Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2010

Le capitalisme, un système économique condamné

Gilles s'intéresse à l'approche "Raymonde D." et il développe ! Je rappellerais pour mémoire que de l'entropie et du chaos naît le déséquilibre, c'est à dire la vie ou encore l'ordre ! Le problème, c'est l'absence de régulation, ou encore, la capacité pour l'espèce à maîtriser son développement: faire moins d'enfants, consommer moins et différement ! 

Bonjour Francis,

Tu aimes le systémique, en voici et cela va te plaire, c'est sûr!

Mes amitiés.

Gilles

Le capitalisme, un système économique condamné par la science

Lorsque l'on parle de la crise actuelle, on entend tout et n'importe quoi, mais de nombreuses voix s'élèvent et commencent à soulever le problème posé par un système économique qui conduit l'humanité à la catastrophe, un système économique structurellement irrécupérable.

J'avais déjà affirmé que ce système n'était que le reflet de nous-mêmes illustré par la loi de puissance (loi de Pareto) et les fractales. Les pires d'entre nous (et non les meilleurs) réussissant donc, ceux qui sont sans scrupules et dont l'ego est le plus développé, de supers prédateurs en quelque sorte. Quel que soit le système mis en place, la loi de puissance et les fractales s'appliquent (communisme ou capitalisme), or, ne l'oublions pas, la loi de Pareto est une exponentielle, c'est à dire une courbe tendant vers l'infini ce qui est impossible dans un monde fini, notre biosphère.

Pourtant, ce fonctionnement de notre système ne peut échapper à l'un des principes fondamentaux de la science : l'entropie.

Principe d'équilibre

Pour comprendre, il faut reprendre tout dès le début et bien comprendre ce que l'on nomme le principe d'équilibre, un principe qui s'applique aussi à notre système économique.

Les mathématiques sont la clé, mais malheureusement nos chers professeurs oublient l'essentiel, la spiritualité ou plutôt la conscience et l'on finit par être dégoûté d'une matière qui est la clé de tout.

Commençons par le zéro et observons-le : 0. Le mot chiffre nous vient de l'arabe « sifr » qui veut dire le vide. Il représente le vide délimité par un cercle, le serpent qui se mord la queue (Ouroboros) symbole de l'équilibre que l'on retrouve partout dans l'univers à l'exemple de l'atome, la cellule, l'œuf, la terre, et dans toutes les religions.    

Une exponentielle tend vers l'infini à l'exemple de la droite. Vous voyez où je veux en venir, tracer une droite à l'intérieur d'un cercle est impossible, on finit par se heurter à la limite de ce cercle. Pour l'anecdote, ce rapport de l'infini, le chaos (l'exponentielle, la droite) et du fini, l'ordo (le cercle) se nomme pi.

Les sages anciens l'avaient très bien compris et définissaient le principe d'équilibre par la succession des phases de désordre, d'expansion et de contraction, d'ordo ab chao illustré par la théorie du Tsimtsoum.

En effet, rien ne peut se développer à l'infini, et la contraction (le tsimtsoum) finit toujours par se produire. On le retrouve au niveau de l'homme avec la respiration, des étoiles qui deviennent géantes rouges (expansion) puis  naines blanches (contraction) mais aussi dans la fameuse histoire de la grenouille qui voulait devenir aussi grosse que le bœuf, un conte qui s'applique à merveille à nos « élites » et à ce qu'il se passe aujourd'hui.

La crise économique actuelle doit être analysée sous cet angle. Notre économie est en phase de destruction, de repli sur elle même, le principe fondamental d'équilibre et surtout d'entropie.

Entropie et crise économique

Einstein expliquait sans cesse qu'à ses yeux la loi la plus importante de la physique était « le second principe de la thermodynamique », c'est à dire la notion d'entropie.

Pour comprendre, ce qu'est la notion d'entropie il faut se référer aux lois de la thermodynamique. Etudier l'entropie d'un système revient en fait à mesurer le degré de désordre d'un système. Selon ces lois, lorsque l'entropie d'un système augmente, il finit par produire du désordre (le chaos) et finit par gaspiller de façon incohérente son énergie,

ce qui s'applique à merveille à nous mêmes et donc à notre système économique.

