Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2013

Une certaine mondialisation

J’ai lu, dans le Figaro, un article sur Pierre Gattaz, le nouveau patron des patrons qui nous explique « pour quoi faire » la présidence du Medef.

Après la litanie sur la France qui tombe lentement, bref après avoir bien enfoncé des portes ouvertes, il nous sort la meilleure : La France n’a pas encore accepté les REGLES de la mondialisation ! Oui vous avez bien lu, Pierre Gattaz parle de règles à accepter ! Et pour bien enfoncer le clou, il rajoute :La mondialisation PEUTêtre vertueuse et humaine.

Ben voyons Monsieur Gattaz espérez vous nous faire prendre encore longtemps des vessies pour des lanternes ?

Ce n’est pas la mondialisation que les français rejettent, comme Marine Le Pen d’ailleurs, mais justement son absence de règles.

Nous voulons la mondialisation, et l’Europe avec, mais que les deux soient régulées, contrôlées et sanctionnées lorsque les règles ne sont pas respectées :

Règles économiques, financières, industrielles, éco-systémiques, culturelles, de souveraineté des peuples.  

Les règles de production et d’utilisation des richesses.

Les règles d’honnêteté et d’exemplarité de certains exacteurs qui remplissent leurs poches au nom de la république, de la démocratie, du multiculturalisme, du vivre ensemble ou de la libre entreprise.

Des règles qui sanctionnent la corruption des élites, les abus de pouvoir, les violations flagrantes du droit des peuples.

Nous ne croyons pas une seconde que votre mondialisation puisse « être vertueuse et humaine». Vous et vos amis, allez tout simplement profiter des pratiques en cours en prétendant les « faire évoluer » voire les « combattre », tout en sachant pertinemment que vous n’en ferez rien, car vous ne voudrez, ni ne pourrez rien faire.

Nous autres Français avons avant toute chose, à retrouver en France et dans le monde une légalité assurée.

Nous avons à reconstruire les fondements de la puissance étatique et de l’autorité.

Nous avons à re-éduquer, re-socialiser, re-former nos jeunes et moins jeunes, à effacer 60 années de culture, d’endoctrinement communo-socialiste et de compromissions de la droite.

Nous avons à faire face à une « invasion » islamiste que VOUS du patronat avez souhaitée puis voulue et enfin exécutée avec l’aide des divers pouvoirs de droite comme de gauche.

Oui la France est pour la mondialisation Monsieur PierreGattaz et c’est un ancien Président du CJD Alsace qui vous le dit.

Mais c’est la nôtre que nous voulons. La vôtre nous a fait suffisamment de mal. Nous n’en voulons plus, et ne vous en déplaise, nous allons essayer celle de Marine LE PEN, elle a pour nous des aspects séduisants et elle nous convient.

Francis NERI

http://semanticien.blogspirit.com

      

22/07/2013

Le totalitarisme laïcard de Maître Collard !

Ce titre est celui d’un article publié sur Boulevard Voltaire ; mais les commentaires en sont fermés. Nous pouvons nous demander pour quelles raisons ? Aussi, si vous voulez lire le texte. Allez sur ce Boulevard… qui pour une fois me déçoit un peu !

Mais c’était sans compter sur Pascal Hilout…né Mohamed ! Notre ami, que nous soutenons ici, remet les pendules à l’heure et nous rappelle ce qu’est l’Islam et pour quelles raisons nous devons le combattre au même titre que les deux autres éléments dela TRIPLICE : la mondialisation non régulée, non contrôlée et non sanctionnée dans ses errements...et la gauche, sa complice depuis si longtemps.

Alors, « étudiez » Pascal Hillout. Lisez et relisez, prenez des notes, ce qu’il DIT est important et cela peut nous « sauver » et nous aider lorsque nous hésitons, avons peur ou sommes inquiet pour l’avenir de nos enfants.

Mais je vous laisse avec NOTRE ami Pascal !

Le voile islamique et les cornettes des bonnes sœurs… par pascal Hilout.      

