Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2009

Structuralisme et écosystémique

Claude Levi- Stauss est mort. Il est considéré comme le père du structuralisme en France.

C’est une théorie selon laquelle l'être humain ne peut être appréhendé qu'à travers un réseau de relations symboliques, ou construites, qui sont autant de structures auxquelles il participe le plus souvent sans en être conscient. L’approche systémique qui l’englobe tend à rendre ces relations conscientes et orientées vers un but.

Comment comprendre, qu’en France, Claude-Lévi Strauss et Raymond Aron n’aient pas véritablement fait école et développer une approche « écosystémique » des attitudes et comportements sociaux qui englobent l’approche structuralisme dans bien d’autres pays ?

Quand on pense à la pression existentialiste de Jean Paul Sartre associée à celle de la psychanalyse de Lacan et Françoise Dolto il ne faut pas s’en étonner.

C’est un « magma » idéologique qui depuis les années  50 a établi sur le monde occidental européen l’absolutisme de l’idéologie de gauche « bien pensante ».

Sur le plan de l’éducation et de la socialisation, cette « pensée idéologiste » relayée par des « personnages » comme Pierre Bourdieu a détruit notre culture, niée nos valeurs premières, compromis la transmission de nos codes sociaux et fait le lit des extrémistes de tout bord, en particulier celui des Islamistes.

La nature ayant horreur de vide, une culture de la médiocrité, du nivellement par le bas s’est substituée, depuis le premier choc pétrolier, à notre « histoire » qui, nous en prenons lentement conscience, est loin d’être terminée et reprend ses droits.

Claude-Levi Strauss n'est plus du voyage, mais je considère qu’il nous laisse au moins quatre  messages à méditer :

1) Nous sommes trop nombreux et nous consommons mal.

2) Prenez garde à l’islam, il est incompatible avec notre culture.

3) Eduquer et socialiser pour maintenir du lien social entre les hommes et éviter le cycle infernal: violence/répression.

4) Nous n’avons pas d’autre solution que de structurer nous même notre futur.

 

Merci et bonne route, Monsieur Levi-strauss nous avons retenu l’enseignement et sommes prêts pour la relève

 

02/11/2009

L’approche systémique en formation

Objectif : modifier les représentations.

La plupart des hommes resteront ignorants de ce qu’ils ne voient pas ou ne veulent pas voir, appréhender, comprendre.

Il faut exercer des pressions éducatives et socialisantes continues, pour les rendre attentifs aux mondes qui les entourent, maîtriser leurs émotions, devenir libres et manoeuvrants.

Descartes considérait que l’âme et le corps constituent deux entités séparées qui entretiennent peu de relations entre elles en vue de l’émergence des émotions.

C’est cette dualité que le systémicien entend dépasser. Pour lui, Il n’y a pas de séparation entre l’esprit et le corps, mais interaction et rétroaction.

Le systémicien affirme que par sa manière de concevoir mentalement une situation émotionnelle, l’individu peut modifier l’intensité et le type d’états émotionnels qu’il éprouve et donc ses représentations. La régulation peut aller dans le sens d’une amplification des réponses émotionnelles tout comme dans le sens de leur inhibition.

En formation, un systémicien enseignant l’approche systémique est conduit, comme ses élèves, à revisiter en permanence la construction du monde qu’il tenait pour certaine.

Le formateur systémicien doit donc s’habituer à remettre en question ses propres schémas cognitifs et à prévoir d’importantes évolutions survenant au cours de ses formations. D’où l’importance majeure d’avoir fait l’expérience d’un « parcours de changement » au cours de sa propre formation.

Non axiomes du formateur systémicien :

Changer, en définitive, c’est remettre tout simplement en question le clivage entre raison, émotions et connaissances et d’en rétablir les connections.

On maîtrise ses émotions en libérant et en contrôlant sa mémoire.

On échange une idée contre une émotion ce qui établi la relation avec la raison.

On commence par imaginer son futur ainsi que  le contexte qui va avec. Les autres que nous y placerons. Il faut ensuite l’étoffer virtuellement, y mettre de la chair, le rendre réel. 

 

La pédagogie de la formation par l’approche systémique est directive. Elle va à l’encontre de ce que l’on a nommé le « pédagogisme » qu’en fait elle englobe sans le rejeter. Bref  sans renoncer à ce que l’apprenant participe de son apprentissage.        

 

01/11/2009

Approche systémique du climat

Enfin un chercheur qui nous explique clairement en quoi la dégradation du climat est « systémique ». Son explication des rétroactions est convaincante et nous comprenons enfin que le fameux « effet de seuil » n’est plus devant nous, mais sur nous. Si l’on met en convergence et conjonction les autres systèmes en crise : crise économique, énergétique, démographique, l’on comprend à quel point la crise écosystémique  est globale et totale.

Il nous reste peu de temps pour changer nos comportements et, quoi que l’on face l’humanité va payer chèrement son insouciance. Il est temps pour chacun d’entre nous de prendre conscience du danger, savoir ce que nous voulons comme réponse et de faire en sorte de nous en tirer individuellement et collectivement à moindre mal !

 

Bonne lecture malgré tout !

