Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2013

Mariage pour tous

Le projet de loi « Mariage pour tous » bouleverse le Code civil en supprimant systématiquement les mots de « mari » et de « femme », de « père » et de « mère », au profit de termes asexués, indifférenciés (notamment « parents »). Ce projet entend ainsi supprimer légalement l’altérité sexuelle et remettre en cause le fondement de l’identité humaine: la différence sexuelle et la filiation en résultant.

Il ouvre la voie à une nouvelle filiation « sociale », sans rapport avec la réalité humaine. Il crée le cadre d’un nouvel ordre anthropologique, fondé non plus sur le sexe mais sur le genre, la préférence sexuelle.

Avec l’adoption plénière par deux hommes ou deux femmes, des enfants seront considérés par la loi comme nés de deux parents de même sexe, donc privés volontairement de mère ou de père. Ils seront amputés d’une partie de leurs origines. C’est profondément discriminatoire et injuste pour les enfants, en créant par principe une nouvelle catégorie d'enfants sans père ou sans mère.

Le nombre d’enfants adoptables en France étant inférieur au nombre de couples en attente d’adoption, les couples de même sexe adopteront des enfants fabriqués par PMA (procréation “Médicalement” Assistée) pour les femmes, et issus de la GPA (Gestation Pour Autrui, ou « mères porteuses ») pour les hommes. Les projets d’amendements d’une centaine de députés vont dans ce sens; et le Premier ministre annonce déjà cette évolution dans « une loi complémentaire sur la famille ».

La norme paritaire et la filiation naturelle - universelles - de la famille favorisent la cohésion sociale et intergénérationnelle. Nous n’ignorons pas pour autant les problématiques spécifiques des personnes homosexuelles. Certaines dispositions légales permettent déjà de les prendre en compte. Elles peuvent être améliorées sans bouleverser le mariage civil homme/femme et la parenté réelle.

Nous avons la responsabilité historique de préserver notre état civil, notre société et notre humanité, engageons-nous avec détermination et sans homophobie : le peuple et la société civile seront à nouveau dans la rue, avec leurs maires, leurs élus, leurs autorités morales, pour demander la suspension du projet de loi Taubira et réclamer des Etats généraux sur le mariage, la filiation, et les droits de l’enfant.

Nous sommes tous concernés ! Le peuple de France doit se lever pour ses enfants, son avenir… et notre humanité, constituée homme et femme.

François HOFFMANN

26/11/2012

Refuser le mariage homosexuel

Ci dessous un article de Minurne Résistance qui devrait ouvrir les yeux de ceux qui pensent encore pouvoir "éclairer" de soi disant "Résistants" comme certaine Dame de "Résistance" Républicaine.

La France est perdue si nous ne sommes pas capables de restaurer nos valeurs essentielles et la famille en est une.

La France est perdue si nous ne faisons pas l'unité des patriotes autour de ces valeurs.

La France est perdue si nous ne faisons pas alliance avec ceux qui ont, avec nous, des valeurs, des pratiques et des codes sociaux qui se ressemblent.

La France est perdue si nous nous contentons de ne combattre que pour un des éléments de la problématique.

Le combat contre l'islamisation de la France est aussi le combat de ceux qui veulent que la famille reste une valeur essentielle.

Le combat contre la mondialisation et la marchandisation de l'Homme rejoint les deux premiers.

Le combat pour une écologie systémique qui commence par la maîtrise de la démographie et de l'immigration fait partie du tout.

Bien sur chacun des "groupes" en présence  peut prétendre imposer "SA" priorité, mais ce serait conduire la France au désastre, nous le voyons avec le comportement indigne de nos élites de droite comme de gauche qui démontre à l'évidence qu'ils ne songent qu'à une seule chose, la défense de leurs intérêts personnels ou de clan.

La démocratie, la République n'a plus de sens, pas plus que la Nation, la Patrie ou encore l'intérêt général. Bref nos élites ne savent même plus ce que signifie des mots comme "humanisme" "éthique" ou encore "altruisme" seul compte leur carrière et l'intérêt de leur clan.

Il est grand temps que le peuple de France balaie cette engeance …d'un revers de neurones pour commencer !             

Francis NERI   

Bonne lecture !

Ceux qui revendiquent un statut pour les couples homosexuels accusent facilement leurs opposants d’homophobie. Ainsi, pour ne pas passer pour homophobes, nous évitons le débat. Il faut au contraire proclamer avec force que refuser le "mariage" homosexuel n’a rien à voir avec l’homophobie. Nous pouvons avoir un grand respect pour les personnes homosexuelles tout en contestant le fait que le couple homosexuel soit présenté par l’Etat comme un modèle social au même titre qu’un couple marié. Cette capacité à désapprouver un acte tout en respectant la personne est d’ailleurs un des héritages de l'humanisme des Lumières. "Je ne suis pas d'accord, mais je respecte…", disait Voltaire...

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L'ARTICLE DE MAURICE D.

20/11/2012

Unité !

J’aime bien cette phrase: " Dans l’ordre de la nature et de la création, il est mieux qu’un athée se marie à la mairie que pas du tout ". Elle résume assez bien la pensée de Civitas, organisateur de la manifestation du dimanche 18 qui, après celle du 17, dit non au mariage homosexuel et à l’adoption d’enfants par les homos.

En effet, c’est à la lecture de cette invitation que j’ai jugé utile de me joindre à eux. Je cite : «  Que vos raisons de vous opposer à la dénaturation du mariage et de la parenté soient anthropologique, politiques et/ou religieuses, je vous invite à participer à la manifestation nationale le dimanche 18 novembre. »

Mes raisons sont des trois ordres et je ne donne pas la priorité à l’une ou à l’autre.

Je note également la prise de position d’un homme de droite, Bruno Gollnisch qui écrit : « J’appuie toute manifestation pacifique, qu’elle soit d’inspiration chrétienne, venant d’autres confessions, ou laïque, que les organisateurs et participants en soient croyants ou agnostiques, politiquement engagés ou non, élus ou citoyens. Cela vaut notamment pour les manifestations organisées ces 17 et 18 novembre, dont j’espère de tout cœur qu’elles précéderont un grand mouvement unitaire  »

Je répète « un grand mouvement unitaire », « un grand mouvement unitaire », « un grand mouvement unitaire »

Dans le car, qui de Strasbourg nous conduisait à Paris, j’ai rencontré des hommes et des femmes de convictions, des croyants sincères, engagés et ouverts à l’autre, disposés à l’unité, au rassemblement au nom de la foi ET des valeurs.

Tout cela est bien loin de l’image que certains veulent donner des « tradis » .

Alors oublions très vite nos dissensions et faisons TOUT pour : « Un grand mouvement unitaire »

Posons-nous des questions:

Quels sont les enjeux en cause ?

Qui veut abattre les structures traditionnelles de la famille et pour quelles raisons ?

Quels sont les propagandistes de la théorie du genre, comment les combattre ?

Qui veut la mort de la puissance paternelle et pour quelles raisons ?

Pour quelles raisons la « pensée homo » sert la pensée consumériste et mondialiste ?

Qui et pour quelles raisons nous serine depuis au moins 50 ans :

"On ne naît pas homme, on ne naît pas femme, on le devient ?"

"On est Juif ou Chrétien que dans le regard de l’autre ?"

Pour quelles raisons le lobby homosexuel veut nous imposer un nouvel ordre mondial homosexuel, ses opinions et ses façons de voir le monde ?

Répondons à ces questions et nous verrons que l’unité s’impose à nous si nous voulons mettre fin à un processus qui nous détruit et détruit notre univers commun. 

Francis NERI