Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2016

Général Piquemal

Que s’est-il passé entre le moment où le général Piquemal a été jeté dans les geôles calaisiennes et celui où il a été libéré pour « regretter » ?
Sans doute ne le saurons-nous jamais !
Pour ma part je considère que le Général s’est exprimé sur l’essentiel et qu’effectivement cette manifestation avec PEGIDA était inutile et les groupes qui l’ont organisé ont fait une erreur de plus qui nous fait perdre notre temps, notre argent dans des déplacements inutiles, la force de nos convictions et prendre des risques qui le sont autant.
Si manifestation il doit y avoir, elle doit être massive, pacifique, non violente, se tenir dans la durée et avoir le soutien d’une forte résistance civile et civique.
Dans la manif pour tous 2 millions de personnes dans la rue n’ont pas ébranlé le pouvoir et la volonté de Taubira …alors 200 personnes à Calais …non merci !

L'intelligence dans cette triste affaire qui remet en cause la possibilité d'associer les "souverainismes" serait de distinguer les causes des effets et de constater que les "résistants" ont perdu une bataille.
Certains après l’avoir brièvement encensés ont mis le Général en accusation, incapables de comprendre que ce dernier ne voulait que protester contre la déconstruction multiforme que subit notre pays, contre l’abandon de ses élites, contre des partis organisés dans l’unique but de la conquête du pouvoir pour satisfaire les attentes de leur clan.
Cet homme à compris qu’il devait parler, dire ce qu’il voyait : une France que l’on met à mort et qu’il refusait d’assister passivement à sa chute.

Un homme qui s’est juste trompé de contexte et d’interlocuteurs…personnellement, je ne comprends toujours pas pour quelles raisons des groupes comme Pegida, Résistance Républicaine et d’autres persistent à nous faire manifester sans le moindre résultat
Cette grande confusion des valeurs et des idées conduit à la mort de la démocratie
Alors ne mélangeons pas tout ! Et ne s'agit pas là d'intelligence, mais de connaissance et tout au plus de compétence.
La France ne pourra pas faire l’économie d’une guerre interne : celle de son déclin et de son redressement …Le reste, c’est l’écume des jours !

Francis NERI
13 02 16

Commentaires

Bien Francis, cette petite chronique est sympa...
on en attend d'autres....

Écrit par : Guillon Martine | 13/02/2016

Merci Martine...çà va venir, mais il faut que je refasse le point; car ce que j'ai vu et entendu ici et là fait froid dans le dos !

Écrit par : goshein | 13/02/2016

Bonsoir,
J'y étais !
En chemin vers le point de rendez-vous (à pied), j'ai rencontré en ville et sur le parking d'un supermarché des bandes d'excités alcoolisé (certains bouteille à la main) que j'ai pris, sur le coup pour des anti-fas. A 500 m de la gare, les flics ont arrêté un renault noire avec des gars du même acabit. Arrivé à la hauteur du véhicule , j'ai même entendu une flicette déclarer "y au moins 10 litres d'alcool là d'dans".
Au cours de la manif, les esprits se sont vite échauffés, une bande d'une trentaine d'homme s'est constituée devant le cordon de CRS en les provoquant, probablement galvanisés par la présence du Général, sorte de caution morale. Parmi ces gens, au moins 3 ont pratiqué le salut nazi ostensiblement.
Les CRS ont alors pratiqué des charges ciblées pour extraire, un à un, des éléments nerveux. J'ai assisté aux 2 premières charges dont une à mes pieds. Sur place j'ai fait connaissance d'un couple de 60 ans et d'une calaisienne de mon âge. J'ai compris alors qu'il n'y avait rien à attendre de cette manif, pas du tout contrôlée et infiltrée par des éléments dont je ne partage pas du tout les vues. D'un commun accord, nous avons quitté la manif à ce moment. Bien nous en a pris, le général étant arrêté un peu plus tard.
Toute la manif à été filmée par les services de la Police (je m'en souviens parfaitement). Il est probable que ce film ait été donné à visionner au Général qui n'a pas voulu être assimilé à ces gens.
Voilà pour le factuel.
Quant à la volonté sincère de la majorité des gens présents avec moi ce jour à vouloir manifester pacifiquement, je ne peux la remettre en cause. Ce qui dominé l'esprit des "gens de bonne volonté" présents, c'est le peu de monde présent. Tout le monde en était atterré (3 à 400 personnes). Après, les choses se sont passées vite et les 3 ou 4 gars qui "assurés" le service d'ordre ont été très vite dépassés.
Cette manifestation a brouillé les esprits, assimilé des patriotes sincères à de la racaille qui ne vaut pas tripette ! On parle de manipulations politiques pour décrédibiliser la voie des patriotes. Je n'en suis malheureusement pas convaincu.
La colère, pour certains, n'est pas toujours bonne conseillère.
"Préparez vous, il est déjà trop tard"

Écrit par : Olivier | 13/02/2016

Du factuel effectivement Olivier ...à Dresde ce fut plus calme, car bien maitrisé mais le contexte est globalement le même ...ce n'est pas Pegida la bonne réponse

Écrit par : goshein | 13/02/2016

Cher Goshein ,la reponse a toutes ces saloperies que subit la France serait que le peuple de France,s'il avait encore un soupcon de dignite, de fierte d'etre Francais,se leve et balaie toute cette merde qui ecrase le pays avec la minorite absolue

Écrit par : raymond | 14/02/2016

Oui Raymond, comme le dis Olivier, et je partage son avis, :" pas de salut sans l’affrontement lucide des plus grands périls"
La question qui se pose alors c'est :
1) Pour quelles raisons (pour quels périls )?
2) Avec QUI ?
3) Comment ?
4) Quels moyens ?
Essayons d'y répondre ensemble !
Amitiés

Écrit par : goshein | 18/02/2016

Les manifs, surtout les micros manifs, n'ont jamais servi à rien. Vu la situation, en France et dans le reste de l'Europe occidentale, cela fait des années qu'il n'y a plus de solutions pacifiques. Si nous voulons conserver le mode de vie occidental, il faut éliminer physiquement des centaines de collabos. Combien sont prêts à le faire ? Combien en sont capables ? Seule compte la réponse à ces deux questions.

Écrit par : Charles DALGER | 14/02/2016

Oui Charles :comme le dis Olivier, et je partage son avis, :" pas de salut sans l’affrontement lucide des plus grands périls"
La question qui se pose alors c'est :
1) Pour quelles raisons (pour quels périls )?
2) Avec QUI ?
3) Comment ?
4) Quels moyens ?
Essayons d'y répondre ensemble !
Amitiés
:-)

Écrit par : goshein | 18/02/2016

En ce qui concerne Pegida, une intéressante lecture: Enquête de l´Institut de Göttingen d´études démocratiques, réalisée par l´Université de Göttingen, à trouver sur le web. Celà pourra servir à ce vaillant Général pour sa défense.

Écrit par : frahenjac | 14/02/2016

Merci pour l'info ! Ceci devrait aussi NOUS servir; il devient de plus en plus difficile d'identifier l'info ...signifiante :-)

Écrit par : goshein | 18/02/2016

@Charles DALGER
Très peu de monde parce que nos sociétés occidentales ont exacerbées l'égocentrisme au détriment de l’intérêt commun, ont générées de l'immédiat en lieu et place de la sagesse, des hommes lâches et pleutres (des mutants) en lieu et place des hommes d'honneur, par manque de confrontations, par abondance de vie cotonneuse, par abandon servile au désir en lieu et place de la transmission et du soutien fraternel.
Ce monde va finir tragiquement, seuls les plus forts et ceux conscients qu'il faut MAINTENANT se mettre à l'abri, survivront. Eux seuls retourneront à la terre et à la truelle, les derniers alliés à ne nous avoir jamais abandonnés !
A votre disposition pour du concret !

Écrit par : Olivier | 14/02/2016

Je vous livre mon crédo, la pensée de Dominique de Roux :

«Ainsi que le Phoenix éternellement renaissant de ses propres cendres par la double vertu, dévastatrice et salvatrice, du feu philosophique, “l’homme des tempêtes” sait qu’il n’y a pas de survie sans l’expérience directe, lancinante, de la mort, ni de Paix profonde , – la Pax Profunda des Philosophes, – sans la traversée tragique des éléments déchaînés, pas de salut sans l’affrontement lucide des plus grands périls, pas de détachement ni de liberté pour celui qui n’aurait pas parcouru jusqu’à ses plus extrêmes limites, les espaces de l’agitation,
du démembrement et de l’extinction.»

Écrit par : Olivier | 14/02/2016

Si déjà nous répondons en nombre suffisant à CE défi : "pas de salut sans l’affrontement lucide des plus grands périls" ce serait bien ...
Je pense comme Poniatowski que : l'Histoire a peu ou pas de sens une poignée d'Hommes pourvu qu'ils le veuillent peu la déterminer.

Écrit par : goshein | 18/02/2016

Si déjà nous répondons en nombre suffisant à CE défi : "pas de salut sans l’affrontement lucide des plus grands périls" ce serait bien ...
Je pense comme Poniatowski que : l'Histoire a peu ou pas de sens une poignée d'Hommes pourvu qu'ils le veuillent peu la déterminer.

Écrit par : goshein | 18/02/2016

Les commentaires sont fermés.