Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2013

Dominique Venner

Merci à Daniel P.  pour ce texte qu’il m’adresse.

Certain(e)s peuvent penser, et l’écrivent, que rien  ne relie le combat contre l’islamisation de la France et celui  contre « le  mariage pour tous ». Cela me semble une grande et grave erreur mais en tout cas aucun (e) « systémicien(e) » digne de ce nom ne ferait une bourde pareille. N’est ce pas ?

Pour ma part cet acte, ce courage, me laissent en admiration, et comme je ne sais pas prier, je vais faire silence… et manifester le 26 mai. "Il faut être soi-même jusqu'au dernier instant"

Francis NERI    

§

Suicide à notre dame de Paris de l’essayiste Dominique Venner le 21 mai 2013 par arme à feu devant 1500 personnes.

« Les manifestants du 26 mai auront raison de crier leur impatience et leur colère. Une loi infâme, une fois votée, peut toujours être abrogée.

Je viens d'écouter un blogueur algérien : « De tout façon, disait-il, dans quinze ans les islamistes seront au pouvoir en France et ils supprimeront cette loi ».

Non pour nous faire plaisir, on s'en doute, mais parce qu'elle est contraire à la charia (loi islamique).

C'est bien le seul point commun, superficiellement, entre la tradition européenne (qui respecte la femme) et l'islam (qui ne la respecte pas). Mais l'affirmation péremptoire de cet Algérien fait froid dans le dos. Ses conséquences seraient autrement géantes et catastrophiques que la détestable loi Taubira.

Il faut bien voir qu'une France tombée au pouvoir des islamistes fait partie des probabilités. Depuis 40 ans, les politiciens et gouvernements de tous les partis (sauf le FN), ainsi que le patronat et l'Église, y ont travaillé activement, en accélérant par tous les moyens l'immigration afro-maghrébine.

Depuis longtemps, de grands écrivains ont sonné l'alarme, à commencer par Jean Raspail dans son prophétique Camp des Saints (Robert Laffont), dont la nouvelle édition connait des tirages record.

Les manifestants du 26 mai ne peuvent ignorer cette réalité. Leur combat ne peut se limiter au refus du mariage gay. Le « grand remplacement » de population de la France et de l'Europe, dénoncé par l'écrivain Renaud Camus, est un péril autrement catastrophique pour l'avenir.

Il ne suffira pas d'organiser de gentilles manifestations de rue pour l'empêcher. C'est à une véritable « réforme intellectuelle et morale », comme disait Renan, qu'il faudrait d'abord procéder. Elle devrait permettre une reconquête de la mémoire identitaire française et européenne, dont le besoin n'est pas encore nettement perçu.

Il faudra certainement des gestes nouveaux, spectaculaires et symboliques pour ébranler les somnolences, secouer les consciences anesthésiées et réveiller la mémoire de nos origines. Nous entrons dans un temps où les paroles doivent être authentifiées par des actes.

Il faudrait nous souvenir aussi, comme l'a génialement formulé Heidegger (Être et Temps) que l'essence de l'homme est dans son existence et non dans un « autre monde ». C'est ici et maintenant que se joue notre destin jusqu'à la dernière seconde. Et cette seconde ultime a autant d'importance que le reste d'une vie. C'est pourquoi il faut être soi-même jusqu'au dernier instant.

C'est en décidant soi-même, en voulant vraiment son destin que l'on est vainqueur du néant. Et il n'y a pas d'échappatoire à cette exigence puisque nous n'avons que cette vie dans laquelle il nous appartient d'être entièrement nous-mêmes ou de n'être rien. »

 

 

11/05/2013

Mariage homo et systémique

Je reviens sur le sujet car il est loin d’être clos comme le voudraient nos « élites » de droite comme de gauche qui souhaitent que le sujet se limite à la question religieuse afin de mieux l’évacuer.

Je dis et je répète que le « mariage homo » "relève d’un projet global qui consiste en  la destruction des structures traditionnelles afin de soumettre des individus sans racine ni famille à la domination exclusive du marché". 

Il en est de même du multiculturalisme, en passant par  l’immigration de masse, la fécondité des migrants. Cela va également avec la mondialisation libérale et la marchandisation de l’être humain.

Encore une fois, il ne faut rien lâcher et poursuivre le combat.

Voyons cela sous l’aspect de l’approche systémique et de la complexité.

« On ne résout pas un problème avec les modes de pensées qui l’ont engendré ». Et ceux qui sont la cause du problème ne peuvent participer de sa solution ». 

"La complexité est depuis quelques années devenue le dénominateur commun de nos discours sur le monde, sur l’économie et sur les rapports entre les hommes.

Elle illustre notre embarras face à un manque évident de maîtrise d’une situation économique, sociale, géopolitique qui n’a eu de cesse de s’intensifier à mesure que notre monde évoluait et favorisait l’interdépendance des économies, la globalisation des échanges mondiaux, l’uniformisation d’une certaine forme de consommation, la connectivité absolue, pour ne parler que de cela.

Elle exprime, sous couvert d’une fausse neutralité, notre aveu d’impuissance face à un monde dans lequel les règles du jeu ne semblent plus compréhensibles par tous, voire accessibles à tous. Elle est le bouc émissaire tout désigné de notre faillite de la pensée et de notre refus quasi inconscient de penser le monde de façon systémique". 

Posons comme guide à notre conceptualisation du monde, à construire, reconstruire en nous et hors de nous en permanence, qu’il ne peut exister des valeurs et des pratiques universelles.

Il n’est en conséquence pas bon de détruire ses racines sans avoir pris le soin de  les remplacer par des nouvelles. Et encore, avec une grande précaution et le souci de se ménager une position de repli.

Il nous faut donc ne rien céder sur le sujet de nos valeurs, de notre identité, de nos cultures, de nos pratiques adaptées à notre bulle temporelle, du contexte au sein duquel nous vivons et nous devons renoncer à les imposer à ceux qui n’y entendent rien ou à qui elles ne conviennent pas.

Nous acceptons de les partager, mais jamais nous ne  laisserons, ceux qui veulent vivre sur notre sol, et bénéficier des acquis de notre civilisation, nous imposer les leurs.

Il n’y a pas d’autre choix pour les migrants et leurs descendants qui souhaitent rester sur notre sol que l’assimilation ou le retour vers leur pays d’origine.

Quand à ceux qui jouent le jeu de Vichy ou de l’enfermement égalitariste, par cupidité ou stupidité, qu’ils prennent garde à la colère des peuples européens elle se retourne toujours contre les boucs émissaires.

« Quand la fameuse marmite va sauter, ce sera une guerre civile, entre « français ». Les banlieues qui descendent dans les villes, les gardes mobiles qui chargent, l'armée, les morts par milliers ... »

Les grands responsables restent, eux, le plus souvent impunis.   

 

Francis NERI

 

06/05/2013

Comment Christine Tasin ne comprend-elle pas que le mariage homo mènera au mariage polygame ?

Pour une "reprise," aprés une certaine absence due à un "déménagement" un peu complexe (et non pas compliqué), je vous communique ce texte qui illustre bien (à mon sens) l'absence et la méconnaissance totale de la part de certains "acteurs sociaux" de ce qu'est l'approche systémique et donc de la capacité première d'établir des relations avec les "évènements", d'en "appréhender" et non pas "comprendre" les interactions, et encore moins d'en tirer des conséquences et des perspectives d'action(s).

Francis NERI      

Publié le 25 avril 2013 par Françoise Mary - Article du nº 300

En réponse à l’article sur le vote du mariage homosexuel de Christine Tasin (présidente de Résistance Républicaine) publié sur son blog, permettez-moi de vous prédire, chers lecteurs de Riposte laïque, au risque de vous donner une insomnie, que d’ici quelques années, quelques décennies au mieux, la question du mariage polygame (donc « musulman ») se posera de la même façon, en vertu du même principe : égalité pour tous.

Au Pays-Bas, on en parle déjà.

http://www.youtube.com/watch?v=437Rq2iA0gM

Quand la liberté devient le libertarisme, c’est à dire la volonté individuelle sans fin, la société volera en éclat au profit d’individus consommateurs, électrons libres et esclaves de leurs désirs. C’est déjà le cas quand on voit que l’on est prêt au bout de quelques années seulement, à foutre une vie conjugale en l’air parce qu’on ne satisfait plus son « ego », toujours pourtant,par essence, dans l’insatisfaction. Les enfants suivront bien cette toute-puissance de l’adulte, ballottés entre l’appartement de Papa et celui de Maman !

Comme l’évoque si justement Eric Zemmour, la société française prend soudain conscience qu’avec cette loi, on aura accéléré ce que d’aucuns appellent « le Sens de l’Histoire » ou peutêtre définitivement : sa « fin ». Car les idéologies en « isme » ont toujours utilisé l’argument de « Sens de l’histoire » pour justifier leurs ignominies. De même, Jacques Attali, au nom du « Socialisme » prône dans ses livres l’euthanasie comme « instrument de gestion des sociétés futures » : argument digne des meilleurs médecins nazis, mais puisque l’auteur est de gauche…

Une euthanasie vue, non comme un soulagement qu’on apporterait à une personne ne supportant plus son état, mais comme une machine à se débarrasser des inutiles. Une magnifique illustration à la française du film visionnaire américain « Soleil Vert ».

http://ripostelaique.com/pour-attali-le-socialisme-cest-l...

