Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2012

Sur la crise écosystémique

Suite à mon billet sur la crise écosystémique une réponse d’EVRARD Michel qui me demande de bien vouloir la diffuser. Inutile de dire que je partage entièrement ses vues sur la démographie...7 milliards d'humains c'est bien trop pour une si petite planète et c'est la source principale de tous nos maux.  

Cher Monsieur,

Les chiffres que vous nous avez assénés dans votre billet du Dimanche 27 Mai, m’ont laissé pantois.80.000 hectares, ça fait beaucoup. Il me semble que tout n’est pas goudronné ou bétonné. Dans les Alpes, des alpages sont régulièrement abandonnés, soit parce qu’il n’y a pas de repreneur, soit parce que la présence des loups (aberration totale) décourage les bergers. Mais il est évident que la crise écologique est sur les rails, vu que la surface bétonnée et goudronnée atteint déjà l’équivalent de 31.000 ou 32.000 km2. Les problèmes d’adduction d’eau se font de plus en plus fréquents. Certaines villes projettent d’aller en chercher à 80km. Et la construction de logements continue de plus belle. Les gens qui les occuperont, auront également besoin de nourriture, de chauffage, d’habits et si possible, de travail. Il est évident que l’immigration devient un poids difficile à supporter pour l’Etat, mais le malheur est qu’elle est pain bénit, pour les Sociétés de BTP,la grande Distributionet donc les imports-exports, surtout imports.  A mon avis, c’est une des raisons, pour lesquelles la classe politique est si laxiste vis-à-vis de l’immigration qui arrange beaucoup de gens, les uns pour faire du fric, les autres pour avoir des voix aux élections et d’autres encore pour exprimer leur besoin de générosité… sur le dos des contribuables. L’allusion que vous faites aux 5.000 km2 de parking qui constituent un espace capable de loger un million de personnes, ne manque pas de sel. Elle démontre implicitement que l’auto a pris une place démesurée dans notre société et c’estla vérité. J’ai écrit plusieurs textes, à ce sujet. Nous vivons dans une société complètement éclatée. Aujourd’hui, nous sommes obligés de prendre la voiture, pour un oui ou pour un non. L’hypertrophie de la mobilité est une autre cause de la débandade économique actuelle et de l’endettement de l’Etat et des particuliers. Mais comme pour l’immigration, l’argent que nous dépensons sur les routes, n’est pas perdu pour tout le monde. Dans l’un et l’autre cas, il y a des solutions tout à fait appropriées à mettre en œuvre. Mais ce sont deux sujets tabous. Dès que vous ouvrez la bouche, pour dire que l’on pourrait réellement relocaliser nombre d’activités économiques ou qu’il y aurait une autre façon de venir en aide, aux pauvres du Tiers-Monde, que  de les laisser venir dans  un pays couvert de dettes et présentant un taux de chômage critique, on vous traite de tous les noms. Si vous informez votre interlocuteur qu’il existe aujourd’hui une technique de stérilisation par les voies naturelles, donc non-invasive et très facile à mettre en œuvre, vous êtes immédiatement accusé de vouloir rayer de la surface de la terre, diverses ethnies, alors qu’il s’agit simplement d’adapter le niveau de population aux possibilités agricoles de chaque pays, améliorées par des techniques respectueuses de la nature et donc réellement durables. Nous sommes déjà trop nombreux sur terre. Mais je ne suis pas un adepte de ces farfelus qui ont érigé le Georgia Guidestones et qui prétendent que la population humaine de la planète ne devrait pas dépasser 500 millions d’individus. Il y a, sur terre, place pour quelques milliards d’êtres humains, mais pas 7 milliards. Il y a de fortes chances que la nature règle, elle-même,  le problème tôt ou tard. L’inconvénient est qu’elle le fait généralement d’une façon brutale et sans crier gare. Tout mon souci dans ce texte aura été de montrer que l’on peut y arriver autrement, sans heurts et selon un processus pacifique. Je ne sais pas si j’ai été convaincant. Si je suis dans l’erreur, qu’on me le prouve : je suis prêt à faire amende honorable. Toutes mes salutations. 

EVRARD Michel. Retraité. Ancien coopérant bénévole au Mali (1971-1973).

Commentaires

Il n'est pas interdit d'adhérer à l'Association Démographie Responsable dont j'ai l'honneur d'être la vice-présidente :
http://demographie-responsable.org/

Écrit par : terrienne01 | 03/06/2012

Bonne idée ! Je vais explorer...merci

Écrit par : goshein | 03/06/2012

Effectivement, à force de défier les lois de la nature et notamment la loi de la sélection naturelle (Darwin) nous allons tout droit vers une catastrophe écologique. Les bien pensants et politiquement corrects pensent qu'ils faut sauver les millions de gens qui naissent dans des pays où il n'est pas possible de produire suffisamment pour assurer leur subsistance et qu'il faut faire intervenir les aides internationales (payées par les pauvres des pays riches pour aider les riches des pays pauvres). Humainement c'est bien sur tout à fait compréhensible. Je suis moi même choqué de voir des enfants mourir de faim, cela m'est même insupportable. Mais si mes moyens me permettent d'inviter 6 personnes qui ont faim à ma table et qu'il en arrive 12 parcequ'ils ont une grande famille, que va t'il se passer?
Soit:
- Personne ne va manger à sa faim?
- Je vais demander aux voisins de me donner le complément pour nourrir tous mes invités?
- Je vais envoyer le surplus d'invités chez les voisins sans savoir s'ils auront de quoi leur donner à manger?
- Je vais appliquer le proverbe chinois qui dit que si tu rencontres quelqu'un qui a faim ne lui donnes pas à manger mais apprends lui à pêcher?
- Je vais leur expliquer que personne ne peut inviter à sa table plus de personnes à sa table qu'il ne peut en nourrir?
- Je vais leur expliquer que s'ils n'étaient que 3 au lieu de 6 ils pourraient se nourrir par leurs propres moyens?

Soyons logique!

Ces questions ne se posent évidemment pas dans le cas de catastrophes naturelles contre lesquelles nous ne pouvons rien faire (?). Dans ce cas la solidarité et l'entre-aide ne se discutent même pas.

Écrit par : Bernard | 05/06/2012

Décidément je constate que même des experts mal informé deviennent des enfants de coeur des mafieux qui s'accaparent les richesses de ce monde. Avez-vous seulement lu le livre de Marie Monique ROBIN "Le monde selon Mosento" ou au moins vu son film-reportage qui porte le même titre ? Le cas échéant vous savez qu'il n'y a plus que 2 fabricants et fournisseurs de semences dans le monde : Mosento et Dupont de Nemours !!! Et vous savez comment ils acquèrent chaque année les terres agricoles et arrables de la planète pour détenir le "green power". Il existe le même type de reportage et d'ouvrage sur l'eau potable, comme sur toutes les ressources naturels stratégiques que les mafieux de multinationales tentent de monopoliser entre leurs mains pour asservir le reste des humains. Il est temps de changer de paradigme économique : la chréamtistique a vécu et le monde selon Al Capone aussi !

Écrit par : Bertrand | 11/06/2012

Erreur de frappe : la CHREMATISTIQUE !

Écrit par : Bertrand | 11/06/2012

Les commentaires sont fermés.