Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2020

L’étrange défaite

Relier avec : La trahison des élites

Relayé par Noisette Marie Hannah Bozon

NE PAS LIRE CET EDITO C'EST DOMMAGE

"Un désastre. C’est tout simplement un désastre que vit actuellement la France.

Le mot « crise » ne suffit plus à définir la situation présente.

La France vit des heures de désillusion aussi profonde que celles qu’elle avait connues en mai 1940. La France pensait avoir le meilleur système de santé du monde, comme elle était convaincue d’avoir la meilleure armée du monde en 1940. Et puis, sous nos yeux, tout s’est effondré à une vitesse inimaginable. On se demandait pourquoi la France avait manqué d’avions efficaces, d’armements modernes comme des chars d’assaut, et pourquoi les soldats portaient encore des bandes molletières alors que les soldats allemands avaient des bottes en cuir.

Aujourd’hui, on s’interroge pour comprendre pourquoi il n’y a pas assez de masques, pourquoi il n’y a pas assez de respirateurs artificiels, pourquoi la France est obligée d’importer les produits réactifs pour fabriquer des tests de dépistage. On perd notre temps à discuter de problèmes d’intendance qui n’auraient pas dû exister si le système de santé français était vraiment le meilleur du monde. Mais le système de santé français n’est pas le meilleur du monde.

La France n’est plus un grand pays, mais une petite nation mesquine, bouffie d’orgueil et de prétention. Et en face d’un virus microscopique, l’orgueil et la prétention, ça ne sert à rien.

Une injustice insupportable

Il faudra alors se poser la question de savoir pourquoi un tel désastre. On ne peut s’empêcher de se tourner vers la fameuse Étrange Défaite, de Marc Bloch, qui, ayant vécu la défaite de 40 de l’intérieur, se posait la question de savoir pourquoi cela avait été possible. Et cette catastrophe en cours nous amène inévitablement aux mêmes conclusions : incompétence, inorganisation, absence de vision à long terme, improvisation.

En résumé : nullité de nos dirigeants, et en particulier de ceux en charge du système de santé français.

Cette génération de hauts responsables de la santé en France est en train d’entrer dans l’Histoire comme les généraux de l’armée française en 40. Une caste de petits chefs, de techniciens imbus de leur position, de leur suffisance, qui, face au coronavirus, avaient une guerre de retard, comme la plupart des généraux de 1940, qui se croyaient encore en 1918.

Ceux qui en payent le prix, ce sont les morts de plus en plus nombreux, mais aussi les médecins et soignants qui se sacrifient en y laissant leur peau, pour rattraper des erreurs dont ils ne sont pas responsables.

C’est toujours le troufion de base qui paye de sa vie la nullité de sa hiérarchie.

La France n’est plus un grand pays, mais une petite nation mesquine, bouffie d’orgueil et de prétention

Cette injustice insupportable, il faudra en répondre d’une manière ou d’une autre. Le président de la République a très vite comparé cette épidémie à une guerre. Cela pouvait sembler habile, afin de mobiliser la nation entière contre le terrible ennemi. Mais cette comparaison se retourne déjà contre ceux qui croyaient en tirer parti. Car en face d’un tel désastre, on ne pourra pas se contenter de quelques gerbes de fleurs et d’une distribution de Légions d’honneur.

Le besoin de justice est le sentiment qui structure une société. Quand il est bafoué, ce n’est pas seulement le système de santé français qui s’effondre, mais la totalité de l’édifice.
12 04 20

Michel Bendahan

Oui l’histoire se répète 1870, 14-18, 39-45 La sclérose du système est telle que l’inévitable se produit à chaque fois…ce n’est jamais le système qui est en cause, mais ceux qui le parasitent de l’intérieur ceux à qui il faut régulièrement couper la tête !
Quel sera l’homme providentiel cette fois ci ? Il n’y en a pas dites vous ? Vous devez avoir raison ! Une équipe peut être ? Une poignée d’Hommes et de Femmes ? Nous avons déjà connu ! Çà dure un moment et puis les mauvaises habitudes reprennent le dessus, l’édifice s’effondre à nouveau ; il faut recommencer …Camus avait raison : « Il faut imaginer Sisyphe heureux ! »
Je retourne à mon jardin !


