle conflagration planétaire et une catastrophe écologique.

Ce qui m’inquiète, c’est l’avenir de mes enfants et par conséquence, celui de ceux avec qui ils vont vivre au sein d’un environnement qui risque fort de devenir très inhumain. Voilà, la boucle est bouclée et je suis reparti pour un tour.

Ainsi, je souhaite qu’ils aient les mêmes chances que moi et qu’ils sachent apprécier le fait d’être nés du bon côté de la planète.

Pas une seconde je me poserai la question de savoir si le monde que je vais bientôt quitter et qui me convient si bien a quelque chance de leur plaire. Probablement, me dis-je enfin, qu’il vaudrait mieux les laisser faire. S’ils le souhaitent, à eux de maintenir cette « qualité » de vie qui, finalement, n’est peut être qu’une illusion.

Après tout, les ouvrages de science fiction nous montrent des hommes vivants dans des univers complètement artificiels ou virtuels et ils ne semblent pas y être si malheureux. Que désiraient nos ancêtres des cavernes ? Un ours (c’est beaucoup je sais ) à chaque repas disait je ne sais plus qui et cela suffisait à leur bonheur.

Alors, les abeilles, les petits oiseaux, les champs de coquelicots pleins de papillons et les torrents pour la baignade, ne leur manqueront pas s’ils ne les connaissent que virtuellement sur leurs écrans plats. Tout au plus ressentiront-ils une vague nostalgie, un souvenir qui n’est même pas le leur.

Vous voyez, je fais de l’anthropocentrisme, et plus grave, une identification. C'est-à-dire que je fabrique un futur qui n’existe que dans mes préjugés.

Quels sont-ils en fait ces préjugés ?

Le premier, et finalement le plus essentiel, qui me vient à l’esprit c’est qu’il faut réduire la population mondiale à un niveau acceptable. Moins nombreux, mes enfants et leurs copains, leurs copines auront plus de place, plus d’oxygène, plus de nourriture etc.

C’est ma première « réalité » et, elle ignore les notions de colonialisme, d’esclavage de croisades ou de conquêtes. Que ceux qui veulent faire mettre la robe de bure à mes enfants, les poussent à s’excuser des crimes que j’aurai commis, commencent par balayer devant leur porte. Si les donneurs de leçons, qui malheureusement sont souvent ceux de la 5eme colonne, des « porteurs de valises », faisaient preuve d’un peu d’objectivité et de « reconnaissance du ventre », ils constateraient que la barbarie, le pillage des ressources, le meurtre, l’oppression, la dictature venaient, et viennent toujours, majoritairement des peuples sales, incultes et barbares.

Attila, Gengis Khan et quelques autres plus récents de leurs « chefs » ont vécu pour nous le rappeler, eux qui ont fait de l’invasion et du massacre une technique « d’immigration » à côté de laquelle la colonisation est une plaisanterie.

Il n’appartient pas à mes enfants qui ont enfin abandonné le comportement « fellah »[1] de réduire leur population, mais d’oeuvrer à juguler la population du sud.

Lorsque les limites sont atteintes, les premiers à payer le prix sont les plus faibles, les moins préparés, ceux qui, ne sont ni fourmi ni cigale, qui dépendent toujours des autres.

Ces autres, mes enfants et leurs copains/copines, qui n’auront jamais été les esclaves d’une société de consommation et de spectacle dont nous voyons enfin l’effondrement, savent à présent qu’il n’y en aura pas assez pour tout le monde et, cela je crois qu’ils l’ont compris avant moi !

A tout prendre, la crise écosystémique mondiale est pour eux une bonne chose, table rase, un nouveau départ, un monde nouveau et vierge à construire, que du bonheur !

Il n’y a plus que les soixante-huitars nostalgiques, les socialopsychomarxistes irréductibles, les fanatiques religieux, les tiers mondistes inconsolables ou les altermondialistes grincheux qui croient encore à ce qu’ils racontent.

Vous me direz cela fait beaucoup de monde et, mes enfants et leurs copains/copines vont avoir du fil à retordre pour mettre en application leur « principe de réalité ».

Certainement, le grand nettoyage ne viendra pas de ces hommes qui sauraient enfin « s’auto réguler »  comme ils le prétendent depuis l’avènement du socialisme. Il viendra, si mes enfants et leurs copains/copines le veulent, d’une société contraignante, régulée et responsable et, la « nature » donnera un bon coup de main. Elle non plus, n’a pas du tout l’intention de se laisser faire. Elle réserve aux inconscients un bon moyen de les « réguler » :

Les catastrophes climatiques, la famine, les épidémies, les guerres civiles, religieuses et ethniques arrivent, comme au moyen age.

