Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2006

L'approche systémique

L’approche systémique du fonctionnement des groupes sociaux n’est pas simplement une pratique relevant de la psychothérapie, c’est aussi, et je dirai en premier, une école de pensée qui élabore au quotidien des méthodes et des moyens pour permettre aux êtres humains d’établir un meilleur rapport avec la réalité.
Cette réalité est faite de communications ou encore, que chacun de nous entre en relation avec lui même, avec les autres et avec l’ensemble social, en particulier ce que l’on peut désigner par l’Institution.
L’hypothèse première que je propose est que l’harmonisation de ces relations passe par un équilibre à trouver en permanence entre ces trois axes ou encore par une mise en cohérence des trois systèmes.
L’hypothèse seconde sur laquelle je m’appuierais pour développer la première est qu’il faut redéfinir la réalité en terme de perceptions et de réactions. La réalité serait la résultante de nos interactions, du lieu de notre observation, des outils utilisés et du langage dont nous nous servons pour traduire notre représentation de cette réalité.
Dans cette hypothèse, la réalité n’existe pas en tant que telle, elle est celle que nous voulons qu’elle soit. Il y a autant de réalités possibles qu’il y a d’individus porteurs de leur réalité.
Ce que nous sommes est le produit de ce que nous pensons être dans la réalité que nous avons construite et que nous assumons, dépassons, transformons  ou encore subissons.
Cela fait de nous des individus libres et manoeuvrants capables, s’ils le veulent et le peuvent, de se libérer de leurs conditionnements inadaptés, de réformer le cadre étroit de leurs schémas mentaux, de leurs représentations, de leur vision du monde, et de leurs relations trop souvent devenues pathologiques.
Considéré de ce point de vue, tout « recadrage » doit être proposé comme une remédiation qui est la conséquence d’un apprentissage inadapté lors du processus initial de construction du sujet.
Nous pourrons alors logiquement déduire de ces hypothèses que les troubles individuels, relationnels et sociaux sont la résultante d’un apprentissage défectueux, d’une éducation inadaptée, d’une socialisation non prescrite, et d’une prévention inconséquente.
Une théorie générale de la communication devrait être en mesure de proposer des finalités, des pratiques, des méthodes et des moyens éducatifs, socialisants, préventifs et de résolution des dysfonctionnements.
Cela peut être conduit par un cadrage initial dés le plus jeune âge et un recadrage périodique élaborant et modifiant la perception de la réalité et des réactions des individus.
Se pose alors une grave question éthique qui constitue en quelque sorte ma problématique. Si nous voulons que chaque individu devienne libre, manoeuvrant, en pleine santé physique et mentale, avons-nous le droit sinon le devoir de le conditionner selon une « normalité » et une « réalité » que nous aurions décidé comme étant la meilleure adaptation possible à son environnement, dans l’intérêt bien compris et gagnant/gagnant du  système  individu, celui de l’autre, comme du système social ?
J’invite chacun de mes correspondants concernés par les rapports sociaux à m’aider dans la résolution de cette « injonction paradoxale » en me faisant part de leurs réflexions et de leurs expériences.

 

 

16/04/2006

Communication et apprentissage

Pour qui a quelque intérêt à la signification des mots, il apparaît que chacun d’entre nous possède sa propre représentation quant au sens qu’il faut leur donner. C’est sous forme de « schémas » inscrits dés l’enfance qu’est codifiée notre interprétation personnelle et automatique de la réalité[1] Ces schémas précocement acquis contribuent largement à la construction de notre personnalité. Ils nous accompagnent tout au long de notre vie.
Ils accompagnent également la vie des ensembles sociaux.
Les troubles de la vie quotidienne résultent le plus souvent d’interprétations inadaptées nous concernant, ou intéressant notre environnement, nos pratiques, notre contexte. Par exemple : notre interprétation des évènements qui peut être négative ou positive.
Contrairement à ce que prétendait tout récemment un syndicaliste à la télévision concernant le Contrat Première Embauche, le Premier Ministre actuel de la France actuelle ne faisait pas de la communication sur ce projet de loi, tout au plus de la transmission d’information.
L’information est utile pour permettre le fonctionnement d’un système. Elle est même vitale. Mais la transmission d’une information n’est pas suffisante si l’émetteur n’a pas un « retour » qui lui permette de corriger sa représentation de la réalité du terrain. Ce retour de l’information, cette « rétroaction » permet d’apprécier ce qu’il convient de faire pour modifier un comportement devenu inadapté à un environnement social, économique, culturel en profond changement. Il permet aussi de faire en sorte que l’apprentissage du changement précède le changement lui-même.
J’ai été frappé par un certain nombre d’évènements au cours de cette sombre période qui a vu se construire l’effondrement d’un premier ministre et la crédibilité d’un Gouvernement. Mais notre attention est sélective vis-à-vis des évènements qui nous concernent et, pour ma part, ce qui m’a profondément troublé, c’est d’une part l’absence totale de part et d’autre de volonté « communicante » et, d’autre part, cette réflexion d’une jeune syndicaliste qui s’estimait satisfaite pour avoir « au moins »   appris à s’exprimer en public.
On retrouve bien ici ces deux notions essentielles qui sont des « manques sociaux » : les incontournables de la  communication et de l’apprentissage.
Notre communication est devenue pathologique. Plus personne ne veut communiquer autrement qu’en mode binaire, noir ou blanc, bon ou mauvais, juste ou injuste etc. Plus personne ne veut accepter d’échanger ses points de vue avant d’agir. Plus personne encore ne veut se souvenir, et nos enseignants probablement aussi, que l’apprentissage consiste à revisiter en permanence ses propres schémas et à les remplacer par des plus adaptés s’ils apparaissent comme périmés ou dangereux pour notre santé mentale ou celle de notre « institution ».
L’évènement du C.P.E est le parfait exemple d’une communication ratée et d’une rétroaction réussie.
Il serait également bon de rappeler aux uns et aux autres que l’activation des émotions est une manœuvre délicate, à manier avec énormément de précautions, si l’on veut éviter que l’embrasement irrationnel ne vienne accroître encore nos douleurs individuelles et collectives.
Strasbourg le 16 avril 2006
NERI Francis
Educateur et formateur
Président de l’Institut Européen de Socialisation et d’Education 



[1] J.Young La thérapie des schémas