Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/08/2010

La reconquête

Bonjour,

Pardonnez moi si je ne réponds pas toujours très vite à vos messages et aux chroniques que vous m'adressez. Il faut du temps pour modifier le temps et il faut savoir le prendre, car nous sommes responsables de nos écrits, ils modifient la réalité.

Bon je sais, c'est confus, mais que voulez vous c'est le systémicien qui parle, je ne peux m'en empêcher, alors veuillez me pardonnez.

Ce n'est pas tout. J'ai plusieurs de vos posts en instance de publication. Aujourd'hui, celui de « Zorro » (c'est son pseudo) qui répond à ma chronique précédente. Selon mon sentiment, il vaut la peine d'être lu, analysé et diffusé.

Bonne lecture !

§

Excellent Francis, mais tout cela est de nature hélas, à conforter nos inquiétudes ! J'ai pour ma part 58 ans et de mémoire, je dois ressasser ma crainte depuis une trentaine d'année, sans avoir pour cela milité au FN, même si en matière d'immigration musulmane en général, le borgne breton a toujours "vu très juste" !

Je suis encore persuadé qu'il ne faille pas tout mélanger, mais qu'en matière d'islam, force est de constater qu'il n'y a pas des gentils et des méchants musulmans. Arrêtons de nous mentir : ils sont tous sous le joug de cette doctrine hégémonique et doctrinaire coranique, celle de prédicateurs haineux et intégristes (ce qui est loin d'avoir un rapport avec l'intégrité). Ils sont prêts dés demain à se soulever en masse, en France d'abord, en Europe ensuite, pour islamiser par la conversion ou le sabre, les infidèles que nous sommes à leurs yeux. Ainsi Amar le gentil épicier du coin, Rachid l'employé visiblement civilisé, reviendront à leur idéologie moyenâgeuse et barbare, fidèles à leur communauté et à la rustique et rustre ascendance qui les a déterminé.

Je ne me sens ni raciste, ni fasciste et je pense tout simplement être un citoyen attentif et vigilant, qui fut cocardier jusqu'à la radicalité, c'est-à-dire fidèle à ses racines, mais qui, au regard des viols psychologiques commis par les gouvernements collaborateurs, à l'invasion de la France et de son islamisation, est devenu écorché, confus de cette situation et prêt à donner de sa personne pour engendrer une légitime reconquête de notre sol...

Je ne suis sans doute pas le seul à voir les choses de cette manière, mais le plus compliqué, nous le savons, n'est-il pas de fédérer les opinions similaires, manu militari j'entends ?

Bien sûr le couvercle de la marmite va sauter mais quand ? Bien sûr les Français prennent conscience du mal qui les ronge, certains se battront courageusement pour regagner ce qui nous appartient, mais à quel prix ? Plus les jours passent, plus le fléau parasitaire s'enracine.

La passivité de nombre de nos citoyens atteste dramatiquement de notre impuissance à le juguler !

Notre peuple serait-il fataliste, pensant à tort que le mal est fait et que nous ne pourrons plus inverser la tendance ? Si c'est cela la pensée majoritaire, il faut rapidement réveiller les consciences et montrer le chemin de la « reconquista » et en premier celle de nos valeurs, nos règles, nos codes sociaux.

Le Français abandonné par ses élites, celui qui, de plus en plus, vit en retrait, isolé dans un pays où aucune valeur n'est plus inculquée dans les établissements scolaires, sinon celles de la rue ou de la repentance. Un pays où le civisme a laissé place au laxisme, ou la morale (instruction civique) a été remplacée par des cours  sur la mixité sociale, d'éducation sexuelle où par de la sensibilisation sur les dangers de la toxicomanie. Autant d'instructeurs, souvent des fonctionnaires de police,  qui auraient sans doute mieux à faire, c'est-à-dire, endiguer la délinquance nord africaine, africaine, musulmane en général, et ce à la racine, dans les zones devenues de non droit !

Le Général Bigeard écrivait : "j'ai mal à la France". Je crois que notre peuple dans son ensemble, aurait plus mal encore s'il savait ou cela va nous mener, aurait aussi pu avancer le Maréchal de Turenne, non pas en traversant le Rhin mais la Méditerranée...

Peuple de France, tu sommeilles et en cela tu manques de prudence. Ce n'est pas le moment de baisser ta garde et ta somnolence va nous coûter très cher si, un sursaut national, général, ne se fait pas à très court terme. Le vers est dans le fruit. Et en plus, les « envahisseurs » sont aidés dans leur conquête par une foule de collabos ayant fait le choix de jouer l'islam gagnant pour des raisons qui ne peuvent qu'échapper à un cerveau normalement constitué...

Debout Français et alliés des Gaules, immigrés de tous pays qui appréciez et souhaitez continuer de vivre dans un pays où il fait bon être, sans halal, sans voile, sans charia, sans barbus adipeux. En définitive conformément à notre culture et suffisament cultivés, socialisés, garants de notre  histoire commune, fiers de l'héroïsme de nos anciens, qui ne doivent en aucun cas, être tombés pour rien !

Je suis conscient de passer pour un radoteur aux yeux de certains, d'en ennuyer ou d'en faire sourire d'autres, et à ce titre, je crois utile de préciser que je préfère, si j'avais à choisir, être fourmi que cigale, boucher que veau !

J'invite chacun à la Fraternité et à se rassembler pour le combat commun...

Zorro !


 

Commentaires

Bonjour,
Votre mode de pensée est juste et réaliste. Il faut savoir que l'islam modéré n'existe pas et que le petit épicier arabe du coin peut être remis vite sur les rails par la manipulation d'un Imam où la pression de quelques radicaux.
Le seul moyen de s'en sortir est de faire bloc, de fédérer par l'intermédiaire du net car la presse est aux ordres.
Le FN a t-il la volonté et l'engagement d'être le fer de lance après les divisions qui ont eu lieu dans ce parti.
Des milliers de gens sont écoeurés par ce qui se passe mais n'osent pas bouger, voire s'exprimer.
Les temps vont être durs car nous sommes une nation à la fois divisée et décadente.

Écrit par : GOUT | 13/08/2010

Ayons confiance, les Français ont toujours su rebondir dans les circonstances difficiles
Je pense que nous n'aurons pas longtemps à attendre. Nous ne savons pas ce qui va arriver, ce sera douloureux, mais nous en sortirons.

Bien à vous

Écrit par : Francis NERI | 13/08/2010

Les commentaires sont fermés.