Les zones à forte densité de population vont payer un lourd tribut et, ceux qui aujourd’hui s’apitoient sur leur sort actuel seront les premiers à fermer leurs portes à l’invasion qui se prépare.

Oui mais ceci posé, me voilà bien ! Ce que je viens d’exposer, même s’il ne s’agit pas de prémices totalement fausses est peut être une architecture de pensée tout à fait paranoïaque. J’aurai construit ainsi une citadelle intérieure avant qu’elle ne soit extérieure. Je fabrique un monde à qui je vais peut-être donner vie. Un monde de fous, qui n’a aucune chance de se réaliser, les hommes ne sont donc pas si déraisonnables !

Ce monde que je suis en train d’imaginer n’est que celui de mes frustrations, de mes échecs et de mes renoncements.

Les imprécations, toujours les mêmes, que les hommes s’adressent à eux-mêmes et nous serinent depuis des siècles ne sont que « l’écume des jours ». Elles retourneront d’où elles viennent, dans le silence de l’oubli.

La dure réalité de l’homme prédateur n’a pas été inventée par l’Occident et pour la circonstance. Ce que nous vivons aujourd’hui n’est que conséquences, et nous en sommes tous responsables.

Jeter l’anathème sur l’homme occidental, se haïr soi même, comme le font encore certains, est une faute lourde qui n’aidera pas les pays du sud. S’ils le veulent, ils ont encore leur chance. Il n’y a pas si longtemps encore, les enfants des Occidentaux mouraient sous les bombes, de faim et de tuberculose et leurs parents n’avaient pas « de l’eau au robinet »

Que chacun retrousse ses manches et alors nous verrons ce que les fils de l’Homme peuvent faire. Je suis certain que mes enfants et leurs copains /copines le savent.

 

Moi, je vais cultiver mon jardin !



[1] Le Fellah (paysan) veut un grand nombre d’enfants, des garçons de préférence, pour assurer ses vieux jours, sa gloire et la pérennité de son nom.

 

 

 

 

 

 


 

 

 

15/10/2008

La crise est systémique !

L’accès facile au patrimoine immobilier, aux biens de consommation durables ou pas, avait fait de chaque citoyen qui en bénéficiait un privilégié, même modeste. Il était alors plus enclin à soutenir les politiques de libéralisation, à accepter l’autorité de l’État et le soutient aux politiques de solidarité sociale, concernant avant tout les « assistés ».

A présent, les salariés s’élèvent contre les détenteurs de patrimoine, les assistés contre les travailleurs, nous vivons l’individualisation générale des rapports sociaux. La séparation des classes moyennes et défavorisées est en place.

Cette politique, qui faisait du lien social par l’accession à la propriété et à la consommation, qui voulait généraliser le crédit hypothécaire a donc échouée.

Cette politique consistait finalement à faire accepter une nouvelle façon de vivre en tant que propriétaire, fût-ce par un financement artificiel et bancal, de travailler, de façon précaire, et de consommer, à crédit. C’était le modèle américain, qui heureusement, n’a pas eu le temps de se développer en France, malgré les efforts du Président qui en cela, à mon humble avis, a été mal inspiré en voulant le promouvoir.

Si cette crise est une réplique classique de surproduction d’un produit de consommation, financier, immobilier, c’est son ampleur et sa diversité qui en fait un phénomène sans précédent. La lecture de la crise et ses interprétations sont désormais l’enjeu d’une bataille idéologique, culturelle et cultuelle dont nous ressentons tous les effet et dont nous subissons tous les conséquences. Même et surtout si nous n’en saisissons pas les mécanismes complexes, nous devinons tous que nous ne pouvons nous cantonner au registre des mesures techniques nécessaires pour répondre à l’urgence première, mais qu’il nous faut aller au delà.

Selon cette lecture convenue, ce serait bien le système de l’économie financière, économique et globale lui-même qui serait vicié, dans ses normes et règles de fonctionnement. Il peut sembler alors nécessaire et suffisant de remettre de l’éthique dans les institutions financières, de les contrôler plus étroitement, d’interdire leurs pratiques les plus répréhensibles, les parachutes dorés, par exemple, pour qu’elles puissent redémarrer sur de meilleures bases, et permettre au cours des choses de reprendre rapidement.

Mais ce ne sera pas nécessaire, car insuffisant.

Que la soi-disant « régulation » consiste en une socialisation des pertes aux dépens des contribuables n’a visiblement pas ébranlé les citoyens, sinon quelques hommes de gauche nostalgiques du grand soir révolutionnaire.

Faut-il refuser cette politique de socialisation des risques, d’absorption sans contrepartie des pertes du privé ? Cela a t-il quelque chose à voir, tant sur la forme que sur les objectifs, avec une politique de régulation et de contrôle ?