12/11/2017

Agonie de la culture

Depuis des années, je me consacre - plusieurs vont dire "de manière exagérée" - à l'histoire de l’islam, ses véritables débuts. Dans le cadre de ces recherches, mon intérêt principal, voire unique , se trouvait concentré et continue à être accaparé par une seule question : Comment se fait-il que cette doctrine, se concevant au début que rien d'autre qu'un mouvement "réformateur" , a réussi à conquérir tant de pays qui, avant, faisaient partie des empires romain/byzantin ou perse avec la rapidité de la foudre ?

Manfred Krause à Stéphane Le Couëdic

Stéphane Le Couëdic Un beau parcours... mes lectures m'ont conduit à penser que la religion n'a pas eu un écho aussi important, qu'elle semblait plus un prétexte... puis que, la conquête aidant, les chefs militaires et politiques y virent un excellent outil pour assurer ses conquêtes de plus en plus étendues... c'est ce qu'il me semble avoir compris... après, on travailla avec les moyens du bord à fabriquer un texte qui tienne la route, l'actuel Coran, que même les analystes musulmans semblent avoir du mal à bien comprendre... l'araméen semblerait être une clé de décryptage du texte... mais alors bien des choses ne pourraient plus être dites comme avant... et cela pose un énorme problème... comment réformer sans toucher à rien... sans l'aspect linguistique, qui est peu ma partie, je crois que nous en sommes au même point concernant ces débuts de l'Islam...

Francis-claude Neri « ...la conquête aidant, les chefs militaires et politiques y virent un excellent outil pour assurer ses conquêtes de plus en plus étendues... c'est ce qu'il me semble avoir compris... après, on travailla avec les moyens du bord à fabriquer un texte qui tienne la route, l'actuel Coran... »

C'est un peu MON sentiment pour ce qui concerne les religions en général.
La question est de savoir si les citoyens sont actuellement en mesure de faire face à TOUTES les incertitudes et particulièrement celles de la "modernité".
Les principaux blocages sont indiscutablement culturels dans une société traumatisée par le "rythme" de l'innovation technologique en particulier.
Si les citoyens ont supporté, au cours des années précédentes, l'effondrement des valeurs traditionnelles, et l'ont célébré, souvent, comme une libération, c'est parce que en même temps, les anciennes valeurs étaient remplacées par des croyances essentielles sur le progrès social, la science fondées sur la puissance de la raison.
Les "lumières" n'ont pas apporté que du "BON" hélas !

L'enjeu est bien de rapprocher les deux axes...la démocratie est paraît-il faite pour çà

La démocratie : une idée simple et... un problème

https://www.scienceshumaines.com/la-democratie-une-idee-simple-et-un-probleme_fr_9...

1 mars 1998 - Un problème, ensuite, parce que cette idée simple est, en fait, difficilement ... Pour lui, déléguer son pouvoir à des représentants revient pour le ...

Francis-claude Neri

12 11 17

05/09/2017

En avoir ou pas

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j’en ai par dessus la tête d’entendre et de lire à longueur de journée au café du coin, sur la plupart des médias et sur nos réseaux sociaux que nous, Français sommes des veaux, des lâches, des sans-couilles qui s’aplatissent devant les islamistes, les Européistes, les mondialistes etc. etc.

« On » me dit aussi que si nous avons un président comme Macron c’est que nous l’avons voulu et que nous ne méritons pas mieux.

Certains me disent que je suis juste bon à écrire des « conneries » incompréhensibles derrière mon ordinateur et que je suis un « fouteur de merde » responsable de l’échec de Marine le Pen parce que j’ai osé, en son temps, critiquer sa stratégie !

Bon les insultes de ces « innocents » ne m’atteignent guère, je les prends de qui çà vient …mais tout de même !

Parfois je fais de la provocation : « Bon d’accord vous avez raison … « on » fait quoi alors ? … « On »  rentre dans le lard de l’islamiste du coin ? « On » descend tous dans la rue et « on » fait la révolution ? Pour quel objectif ? Avec qui ? Comment ? Quels moyens acceptons-nous d’utiliser contre nos ennemis…la guerre civile ? Le meurtre ? L’assassinat des opposants ? Jeter de l’acide sur les femmes voilées ? Plastiquer des mosquées ? Prendre l’Elysée ou le parlement Européen d’assaut ?

Alors je lis souvent …en MP …cette réponse significative : « Il ne faut pas parler de çà sur « Face de bouc », on est surveillés et moi j’ai mon groupe discret, et actif sur le terrain »
Et passez muscade je n’entends plus parler du « citoyen » qui lui à des « couilles » et agit …en toute discrétion.

