Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2019

Partir !

Alain Persat : "Avant de leur demander de partir, il faudrait comprendre pourquoi ils ont tout abandonné chez eux pour venir chez nous au risque de leur vie !"
                                                                              ---------
On aurait tort de penser que c'est encore une question morale, qu'il s'agit uniquement d'un problème d'éthique ou qu'en faire une affaire de justice soit encore possible et puisse nous rapprocher d'une solution.
On a dépassé le seuil de réversibilité, désormais il est illusoire de chercher autre chose que le moindre mal. Il n'y aura pas d'atterrissage en douceur, il faut se contenter de limiter la casse, qu'il s'agisse des conflits ethniques, culturels et religieux en gestation au sein des pays occidentaux ou de la faillite de l'économie de la croissance au prix de la dégradation de l'écosystème terre.

Cela pour une raison relativement simple, le double ratage de l'intégration de populations et de la transition écologique est déjà acté. L'étape des solutions sparadrap est terminée, il faut malgré nous en prendre acte, le moment fatal pour nos illusions de ranger nos espoirs fous dans des tiroirs est arrivé mais surtout il est grand temps de se préparer à l'étape suivante, à partir de là je vous laisse imaginer pour et par vous-même...
... ce qui suit... avec plus ou moins de brutalité !

Humaniste moi-même, je suis assez sensible au sort des plus faibles et des minorités, pour constater avec tristesse et désarroi que les espoirs de jeunesse(s) n'étaient que de vaines illusions, un idéalisme d'adolescent attardé, une façade peinte sur du carton servant de décor à une utopie cachant une dystopie, un fatras sympathique d'auto congratulations, des bonnes intentions pavant le chemin vers l'enfer...
 
Qu'on le veuille ou non, nous nous trouvons après le double naufrage, d'une part de l'humanisme, cette illusion d'une universalité appelée humanité, basée sur la tolérance et perçue unilatéralement comme le progrès, d'autre part de l'industrie énergivore et de "la globalisation heureuse".
 
On nous avait prédit un triomphe de la technologie, un miracle du brassage, nous nous trouvons sur un pont sans issue au dessus d'un précipice, croyez-moi il m'en coûte mais il va falloir faire marche arrière pour ne pas tomber !
 
J'espère évidemment me tromper.
 

Commentaires

Il ne saurais y avoir de ratage de transition écologique car l'écologie est une transition continue et dont le cheminement n'a que faire de l'humanité. Il n'y a pas de sens à la nature. La nature n'est que interactions de forces et de changements continus et permanents sans sens, sans valeurs, sans direction prédéterminée, sans destinée.

Seuls des apeurés par leurs fantasmes rêvent de retourner à une nature idylliques fantasmagorique, un paradis perdu idéal.

La planètes, le climat et la nature ne sont pas en danger du moins du fait de l'homme le seul danger (au sens d'y mettre fin) qui les exposent ce sont les forces cosmiques.

Ce qui est en danger dans un monde devenu multipolaire c'est le confort petit bourgeois des occidentaux qui se complaisent à casser les jouets dont ils sont les plus friands. Leur peur de perdre ce confort est irrationnel mais il s'y complaisent et multiplient les adorations de prophètes d'apocalypse.

En fait le monde apparait aujourd'hui incertain après un demi siècle de confiance dans l'avenir. Mais le monde à toujours été incertain.

Il est faux, archi-faux de croire que l'avenir est aujourd'hui plus périlleux que hier. Mais le confort des petits bourgeois européens est aujourd'hui remis en cause par tous ceux qui n'en jouissait pas au profit de ceux qui en jouissaient. C'est cette incertitude de rester dominants et privilégiés qui fait peur aux européen. Cette peur, comme toutes peurs est irrationnelle.

Les Européens ont perdu toute objectivité et toute confiance en eux (au point de vouer un culte à mère Nature vengeresse).

Mais ils rejettent cette perte de confiance sur des victimes expiatoire dont le "progrès" et l'étranger.

L'échec n'est pas la prétendue non intégration des étrangers ou la mise en danger de la planète, l'échec c'est le replis sur soi et ses peurs auto-alimentées.

L'Europe terre d'une certaine lumière est aujourd'hui au prise avec son propre obscurantisme alimenté par les prophètes d'apocalypse et les semeurs de haines. Pas par l'état de la planète, de l'environnement ou du climat pas plus que par les étranger et ceux désignés comme tels.

Le seul danger pour les Européens petits bourgeois ratatinés sur leur petit moi égoïste, c'est eux-mêmes et rien qu'eux-mêmes.

Écrit par : Olivier MONTULET | 16/11/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire