Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2016

Scénario du pire

J’espère que vous avez parcouru l’essentiel des 51 propositions que nous avons approuvées à Béziers …si non j’invite les amis qui se sentent concernés à faire un tour sur Boulevard Voltaire et les étudier, elles en valent la peine !
A la lecture de la lettre d’information publiée par Oz la droite je note pour ma part que si les questions identitaires, sociétales comme « on » dit sont bien relayées je me pose des questions concernant le ratio inquiétant de la dette rapportée au PIB qui avoisine actuellement les 100% …sinon plus et, cette tendance va se poursuivre.
Bien sur les taux d’intérêt sont toujours bas et c’est ce qui nous « sauve » actuellement. 

Mais en l’absence d’un véritable mécanisme de restructuration de la dette souveraine, la répudiation, c’est à dire le défaut de paiement, pourrait devenir le seul recours possible des dirigeants actuels et surtout futurs pour honorer les engagements souscrits par les électeurs qui les auront portés au pouvoir en 2017 ; en particulier ceux du FN puisque ce sont eux qui sont en tête au « baromètre »
Que comptent faire les candidats à ce sujet ? J’aimerais bien avoir les avis de nos amis économistes avant d’adresser la question à Robert Menard !
Francis NERI
11 06 16

Commentaires :

 Le scenario du pire c'est la confiscation pure et simple de la totalité de l'épargne privée des français soit 4200 milliards euros à peu près en assurance vie, fonds etc. la dette publique française est elle de 2100 milliards soit la moitié, c'est la seule, je dis bien la seule raison pour laquelle on nous prête, ce n'est pas la signature de l'Etat qui est bonne comme ose le dire Sapin, c'est le montant de NOTRE épargne, celle qu'on va nous bouffer ....

Maintenant tout cela est peanuts, ce qui est important c'est NOTRE territoire, notre identité, nous pouvons recréer cette richesse si nous disposons de notre territoire, mais même cela, surtout cela est bradé ...nous allons devoir nous recentrer sur un territoire plus exigu mais vierge d'envahisseurs si nous voulons survivre en tant que peuple, c'est en cela que notre combat n'est plus que purement identitaire, le reste c'est de la conjoncture !

Pascal Tenand

 Nous recentrer sur un territoire plus exigu !!!!!!!! En espérant survivre en attendant de chasser les envahisseurs qui se reproduisent comme des lapins !!!!!!!?? Excusez-moi mais je n'arrive pas à penser comme vous et ceux qui vous suivent, car je sais que vous n'êtes pas le seul à imaginer que nous allons pouvoir organiser notre survie.
La guerre est DEMOGRAPHIQUE et le temps est notre pire ennemi, si nous voulons continuer à exister en temps qu'européens de souche nous devons nous battre et au stade où en sont les choses, nous sommes loin de la gagner cette guerre à moins que ceux qui hésitent encore, stimulés et encouragés par les actions des combattants, finissent par se joindre à ceux qui se battent. Le reste n'est que littérature !

Louise Maury

Sur une première liste de 6 candidats, le baromètre patriote n1 du 6 juin donne :
1) Marine Le pen (FN) 38, 2 %
2) Jean Frédéric Poisson (LR) 26,4 %
3) Nicolas Dupont Aignan(DLF) 19,6 %
4) François Fillon (LR)13,7 %
5) Alain Juppé (LR) 11,7 %
6) Nicolas Sarkozy (LR) 7,8 %

31/05/2016

Relativité

La vision relativiste amène à voir la réalité avec toutes ses nuances et sa subtilité. Elle va plus loin que la logique Aristotélicienne, en envisageant un nombre illimité de cas possibles, et en évaluant chaque chose par rapport aux autres, et non en termes absolus. La même réalité peut être vue différemment, selon le point de vue de l'observateur...

C'est pourquoi nous devons essayer de voir les choses avec un point de vue extérieur à soi-même, et en regardant chaque situation sous plusieurs angles simultanément.

Un autre enseignement de la relativité concerne la causalité. Les humains ont souvent tendance à ramener les problèmes à une cause unique. Alors qu'en réalité, un problème a toujours de multiples causes, qui ont des degrés ou des niveaux d'influence différents. Certaines causes sont majoritaires et représentent 20 ou 30% de la causalité. D'autres causes, un peu plus nombreuses, "pèsent" entre 2 et 5%. Enfin, une myriade de "micro-causes" pèse moins de 1%.

Soyons donc relatif !

La carte n'est pas le territoire
La représentation que nous nous faisons de la réalité n'est pas la réalité elle-même. De même que la carte d'une ville n'est pas la ville elle-même.

Nous devons tenir compte du fait que la réalité est toujours plus complexe et plus riche que ne le suggère notre carte.