 

L’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre est continue depuis le début de l'ère industrielle. Elle produit un déséquilibre positif du bilan d'énergie de la planète. C'est une contrainte (ou forçage) à laquelle le système climatique est soumis et dont le résultat ne peut être qu'un réchauffement. L'amplitude de celui-ci dépend de l'intensité du forçage et de la sensibilité du climat. Les principales causes d'incertitude concernent le forçage total, principalement à cause des aérosols et la sensibilité, principalement à cause de la rétroaction nuageuse.

Le forçage des gaz à effet de serre est le plus facile à établir, on l'estime aux environs de 3 Wm-2., celui des aérosols est beaucoup plus difficile à déterminer. En 2001 dans le dernier rapport du GIEC sur l'état de la science du climat, l'effet direct était estimé entre -0,25 et -0,75 Wm-2 et l'effet indirect via la réflexion des nuages était situé quelque part entre 0 et -2 Wm-2. Depuis beaucoup de travaux ont eu lieu réduisant un peu la fourchette, surtout sur l'effet indirect (grosso modo entre -0,5 et – 1,9 Wm-2.). Plusieurs simulations s'appuient maintenant sur des observations de satellites. Ce n'est que depuis peu, en effet, que l'on dispose d'instruments permettant de déterminer à la fois la quantité d'aérosols et les dimensions des gouttes des nuages. Parmi ces instruments on peut citer MODIS (http://modis-atmos.gsfc.nasa.gov/index.html) et POLDER (http://smsc.cnes.fr/POLDER/Fr/).

Dans ce dernier cas, c'est-à-dire quand les simulations sont contraintes par les mesures des satellites (Quaas et al, 2006) le forçage indirect des aérosols est nettement inférieur, de l'ordre de -0,5 Wm-2. On peut expliquer assez facilement cette valeur nettement plus faible: sans les satellites on observe des cas particuliers et l'on tente de généraliser à partir de ceux-ci, avec les satellites l'observation est globale et les relations empiriques qu'on peut en tirer tiennent compte, de facto, de la très grande variabilité des nuages et des aérosols.

Il est évidemment tentant d'additionner ces forçages qui se compensent plus ou moins, ce n'est pas si simple : les gaz à effet de serre sont généralement distribués de façon assez homogène sur toute la planète ce qui n'est absolument pas le cas des aérosols. Ce n'est donc que par l'intermédiaire d'un modèle qu'il est possible de tenir compte de ces effets. La comparaison des forçages donne cependant une indication intéressante puisque l'on constate que les deux forçages pourraient être voisins. S'il en était ainsi, on peut évidemment se demander pourquoi la Terre se réchauffe aussi rapidement. Il ne pourrait y avoir que deux réponses :

*      soit la cause est toute autre et il faut la rechercher dans la variabilité du climat à l'échelle du siècle ou plus,

 

*      soit le forçage des GES l'emportant quand même, le climat est très sensible aux forçages

Les données recueillies grâce aux satellites semblent indiquer qu'il s'agit d'une fausse question et que le forçage des aérosols est sans doute assez loin d'équilibrer celui des GES mais l'histoire n'est certes pas terminée.

Entre le forçage des aérosols et celui des GES, il y a encore une différence essentielle : le forçage des aérosols dure une quinzaine de jours, celui du CO2, par exemple, dure un siècle. La conséquence c'est que l'effet des GES est cumulatif mais pas celui des aérosols. En d'autres termes, si l'on cessait de consommer du charbon et du pétrole, le forçage des aérosols serait nul au bout de deux ou trois semaines, celui des GES continuerait à s'exercer, seul, pendant des dizaines d'années. De la même manière si on se contentait simplement de continuer à brûler la même quantité de combustibles fossiles tous les ans, le forçage des aérosols ne changerait pas alors que celui des GES augmenterait continûment puisque leur concentration augmenterait.

Les aérosols ont très certainement retardé le réchauffement de la planète mais ils ne l'empêcheront donc pas.

On est donc ramenés à la question de la sensibilité du climat. Celle-ci dépend essentiellement des rétroactions. A part celle du bilan radiatif, la plupart des rétroactions connues sont positives, c'est-à-dire qu'elles amplifient la tendance initiale au réchauffement. Les émissions de GES ne devant probablement pas s'arrêter de sitôt, le climat devrait se réchauffer. Une rétroaction négative puissante permettrait d'espérer que le réchauffement reste minime. Cette rétroaction, tout le monde la cherche. Si elle existe, il y a beaucoup de chances que les nuages soient impliqués mais il est tout aussi possible qu'au contraire la rétroaction nuageuse soit positive et contribue, elle aussi, à augmenter le réchauffement. C'est pour tenter de répondre à cette question et à celle des aérosols que la NASA et le CNES ont réuni leurs moyens autour de l'A Train, un train de 5 satellites emportant des instruments dernier cri dont un lidar, un polarimètre, des spectro-imageurs et un radar dont la longueur d'onde est adaptée à l'observation des gouttes des nuages, même les plus petites.

 

Yves Fouquart

Principales découvertes :

Enseignant chercheur

Vous trouverez la totalité de l’étude sur « Futura sciences »