Faut-il alors, et comment, revenir à « l’économie réelle » ? C'est-à-dire à une politique industrielle classique, en réfléchissant parallèlement au retour d’un certain protectionnisme, voire du dirigisme étatique.

Bien qu’assez partisan de ces mesures, je considère qu’aucune ne s’interroge sérieusement, au préalable, sur les conditions historiques, politiques, idéologiques, culturelles, voire cultuelles de production de la crise.

On efface tout et on recommence, voire avec les mêmes. Probablement, ferons nous « un peu plus de la même chose ».

Comme toujours nous traiterons séparément la cause et l’effet, laissant bien loin de nos conceptions, les liens et les rétroactions entre les éléments car nous sommes incapables de les maîtriser.

Les cadres dirigeants licenciés et indemnisés seront vite remplacés par d’autres. Les règles que l’on dictera au système seront vite dépassées ou contournées, si une volonté politique forte ne les impose pas et ne les contrôle point. Enfin, comment peut-on sérieusement distinguer et imaginer séparément finance, économie réelle et contexte, alors que le développement, dont se nourrit l’industrie et la croissance, nécessite des levées de fonds toujours plus importantes, des énergies de plus en plus considérables et des hommes de moins en moins nombreux ?

Comment peut-on repartir sur des bases nouvelles et reconstruire ?

Il apparaît de plus en plus évident que nous irons « au bout de la nuit » car nous sommes face à un système global dont les sous systèmes en crise parviennent en période de rétroaction positive, c'est-à-dire l’addition et l’addiction à des facteurs néfastes, dans le même temps, le même espace et le même contexte.

La conflagration est certaine et ce n’est plus qu’une question de temps. Le processus est engagé et, tout au plus, peut-on encore en atténuer les effets.

Pour trouver une réponse appropriée, il y a lieu de considérer trois éléments distincts auquel il faut faire face tout en se disant que ce ne sont que des conséquences.

1) Une crise financière qui appelle des changements draconiens des systèmes de régulation et de contrôle des marchés financiers.

2) Une tendance économique et sociale, tributaire de la conjonction des crises, lourde de conséquences. A savoir :

L’épuisement du cycle de croissance des trente dernières années

La crise démographique

La crise énergétique et des matières premières.

La crise environnementale

La crise alimentaire

3) Une réalité économique et sociale développant, dans le monde occidental, la précarisation du travail et la déconnexion du revenu et du salaire, au profit de revenus complémentaires à risque et individualisés (crédits, bonus ...).

De cette décentration de la finalité découlent un éclatement du corps social (renaissance des classes sociales), du sens collectif et une montée confirmée de l’individualisme, mais aussi des replis communautaristes et ethniques. D’où le rejet des politiques de solidarité, la perte de sens de l’impôt comme instrument de justice et de répartition, et la défiance envers les services publics

Nous vivons actuellement la première de ces conséquences : une chute de l’investissement et de la croissance. Préparons nous à une terrible récession. Mais quelles seront son ampleur et sa durée ? N’allons-nous pas sacrifier le social pour faire renaître l’économique, l’environnement et la biodiversité à la production ? L’avenir de nos enfants à notre présent immédiat ?

Que faire, face à la dépréciation des patrimoines, la perte de confiance des investisseurs, des actionnaires, des travailleurs et des consommateurs ?

Considérons même que la confiance revienne, que ce cap soit franchi. Que faire avec les travailleurs pauvres, les assistés qui ne le seront plus, les pays du Tiers Monde, qui ne renonceront pas à procréer, et à tous ces immigrants qui voudront une petite part de ce gâteau brusquement et considérablement rétréci ?

Considérons les trois piliers de la croissance économique de ces dernières années : L’innovation technologique, le marché, le financement.

L’innovation technologique, ne sera probablement pas employée massivement, si l’on envisage de mettre volontairement un frein à la croissance ainsi que le proposait déjà dans les années 1970 le « club de Rome ». Possibilité d’autant plus improbable que cette régulation de la croissance, si elle ne se fait pas par l’auto régulation, c’est la cruelle loi « naturelle » qui s’en chargera, à commencer par les bouleversements climatiques.

Les « marchés » vont demeurer quelque temps : l’Europe, la Russie, les Etats-Unis, le Japon, et les « Emergeants » l’Inde, la Chine et le Brésil, mais ils se heurteront à la réalité de cette « rétroaction » planétaire.

Tous nos savants pronostiqueurs actuels l’ignorent d’ailleurs avec un mépris manifeste soit par méconnaissance, soit pas peur du gouffre insondable qui s’ouvre sous nos pas, et en particulier, la possible incapacité de financement résultante de la crise financière.

