Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2019

La possibilité d'un voile

On bataille âprement, entre adultes, de la question du port du voile, ou pas, dans les sorties scolaires. La FCPE, Blanquer et Taché jouent dans la cacophonie sur ce sujet. Mais pourquoi donc, du point de vue d'un enfant, faudrait-il interdire le voile aux mamans qui encadrent les sorties scolaires ?
Parce que les petites filles, comme les petits garçons, fonctionnent sur le principe des modèles identificatoires. Ce qui signifie qu'en voyant un adulte, un enfant se dit qu'il peut peut-être devenir comme lui. Et en voyant une femme voilée, une petite fille se dira que cet accoutrement est pour elle une possibilité future, un destin futur, une obligation future... que peut-il se passer dans la tête d'un enfant ?
La petite fille musulmane va intégrer ce voile comme une possibilité d'avenir pour elle, mais aussi la petite fille non musulmane. Et le petit garçon musulman va se dire qu'il pourra lui aussi, quand il sera grand, voiler sa femme. Mais le petit garçon non musulman se le dira aussi.
En résumé, il n'y a pas meilleur moyen pour les musulmans de faire intégrer dès le plus jeune âge, à toute la population et pas seulement musulmane, que la femme a un statut qui permet qu'on lui impose une tenue vestimentaire.
On pourra toujours rétorquer que tous les enfants voient déjà des femmes voilées dans la rue ou à la télévision. Ce n'est pas du tout la même chose. Les premières sont croisées dans l'espace public, sans aucune interaction et si l'enfant pose une question, un adulte peut toujours lui répondre qu'il ne cautionne pas ce genre de tenue vestimentaire dans notre pays et expliquer pourquoi.
Les secondes sont des personnages de fiction, sur un écran et soit l'enfant voit cette tenue sans en saisir le sens, s'il est seul, ou alors un adulte explique, comme dans le premier cas.
Pour les sorties scolaires, ces mamans voilées seront cautionnées par les maîtres, en qui les enfants ont assez naturellement confiance et seront donc en mission « autorisée » auprès des enfants. Et ce sont elles-mêmes qui vont expliquer, si l'enfant questionne, pourquoi elles portent cette tenue et donc la faire accepter, à la fois comme marque de leur religion, mais aussi comme choix possible pour une future vie d'adulte, voire comme un art de vivre merveilleux.
Ce qui s'appelle clairement du prosélytisme, auprès d'enfants très jeunes et donc extrêmement influençables. Les musulmans radicaux ont donc non seulement intérêt à ce que ce voile soit accepté lors des sorties scolaires, mais également tout intérêt à le proposer sous couvert de pudeur et de choix personnel des femmes. Sans compter que cet acquis en appellera rapidement un autre, jusqu'à ce que l'accoutrement s'impose à tous et toutes. Les intéressées voilées, avec l'aide d'idiots utiles associatifs, pratiquent la tromperie aggravée...

Pierre Duriot

15 10 19

Écrire un commentaire