Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2009

Systémique et psychothérapie

Un  certain nombre d'entre vous (de plus en plus nombreux) s'intéresse aux relations entre la systémique et la psychothérapie et se demande quels sont les rapports entre l'approche systémique et l'approche psychanalytique de « résolution de problèmes ».

Cette question révèle, au-delà d'un légitime désir de clarification, un enjeu de société explosif puisque la psychanalyse affirme haut et fort qu'elle est le dernier lieu où l'on puisse faire usage de la parole qui ne soit pas seulement utilisatrice et où des sujets peuvent encore se parler librement. 

Pour ma part je me dis qu'un parent, un ami ou un prêtre peuvent faire aussi bien que Mr Freud et ses disciples. Pour ce qui relève véritablement de la thérapie, de la pédagogie, de l'organisation et de la régulation des conduites, je suis heureux de constater le progrès des théories communicationnelles (relationnelles, familiales) et des thérapies comportementales et cognitives que les neurosciences éclairent tout particulièrement.

Je rappellerai pour mémoire qu'enfin, de nos jours en France, l'approche psychanalytique n'est plus maîtresse du champ thérapeutique, social et organisationnel qu'elle avait progressivement envahi et saturé. En écho avec le Marxisme et l'existentialisme de Jean Paul Sartre, le psychomarxisme a régné sans partage sur les esprits et les « âmes » depuis les années 50. Au moins deux autres approches s'installent progressivement dans notre  quotidien :

Les thérapies comportementales et cognitives  (TCC)  qui reposent sur le modèle selon lequel l'évaluation que l'on fait d'une situation (c'est à dire les pensées ou cognitions, incluant les discours intérieurs, images, scénarios etc.) est un facteur important qui détermine les émotions et les comportements. En retour, les émotions et les états physiologiques sous-jacents influencent les cognitions. Par ailleurs, l'évaluation d'une situation repose sur des croyances profondes sur soi et le monde (ces croyances sont appelées schémas). Le travail psychothérapeutique et psychosocial a pour  but de développer l'observation de ces composantes  (comportements, états physiologiques, émotions, pensées, images). Mais aussi leur interaction pour mieux contrôler les états psychologiques  (stress, anxiété, dépression, agressivité, etc.).

Il s'agit également de mieux prendre individuellement conscience et remettre en question  les schémas et traits de personnalité qui rendent difficile et douloureuse l'adaptation d'un individu à son environnement  et impossible sa participation à la modification de ce même environnement.

L'approche systémique, souvent  utilisée au sein des groupes restreints en interaction (famille par exemple) Cette approche considère que le problème d'une personne peut résulter des interactions avec l'entourage  et au delà. Le comportement est le fondement d'un système général de communication. Toute interaction se déroulant en suivant un système de règles, le problème commun est défini et des solutions faisant appel à la médiation à partir des règles tentent de concilier les attentes de chacun. 

L'approche psychanalytique qui n'est pas pour autant rejetée, a été récemment  pointée par le comité d'éthique en particulier sur l'autisme. Elle fait appel généralement à l'inconscient. Les difficultés du présent sont établies comme ayant leurs origines dans les conflits irrésolus de l'enfance.La méthode consiste à interpréter le discours (où la libre association est importante) et les comportements actuels pour élucider les conflits non résolus. Il s'agit d'une démarche qui traditionnellement peut être très longue. 

 Ma conclusion : sur le plan thérapeutique comme sur les plans pédagogique et organisationnel, il faut utiliser toute la palette des moyens, car il n'y a pas de vérité révélée.   

 Sur simple demande je transmettrai à ceux qui le souhaitent  des éléments d'approfondissement

 

Commentaires

Cher Francis
Dans ce tableau, où situez-vous la thérapie narrative "découverte" par Michael White ?

Écrit par : Françoise | 13/12/2009

Bonjour Françoise,
Du coté des pratiques narratives, la vie est considérée du point de vue de celui qui en fait le récit. Elle devient une histoire: "L"Histoire de vie" qui est utile en psychothérapie comme en formation des adultes. Il s'agit généralement de construire ou de reconstruire une identité.
Selon moi, histoire, donc mémoire et identité, c'est un peu la même chose.
Le sujet se crée ou se récrée une identité en se racontant une histoire ....la sienne ! Par la même occasion il fait en sorte que son histoire soit "prise en considération par les "autres", d'ou l'intérêt des "ateliers d'écriture". Une limite...a mon sens l'empathie du sujet pour la lecture et l'écriture. Ou autrement dit, son "niveau" culturel.
Les pratiques de Michael White s'appuient sur les travaux de Grégory Bateson, le père de la double contrainte et de l'injonction paradoxale.
Je situe donc sa méthode essentiellement dans le champ de l'approche systémique.
Amicalement

Écrit par : Francis | 15/12/2009

Analyse, systémique et comportementalisme sont indissociables dans un accompagnement psychothérapeutique qui se veut efficace et rapide, suivant ma propre expérience.