Mais ce n’est pas tout, la crise mondiale globale et totale n’est pas limitée aux finances il faut y ajouter ou plus exactement la relier à :

  • La crise énergétique à venir avec l’épuisement des énergies fossiles.
  • Celle des matières premières épuisables à moyen terme.
  • De l’explosion démographique incontrôlable pour des raisons plurielles.
  • D’une crise alimentaire sans références connues en raison de l’onde récessive et des aléas climatiques.
  • D’une crise environnementale qui condamnerai la planète à l’épuisement à brève échéance.
  • D’une crise sociale telle que des guerres civiles peuvent se déclencher à tout moment entre ceux qui possèdent, et veulent conserver leurs acquis, et ceux qui n’ont rien et veulent « consommer enfin »

Nous ne sommes donc pas prêts de rebâtir, dans les années qui viennent, des politiques de solidarité et de redistribution efficaces. Tout l’enjeu est de réunir les éléments d’une nouvelle gouvernance « globale », qui devrait démarrer au plus vite et sauter par-dessus cette crise écosystémique totale imminente.

C’est ce que permettra la définition d’un nouvel ordre productif mondial régulé et fermement orienté qui ne pourra exister qu’avec un régime autoritaire, qu’appuiera une « classe moyenne » capable de soutenir une politique très dure pour les moins bien lotis, et où les libertés individuelles vont se restreindre.

Je vous souhaite bonne chance pour l’avenir et de vous retrouver du bon côté du manche !

14/10/2008

Violence sociale

Les renseignements, que nous pouvons tous recouper par des sources différentes, confirment que la violence dirigée, organisée, se banalise comme mode d'expression à part entière. Les pouvoirs publics, notamment éducatifs et judiciaires, démontrent chaque jour leur impuissance à l'enrayer.

Il est probablement trop tard pour reconstruire un monde sur des principes de réalité, un monde pragmatique qui respecterait les lois, les codes sociaux et les valeurs sociétales qui ont construit la civilisation occidentale sur des principes démocratiques.

Le monde, que nous avons connu, est à présent entre les mains des prédateurs et des barbares.

Il est à craindre qu'une étape ait été franchie avec le déclenchement de la crise écosystémique globale à côté de laquelle, la crise financière actuelle apparaîtra comme un "symptôme" et tout au plus comme une conséquence d'une période de dominance des concepts socialo, gaucho, bobo, bref psycho-marxistes devant lesquels la droite s'est inclinée.

La conjonction des crises : financière, économique, écologique, énergétique, démographique, alimentaire va provoquer un gigantesque tsunami dont les conséquences seront catastrophiques.

Il n'y a hélas, plus grand-chose à faire en matière de prévention et de remédiation. La gauche, comme la droite, a lamentablement échoué dans leur rôle d’éducation et de socialisation. Il est aussi trop tard pour réformer : les jeux sont faits !

Le modèle est d'ores et déjà répressif et, les libertés individuelles vont céder le pas devant un système autoritaire et "régulateur" dont les nouvelles technologies de l'information et de la communication, mais aussi les nanotechnologies, de nouvelles formes d’organisation et de gestion, vont permettre une application planétaire organisée.

Les ressources mondiales vont faire l'objet d'une guerre sans merci afin de s'en emparer ou de les conserver. Le monde va rapidement se partager entre ceux qui auront encore accès aux biens et aux services disponibles (environ un tiers de l'humanité enfermée dans ses forteresses) et le reste des hommes, en particulier la majorité des pays du Sud.

Pour eux Il n’y a plus grand-chose à faire. La décolonisation a accéléré leur dépendance à des cultures et à des croyances invalidantes d'un autre âge. Leur déficit technologique, social et culturel est considérable, leur agonie a déjà commencée car ils sont les premières victimes de la crise financière, économique et bientôt écosystémique.

Pour ce qui concerne l'Occident, nous aurons à nous prémunir contre ceux des nôtres et des migrants qui n'auront plus leur place dans un système ou la "solidarité" envers "l'autre" va disparaître au profit de celle "des siens" et contre cette singularité que représente l'Islamisme radical qui va constituer le fer de lance de la révolte de ceux, trop nombreux, qui seront inadaptés au monde qui se prépare.

L’avenir appartient à une humanité resserrée, moins nombreuse, éduquée et socialisée, respectueuse de son environnement, possédant une pluralité d’outils maîtrisés et des organisations conviviales[1] et responsables.

C’est, à mon avis, dans ces conditions que nous survivrons en tant qu’individu et en tant que groupe.

Qu'en pensez vous ?



[1] J’entends par organisation conviviale une société où l’action des hommes responsables est la plus créative et autonome possible.