Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2013

Nicolas

Réaction de Maître Frédéric Pichon  

« Le jeune Nicolas dormira ce soir à côté des dealers, des assassins et des violeurs pour lesquels Christiane Taubira estime que la prison n’est pas la solution »

Source Le rouge et le Noir

A 16h35, Nicolas, jeune opposant à la Loi Taubira qui vient de passer 6 jours dans les geôles de Manuel Valls, a été condamné à 2 mois de prison ferme et 2 mois avec sursis et près de 300 euros à régler avant le 30 juin.

Voici ce qu’en dit le collectif Prisonnier politique :

Prison immédiate pour Nicolas. Coupable d’avoir couru devant des flics. Qui le traquaient. On invente le délit, on poursuit et on condamne. Bienvenue en Normalie

Revivez ce qui s’est passé cet après-midi :

A 14h30, le parquet avançait trois chefs d’accusation :

  • Rébellion
  • Atteinte aux biens prives
  • Refus de prélèvement ADN

D’après Prisonnier politique :

Nicolas a l’air épuisé. 2e séance de 3 jours dans les cachots de Taubira. La dernière fois il était sorti libre Logique : il était innocent.

A 15h45, le procureur demande 2 mois de prison ferme ainsi que 2 mois sursis. Nicolas devrait donc, selon le procureur, payer 1500 € d’amende, et 2500 € pour les policiers qui l’ont étranglé.

D’après Prisonnier politique :

L’avocat : la police a chargé sur des jeunes a qui il n’a rien été reproché ! Aucune infraction. Poursuites à 10 sur un jeune de 23 ans. Taser sorti. Et il n’avait rien fait ! Alors oui il a eu peur ! Il s’est réfugie dans un restaurant !

A 16h30, le verdict final tombe. Déclaré coupable par le juge, Nicolas est donc condamné à une peine de prison de 2 mois ferme et 2 mois avec sursis, et près de 3000 euros d’amende. Les motifs de la condamnation sont les suivants :

  • identité mensongère
  • refus d’être signalisé (relevé d’empreintes)
  • rébellion

L’avocat a tenté, vidéo à l’appui, de démontrer le caractère mensonger de ces motifs. Cette tentative s’est révélée infructueuse, le tribunal ayant décidé de suivre les réquisitions du procureur.

Les derniers mots du condamné, avant de se retrouver à nouveau derrière les barreaux, furent « On ne lâche rien ! ».

A noter que les personnes présentes au dépôt afin de soutenir le moral de Nicolas ont été violemment parquées par les forces de l’ordre. Des téléphones portables ont été arrachés.

Voilà la Justice de la République. 

A tous ceux qui attendent un signe.

A tous ceux qui attendent un signe, un acte pour ENFIN sortir de leur « engagement » derrière un ordinateur et qui se passent et se repassent des courriels incendiaires qui ne veulent plus rien dire et encombrent nos réseaux, je leur dis : qu’attendez vous, c’est le moment !  

Nicolas l’a dit : "Nous ne lâcherons rien" Et j'ai le sentiment qu'il ne faut pas espérer « le faire sortir ». Le veut il lui même d'ailleurs ? 

Sa révolte va au delà du simple engagement contre le mariage homo et il tire sur la « ficelle systémique » pour faire venir « le reste » avec et POUR nous tous.   

Dans un contexte différent, et avec d'autres moyens, Nicolas poursuit l'action de Dominique VENER : l'exemplarité. Il nous montre le chemin pour comprendre la « triplice » comme dit Jacques Philarchein c’est à dire la collusion et la connivence entre ces trois forces obscures qui détruisent NOTRE monde : capital, islam, gauche.

Il nous montre également COMMENT la combattre.  

Je suis persuadé, comme par exemple le fut Martin Luther KING ou Gandhi d'en d'autres temps et dans un autre contexte, que son emprisonnement fera de lui un guide dont NOS jeunes vont s'inspirer. 

Merci Nicolas ! Nous sommes prêts à aller jusqu'au bout avec toi et, s'il le faut, te rejoindre en prison !  

Francis NERI