En effet, l'homme, en consommant de l'énergie de façon incohérente (nourriture, énergies fossiles) augmente le désordre, le chaos (la pollution, la destruction des autres espèces).

D'ailleurs, les mathématiciens Arnaud Chéritat et Xavier Buff viennent de démontrer que le chaos est omniprésent dans les systèmes dynamiques, ce qui s'applique à notre système économique.

Or, ceci est une révolution majeure car ils prouvent mathématiquement l'impossibilité de prédire à long terme le comportement de notre système économique.

Pour ceux qui veulent approfondir il s'agit de l'affirmation par ces deux remarquables mathématiciens qu'« il existe des ensembles de Julia d'aire strictement positive ».

L'argumentaire de Paul Jorion sur la nécessaire mise en place d'une interdiction des paris sur les fluctuations de prix vient de trouver un allié de poids, la science !

Vous comprenez donc les implications majeures de cette découverte. La finance ne devrait tout simplement plus exister car elle introduit du chaos dans le système.

Les solutions

Jusqu'à présent, peu de solutions ont été proposées pour résoudre ce dysfonctionnement profond, ce hiatus fondamental entre le fonctionnement de l'homme (microcosme) qui fonctionne en circuit ouvert dans un monde fini (le macrocosme). Or, la vie sur le long terme ne peut perdurer sans l'union des deux, le principe d'équilibre et d'harmonie qui est notre base spirituelle (conscience) commune et qui était la base de la vie chez les peuples dits primitifs.

Frédéric Lordon chercheur au CNRS critiquait l'idéologie néolibérale en affirmant :

« Alain Minc n'est pas capable de bâtir un « argument » économique sans invoquer la loi de la pesanteur. »

Et pourtant, sur le fond Alain Minc a raison, mais seulement il a choisi le pire (loi de la jungle) et non le meilleur (loi de Pareto, entropie et fractales) pour justifier un système économique qui ne résiste pas à trois minutes d'analyse et désormais aux mathématiques. Car pour l'idéologie néolibérale tout est résumé par la loi de la jungle, la loi du plus fort qui devient la loi de puissance (loi de Pareto). « Le côté obscur de la force » donc.

Cependant, Frédéric Lordon ne fait pas que critiquer et il nous laisse une proposition qu'aucun média ne relaie : fermer la bourse. Voilà une idée intéressante car la finance est au cœur du système et c'est elle qui favorise l'évolution exponentielle des dettes et le chaos. De plus, on sait aujourd'hui que 5 banques US contrôlent près de la moitié des produits dérivés (plus de 200 000 milliards de dollars) et ont instauré un gigantesque délit d'initié à l'aide d'algorithmes financiers qui permet de gagner à chaque fois  et, bien sûr, ceci déconnecté de toute réalité économique.J'affirmais dans mon article « Pourquoi l'économie mondiale ne s'est pas effondrée en 2009 ? » :

« Il faut bien comprendre que la bourse n'a qu'une seule utilité sociale, celle de fournir des capitaux aux entreprises. Or, c'est l'inverse qui se produit actuellement et c'est l'ensemble de la société qui est prise en otage et se dépouille de ses richesses au profit de quelques-uns. »

Nous sommes de plus en plus nombreux à le crier haut et fort comme Omar Aktouf professeur à HEC Montréal[ou Paul Jorion.

Désormais, Frédéric Lordon enfonce le clou sur le vrai fonctionnement de la finance :

« les entreprises vont moins s'approvisionner en capital à la Bourse qu'elles n'y vont s'en faire dépouiller, puisque ce que les actionnaires leur extorquent (en dividendes et en rachat d'actions) finit par l'emporter sur ce qu'ils leur apportent, de sorte que ce n'est plus la Bourse qui finance les entreprises mais les entreprises qui financent la Bourse ».

La finance est donc l'endroit où se concentrent « les métastases » d'un corps malade qu'il faut amputer avant qu'elles ne se propagent.

