Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2010

Le territoire défie la carte

Quel talent ce Lucien ! Un vrai systémicien. Lisez et s'il vous plait faites lui part de votre ressenti. Le territoire qui défie la carte ! Quand je pense que je n'ai pas inventé la formule, j'en deviendrais jaloux si.....

Petite remarque: J'ai "causé" avec le bloc identitaire. Ce n'est pas exact que ce mouvement croit impossible l'intégration. Il va seulement plus loin, il parle d'assimilation, mais à mon sens, il lui faudra lui aussi accepter l'intégration "individuelle". C'est trop tard pour l'assimilation; il aurait fallut éduquer et socialiser autour de nos coutumes, nos lois et nos codes sociaux dès 1973 au moment de l'incroyable "regroupement familial ".

L'évolution de notre carte mentale, de nos représentations du territoire,  et l'adaptation aux réalités construites du terrain, sont une nécessité si nous voulons rassembler sur l'essentiel. S'enrichir de ses différences, surtout si elles préservent un essentiel commun, ce n'est pas renoncer à ce que l'on est, bien au contraire.

C'est nécessaire si nous ne voulons pas que la "carte islamiste" devienne un jour notre territoire. Tel est l'enjeu, à ne pas perdre de vue une seule seconde !

§

Nous assistons à un tel surge moral et politique en Belgique, aux USA, en Hollande, aujourd'hui en France, qu'il commence à faire peur à certaines grosses huiles ; même un ex-conseiller de Bush, Karl Rove, hurle avec les loups, moules bien accrochées à leur rocher de moins en moins haut placé tant le désir de tourner la page des discours niais devient irrésistible. Nos élites sont si écoeurées de voir le territoire défier la carte, entrer en résilience alors que le peuple a toujours été déclaré dominé, manipulé (les caves se rebiffent) qu'elles se hâtent de classer à "l'ultra droite" tout discours refusant d'avaliser le leur, qu'elles chantent sur tous les tons, tel Néron, du haut des tribunes médiatiques tandis que Rome brûle.

Classent-elles d'ultra droite les mêmes refus en matière de moeurs, ou en matière de comportements "culinaires", lorsqu'ils sont musulmans ? Non, bien sûr, de tels refus seront respectés car mis immédiatement sur le compte de la différence de culture, que l'on se gardera bien de classifier comme rétrograde (sauf s'il s'agit de lapidation néanmoins), ce qui est là proprement méprisant en réalité puisque nos élites préfèrent s'en prendre aux personnes qu'elles pensent toucher, culpabiliser, avec leur sermon,  ces personnes étant de même culture, alors que "l'autre", le musulman, sera celui avec qui l'on ne polémique pas; pourtant, il pourrait lui aussi "progresser" grâce à la critique, sauf que son discours ne compte pas. Il se comptabilise seulement comme auxiliaire potentiel.

Mais oublions ceux qui s'effacent déjà du sable du temps.

Observons que si certains Flamands de plus en plus nombreux veulent entrer en scission c'est bien parce qu'ils refusent de croire qu'ils doivent être les seuls à "progresser" alors que certains musulmans ont le droit, eux, de régresser vers l'islam des débuts. Laissez-nous tranquilles clament-ils, pourquoi les monuments seraient les seuls à être protégés ? Il est vrai néanmoins qu'ils le sont de plus en plus difficilement tant l'idée de brassage éclectique veut s'imposer y compris au Château de Versailles en empêchant que celui-ci soit appréhendé en tant que tel comme cisèlement et joyau d'un moment du monde au lieu d'être ravalé à l'état de décorum pour des ego en mal de turpitude.

Nos élites ne comprennent pas que malgré l'insulte (réac, néoréac, raciste, phobique) qu'il s'agit réellement d'un mouvement de fond secouant des populations occidentales cherchant non pas à s'enfermer mais à rectifier la trajectoire des années 60 accaparée par les pirates nihilistes du post léninisme soixante-huitard, il ne faut pas confondre 60 et 68, voire mai et juin 68, tout comme l'on ne peut confondre le 4 août 1789 et le 10 août 1792. De même ne confondons pas intégration pluraliste et assimilation jacobine. Car, et ce contrairement à ce que pense le Bloc Identitaire, il est possible d'intégrer des populations diverses, même extra-européenne, à partir du moment où celles-ci ne sont pas acceptées en tant qu'ethnies mais individus qui cherchent à s'insérer dans le particulier sans amoindrir leur singularité.

En ce sens la force des tea parties tient précisément dans leur attachement viscéral à la Constitution américaine cette carte devenue territoire, au lieu de s'en tenir seulement à la terre et aux morts. L'erreur fondamentale du barressisme, tout comme du nazisme et du communisme fut de croire qu'il s'agit de purifier ou de préserver celle-ci jusqu'au plus profond de la sensibilité en écartant ce qui ne sent pas comme soi (dans tous les sens du terme sentir).

Il faut lire alors ainsi la façon dont un Heidegger à la suite de Lénine s'oppose violemment à toute pensée distinguant théologie et politique parce qu'il prétend créer un même corps organiquement homogène et susceptible de fonctionner comme une phalange spartiate et ce au plus profond du corps propre. Le mouvement des tea parties n'a rien à voir avec cette métaphysique de la finitude volontaire puisque cette dernière n'est que temporelle alors que l'énergie de l'esprit humain reste infinie, néguentropique, c'est la bonne nouvelle, ce qui implique de pouvoir peser sur le cours du monde, tout n'est pas encore joué, même si la carte façonnée par nos élites (non seulement en perte de vitesse mais qui sont en train de s'effondrer sur nous) prétend être la seule jouable.

Résistance Républicaine pourrait jouer ce rôle de catalyseur brassant divers courants mais unis par le même souffle celui de l'âme française, conscience universelle d'une telle tâche faramineuse. Organisons des banquets, mais dans lesquels le vin et le whisky (la vodka aussi) auront toute leur place au lieu du seul thé. Il est, après tout, peut-être encore temps.

lucien.oulahbib@free.fr

0664944909

http://lucien.samir.free.fr/biographie/index.html

 

 

 

15/09/2010

Nos "musulmans de France"

J'ai très mal vécu le 4 septembre à Strasbourg. L'attitude indigne de la gauche Strasbourgeoise, député, conseillers généraux, élus municipaux se sont déchaînés contre notre manifestation pacifique au point que nous avons du évacuer la pelouse de l'Orangerie pour ne pas être l'objet de la furie des manifestants contre le gouvernement, venus de la place Kleber.

Deux couples de sympathisants avec enfants sont restés courageusement sur place, ils n'ont du leur salut qu'à la protection rapprochée de la police.

Ne parlons pas des Dernières Nouvelles d'Alsace journal qui a volontairement dénaturé nos propos. Elus de gauche et médias sont, comme sur la plan national, responsables des menaces de mort sur notre Présidente Christine TASIN.

J'avais décidé de ne plus rien publier sur ce blog, me disant que l'approche systémique globale,  des évènements, n’intéressait finalement personne et que chacun allait se retrouver autour de sa "communauté" et fourbir ses armes.

Et puis j'ai lu un petit article de SOAZIG et, ma foi, j'ai repris confiance, le doute s'est à nouveau éloigné. Je n'ai pas changé grand chose de son texte. Il se suffit à lui même. Un constat, un simple constat !

Allez bonne lecture"

Merci SOAZIG !

§

Nos "musulmans de France" étaient depuis des décennies des Français ! Point. C'était avant qu'on installe, pignon sur rue, des" instances " venues de pays où justement les intégristes ont pris pied. Ce sont ces "instances" religieuses qui ont brisé la cohésion nationale. Jamais un musulman n'a été privé du droit de prier dans ce pays et ceux qui le souhaitaient seulement le faisaient naturellement.

Mais "on " a voulu tenter de calmer les cités en ré-islamisant des gosses qui ne connaissaient rien à la religion de leurs grand-parents et qui sont mis maintenant entre les mains d'intégristes qui ont décidé que la France serait un dar el islam de par le nombre de ses immigrés venus de pays musulmans. Mais ceux qu'on a installés ne prônent pas l'islam des grand-parents de ces jeunes. Ils prônent un islam conquérant et politique. Ils prônent la charia, et ils ne veulent pas d'un « islam » de France qui en serait expurgé.

La politique n'a rien à faire dans la pensée religieuse des Français depuis un siècle, la foi est intime et du choix de chacun. Monsieur Sarkozy a ouvert les portes aux plus intégristes et leur a donné un trône.

Les premières victimes de ces instances officielles seront d'abord nos musulmans de longue date qui seront entraînés malgré eux dans ce courant , ensuite ce seront les autres citoyens...et quiconque ne voudra pas voir « sa » France dominée par des intégristes venus d'ailleurs repoussera instinctivement tous ceux qui ont l'étiquette de musulmans, même ceux qui, paisibles, avaient la même foi depuis des générations et qui ne demandaient rien à personne. Ils étaient heureux de vivre, libres de croire ou pas.

Bientôt ils n'auront pas le choix, eux qui avaient adopté la France et qui respectaient ses valeurs et ses lois. Voilà comment en donnant un trône à quelques uns, on fiche en l'air ce qui est le fondement de notre grande Nation " La liberté, l'égalité et la fraternité". Parce que là où on voyait avant un compatriote d'origine Nord-Africaine, on voit à présent un musulman. De même qu'un musulman prit malgré lui dans ce courant ne voit plus dans le Français de souche juste un compatriote, mais un juif, un croisé, ou un mécréant.... Les instances de Cultes Musulmans, installés par un gouvernement de naïfs, qui pensaient gommer les différences, ont tué le vivre ensemble.

 

 

 

01/09/2010

Une porte ouverte

Il faut se méfier des portes ouvertes. A Troie c'était un cheval qui a perdu la ville, à Byzance c'était une porte qu'un "malveillant," un traître probablement, avait laissé ouverte. En 40 c'était la 5eme colonne. En Algérie les porteurs de valise nous ont planté un poignard dans le dos et aujourd'hui ils rêvent de recommencer. L'heure est venue de savoir QUI nous sommes. L'Islam nous pousse à réfléchir sur ce que nous sommes devenus.

Il ne peut y avoir d'islam à la française, c'est une erreur de le croire. Regardons selon une échelle de temps et de démographie et nous aurons TOUT et TOUS compris.

Nous devons à nos enfants ce devoir de lucidité et de compréhension, comprendre que l'islam est toujours fort de notre faiblesse, de nos renoncements.

Si nous ne savons pas faire la clarté sur notre système de gouvernance et de régulation, nous allons vers un affrontement entre deux singularités : l'occidentale et l'orientale ; ce qui nous conduira à l'effondrement de notre civilisation.

Nous avons les moyens de lire la complexité du monde, le tout est de ne pas perdre le contrôle et pour cela, nous devons d'abord faire le ménage dans nos propres rangs.

C'est en 1973 que nous avons fait les mauvais choix et, de mauvais choix en mauvais choix, « certains » des nôtres nous ont précipités dans le bourbier actuel.

Ces personnages ne peuvent plus être « éclairés » et ils deviennent un danger mortel. Nous devons donc nous en débarrasser, ensuite nous pourrons enfin entreprendre de stopper les réseaux d'islamisation.

Pour cela, nous autres hommes devons suivre l'exemple de nos femmes. Non pas celles qui, aujourd'hui encore, participent de leur propre asservissement, celles-ci doivent encore être éclairées, mais celles dont les islamistes ont peur car elles leur sont supérieures, elles sont cultivées, évoluées  et les islamistes ont peur de leur pouvoir, c'est pour cela qu'ils les voilent, les confinent sous leur burka, les mutilent, les lapident, les marient de force à des pédophiles, les excisent etc.

Nos femmes sont notre avenir Messieurs, elles et nous allons l'entreprendre cette « Reconquista » et vous verrez, elles seront au premier rang !