Ce qui m’amuse le plus c’est que certain(e)s (au dessus du lot en matière de communication) tentent de remettre en piste Marine le Pen, Waucquiez  ou encore Mélenchon …Ne parlons pas de ceux qui se sont soumis ou résignés au « Macronisme ».
Bref ils veulent reprendre les mêmes et recommencer encore et encore sans jamais penser une seconde à sortir les roues de la charrette de l’ornière que ces derniers ont tracés depuis une éternité.

Alors je leur dis : «  Essayons de NOUS sortir du « système » il ne peut plus rien nous apporter en l’état ; il est vérolé et il doit être nettoyé de fond en comble, débarrassé de ses scories que sont les hommes politiques, les médias, les grands pontes des sous systèmes que sont l’armée, la police, l’administration, la culture, l’école, la santé, l’économie, la finance etc.

Le système est vérolé et pourri …il faut le passer au karcher !
C’est à nous de jouer ; nous seuls pouvons nous rassembler pour dire ensemble, en dehors des partis et des systèmes, ce que nous voulons, pourquoi nous le voulons et comment nous allons faire pour redonner le pouvoir au peuple.

Nous pouvons, si nous le voulons, nous rassembler, nous mettre d’accord sur des objectifs et des moyens.
Alors nous serons invincibles et nos « zélites » devront nous écouter, nous entendre et nous obéir si elles veulent prétendre à nos suffrages.

Bizarrement, il n’y a plus de réponse ou alors « on » me déclare sympathique, mais surtout très idéaliste et utopique et ce que je propose pouvant être fort dangereux !

Et pourtant comment se dire « résistants » rêver à un projet de résistance, le mettre en œuvre si on ne dit pas à QUOI résister, comment, avec qui et avec quels moyens.
Comment faire si on ne s’appuie pas sur un « réseau »,  si ce réseau on n’envisage pas de le construire, le structurer et l’organiser localement, nationalement et globalement ?

Notre entrée première est la suivante : Comment remédier aux dysfonctionnements du modèle républicain, de la démocratie, de nos institutions ?
Comment réguler et contrôler la démographie, l’immigration, la mondialisation sauvage et les multinationales prédatrices, l’économie, la finance etc.

Vaste et inépuisables sujet ! Mais il faut bien commencer par un bout …une fois !    

Une fois le préalable du karcher admis, il faut passer à la réalisation et la question se repose : Pourquoi faire, comment, avec qui, quels moyens ?

De ce fait nous voyons bien que tout, mais alors tout, dépendra de notre capacité à gérer et organiser notre information et notre communication.
Et pour cela nous avons à notre disposition les réseaux sociaux.

Utilisons-les ! Construisons des « Infosgroupes » locaux en relation étroite et en cohérence  nationale (le global) et exploitons la formule qui réussit si bien à François Mitterrand : «  Agir local, penser global »
Ne faisons pas comme le fit Marine le Pen (et tous les autres partis politiques) qui structura le FN par le haut, négligeant et méprisant la « piétaille du bas » et fit disparaître les structures locales.
Cette vision Jacobine, centralisatrice et dictatoriale du pouvoir élimine toute forme d’autorité et de compétence locale. Les responsables locaux ne sont pas élus, mais désignés et il en résulte une absence totale de démocratie.
Nous ne tomberons pas dans ce piège ; c’est à partir de la base, par le peuple et pour le peuple,  que la reconquête idéologique, culturelle, cultuelle, sociale, économique etc. se fera      

Les « infosgroupes » devront être des relais locaux d’information, de formation et de réponse citoyenne. C’est à partir d’eux que TOUT doit émerger, se diffuser et se réaliser.

Eux seuls peuvent nous permettre de connaître et de comprendre les évènements signifiants, lourds de conséquences dramatiques pour notre avenir et celui de nos enfants. De les relier à d’autres afin d’en déterminer les causes dissimulées, d’en tirer des raisons et des moyens pour une réponse citoyenne à la fois locale et globale.

Les réseaux sociaux devraient nous permettre de structurer et d’organiser cette réponse qui doit nécessairement ignorer les partis politiques et les médias classiques.

Le temps individuel et collectif nous est compté.
Il nous faut au plus vite passer à l’action et nous donner les moyens de cette réalisation.

Agissez ! Trouvez localement trois personnes proches de vos idées qui s’unissent à vous pour cette réalisation et nous nous rencontrerons pour finaliser VOTRE « infosgroupe ».

Plus est en nous !
Francis-claude Neri

05 09 17