Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2013

Un monde multipolaire III

Et nous poursuivons avec Charles  !

.../... Mais au sein du mouvement sioniste, le principal débat n'était pas en "religieux" et non religieux. Le principal débat était entre le courant majoritaire universaliste et socialiste, et le courant dit "révisionniste" plus simplement nationaliste. Le pragmatisme permit heureusement la coopération entre les tendances pour arriver au but. Le dernier survivant de cette époque historique est aujourd'hui l'actuel président d'Israël, Shimon PERES. Ayant eu la chance de connaître quelques acteurs historiques, j'affirme que bien qu'ils n'étaient plus "pratiquants", mot que je préfère à orthodoxe, les piliers historiques du Sionisme avaient par la force des choses reçu une éducation 100% orthodoxe. Tout simplement parce que c'était la norme au temps de leur naissance. Donc, même s'ils ont pris eux, la liberté de ne plus respecter la loi juive à la lettre, ils la connaissaient parfaitement et surtout, ils avaient su en tirer l'essentiel. A savoir que le moment était venu pour mettre fin à l'exil.

Le problème se pose différemment aujourd'hui. Car, la génération suivante, née en Israël n'a paradoxalement pas reçu l'éducation juive de la génération précédente. Cette génération est donc marquée par les idées à la mode. Volontairement les premiers gauchistes israéliens ont occulté la vraie histoire du peule Juif. Au point d'engendrer la clique de tordus qui croie vraiment qu'il faut donner le cœur biblique d'Israël aux déchets nazislamistes. Ces tordus d'Israéliens alterjuifs, mettent la sauvagerie sanguinaire de ces déchets, essentiellement sur le dos de leurs concitoyens. C'est l'ultime et plus dure épreuve que le peuple Juif doit affronter avant la vraie Paix.

Donc aujourd'hui, c'est ça le vrai et le plus important problème auquel sont confronté Israël et tout le peuple Juif.

Chez les Juifs, il y a des bigots. En principe, la loi juive interdit la coercition pour imposer la pratique du rite. Mais évidemment, quand ils se regroupent, les bigots veulent imposer leurs mœurs. Cela dit, cette catégorie de bigots bornés et intolérants est très minoritaire. Elle représente au grand maximum 5% de la population. Les autres pratiquants sont tolérants conformément à la Torah elle-même. Et réciproquement, les Israéliens non pratiquants sont en général, très conciliants avec leurs concitoyens pratiquants.

Du fait du grave problème mentionné avant, le grand problème constitutionnel du pays trouvera une solution naturelle imposée par la démographie et la politique. En effet, les "socialistes" premiers dirigeants après la renaissance d'Israël en 1948, ont déclaré qu'Israël pays des Juifs, serait aussi le pays de tous ses habitants. Cette déclaration généreuse et humaniste, crée bien entendu d'épineux problèmes. Par exemple, quant aux exigences des habitants musulmans soutenant les déchets nazislamistes. Or, depuis sa fondation, pour des raisons uniquement de choix politique, la cour dite "suprême" d'Israël a toujours tranché en faveur des occupants musulmans, contre les habitants juifs. Israël est le seul du monde, où un tribunal coopté se permet d'invalider des lois votées au parlement par les représentants du peuple. Il faut préciser aussi que par tradition, cette cour de récréation ne peut compter qu'un seul juge juif pratiquant, parmi les sept qui la composent. Cette anomalie, proche du délire est très mal connue, y compris des israéliens eux-mêmes.

Mais fort heureusement, la démographie va corriger naturellement les délires socialistes des premiers dirigeants. En effet, venant du monde entier, les Juifs continuent de retourner chez eux. S'ils sont loin d'être les plus nombreux, les juifs francophones amènent avec eux leur expérience du nazislamisme, en particulier les Juifs originaires d'Algérie. Donc, nul ne sait encore si les peuples d'Europe occidentale se révolteront contre leurs dirigeants qui leurs imposent l'islamisation. Mais en Israël, il est certain que la prochaine génération de dirigeants accordera beaucoup de concessions aux nazislamistes : des concessions à perpétuité dans toutes les fosses septiques et communes, où on pourra en entasser.

La suite demain !

