Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2013

Mariage homo et systémique

Je reviens sur le sujet car il est loin d’être clos comme le voudraient nos « élites » de droite comme de gauche qui souhaitent que le sujet se limite à la question religieuse afin de mieux l’évacuer.

Je dis et je répète que le « mariage homo » "relève d’un projet global qui consiste en  la destruction des structures traditionnelles afin de soumettre des individus sans racine ni famille à la domination exclusive du marché". 

Il en est de même du multiculturalisme, en passant par  l’immigration de masse, la fécondité des migrants. Cela va également avec la mondialisation libérale et la marchandisation de l’être humain.

Encore une fois, il ne faut rien lâcher et poursuivre le combat.

Voyons cela sous l’aspect de l’approche systémique et de la complexité.

« On ne résout pas un problème avec les modes de pensées qui l’ont engendré ». Et ceux qui sont la cause du problème ne peuvent participer de sa solution ». 

"La complexité est depuis quelques années devenue le dénominateur commun de nos discours sur le monde, sur l’économie et sur les rapports entre les hommes.

Elle illustre notre embarras face à un manque évident de maîtrise d’une situation économique, sociale, géopolitique qui n’a eu de cesse de s’intensifier à mesure que notre monde évoluait et favorisait l’interdépendance des économies, la globalisation des échanges mondiaux, l’uniformisation d’une certaine forme de consommation, la connectivité absolue, pour ne parler que de cela.

Elle exprime, sous couvert d’une fausse neutralité, notre aveu d’impuissance face à un monde dans lequel les règles du jeu ne semblent plus compréhensibles par tous, voire accessibles à tous. Elle est le bouc émissaire tout désigné de notre faillite de la pensée et de notre refus quasi inconscient de penser le monde de façon systémique". 

Posons comme guide à notre conceptualisation du monde, à construire, reconstruire en nous et hors de nous en permanence, qu’il ne peut exister des valeurs et des pratiques universelles.

Il n’est en conséquence pas bon de détruire ses racines sans avoir pris le soin de  les remplacer par des nouvelles. Et encore, avec une grande précaution et le souci de se ménager une position de repli.

Il nous faut donc ne rien céder sur le sujet de nos valeurs, de notre identité, de nos cultures, de nos pratiques adaptées à notre bulle temporelle, du contexte au sein duquel nous vivons et nous devons renoncer à les imposer à ceux qui n’y entendent rien ou à qui elles ne conviennent pas.

Nous acceptons de les partager, mais jamais nous ne  laisserons, ceux qui veulent vivre sur notre sol, et bénéficier des acquis de notre civilisation, nous imposer les leurs.

Il n’y a pas d’autre choix pour les migrants et leurs descendants qui souhaitent rester sur notre sol que l’assimilation ou le retour vers leur pays d’origine.

Quand à ceux qui jouent le jeu de Vichy ou de l’enfermement égalitariste, par cupidité ou stupidité, qu’ils prennent garde à la colère des peuples européens elle se retourne toujours contre les boucs émissaires.

« Quand la fameuse marmite va sauter, ce sera une guerre civile, entre « français ». Les banlieues qui descendent dans les villes, les gardes mobiles qui chargent, l'armée, les morts par milliers ... »

Les grands responsables restent, eux, le plus souvent impunis.   

 

Francis NERI

 

Commentaires

Excellente analyse Francis.

Écrit par : hernandes jf | 11/05/2013

Bonjour Francis

Une analyse très pessimiste mais tous les indicateurs vont dans ce sens ; effondrement des ressources, faillite généralisée, fuite en avant vers le chaos...

Les survivalistes ont raison, et encore, même en mode survie, il y aura beaucoup d'appelés et peu d'élus.

Salut et fraternité,


JPH

Écrit par : JPH | 11/05/2013

Mille fois d'accord, bien entendu et ça rejoint ce que je dis souvent: Ce qui est actuellement (et depuis un bon nombre d'années) n'est autre qu'un crime contre l'Humanité

Un crime à triple sens, qui touche tout autant les populations autochtones qu'immigrés et celles des pays fournissant cette immigration

On a l'habitude que l'histoire soit écrite (et souvent ré-écrite plusieurs fois ensuite) par des idéologues qui la vident de son contenu de vérité historique: Si ce qui se passe aujourd'hui finit par passer le filtre des ans, alors il y aura des temps où on trouvera des livres qui décrivent ce que nos "dirigeants" font... et ils seront sur la même étagère que "Mein Kampf"...

Écrit par : Jean-Luc Potier | 17/05/2013

La difficulté mon cher jean Luc c'est individuellement et collectivement la capacité de conserver un esprit relativement sain ou si tu préfères de rester un "être humain" . Et je soutiens que nombre de nos dirigeants, et cela n'a rien à voir avec les pathologies décrites au DSM 5, ne sont "pas humains". Ne sont pas "Homme". Car pour devenir homme, "il faut intégrer l'essentiel de ce que les hommes qui nous ont précédés ont inventés" et le retransmettre à nos enfants.
Notre "devoir d'humain" notre seule liberté est d'échapper à ces conditionnement sociaux que nos politiciens et autres non humains (les médias par exemple) nous infligent à longeur de tremps. Ils se servent à présent également de nos gènes ils ajoutent de l'inné à l'acquis. C'est cela le "projet" nous déterminer biologiquement et socialement pour mieux servir les intérets des "puissants"
Nous avons du pain sur la planche !
Amitiés
Francis

Écrit par : goshein | 21/05/2013

Les commentaires sont fermés.