Ce principe a été rendu célèbre par Alfred Korzybski en 1933 dans ses travaux sur la "sémantique générale" et la logique non-aristotélicienne. En opposition avec Aristote pour qui le langage est un miroir fidèle de la réalité, Korzybski considère que le langage n'est pas la réalité mais une "carte verbale de la réalité". Ce principe est aussi illustré par Magritte dans son fameux tableau "Ceci n'est pas une pipe", pour montrer que l'image d'un objet n'est pas l'objet lui-même.

Méfions nous, Béziers est une carte de la réalité…à construire, ce n’est pas encore le territoire.

Au travail

Francis NERI
31 05 16

28/02/2016

Vision

Bonjour Francis,
Je vous fourni ma vision.
Je ne crois pas à la possibilité d'une osmose "transpartisane", elle n'existe pas dans les faits. Les pions sur l'échiquier idéologique sont déjà en place, dans l'irréversibilité du temps. Il y a maintenant près de 40 ans que les idées de 1968 se sont insinuées dans toutes les strates de la vie culturelle, jusque dans l'éducation de nos enfants.
Pour ma part, je préfère assumer la confrontation inévitable, même si le rapport de force nous est défavorable.
S'il me reste une chose en quoi croire, c'est la possibilité de faire émerger du choc de l'Histoire, un individu qui embrasse les qualités que vous énumérez.
Mais le choc n'est pas encore là, il murit, il grandit mais n'a pas encore pris corps. Je le pense proche.
Ce Bonaparte, ce de Gaulle ne pourra naître que sur les décombres, si seulement il naît.
"Chérissez votre désespoir, parce qu'il est socle de vie et d'espoir".
Olivier
Écrit par : Olivier | 27/02/2016

Bonjour Olivier,
Cornegirofle, je sens qu’il faut vous remonter le moral ! Sachant que nous allons nous rencontrer dans quelques jours, j’y penserais !
En attendant je voudrais vous rappeler que pour garder le cap, il faut toujours avoir présent à l’esprit deux notions : celle de structure et celle d’organisation lorsque l’on veut aborder le fonctionnement d’un « système ».
Ou si vous préférez, comment est structuré un système (y compris un système humain) et comment il est organisé… c’est essentiel pour appréhender le système occidental et ses relations avec d’autres systèmes, les systèmes orientaux par exemple.

Mais je ne vais pas vous bassiner avec l’approche système, bayésienne, ou encore celle de la sémantique générale ou de la complexité :-)
Je vous préciserais toutefois que vous avez déjà exprimé votre compréhension de l’expression des « certitudes négatives » Dieu reste possible toujours… et si Dieu est possible, pourquoi pas le changement …apaisé ?

Du temps où je faisais une formation en psychopathologie, j’ai retenu qu’il était absolument nécessaire de préciser voire de repréciser la notion de processus.
Il nous faut en effet entraîner notre cerveau à accepter les choses telles qu’elles sont, mais que nous n’avons pas à nous incliner pour autant devant ce que nous considérons comme un fait et qui n’est souvent qu’une opinion ?
Il faut s’accepter comme un tout, utiliser la pensée extensive automatique et considérer un fait au sens non- aristotélicien (en référence à Aristote)

Par exemple l’idée que NOUS serions dans une impasse et que « tout est foutu » n’en fait pas un fait !
Comme le disait Bertrand Russel : le bon sens (le bon chemin) quoi qu’il fasse ne peut manquer de se laisser surprendre à l’occasion.
Le but de la science est de lui épargner cette surprise et de créer des PROCESSUS mentaux (entre autres) qui doivent être en étroit accord avec le processus du monde extérieur, de façon à éviter en tous cas l’imprévu (autant que faire ce peut dirais je plus modestement)

La question est donc de correctement appréhender la notion d’impasse et s’assurer qu’il s’agit bien de cela
Ensuite, toutes les impasses ne se ressemblent pas. Tous les processus …mentaux compris, non plus !
Pour un habitant d’une cité …le 93 par exemple, l’impasse donne sur un mur au fond d’une ruelle sombre pleine de dealers... Ou sur un jardin d’enfants. Tout dépend des processus que les habitants du quartier mettront en œuvre.
Pour un habitant de la campagne Française, l’impasse peut donner sur un champ cultivé au bout d’un chemin bucolique ou sur un bois trop sombre et des buissons épineux impénétrables, ou encore sur une forêt pleine de bêtes sauvages.
Pour un habitant du bord de mer, sur une plage ensoleillée avec un voilier qui l’attend sur une mer bleue … ou sur une jetée en béton sur laquelle vient se briser une mer pleine d’hydrocarbures et de bouteilles plastiques.
Vous voyez où je veux en venir : être, c’est être relatif !

