Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2014

Elections municipales à Strasbourg

« Des états initiaux légèrement différents peuvent évoluer vers des états considérablement différents et vice versa des états considérablement différents peuvent évoluer vers des états initiaux semblables » Bref, retour à la case départ !
 
La détermination de l’état d’un système et sa trajectoire future passe par l’étude des phases précédentes qui est déterminante, surtout si elles sont répétitives, ce qui facilite les calculs. Orienter la trajectoire d’un système dynamique exige de déterminer A L’AVANCE chacun des points représentants les états futurs du système en calculant à chaque instant l’évolution du système. Les systèmes déterministes (oui çà existe) sont représentés dans l'espace des phases par des trajectoires précises sur lesquels ces systèmes se situent et évoluent sans les quitter.
Les systèmes aléatoires évoluent au hasard dans tout l'espace. Les systèmes chaotiques, eux, ont un comportement infiniment complexe. Ils sont irrésistiblement attirés par une figure géométrique de structure également infiniment complexe sur laquelle ils errent au hasard, mais sans jamais la quitter, ni repasser deux fois par le même point !

A Strasbourg comme ailleurs il faut souhaiter que Marine LE PEN évite comme la peste les systèmes chaotiques et structure, organise, in-forme chaque système régional en l’orientant vers un but : la conquête du pouvoir en 17.
 
Francis NERI
30 06 14

Causalité

Entre deux séries d'événements, un esprit tout simplement honnête tracerait sinon un lien de causalité unique (chacun sait que l'évolution d’un objet obéit à de multiples facteurs), à tout le moins une relation.  La relation par exemple entre le foot, les casseurs d’origine algérienne, 40 ans de politique UMPS, l’islamisation de la France, l’Empire islamo-gaucho-américain, l’Europe de Bruxelles…pour faire court et limiter les éléments à considérer.

Ce n’est généralement pas le cas en politique. Par exemple, le divorce entre les faits et les discours est bien le signe que les  procès que certains instruisent  contre ceux qui, comme Marine Le PEN, « osent » encore transformer le système est le paravent d'arrière-pensées très politiques.

Un système est un ensemble d’éléments interagissant entre eux et orienté vers un but dans un contexte donné.

Le système RBM/FN à un objectif :

  • se débarrasser au plus vite de la clique socialiste actuellement au pouvoir et qui les détient tous sans même oser s’en servir.
  • Eviter à tout prix que la clique UMP qui la précédait y revienne.
  • Prendre ce pouvoir.

 

Et un but : retrouver sa souveraineté en se débarrassant de l’Europe de Bruxelles afin de pouvoir sauver la France, son économie, sa culture, son identité, sa mémoire, les Français et leur histoire.

 

Francis NERI

30 06 14  

27/06/2014

Racisme

"Je ne sais pas pour les autres, mais dans mon cas, il n'y a aucun racisme dans mes prises de position.

Je pense seulement que les gens de culture arabo-musulmane ne peuvent vivre avec les gens de culture gréco-latine aux racines chrétiennes.
C'est patent dans tous les pays qui ont accueilli l’immigration arabo-musulmane

Pas grand chose à rajouter ...sinon ceci : 
C'était bien la peine de conspuer La décision d'Eric Besson, ministre de l'Immigration sous Sarkozy, à lancer un débat sur l'identité française. Je crois qu'il est grand temps de relancer le sujet. La France n'a pas une culture de sauvages, Etre français c'est adhérer à un projet collectif où les grandes valeurs qui nous rassemblent sont plus fortes que nos convictions personnelles lesquelles souvent nous opposent. Ceux qui n'adhèrent pas à ces grandes valeurs (liberté, égalité y compris égalité de l'homme et de la femme, fraternité mais aussi justice, suffrage universel, laïcité...) doivent en tirer les conclusions et aller s'installer ailleurs. Ils n'ont pas vocation à être français et à vouloir nous imposer leur vision de la société que la grande majorité de nos concitoyens rejettent.

Patricia Martin