Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2017

Le crédo Européen

Emma Prudhomme trouver pour défendre ces idées des hommes jeunes et décidés comme ce jeune politique qui vient d'être élu en Autriche !
Parce que ces jeunes s'ils ont résisté à près d'un demi siècle d'éducation du politiquement correct et aux programmes médiatiques et culturels, en conservant les valeurs traditionnelles dites de droite, alors oui c'est qu'ils seront sans doute capable de résister à cette « bien pensance » qui a formaté les cerveaux de tous ces soixante-huitards attardés qui nous gouvernent et à ceux qui ont tellement peur d'être traités de tous les adjectifs en iste et en phobe qu'ils n'osent même plus faire front aux journalistes pour les renvoyer dans leur corde.......

Marie-Christine Bertrand Elles sont toutes les deux sur de mauvaises bases ; il vaut mieux abattre les deux pour n'en faire qu’une, plus forte et plus grande !

............

Francis-claude Neri : Bien entendu vous avez raison toutes les deux. Le piège depuis 40 ans, c’est le multiculturalisme et dans une démocratie, la question de l’identité est centrale, car elle conditionne les attitudes et les comportements.
La déconstruction de la France a effectivement commencée en 1968 en disant : si un dilemme vous importune, vous n’avez qu’à le nier et le faire disparaître en l’EXPLIQUANT …la race, la peau, la religion, le sexe, les origines, la complexité, la subsidiarité, l’organisation fractale, les systèmes et leurs rétroactions etc.
Nous avons dit qu’il fallait assimiler…intégrer…mais dans QUOI ? Quelle(s) culture(s) quelles valeurs ?
Nous avons en même temps, oublié NOTRE « sécurité sociétale » c’est à dire la volonté de perdurer dans nos « caractéristiques essentielles » et surtout d’acculturer, c’est à dire d’exiger un degré minimum d’adaptation aux modèles de la société d’accueil.
Il y a intégration lorsqu’il y a suppression des préjugés, des discriminations, des conflits de valeur.
La France est de culture Judéo-chrétienne, avec des racines gréco-romaine, le tout « mâtiné » des Lumières.
Aux migrants, nous aurions du imposer l’adaptation aux valeurs du « crédo Français.
Avec le « regroupement familial » nous avons construit notre cheval de Troyes, des enclaves ethniques et cultuelles, un futur « Etat islamiste ".
Nous le devons aux doctrines du « multiculturalisme » et nous avons fait de l’islam militant le premier ennemi de l’Occident au XXI siècle.
Le mouvement multi-culturaliste ne veut pas une France du melting-pot, il veut une France de la « mosaïque », c’est tout autre chose.
Le mouvement multiculturaliste né dans les années 70 est CONTRE la civilisation occidentale, il cherche à remplacer sa culture, éradiquer sa mémoire et donc son identité et la remplacer par d’autres cultures, essentiellement liées à des groupes raciaux, ethniques et religieux antagonistes.
Cette idéologie anti occidentale née en France en 1968 repose sur les postulats suivants :

1. La France est composée de nombreux groupes ethniques, raciaux, religieux différents.
2. Chacun de ces groupes possède une culture qui lui est spécifique.
3. La culture Occidentale dominante a opprimé ces cultures et contraints ceux qui appartiennent à des groupes ethniques, raciaux ou religieux différents à s’adapter et s’assimiler à la culture majoritairement Chrétienne, esclavagiste et colonialiste.
4. La justice, l’égalité et les droits des minorités exigent que ces cultures opprimées soient libérées et que les administrations publiques comme les institutions privées soutiennent leurs légitimes revendications.

Le résultat c’est que la France réelle est une mosaïque au chaudron bouillonnant. Les Musulmans, les Noirs comme les Juifs ou les Chrétiens, doivent brandir leurs spécificités ethniques, raciales, cultuelles et les défendre.
Ils se doivent de dénoncer la civilisation occidentale et son impérialisme comme la source de tous les maux.
Les conceptions européennes de liberté individuelle, de démocratie, d’Etat de droit, des droits de l’Homme, ont façonné la République Française ; les partisans du mouvement multiculturaliste les considèrent comme des outils à utiliser pour briser la domination de la civilisation européenne.
Les tenants du multiculturalisme appellent de leurs vœux à une révolution qui mette fin à une France culturellement unie dans ses croyances et ses pratiques.
C’est pourquoi le champ de bataille principal des multiculturalistes fut l’Ecole de la République qu’il fallait transformer en « lieux démocratiques » par le biais d’une valorisation des cultures, des cultes et des groupes, infra-nationaux.
L’éducation multiculturelle fut imposée par référence à « l’égalité dans l’éducation ». C’est là un objectif auquel bien peu de français pouvaient s’opposer.
Ils ne comprenaient pas, bien entendu, que cette « égalité » désignait un traitement égal pour toutes les cultures, tous les cultes, toutes les races et toutes les ethnies.
Cet objectif s’est réalisé au détriment des valeurs et de la culture que les Français ont en commun.
Pour les multiculturalistes une telle culture n’existe pas et ne doit pas exister. C’est d’ailleurs ce que le Président Macron a soutenu à maintes reprises.
Aujourd’hui avec ce Président, la victoire du multiculturalisme est totale. L’objectif multiculturaliste des années 70 était de débarrasser la France d’un héritage européen « esclavagiste et colonialiste ».
Il est atteint, les Français peuvent à présent subir sans grande résistance les influences « rédemptrices » des cultures non occidentales et en premier lieu, la culture islamiste.

Mémoire et identité c’est un peu la même chose. En faisant perdre aux Français leur mémoire et leur identité, en dépréciant leur histoire nationale, ils ont détruit la nation France qui peut à présent se fondre au sein d’une nation Européenne multiculturaliste.
Le problème est que cette nation n’existe pas et que le multiculturalisme est devenu le cheval de Troyes de l’islam.
Juste retour des choses, puisque les multiculturalistes- de gauche en particulier- voulaient utiliser l’Islam comme une « singularité » capable de vaincre "l’impérialisme américain" et ses « valets » européens.

Oui le mythe de la diversité et de l’égalité a gagné la bataille idéologique des 40 dernières années. Sartre et ses affidés ont gagné contre Camus et Aron.
La désagrégation de la France est effective. Le multiculturalisme et l’intolérance politique se sont renforcés au sein de l’école, de l’université, au sein des familles et de la société civile, associative.
Les combats autour des problèmes que posent les races, les langues, les religions divisent plus que jamais les Français et si rien n’est fait ils pourraient bien demeurer divisés.
L’échec de nos « infogroupes » venant après celui de Béziers en est la tragique illustration.

Il me semble à présent évident que le sursaut et la reconstruction ne viendront pas de la France, mais probablement d’une coalition d’européens : Allemagne, Autriche, Hongrie, Pologne etc.

C’est ce que nous avons commencé à faire au rendez vous de Munich !

Francis-claude Neri
17 10 17

Écrire un commentaire