C’est devant cette béance de l’Humanité que les citoyens français se trouvent désormais, devant cette toute-puissance du désir personnel qui mènera à la procréation en dehors de l’utérus des femmes, dans « Le meilleur des mondes ».

Nul doute que nos concitoyens musulmans, avenir démographique de notre nation, demanderont demain leur « dû », au nom de l’égalité des droits et au nom de l’égalité de toutes les religions. Et tous les élus qui auront favorisé leur implantation sur notre sol, ne pourront que leur dire « oui ». Le cheval de Troie aura accompli sa mission au pays dela Libertéet dela Démocratie. Ilpourra savourer sa victoire…

Françoise Mary

ARTICLE PARU SUR LE BLOG DE CHRISTINE TASIN

Réflexions à propos du vote du mariage unisexe…

J’étais, à titre personnel (et cela n’engagne nullement Résistance républicaine), favorable à cette loi et je dois dire que je suis heureuse, aujourd’hui, pour la première fois depuis que Hollande a été élu, de l’action de nos parlementaires, malgré lesmanipulations du gouvernement pour contourner la colère populaire.

On ne va pas relancer le débat, mais je veux juste dire à quel point je suis soulagée de savoir que les homos qui le désirent pourront comme les hétéros « former un couple officiel », se donner réciproquement leur nom, avoir une cérémonie à la mairie comme les hétéros. Anecdotique eu égard au très faible nombre d’homos concernés ? C’est vrai mais pourquoi ceux qui le désirent, qui ont envie de clamer socialement leur amour ne le pourraient-ils pas ? Qui menacent-ils? 

Soulagée, aussi, que les enfants de couples homos (ils existent, qu’on le veuille ou pas) puissent eux aussi hériter de leurs deux parents, et porter leurs noms, comme leurs copains. Et je ne vois pas en quoi il serait plus difficile pour un enfant de parler de ses deux mamans ou de ses deux papas que de parler de son unique maman sans papa ou de son unique papa sans maman comme c’est souvent le cas lors d’adoptions par des personnes seules ou de parent célibataire. 

Simple question d’égalité de droits. Simple question d’égalité républicaine.

Quant aux problèmes de l’adoption, dela GPAetc. Ce sont de faux problèmes  puisque actuellement une personne seule peut déjà adopter, ce qui permet à des couples homos d’avoir des enfants adoptés ; et qu’au regard du nombre d’enfants martyrisés et violés par leurs parents hétéros il paraît déplacé de mettre sur le dos des homos tous les risques, sauf à faire passer à toute personne en âge de procréer un test psychologique de 6 mois, et encore… 

J’ajouterai quela GPAexiste déjà dans de nombreux pays et qu’actuellement hétéros ou homos qui ne peuvent y accéder en France ne se gênent pas à l’étranger… la seule limite en étant le coût. « Petit service » réservé à ceux qui en ont les moyens…

Par contre effectivement la GPApose un gros problème, comme la fécondation in vitro, pour l’avenir de notre monde, de notre civilisation, tant le modèle du Meilleur des Mondes fait peur. Mais soyons honnêtes, ce n’est pas le mariage homo qui fera entrer le loup dans la bergerie, il y est déjà et le débat de société aura lieu, inévitablement, parce qu’il y aura des gens pour y voir un progrès pour les mères !

Et s’il avait fallu un vrai débat il était là, quelle société voulons-nous ? Quelles limites à la science voulons-nous ?

Pour le reste, je suis impressionnée de la mobilisation de tant de Français contre le mariage unisexe. Et si je ne me fais pas d’illusions sur l’homophobie statutaire car imposée par le coran des musulmans qui ont soutenu la manif ainsi que sur celle de certaines personnes à la marge, je crois que l’immense majorité des Français a accepté l’homosexualité et que les manifestations témoignaient plutôt d’une inquiétude sur un type de société, sur des bouleversements trop rapides donnant l’impression à des milliers de Français moyens que leurs racines, leurs repères étaient en danger.

Sans doute que, dans un autre contexte, sous un autre gouvernement que celui qui, depuis un an, fait tout pour détruire notre Etat, notre pays, nos repères,  nos traditions, cette « attaque » du mariage et de la famille traditionnelle  n’aurait pas eu le même aspect, n’aurait pas suscité la même révolte. Le mariage unisexe a pris figure de symbole contre l’ensemble des mesures du gouvernement Hollande depuis un an et à ce titre il mérite attention  et intérêt. Je ne crois pas que Hollande pourra s’en tirer sans une dissolution afin de redonner au peuple désemparé et en colère l’occasion de préciser de nouveaux choix politiques.Et les manifestants contre le mariage homo méritent remerciements d’avoir permis cette prise de conscience.