Alors de quelles illusions souffrons-nous Olivier ? Là est la question et, comment nous débarrasser de notre illusion-émotion-chagrin une fois que nous avons accédé à un certain niveau « relatif » de conscience ?

Au fait, n’ayons pas l’idiotie de vouloir sauver LE monde. Nous ne pouvons pratiquement rien faire à ce niveau. Cette conspiration – qui en fait n’en est pas une, simplement une conjonction d’intérêts privés qui entrent en cohérence – n’est pas à l’échelle nationale.
Nous sommes des pions dans un jeu que jouent des gens qui se pensent « hors système ».
Ce qui constitue de leur part une erreur majeure que nous devrons mettre à profit.
Ils font bien partie du système, et ils ont un immense intérêt à le conserver tel quel. Nous pouvons leur inspirer une panique folle en les menaçants de le détruire.

Mais nous avons NOUS aussi intérêt à conserver le système en l’état, il a fait ses preuves, ce que nous pouvons faire alors c’est les éliminer EUX du système pour y emménager les relations internes ET externes à NOTRE convenance …c’est tout l’enjeu civilisationnel depuis deux ou trois mille ans… au moins. Et qui recommence en boucle car des nouveaux virus s’installent chaque fois dans le système rénové. Il faut juste le récurer plus souvent (le passer au karcher par exemple !)

Cette « conspiration » éternelle que nous nommons bien improprement « mondialisation libérale » n’est pas seule, elle est composite. Le maitre d’œuvre semble bien être ce libéralisme prédateur, militaro-industriel et occidental qui nous vient des USA et qui veut conserver le système, emménagé pour eux, en l’état et nous l’imposer …
Il n’est donc pas dangereux à court terme. S’il est dangereux, c’est parce qu’il utilise contre nous un autre élément autrement mortel, l’islamisme.
Nocif et mortel, car celui ci VEUT la destruction de NOTRE système pour y imposer le sien, d’ordre politico-religieux et ceci par tous les moyens.
Un système que l’Occident a mis des siècles à élaborer …qui doit bien sur évoluer, mais il NOUS appartient de le faire …sans le détruire.
Enfin il y a une troisième cible qui par idéologie, bien pensance etc… fait le jeu des deux premières. C’est la gauche multiculturaliste, tiers mondiste, repentante etc…
Nous avons donc trois cibles ! Il faut prioriser car nous ne pouvons pas les attaquer de front et en même temps ; d’autant plus que contre l’adversaire néo libéral mondialisé nous avons des « amis » la Russie, la Chine par exemple qui nous donnent un coup de main.

Pour ce qui concerne la France, ce n’est vraiment pas bien compliqué comme stratégie à appliquer.

• Nous débarrasser au plus vite de la gauche au pouvoir et empêcher la fausse droite d’y revenir car elle est en phase avec les néo-mondialistes
• Reprendre notre totale liberté d’action, notre souveraineté en sortant de l’UE et de l’Euro …Rompre notre dépendance avec la sphère US …quoique cela puisse nous en coûter dans un premier temps. Si nous laissons entrer le TAFTA en France, nous sommes morts !
• Nous pourrons alors nous occuper sérieusement du troisième : l’islamisme. Et ce ne sera pas une mince affaire Il faudra s’en donner les moyens, quitte à ce que provisoirement nous mettions en attente nos désirs de libertés individuelles.

Nous avons à l’échéance 2017 à mettre en place l’équipe, composite, capable de porter et tenir le projet.
Je considère que pour l’instant malgré ses erreurs tactiques Marine Le Pen présente le projet le plus élaboré et qui globalement devrait nous convenir …et je ne vois pas de plan B en préparation.
Il est trop tard pour 17. On ne change pas de cheval au milieu du guet. Les élections de 2017 sont probablement notre extrême limite…au delà de celle ci, notre ticket n’est plus valable, j’en suis persuadé !

La question pour nous est de savoir pour QUOI et pour QUI MLP veut gagner ...la personne de MLP, ou de tout autre leader politique ne devrait nous intéresser que pour sa capacité à NOUS faire gagner sur un projet et un programme que NOUS lui demandons de produire et de porter.

Nous devons donc NOUS rassembler pour IMPOSER avec force NOS intentions aux politiques qui vont prétendre à nos suffrages.
Plus nous serons nombreux à adhérer à cette idée plus ils feront ce que nous voulons qu’ils fassent.
La seule alternative que nous aurions dans le cas contraire c’est effectivement de « casser » le système et eux avec.

C’est seulement à ce niveau là que je vous rejoins.

Donnons-nous une chance Olivier de ne pas en arriver là !

Francis NERI
28 02 16