Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2019

Régulation et contrôle

Comment la colère des gilets-jaunes se terminera-t-elle ?
Ma tribune de ce jour sur Riposte Laïque. Bien amicalement.

Bertrand du Boullay est avec Anne Bornet et 92 autres personnes.

19 février, 13:37 ·

Bonne question ...j'y donnerais la même réponse que celle de notre ami Maurice Gosseaume : "Ce mouvement ne s’épuisera pas... Il répartira car il correspond aux souffrances de 6 millions de chômeurs, 9 millions de pauvres, et 15 millions qui s’appauvrissent chaque jour

Donc c’est devenu vital"

...tout en essayant de remonter à la cause des causes ... qui est avant tout sociologique, car si nous reconnaissons ici que le peuple souffre nous ne savons pas vraiment dire de quoi et pour quoi !

Je sais que comparaison n'est pas raison, mais nous sommes en France encore loin d'avoir atteint le fond comme certains pays y compris européens ...donc, la VRAIE révolte populaire n'est pas pour demain et nous trouverons bien une "solution de continuité" pour ne pas nous effondrer ; comme toujours, c'est affaire de régulation interne et pour cela Macron semble n’y pas parvenir ...hélas !

Le caractère particulier du problème de l’autonomie dans une société de masse tient à la façon dont s’exerce l’influence de la société.
Jusqu’à une date récente, la régulation s’opérait de façon hautement personnalisée par l’intervention d’autres êtres humains, parents, professeurs, prêtres. 

La connaissance intime et de proximité de personnes permettait à l’individu de s’identifier à elles pendant la période d’adolescence et de transition jusqu’à ce que la régulation, intériorisée fasse partie de la personnalité de l’individu.
Aujourd’hui comme hier, les régulations internes ne peuvent s’identifier que sur le fondement de relations personnelles et non pas en obéissant aux exigences de la société. Nous ne pouvons les intérioriser qu’autant que nous nous identifions à des personnes que nous aimons, que nous respectons ou que nous admirons, qui ont elles mêmes adopté ces régulations en s’identifiant à des personnes qu’elles respectaient…
Depuis en gros mai 68 l’école, la famille et la cité ne font plus « régulation » et ne contrôlent plus rien.
C’est avant tout de cela que nous souffrons !  

La réponse technique est donc relativement simple à trouver …la réponse sociologique est plus ardue mais passe tout de même par plus de régulation, de contrôle ET de remédiation …mais contrôler la démographie, la finance, l’économie, l’immigration ce devrait être le travail de l’Etat …et laissons les citoyens trouver eux mêmes leurs méthodes de régulation, de contrôle ET de remédiation.

Leurs pratiques vielles d'au moins 2000 ans en valent bien d'autres !    

Francis-claude Neri

28 02 19

19/02/2019

Comment tuer le peuple Français ?

En 2014, je propose qu'on arrête de mentir aux jeunes, de leur dire qu'un master de sociologie est une bonne affaire et que les cours de théâtre mènent à tout : la sociologie, ça ne sert à rien pour gagner sa croute, et le théâtre, quand c'est bien, ce qui est rare, c'est magnifique, mais dans les deux cas il ne faudra pas venir se plaindre si aucun salaire ne tombe en fin de mois et accuser l'État ou les riches de ses propres turpitudes.

Le peuple a encore le sentiment d'appartenir à une même collectivité il faut donc, dans l’esprit des élites politico-médiatiques et économico-financières, très vite dissoudre ce désir d’unité, prendre le risque  d'un creusement entre les classes sociales, d'un accroissement des écarts de revenus, d'une dissolution de l'unité du peuple, du sentiment, qu'il a encore, d'appartenir à une même collectivité.

Le capitalisme débridé a apporté dans le monde son lot de malheurs, d'injustices, et surtout de brutalités. Les pays qui s'y livrent délaissent leurs pauvres et leurs faibles, laissant les forts tout écraser au nom de l'autorégulation du marché et des vertus de ce système, mais cela n’a rien à voir avec les Juifs, les Chrétiens, les Musulmans ou les Sionistes 

Je réfute l'idée que notre pays soit mort. J'espère, je n'en suis pas certain, que la France n'est pas morte. Psychologiquement, il parait que rien n'aide plus que d’être au pied du mur, de se dire que c'est maintenant ou jamais.

Aux armes donc citoyens !

Francis NERI

01 01 14

Y a t'il quelque-chose à changer en mai 19 ?

15/02/2019

Solution ?

… il faut renverser ce gouvernement qui ose rester assis pendant la minute de silence en respect des blessés et morts parmi les Gilets Jaunes...Mépris de classe impardonnable

Nancy Verdier

12 février, 20:57

Merci Nancy pour cette prise de position qui met en évidence le FAIT qu’aucune autre SOLUTION que ce renversement dont tu fais état n'est envisageable. Dans le contexte actuel une réponse politique de continuité n'est plus possible ...

Marine Le Pen, revenue de tout, propose bien (enfin) un projet de gouvernance que personnellement je lui serine en vain depuis sa prise de pouvoir au FN,...c'est à dire penser UE pour la déconstruire,  global pour combattre la religion de la mondialisation, mais surtout AGIR local pour pérenniser la France…elle lui donne le nom de « localisation » !

Tout à fait le projet "infogroupes" !

C’est très étonnant de la part d’une personne qui se dit Jacobine et qui ne parle que de pouvoir centralisateur, je pense donc que ce retournement n’est que nouvelle « tactique ».

D’autre part, elle pense toujours, hélas, qu'elle pourra modifier les rapports au sein de l'UE. Il semble que ce soit SON fond de commerce
Malgré les judicieux conseils de Jean Mesiha, qu’elle semble avoir écarté au bénéfice d’Hervé Juvin un économiste, elle n'a toujours pas compris que c'était impossible ...bref elle tourne TOUJOURS en rond ... y compris dans son analyse concernant l’Islam qu’elle considère encore comme compatible avec les valeurs et les pratiques de notre pays pour peu que l’islam « s’occidentaliserait  » en renonçant à la Scharia.
Autre utopie  qui ne respecte pas le rejet profond du peuple de France envers l’immigration de masse, l’islamisation du pays en marche forcée et le déclin démographique du peuple Français autochtone …et ce n'est pas mieux pour les " autres" souverainistes ".

La « rue » DOIT t’elle alors renverser la table et prendre le pouvoir ?
Avant cela, il y a une dernière possibilité : la dissolution et la venue au POUVOIR de la VRAIE droite …A Béziers, j’y ai cru, puis la désillusion est venue …

La question de la rue qui gouvernerait revient souvent sur le tapis et ne cesse d’interroger à la fois les politiques et les citoyens.
Déjà, en mai 2003, le Premier Ministre, Jean-Pierre RAFFARIN, à propos de la réforme des retraites insistait sur le sujet : « Le Parlement doit décider, la rue doit défiler, mais ce n'est pas la rue qui gouverne».

Et pourtant !

La rue a pour outil les réseaux sociaux. Ils permettent de « penser global » tout en « agissant local ».

A travers eux, les Gilets Jaunes montrent que nous pouvons échapper aux conditionnements et à la manipulation des esprits auxquels nous soumet le « pouvoir central ».

Les Gilets Jaunes apportent aux problèmes qui sont les nôtres une réponse appropriée qui sera de plus en plus « ferme » jusqu’à ce que tombe CE système prédateur.

Faisons confiance au peuple de France ; une fois encore IL vaincra !

Francis-claude Neri

14 02 19