Aussi bien Maître Collard que l’Église catholique ont tort de qualifier le voile islamique de signe religieux.

Tout comme l’essayiste Arnaud Guyot-Jeannin qui en a disserté sur Boulevard Voltaire.

Par Pascal Hilout né Mohamet

Depuis la première offensive du voile islamique sur la scène publique,la Francepatauge dans la confusion la plus totale. Tout le monde fait semblant de ne pas saisir, d’un seul coup d’œil, ce que les voiles islamiques nous donnent à comprendre : celles qui me portent n’ont d’amour que pour les musulmans et les convertis bien circoncis. C’est de la ségrégation religieuse à l’état pur et impur à la fois. Le voile chrétien proclame autre chose : celle qui me porte s’interdit tout commerce avec les hommes. La kippa et la croix nous racontent des choses bien différentes. Ranger tous ces symboles dans le même tiroir relève d’un manque de discernement ou d’une confusion délibérée et, qui sait, mal intentionnée.

Depuis des décennies, nous voyons les députés, les prélats, les essayistes et les journalistes participer à un bal des faux-culs. Leur lâcheté leur fait perdre la raison. Leurs manœuvres minables voudraient retarder l’inévitable affrontement avec la ségrégation islamique.

Cette lâcheté généralisée, avec le mauvais choix de vocabulaire qui l’accompagne, est lourde de conséquences. Nous léguons à nos enfants une ségrégation islamique tranquillement affichée sur la voie publique. Depuis les années 80, nous l’avons laissée réussir l’installation de ses ghettos dans la cité : ghettos matrimoniaux, sexuels, vestimentaires, alimentaires, sportifs, commerciaux et sépulcraux.

Il est pourtant si facile de revenir à nos principes fondateurs et de dire non à la ségrégation islamique ! Voilà ce qui est à même de nous sortir du confusionnisme général où l’Église, les politiques et notre intelligentsia pataugent encore en parlant de laïcité à rétablir au lieu de ségrégation à bannir.

Albert Camus nous a pourtant prévenus : « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. » Tout le monde n’est pas aussi beau qu’on voudrait continuer à nous le chanter. Ne disons pas amen à tout et à n’importe quoi, y compris dans les colonnes de Boulevard Voltaire.

Comment une idéologie se met en œuvre

Par Stephan Brunel pour Bd Voltaire

Si l’on veut voir comment une idéologie se met en œuvre, les jours passés nous en apportent une preuve éclatante. De quoi s’agit-il ? De faire croire, comme une publicité de France Télévisions nous l’assène, que la France serait riche de ses différences, avec passage en revue de Français différents par l’unique couleur de leur peau : nouvel exemple de bêtise pour faire barrage au prétendu racisme du Front national et de ses affiliés.

Une autre occurrence est la mise en avant dans la publicité, les reportages ou les films télé de personnes dont l’unique intérêt, pour ne pas dire talent, est de ne pas être blanc. Le football et le basket-ball féminins français, très monochromes, en subissent partout à l’étranger les quolibets. L’hommage aux troupes maliennes et africaines sur les Champs-Élysées le 14 juillet au nom de la même visibilité participe de cette aberration.

Sur l’offensive idéologique en cours, on observera aussi les atermoiements médiatiques à propos des hordes sensibles à Brétigny, de la Marianneà gueule de Femen ou encore de la défense des Roms en situation irrégulière. Mais la plus belle perle se trouve cet été au Festival d’Avignon dont la 67e édition a pour thème « l’Afrique, les quartiers périphériques, la jeunesse » ; Avignon qui nous gratifie d’une exposition où des acteurs, tous noirs, sont exhibés dans des cages, à la façon des expositions coloniales, pour l’édification des spectateurs blancs.

La Francede la diversité ainsi définie ressort d’une conception biologique et raciale de la structuration sociale, sur le modèle états-unien, la race assimilée à la couleur de la peau, et celle-ci comme différenciateur culturel, au moment où nos Tartuffes décrètent que les races n’existent plus et qu’il faut en extirper l’odieuse récurrence dans nos textes législatifs !