Cependant, il faut être clair, cela ne serait qu'une étape, la nécessaire remise en cause du capitalisme devant être au cœur des débats. Imaginer un système économique fonctionnant en circuit fermé et dont l'homme et non l'argent serait le cœur. Criminaliser l'excès de
richesses en plafonnant le patrimoine personnel. Un système distributif (et non redistributif) qui remette la connaissance à sa juste place et qui élève l'homme au lieu de le transformer en animal (mythe de Circé), en esclave, une constitution pour l'économie.

« Pour comprendre, apprenons à rêver! » August Kekulé

Gilles Bonafi

 

23/09/2009

Lettre à un ami « de gauche »

Je suis bien aise de vous retrouver en ligne et j'ai apprécié votre dernière chronique. Puis, je me suis dis :"le revoilà parti" dans ses idéologies et sa vision en noir et blanc. Vous devriez vous libérer de vos conditionnements psycho-marxistes (je mets le trait d'union)

Que vient faire cette sortie sur Dieu et le capitalisme dans votre chronique sur la crise et ses conséquences ???

Exemple !

 

"Depuis l'esclavage du peuple Noir jusqu’au Nouvel Ordre mondial, soit de 1900 à l’aube du troisième millénaire, en passant par la guerre au Vietnam, le capitalisme porte à lui seul la responsabilité d'un bilan de quelque 100 millions de morts."

 

A lui seul...et bien !

 

Les problèmes sont ailleurs, le capitalisme, comme le reste, ne sont que des conséquences, pas besoin de vous mettre en colère, cela vous fait du mal, et n'empêche pas les capitalistes ou les socialistes, et tout le reste, de sabler le champagne à votre santé. En plus vous attirez des ennemis et  vos livres resteront confidentiels!

Je crois que vous faites ce que l’on appelle une identification.

La plupart des gens raisonnent de façon rétrospective, interprètent le présent uniquement en fonction du passé. D’autres esprits, ils sont encore rares, raisonnent de façon plus constructive. Ils interprètent le présent en fonction de ce qu’ils projettent ou prévoient. En quelque sorte ils construisent du futur, ils mettent du temps en conserve.

 

De tout temps, les Dieux par l’intermédiaire des hommes, leurs ont formulés  des règles impossibles à appliquer. Alors ils se font la guerre, et le sang des hommes et de Gaia coule en abondance.

De quelles illusions terrifiantes devrons nous encore souffrir avant que nous ne comprenions enfin que les Dieux sont tous issus de notre cerveau, de l’imagerie sanglante qui s’y trouve.

 

Cela n’enlève rien de la réalité des Dieux, car les hommes ont besoin d’eux. Ils ne peuvent supporter d’être seuls, libres et responsables. Ils fuient devant la réalité, et la réalité, c’est comme pour les Dieux, c’est l’idée que l’on s’en fait. Cette idée, celle d’un ou de plusieurs Dieux créateurs, bouscule toutes les autres, et finalement elle arrange tout le monde. Les fidèles, les prêtres et ceux qui se servent des deux, afin d’asseoir leur gloire, leur pouvoir et leur fortune.

 

J’aime bien la phrase de Marguerite Yourcenar dans je crois « l’oeuvre au noir » : « Les dieux n’étant plus et le Christ n’étant pas encore, il y eut de Cicéron à Marc Aurèle un moment unique ou l’homme seul a été. »

 

La question est posée, l’Homme est-il en mesure de cesser d’attendre un Dieu, le Père Noël qui lui ressemble, ou quelqu’un de sa famille pour lui servir de tuteur, lui offrir des cadeaux, lui dire ce qu’il faut faire ou ne pas faire ? Saura t-il enfin faire preuve de maturité et prendre en charge son destin ainsi que celui de la planète avec tout ce qu’elle contient. Bref sera-t-il un jour capable de liberté, c'est-à-dire de se discipliner lui-même, de se réguler, de se contrôler ? Après tout c’est peut être cela que ses Dieux attendent !

Rien à voir avec le capitalisme ou la religion qui ne sont, tout au plus, que des  "systèmes" comme les autres et qui a mon avis ont fait leur temps !

 

Amicalement 

 

Francis NERI