Voici en termes simples et accessibles à tous ma vision des choses, fort de ma pratique professionnelle en l’occurrence.

ANALYSE : il est important d’aider le patient à la recherche des causes réelles de ses maux et qui est toujours en AMONT. Ne pas les résoudre en profondeur, c’est s’exposer tôt ou tard à des rechutes et qui se succèderont à elles-mêmes tant qu’un travail porté à la racine des problèmes qui causent les symptômes n’aura pas été entrepris avec succès. C’est un peu comme si vous vouliez arrêter une chute d’eau en vous limitant à lui faire barrage en bas En revanche, il ne s’agira pas de faire de la psychanalyse (qui compte sur le temps pour que des résultats apparaissent) mais plutôt de pratiquer l’art de la cible (plus respectueuse de la loi universelle d’économie d’énergie).

« Une grande partie des thérapeutes offrent des thérapies comportementales pour combattre les symptômes des patients sans chercher leurs significations et leurs causes, parce qu’ils sont persuadés qu’elles sont introuvables.
Pourtant, dans la plupart des cas elles le sont mais elles sont toujours cachées dans l’enfance, et rares sont les personnes qui veulent la confronter », tout comme rares sont les (psycho)thérapeutes qui ont la capacité de faire ce type d’accompagnement et pour plusieurs raisons dont une qui est incontournable : avoir fait un réel travail sur soi (et continuer à le faire) pour pouvoir alors non seulement avoir la distance suffisante pour ne pas faire notamment de la projection, mais en plus pour avoir cette qualité empathique garante d’effets iatrogènes (générés par l’approche ou l’attitude du soignant). » Alice MILLER

SYSTEMIQUE : nous faisons tous partie de différents systèmes (familles éloignée, proche, travail, société, pays, planète, univers) et comme l’a notamment démontre la Physique Quantique ils sont non seulement en communication mais en interaction. La mise au jour de ces systèmes est destinée à faire mettre le doigt sur les causes cachées de certains de comportements indésirables Faciliter une tel accès c’est rendre possible l’identification notamment tous les jeux de pouvoirs qu’ils mettent en œuvre, c’est permettre de devenir rapidement plus libre et en axant davantage sa vie sur la réalisation légitime de ses besoins.
« Nous sommes les autres, c'est-à-dire que nous sommes devenus avec le temps ce que les autres - nos parents, les membres de notre famille, nos éducateurs - ont fait de nous, consciemment ou non. Nous sommes donc toujours influencés, le plus souvent à notre insu, par les divers systèmes dont nous faisons partie. (...). Il n'y a pas que les maladies psychiques et psychosomatiques qui soient du ressort des comportements individuels en situation sociale (…), sans doute toute la pathologie en dépend. » Pr Henri Laborit

COMPORTEMENTALISME : se concentrer sur le comportement observable de façon à prendre conscience comment il est déterminé par l'environnement et l'histoire des interactions des systèmes. Cependant, il est à déplorer que des psychothérapies ne mettent en jeu que ce seul aspect des choses comme le regrettait Alice MILLER
Faisant l'impasse sur les causes profondes, le (seul) comportementalisme apportera un bien-être tout temporaire : ce qui est programmant et qui n'a donc pas été solutionné se réactiver à la faveur d'événements déclencheurs et, selon mon observation empirique, plongera alors davantage les personnes dans un plus grand sentiment d'impuissance, voir de dévalorisation accrue (ils ont alors l'impression qu'ils ne sont pas capables de guérir ou qu'ils ne le méritent manifestement ou pas !).


Voici ce qu'on pourrait taxer de pur comportementaliste !
On aura donc compris qu’il ne saurait être question que d’offrir un accompagnement psychothérapeutique performant, respectueux des lois naturelles (économie d’énergie, adaptation harmonieuse et heureuse au milieu…) : il intègre alors analyse, systémique et comportementalisme dans un souci d’optimiser leurs apports.

Dans de telles conditions, se cantonner à ne pratiquer que l’analyse, la systémique ou le comportementalisme est erratique ; c’est mettre le patient dans un moule obligé et c’est bien le ressenti de certains d’entre eux lorsqu’il découvre enfin une psychothérapie qui prend en compte les trois approches.

Écrit par : Baudouin Labrique | 16/12/2009

Merci de ce commentaire qui éclaire et donne sens à une réponse globale et différenciée.
Vous avez raison de dire qu'en l'état actuel de nos connaissances, la "solution" c'est de prendre en compte les trois approches.
Oui, rares sont les thérapeutes et les personnes qui veulent confronter les causes et les significations des attitudes et des comportements.
Faut il pour autant se refuser à "soigner" ? Commencer par combattre les symptômes permet le plus souvent d'approcher la connaissance des causes. L'approche systémique (et comportementaliste) par exemple autorise la codification d'un certain nombre de"schémas" de base dans lequel le praticien se retrouve plus ou moins. Son expérience et son "empathie" (au sens anthropomorphique du terme) permet généralement (à partir de l’analyse des pratiques par exemple) de démêler les causes.
Bien cordialement

Écrit par : Francis | 16/12/2009

Merci Francis pour une réponse aussi rapide !

