Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2010

La reconstruction conviviale de Riposte laïque

La cause semble entendue, le monde est en crise car nous serions incapable de régulation et de contrôle. Incapables de désarmer la bombe démographique et stabiliser la consommation pour préserver l'avenir ainsi que le reste d'espace vital et de liberté.

J'avoue avoir été quelque peu désespéré par l'impuissance première de notre agir personnel et collectif.

Et puis il s'est produit trois évènements majeurs qu'en systémicien qui se respecte, je me suis empressé de relier, après les avoir distingué d'une foule d'autres peut être aussi signifiants, mais moins médiatisés.

Le premier, dans l'ordre de leur apparition, c'est la « flottille » pour Gaza. Le second, l'interdiction du « saucisson pinard »et le dernier c'est le naufrage de l'équipe de France.

Une fois les évènements appréhendés, il faut les relier, démêler les relations et les rétroactions, bref analyser pour comprendre, situer dans le temps, l'espace, le contexte et l'imaginaire des hommes afin d'avoir une chance d'agir au mieux, dans la transparence du regard, le sourire attentif et la douceur des gestes.

Je ne vais pas commenter séparément ces trois évènements. Sur « Riposte laïque » et ailleurs d'autres l'ont fait avec talent et souvent avec pertinence, selon moi.

Je veux juste souligner une « tonalité » une brèche ouverte dans la dureté et la complexité des temps présents et à venir.

Cette brèche, Riposte laïque l'a ouverte et croyez moi elle n'est pas prête de se refermer, bien au contraire elle va s'élargir, car bientôt des millions d'individus viendront s'attaquer au mur de la haine et le feront tomber.

Des millions d'individus qui auront compris que l'énergie la mieux partagée dans le monde c'est celle des personnes qui peuvent la contrôler et qu'avec elle, les murs tomberont.

Ivan Illich disait : «  Si nous voulons pouvoir dire quelque chose du monde futur, dessiner les contours d'une société à venir qui ne soit pas hyper-industrielle, il faut reconnaître l'existence d'échelles et de limites naturelles. Passé un certain seuil, la société devient une prison »

Il rappelait encore que l'espoir résidait dans notre capacité à construire ou reconstruire un « outil convivial et frugal » qui soit au service de la personne intégrée à la collectivité.

Si vous avez vu à quel point la joie et l'équilibre était visible sur les visages des participants de l'apéro interdit du 18 juin et bien vous aurez compris que la « reconstruction conviviale » est en route et qu'aucun fanatique de quelque bord qu'il soit ne pourra la contenir, la dévoyer, la retarder.

Regarder les visages des joueurs de l'équipe de France, des mollahs de l'extrême et comparez.

Bonne route et longue vie à Riposte laïque

 



La convivialité : Ivan Illich

 

 

17/06/2010

Changement profond ?

Permettez moi de vous transmettre un échange avec un ami internaute dont je partage la plupart des convictions.

Bonne lecture

Francis NERI

§

Je publie très volontiers une lettre de Francis Neri qui est un blogeur parmi les blogeurs mais surtout un adepte d'un changement profond des mentalités que nous commençons à vivre aujourd'hui ou...

Pour lire la suite cliquez ici


Merci Gérard

Je suis comme vous de droite et militant UMP et ma foi nous aurions un gros travail à faire au sein de ce parti. Je me demande en plus si cela vaut la peine de l'entreprendre et si mon énergie ne devrait pas s'investir ailleurs ! Qu'en pensez vous ?

Bonjour Francis

Nous sommes beaucoup dans ce cas présent à nous interroger. Toutefois, si l'on regarde le panel des partis politiques il y a beaucoup de canada dry. Qui est qui, qui fait quoi. Parfois j'ai la sensation désagréable que les dés sont pipés depuis bien plus longtemps que je ne l'imaginais. Qu'il y a moins d'espace et de marges que je ne le croyais. Alors, attendre l'homme providentiel. Le Parti providentiel? Ils sont bien transparents en ce moment. Je regarde avec attention les mouvements de fond dans les pays voisins. Bref, je ne sais pas.

D'aucuns me parlent de Marine le Pen comme d'un espoir mais j'avoue que les propos de son père, le positionnement de ce parti envers Israël, envers le monde arabe, son programme économique m'interroge. Il faut attendre que le FN fasse sa mue sans doute mais en avons-nous encore le temps.

Je ne sais qu'une chose, c'est qu'un jour ou l'autre, une réaction se fera. Elle me fait peur car, au vu des exemples historiques, elle sera aveugle. Elle sera comme un taureau fou. Cette réaction renversera tout y compris ceux qui voudront prétendre la contrôler. La France est intégrée dans un monde économique, politique et les effets seront incalculables y compris pour nos voisins. C'est sûrement l'une des raisons qui justifie cette trop grande prudence de l'UMP. Ils ont peur de cette boîte qui bouge et dont le couvercle menace de s'ouvrir. Cette boîte ou tant de frustrations françaises, de peurs et d'angoisses existentielles secouent les parois. Ils savent qu'eux-mêmes et tous ceux qui participent au "grand manège médiatique" au grand théâtre politique et qui s'assoient dessus, devront un jour expliquer pourquoi ils n'ont rien fait, rien dit voire même, tenter la franchise.

Ils ne faut jamais remuer le fond d'un nation disait Rivarol.  C'est comme le fond d'une rivière, il y a du bon et du mauvais. C'est en général les petits qui boivent la gadoue.