Le marqueur biologique — couleur de la peau, sexe, origine ethnique, orientation sexuelle — définira l’appartenance communautaire ou nationale pour nos bien-pensants quand le plus demeuré des fascistes patentés sait que l’enjeu tient aux différences culturelles — croyances, modes de vie, rapport aux autres, mœurs, institutions — et non au fait d’être noir, blanc, gris ou jaune…

Le modèle républicain est entamé depuis vingt ans par la politique de la ville, les mesures en faveur des ZUP, ZEP, ZSP, femmes-relais et grands frères, et autres mesures discriminatoires contre ces nouveaux damnés de la terre qui ont la malchance d’être trop blancs, trop chrétiens, trop souchiens.

L’enjeu civilisationnel n’oppose pas racistes et antiracistes, mais culturalisme et multiculturalisme. L’Europe fait face à une colonisation culturelle doublée d’une invasion de peuplement. Faute de réagir, nous serons les derniers des Mohicans. À Avignon, des descendants des colonisateurs transformés en voyeurs avouent leur honte d’être blancs. C’est exactement le but de l’entreprise de conquête idéologique en cours, et qui est en passe de réussir. 

§

Enfin quelqu'un qui parle de l'ENJEU véritable : « L’enjeu civilisationnel n’oppose pas racistes et antiracistes, mais culturalisme et multiculturalisme. L’Europe fait face à une colonisation culturelle doublée d’une invasion de peuplement. » 

Mais que c’est bien sur !!

Il est temps de comprendre enfin que l’islam, n’est qu’un outil de combat, une arme au service de la mondialisation et que la gauche dit de gouvernement comme la gauche extrême sont ses complices objectifs.

La reprise en main culturelle, cultuelle, idéologique, éthique doit être faite au plus vite et en premier lieu au sein des écoles de la République. Il faut remettre à leur juste place …c'est-à-dire à la poubelle de l’histoire, Sartre, Beauvoir, Bourdieu, Lacan, Dolto, Habermas, Hervé Morin, Stéphane Essel etc. Bref, tous ceux qui ont propagé et propagent encore, car ils ont une descendance, cette CULTURE mortifère portée par ces sociologues et psychologues illusionnistes,  gauchistes et Freudiens que mai 68 a« révélé ».

 

Il faut redécouvrir Raymond ARON et mettre en prison nos économistes, nos financiers actuels. Il faut mettre au rancard nos manuels scolaires « multiculturalistes » et les remplacer par l’étude d’Eric Zemmour, d’Alain de Benoist, de Dominique Venner, de Jacques Lesourne, de Gibert Sincyr, d’Henri Laborit, de Joël De Rosnay, de Grégory Bateson et de Paul Watzlawick et je ne citerai qu’eux pour simplifier une liste bien longue et méconnue par l’intelligencia parisienne.

Voyez-vous encore une fois je le, dis et je le répète : NOUS sommes responsables de ce qui nous arrive et ce ne sont pas les cris d’orfraies de certain (e)s groupuscules « Résistants » qui, vont nous sortir de la panade.

Nous avons une chance, une seule, nous autres occidentaux et Français. Et cette chance c’est Marine LE PEN ? Elle possède l’énergie et la compétence, elle a la peau dure et elle sait nager. En plus elle a saisi la nature exacte et complexe du danger, elle sait que l’Islam n’est qu’un tiers du problème.

Faisons en sorte de l’aider à nous aider. Commençons par voter aux municipales pour ses représentants qui, nous le savons, l’aideront à accéder à la magistrature suprême.
Il n’y aura pas de changement décisif sans un remplacement complet de nos élites politiques, éducatives, socialisantes, économiques, culturelles …c’est ainsi !

Alors ne perdons  pas de temps en rassemblements inutiles sur des groupuscules c’est inefficace.

Si le peuple de France veut retrouver son pouvoir, qu’il le confie à Marine Le Pen !

Francis NERI