Vous dites : « Faut-il pour autant se refuser à "soigner" ? »

Un psychothérapeute digne de ce nom, c’est-à-dire respectant des éthique et déontologie les plus élevées possibles, doit se comporter en facilitateur, sorte d’accoucheur de l’enfant de la guérison et qui doit toujours reste la création du patient. En conséquence, le psychothérapeute doit impérativement travailler avec le système de croyance du patient (ne pas ouvroir changer quelque croyance que ce soit sauf si le patient en fait précisément la demande) : il s’en tien strictement à l’objectif que le patient lui donne en début de séance, sans directivité. Fonction alors du point de départ donné, sans même qu’il s’en rende compte, le patient sera aidé par l’analyse, la systémique ou le comportementalisme.

Bien sûr qu’idéalement, il faudrait que le patient poursuivre la cicatrisation de ses blessures émotionnelles jusqu’au bout, de sorte que la situation conflictuelle primale soit réellement résolue. A l’usage, j’ai remarqué que cela se fait souvent par étape, vu qu’il y a une nécessaire mise en expérience de ce qui aura été conscientisé, « mis en chantier » par le patient pour qu’une sorte de maturation se fasse naturellement. Il est selon moi important qu’à cet égard le psychothérapeute ne se comporte pas comme maître à penser, directeur de conscience ou tout comportement gouroutique. Il ne saurait être question dès lors de refuser à « soigner » (à condition, et Lacan aurait pu le dire, de ne pas « nier le soi » du patient !...).

Vous dites : « Commencer par combattre les symptômes permet le plus souvent d'approcher la connaissance des causes. »

Je n’adhère pas du tout à ce concept qui est « combattre » les symptômes.

Les derniers développements de la psychobiologie moderne ( trois fois w psychobiologie.eu ) ont montré que les maladies n’étaient qu’une tentative d’adaptation à l’environnement et qu’il n’y avait aucunement lieu de « combattre » les symptômes dans la phase froide des maladies (inflammation, intervention des microbes qui se comportent comme ouvriers saisonniers ° : trois fois w retrouversonnord.be/phasesmaladie.htm )
(°) Je n’ai pas dit qu’il ne fallait jamais intervenir : clamer le jeu des virus (fièvre) mais certes, limiter leur action pour ne pas risquer que la personne s’affaiblisse dangereusement.
Exemple de la brebis à qui on arrache brutalement les petits et analogiquement ce qui se passe avec les cancers du sein : trois fois w retrouversonnord.be/Sante_le_Figaro.htm#sein

N.B. Pour ne pas qu’on se méprenne sur mes propos : à cet égard même si « la psychothérapie est l'ensemble des moyens par lesquels nous agissons sur l'esprit malade ou le corps malade, par l'intervention de l'esprit » (°),cela ne justifie pas, de la part du psychothérapeute, quelque intervention, avis positif comme négatif à propos de l’Art de guérir et qui est réservé à la gent médicale.
(°) Antoine Porot, co-auteur d'un "Manuel alphabétique de psychiatrie"- 1952


Vous dites : « L'approche systémique (et comportementaliste) par exemple autorise la codification d'un certain nombre de "schémas" de base dans lequel le praticien se retrouve plus ou moins. »

Je n’aime pas la référence théorique à des schémas codifiés car le risque est alors de placer le patient dans un moule étriqué, psychorigide et peu respectueux en fin de compte de la manière dont il a créé sont propre « schéma » : « Le thérapeute, dans la définition que j'en ai, de façon douce accompagne, encourage, permet un chemin de réappropriation de sens du sujet par lui-même », fait observer le psychothérapeute Christian Flèche.

Écrit par : Baudouin Labrique | 16/12/2009

Oui, très interessante votre approche "douce" et je la partage, mais je ne pratique plus depuis longtemps en individuel, trop épuisant. J'ai préféré l'entreprise. Pour ma part, je trouve les codifications du DSM 4 interessantes et j'ai pu constater que les schémas sont de bonnes références surtout ceux que l'on a "construit" au fil du temps et ma foi comme bien d'autres je suis persuadé que vous y succombez quelquefois, un peu comme l'enseignant qui ne propose pas toujours un nouvel exercice à ses élèves (pardonnez l'analogie, mais c'est la seule qui me vient à l'esprit)
Encore merci, nos correspondants vont apprécier. N'est ce pas Françoise ?

Écrit par : Francis | 16/12/2009

Francis, je ne reçois pas automatiquement les commentaires. Je viens de les lire. J'en apprécie certains... et, imaginez vous, que je commence à m'intéresser sérieusement à la "systémique".
Bien à vous
Françoise

Écrit par : Françoise | 16/02/2010

Les commentaires sont fermés.