Bien à vous Francis

Gérard Brazon

http://puteaux-libre.over-blog;com

 

 

 

13/06/2010

L'éducation, la socialisation ou la sauvagerie

Bonjour,

J'ai décidé de rejoindre, à titre personnel, le mouvement créée par "Riposte Laïque" : Résistance Républicaine. Il me semble que la finalité de ce projet rejoint celui de l'IESE et que peut être, avec eux nous pourrons aller plus loin.

Pour qu'il n'y ai pas d'ambiguïté, je rappellerai ci- dessous les objectifs de l'IESE...c'était en 2005 !

L'éducation, la socialisation ou la sauvagerie

Le projet de l'I.E.S.E

Véhicules incendiés, bâtiments publics attaqués, forces de l'ordre défiées.

Les auteurs entendent ainsi montrer leur haine d'un ordre républicain dont ils se sentent parait-il exclus. L'explication vaut ce qu'elle vaut. Elle n'est pas suffisante et, surtout, elle n'excuse rien.

Sujet brûlant pendant la campagne présidentielle de 2002, la délinquance de rue revient moins à la une des journaux depuis. Les élections passent, le problème demeure, en dépit des efforts déployés.

Et, à chaque fois ou presque, c'est l'occasion de s'en prendre à ce qui symbolise l'État et son autorité.

Les propos de Nicolas Sarkozy sur la nécessité «d'éradiquer la gangrène» des banlieues, de «nettoyer les cités au Kärcher» semblaient maladroits dans la forme, mais sur le fond ? Les déchaînements constatés ici et là en France portent davantage l'empreinte de la barbarie et de la sauvagerie gratuite que celle de la vengeance et du désespoir.

Entre prévention et répression, depuis vingt ans, les responsables politiques et les administrations chargées de mettre en œuvre les dispositifs adaptés, cherchent des réponses aux violences urbaines. Trop souvent, elles sont malheureusement frappées du sceau de l'électoralisme, de l'impuissance, de la division et de l'incohérence, mais aussi du refus de fédérer les projets à caractère sociaux, économiques, culturels, éducatifs etc.

Or le problème doit être appréhendé à la base et d'une manière globale. L'une des solutions est sans doute dans la reprise en main de notre système éducatif. Vaste chantier que l'Education Nationale ne peut conduire seule.

L'une des solutions et qui va dans ce sens c'est le concept « plateforme I.E.E.S » Action sur les trois pôles de l'éducation en commençant à la maternelle !

L'éducation et la socialisation ne sont pas seulement les éléments incontournables de la citoyenneté, ils sont aussi les facteurs essentiels de l'intégration et de l'acquisition des valeurs et des codes qui déterminent les éléments de base de notre culture.

Ces éléments premiers du « vivre ensemble » sont indispensables pour obtenir la paix, le lien et la cohésion sociale, sans lesquels il ne peut y avoir de « contrat » économique, social, culturel etc.

Un projet qui veut donner sens à un ensemble social, familial et scolaire : Les trois pôles de l'éducation et de la socialisation. Une plateforme de formation aux pratiques sociales peut permettre de mieux articuler le temps scolaire et péri scolaire, de mettre en place des partenariats d'action, l'acte éducatif peut être envisagé dans sa globalité en y associant les structures éducatives, culturelles, les centres sociaux etc.

L'Institut Européen de Socialisation et d'Education (I.E.S.E) milite :

Pour une culture, éducation et socialisation structurantes qui participent des fondements de notre identité.

Pour une mondialisation maîtrisée à partir d'une universalité des valeurs dominantes à promouvoir.

Pour une coïncidence plus grande des temps sociaux afin que les effets de la mondialisation soient cause d'évolution, de socialisation et d'intégration.

Pour participer à cette nécessaire et urgente entreprise éducative et socialisante nous proposons :

De promouvoir les attitudes, les comportements, les compétences et les pratiques pro-sociales.

Ou encore : Eduquer, socialiser, remédier aux dysfonctionnements du lien et de la cohésion sociale afin de rompre avec une dynamique de cause à effet qui débouche implacablement vers le cycle infernal de la violence et de la répression et qui conduit de la mission éducative à la mission répressive.

Bref, faire intervenir ensemble  l'éducateur, le formateur, le médecin et le gendarme pour éviter du travail aux CRS.

Pour cela, nous pensons qu'il faut, dès le plus jeune âge, participer à la mise en œuvre de facteurs éducatifs, socialisants et de remédiation pro-sociaux en agissant sur les effets produits, sur les pratiques sociales, en accompagnant les acteurs et en régulant les facteurs qui déclenchent les problématiques sociales.

L'IESE se propose d'intervenir, en partenariat, au niveau des trois pôles de l'éducation : la famille, l'école et l'environnement social  (qui pour certains jeunes se limite encore trop souvent à la rue.)

Dans des lieux, temps et contextes communs et à partager entre jeunes, actifs, aînés.

Sur des enjeux majeurs de  l'actualité sociale :

  • La prévention des conduites à risque et addictives
  • L'éducation à la santé
  • L'éducation à la citoyenneté et à ses valeurs
  • L'accompagnement des adolescents vers la socialisation
  • La médiation sociale et familiale
  • L'acculturation des primo-arrivants

Venez relever ce défi avec nous, rejoignez l'IESE !

Institut Européen de Socialisation et d'Education

I.E.S.E.

12, rue de Milan

67000 Strasbourg

Tél et fax 03 88 60 20 63

Courriel : IESE@noos.fr

Président : Francis NERI Educateur et Formateur

(diplômes d'Etat et Universitaire)