PS: J'ai noté la qualité des commentaires, aussi permettez moi de ne pas intervenir et vous prier de continuer !   

02/11/2013

Un monde multipolaire II

Et Charles Dalger commente aprés avoir "accroché" Cédric - Ce que je passe sous silence :-)

Bonsoir Francis,

Justement, le problème que tu ne veux pas aborder n'existe pas

Les antijuifs du monde entier ont toujours soutenu les musulmans squattant la terre d'Israël. En 1964 seulement, ils ont eu l'idée, soufflée par les marxistes et supportée par le bloc soviétique, d'inventer le mensonge de ce soi-disant peuple. Ces déchets à exterminer n'ont jamais été un peuple et ils ne le seront jamais. Par contre, après 1870 ans d'exil, les Juifs sont revenus sur une petite partie de leur terre antique. Durant les 1870 ans d'exil, les Juifs n'ont jamais cessé un seul instant de vouloir retourner chez eux. Et durant ces 1870 ans, il n'y a jamais eu un seul état indépendant sur la terre d'Israël, malgré les différents occupants qui s'y sont succédé.

Et nous rejoignons le débat entre Juifs religieux et laïcs. En effet, la loi juive (la Torah) exige le service militaire, pour tous les hommes de 20 à 50 ans. Mais en Europe, durant des siècles, il se produisit une séparation entre ceux qui finirent par croire que le retour se produirait de manière surnaturel, et ceux qui au contraire, conformément à la lettre et à l'esprit de la Torah, pensaient qu'il fallait prendre les armes. En réalité, tout au long de l'histoire, de nombreux Juifs continuèrent à habiter en Israël. Au point que malgré les différentes invasions, les Juifs constituèrent presque tout le temps, la majorité de la population de Jérusalem. Au cas, Il y eut en permanence une forte population juive à Hébron, depuis l'antiquité, jusqu'au tragique massacre perpétré en 1929, par les déchets nazislamistes, avec la complicité des bâtards anglais, occupants officiels à cette époque. Il faut savoir aussi que les Juifs commencèrent à se réinstaller en grand nombre en Israël, à partir de la moitié du 19ème siècle. Le très laïc Théodore HERZL n'avait pas encore inventé le Sionisme politique. En fait, dans les années 1880, HERZL a profité de la mode du nationalisme en Europe.

Et c'est là que le sujet dont il est question ici, commença à tourner au tragique. Ceux que l'on appelle les rabbins, ne sont pas du tout des prêtres au sens chrétien de ce mot. Ils sont simplement des érudits en Torah. Au fil des siècles d'exil, toujours dans des conditions extrêmement difficiles, les rabbins élaborèrent un mode de comportement extrêmement détaillé et astreignant. Cet important rituel, toujours en vigueur aujourd'hui, a trois objectifs principaux :

- Maintenir le souvenir du rite pratiqué pendant 1500 ans au Temple de Jérusalem avant sa destruction en 70,

- Empêcher les Juifs de s'assimiler, au moins spirituellement, dans les peuples où ils sont exilés

- Entretenir vraies les valeurs humanistes en général et entrainer l'individu à ne pas succomber au matérialisme.

 Sur le plan matériel par contre, la Torah est explicite : "La loi du pays où tu réside, sera ta loi".

 Toutefois, les juifs étant des humains comme les autres, dès que les conditions, notamment politiques le permirent, beaucoup de Juifs cessèrent de respecter le rite. Ils n'en restent pas moins Juifs.

Or, le Sionisme politique fut adopté et supporté avec enthousiasme par des laïcs. Le terme de "non pratiquant" serait plus exact. En réaction, la majorité des rabbins des écoles talmudiques condamnèrent, certains avec virulence, ce mouvement qu'ils considéraient comme hérétique. Hélas, l'Histoire n'a que trop bien montré que ces rabbins là se sont non seulement lourdement trompés, mais en détournant les Juifs d'Europe du Sionisme, ils ont une part de responsabilité dans le génocide de la Shoah. Ceci étant, il se trouva quand même une grosse minorité de rabbins favorable au Sionisme. Après le massacre des autres par les nazis, le mouvement rabbinique actuel est très majoritairement pro sioniste. En cela, il est bien dans l'esprit et la lettre de la Torah.

La suite demain !